United Kingdom

Les îles de la Géorgie du Sud
et Sandwich du Sud

(South Georgia and the South Sandwich Islands)

Territoire britannique d'outre-mer

Chef-lieu:  Grytviken
Population: environ 1400 personnes 
Langue officielle: anglais (de facto)
Groupe majoritaire:  anglais
Groupes minoritaires:  sans objet
Système politique:  territoire britannique d'outre-mer
Articles constitutionnels (langue):  aucune disposition linguistique dans la Constitution du 3 octobre 1985

Lois linguistiques:
Loi sur la nationalité britannique (1981); Loi sur la marine marchande (1995); Loi sur la nationalité, l'immigration et le droit d'asile (2002); Loi sur l'éducation (2002); Règlements no 2785 sur la nationalité britannique (2005).

1    Situation géographique

Les îles de la Géorgie du Sud (South Georgia) et des Sandwich du Sud (South Sandwich Islands) forment un petit archipel très isolé, situé entre l'Amérique du Sud et l'Antarctique (voir la carte générale), d'une superficie totale de 4190 km² (avec 3755 km² pour la Géorgie et 310 km² pour les Sandwich). Elles appartiennent aux territoires britanniques d'outre-mer, leur gestion étant assurée par un représentant de la Couronne britannique depuis les îles Malouines (Falkland), distantes de 1300 km de la Géorgie du Sud et 2000 km des Sandwich du Sud.

Seule l'île de Géorgie du Sud est habitée; les îles Sandwich du Sud sont composées d'un archipel d'une dizaine de petites îles volcaniques inhabitées. Les deux archipels possèdent un relief montagneux (2900 m) constitué de glaciers et abritent une riche faune locale (pingouins, phoques, manchots, etc.).

De son côté, l'Argentine a toujours revendiqué les îles Malouines (les Malvinas) et les îles Géorgie du Sud et Sandwich du Sud comme faisant partie intégrante de son territoire national.

2 Données démolinguistiques

Selon les saisons, l'île de Géorgie du Sud compte une petite population variant entre 200 à 1400 personnes, principalement des scientifiques, des militaires et du personnel assurant des services de soutien. La plupart des gens vivent dans le chef-lieu, l'ancienne station baleinière norvégienne de Grytviken. La seule langue d'usage est l'anglais.

3 Données historiques

La Géorgie du Sud fut découverte par l'Espagnol Antonio de la Roca en 1675, qui la baptisa Isla de San Pedro.  Elle devint un centre important d'industrie baleinière. À partir de 1775, l'île fut l'objet de nombreuses expéditions scientifiques (Cook, Bellingshausen, etc.). En 1882, à Royal Bay, sur le côté sud-est, une expédition allemande y stationna pour observer le «transit de Vénus» (phénomène ainsi appelé lorsque la planète Vénus passe devant le Soleil). En 1894, le capitaine norvégien Carl Larsen effectua une visite à bord du Jason, suivie d'une deuxième lors de son voyage à bord de l'Antartic avec l'expédition Nordjensköld. En 1904, avec trois bateaux, il revint à l'île et installa la première station baleinière de Géorgie du Sud à Grytviken. Dès la première année, la station parvint à capturer 195 baleines et attira d'autres chasseurs. Les Norvégiens furent les plus nombreux à travailler en Géorgie du Sud; ils installèrent des stations baleinières à Prince Olav Harbour, Husvik, Stromness, Leith, Godthul et Ocean Harbour. Puis le commerce développé dans cette île autour de la chasse à la baleine cessa en 1965.

Pendant la Seconde Guerre mondiale (de l'automne 1943 à l'automne 1944), l'île accueillit une petite garnison de 14 militaires norvégiens pour la protéger de l'invasion japonaise. En 1982, la Géorgie du Sud fut envahie par l'Argentine et très vite reprise par les Britanniques. Dépendance des Malouines jusqu'en 1985, elle se trouva sous l'autorité directe de Londres. Aujourd'hui, la Géorgie du Sud possède, outre une garnison militaire, une station de radio, un observatoire météorologique et un laboratoire biologique sur l'île Bird (au nord-ouest de la Géorgie du Sud).

Les îles des Sandwich du Sud, du moins les îles méridionales, ont été découvertes par James Cook en janvier 1775. Malheureusement, les descriptions du capitaine Cook ont attiré de nombreux chasseurs de phoques, qui se sont livrés, dès 1780, à de véritables massacres massifs. C'est Fabian Gottlieb von Bellingshausen qui, pour le compte du tsar Alexandre Ier, découvrit les îles Sandwich plus au nord en 1819; il découvrit notamment l'archipel Traversay (au nord des îles Sandwich du Sud) qu'il nomma ainsi en l'honneur du principal promoteur du voyage Ivan Ivanovitch de Traversay (un exilé d'origine française). C'est Bellingshausen qui cartographia pour la première fois les îles Sandwich du Sud. Aujourd'hui, bien qu'accessibles, les îles des Sandwich du Sud sont très rarement visitées et font partie des derniers endroits de la planète encore exempts de pollution. Évidemment, il ne faudrait pas confondre les îles Sandwich du Sud avec les îles Sandwich qui font partie de l'archipel d'Hawaï (océan Pacifique); dans les deux cas, ce fut James Cook qui leur donna ce nom: en 1775 pour l'Atlantique, en 1778 pour le Pacifique.  

Les îles de Géorgie du Sud et des îles Sandwich du Sud sont administrées depuis les îles Malouines par un représentant de la Couronne britannique, mais leur défense demeure sous la responsabilité du Royaume-Uni. Une constitution a été adoptée le 3 octobre 1985. Le système juridique est basé sur la Common Law britannique. Les conditions climatiques de la Géorgie du Sud rendent l'approche de l'île difficile par bateau. Au cours d'une année, presque toutes les précipitations tombent sous forme de neige. 

4 La politique linguistique

Ces îles ne sont pas soumises à une quelconque politique linguistique autre que la non-intervention. L'anglais sert de langue officielle de facto, en tant que colonie britannique d'outre-mer. D'ailleurs, plusieurs lois du Royaume-Uni s'appliquent à ce territoire britannique d'outre-mer: la Loi sur la nationalité britannique (1981), la Loi sur la marine marchande (1995), la Loi sur la nationalité, l'immigration et le droit d'asile (2002) et la Loi sur l'éducation (2002). Ces lois imposent l'anglais pour obtenir la citoyenneté britannique, pour travailler dans la marine marchande ou recevoir son instruction.

Forcément, il y a peu à dire sur la langue dans ces contrées, surtout que l'administration est restreinte et toujours représentée ailleurs, que ce soit aux îles Malouines ou à Londres. Soulignons aussi que la Grande-Bretagne n'a jamais eu à composer avec une population indigène, celle des Malouines (d'origine argentine) ayant été expulsée en 1833 pour être remplacée par des Britanniques. La présente population, entièrement britannique, est fluctuante et saisonnière.  En fait, il s'agit d'une véritable «terre britannique» où la langue anglaise est nécessairement de rigueur.

Dernière mise à jour: 02 janv. 2013

Les territoires britanniques d'outre-mer

 

Amérique du Sud et Antilles

Accueil: aménagement linguistique dans le monde