Tibet drapeau non officiel
Tibet (1912-1949)
Le Tibet historique

(Grand Tibet)

Le Tibet d'aujourd'hui correspondant à la région autonome n'est pas le Tibet d'avant l'annexion du territoire par la Chine. En effet,  la superficie du Tibet actuel (RAT) est de 1 221 600 km², mais le Tibet historique comptait 2,5 millions de kilomètres carrés.  Le redécoupage administratif imposé par la Chine sur le Tibet à partir de 1950 a diminué de moitié l'ancien territoire tibétain. Le Gran Tibet équivaut à près de 40 % de la superficie de la Chine dans ses frontières actuelles (9,6 millions km²).

Depuis des siècles, le Tibet historique ou «Grand Tibet» comptait trois provinces:  l'U-Tsang, l'Amdo et le Kham. Or, en 1965, les frontières du Tibet ont été redéfinies par les autorités chinoises. Aujourd'hui, seule la province de l'U-Tsang, avec une petite partie du Kham, constitue la Région autonome du Tibet. L'ancienne province d'Amdo fait maintenant partie de la province chinoise de Qinghai, et le Kham a été divisé et incorporé aux provinces du Gansu, du Yunnan et du Sichuan.

Rappelons les faits: le Tibet a été «envahi» ou «libéré» (selon l'interprétation tibétaine ou chinoise) par les troupes de l'Armée populaire de libération en 1950. Après l'annexion du Grand Tibet, la province d'Amdo a été séparée pour devenir aujourd'hui la province du Qinghai.

1. Le canton autonome tibétain de Tianzhu a été annexé par la Chine en 1957pour devenir une subdivision administrative de la province du Gansu; il est placé sous la juridiction de la ville-préfecture de Wuwei.
2. La préfecture autonome tibétaine de Gannan (en chinois) ou de Kanlho (en tibétain) faisait partie de l'ancienne province tibétaine d'Amdo; elle fut réorganisée en tant que préfecture tibétaine autonome de la province chinoise du Gansu en 1958-1964.
3. La préfecture autonome tibétaine de Ngapa faisait partie de l'ancienne province d'Amdo; elle fut réorganisée comme une préfecture tibétaine autonome de la province chinoise du Sichuan avant 1950.
4. La préfecture autonome tibétaine de Ganze faisait partie de l'ancienne province tibétaine du Kham; elle fut occupée par les troupes de l'Armée populaire de libération avant que les communistes n'arrivent au pouvoir en 1949. Elle fut réorganisée comme une partie de l'ancienne province du Sikang en 1950-1954. En 1957, le Sikang fut incorporé dans la province du Sichuan en tant que préfecture autonome. 
5. Le canton autonome de Muli ou district autonome tibétain de Muli (32 % de Tibétains) a été annexé par la Chine en 1957 et intégré dans la province du Sichuan. Il est aujourd'hui une subdivision administrative de la province du Sichuan placé sous la juridiction de la préfecture autonome yi de Liangshan. 
6. La préfecture autonome tibétaine de Dêqên faisait partie de la province tibétaine de Kham; elle fut occupé par troupes de l'Armée populaire de libération avant 1949 et incorporée dans la province du Yunnan.
7. La province du Qinghai fut découpée à partir de la province tibétaine de l'Amdo en 1955. Cette région avait été revendiquée dès 1720 par l'empereur chinois K'ang Hsi; sous le régime du Kuomintang, le général Tchang Kaï-chek avait réclamé lui aussi le territoire, mais ce sont les communistes qui, après 1950, réussirent à faire le suivi de cette revendication chinoise. Cependant, les Tibétains ont toujours refusé de reconnaître les anciennes revendications territoriales.
8. La Région autonome du Tibet correspond à l'ancienne province tibétaine de l'U-Tsang; elle fut proclamée «région autonome» de la Chine en 1965. Les Chinois, lorsqu'ils parlent du Tibet, renvoient invariablement à la Région autonome du Tibet (RAT), laquelle correspond à environ la moitié de la superficie du Tibet historique.


Ce redécoupage correspond à la distinction plus ancienne entre le «Tibet extérieur» (la région autonome actuelle) et le «Tibet intérieur» (les provinces orientales actuelles du Qinghai, Sichuan, Yunnan et Gansu). Cette réduction de la superficie du Tibet permet de parler de minorisation des Tibétains par les Chinois han, puisque les Tibétains de ces quatre provinces ne forment plus aujourd'hui que 22,5 % (Qinghai), 33,1 % (Yunnan), 53,7 % (Sichuan) et 51,4 % (Gansu). La minorisation, très avancée dans le Qinghai et le Yunnan, va se poursuivre inexorablement.

Lorsque le dalaï-lama parle de minorisation du Tibet, il réfère à chaque fois du Grand Tibet; pour lui, le Tibet de la région autonome n'est qu'une partie du Tibet. Quant aux Chinois, le Tibet correspond invariablement à la Région autonome du Tibet (RAT); ils ont intérêt à faire oublier les différentes amputations qu'a subies le Grand Tibet depuis 1953. Si le Tibet retrouvait un jour son indépendance, ce ne serait certainement pas le Tibet historique, mais la seule région autonome. Mais ce n'est pas demain la veille!

 

 Page précédente

 

Chine - Région autonome du Tibet


 

L'Asie

Accueil: aménagement linguistique dans le monde