Accord de Novi Sad

de 1954

L'Accord de Novi Sad est une tentative de la part de quelque 25 écrivains, linguistes et intellectuels serbes, croates et monténégrins, dont l'objectif était de construire une union symbolique parmi les divisions ethniques et linguistiques au sein de l'ex-Yougoslavie, et ce, au moyen de la langue serbo-croate. Cet accord de 1954 reflétait l'idéologie unitariste qui s'imposait alors; le terme «yougo-unitaristes» était utilisé pour désigner les partisans de l'unité yougoslave.

Le texte qui suit présente la version «serbo-croate» avec l'alphabet latin, ce qui correspondrait aujourd'hui au croate; la version serbo-croate en cyrillique est "Новосадски договор" (aujourd'hui en serbe).

NOVOSADSKI DOGOVOR (1954)

Potpisani učesnici sastanka koji je sazvala Redakcija Letopisa Matice srpske na završetku ankete o srpskohrvatskom jeziku i pravopisu posle svestrane diskusije održane 8, 9. i 10. decembra 1954. godine u Novom Sadu doneli su ove

ZAKLJUČKE:

1. Narodni jezik Srba, Hrvata i Crnogoraca jedan je jezik. Stoga je i književni jezik koji se razvio na njegovoj osnovi oko dva glavna središta, Beograda i Zagreba, jedinstven, sa dva izgovora, ijekavskim i ekavskim.

2. U nazivu jezika nužno je uvek u službenoj upotrebi istaći oba njegova sastavna dela.

3. Oba pisma, latinica i ćirilica, ravnopravna su; zato treba nastojati da i Srbi i Hrvati podjednako nauče oba pisma, što će se postići u prvom redu školskom nastavom.

4. Oba izgovora, ekavski i ijekavski, takodje su u svemu ravnopravna.

5. Radi iskorišćavanja celokupnog rečničkog blaga našeg jezika i njegovog pravilnog i punog razvitka neophodno je potrebna izrada priručnog rečnika savremenog srpskohrvatskog književnog jezika. Stoga treba pozdraviti inicijativu Matice srpske koja je u zajednici sa Maticom hrvatskom pristupila njegovoj izradi.

6. Pitanje izrade zajedničke terminologije takodje je problem koji zahteva neodložno rešenje. Potrebno je izraditi terminologiju za sve oblasti ekonomskog, naučnog i uopšte kulturnog života.

7. Zajednički jezik treba da ima i zajednički pravopis. Izrada toga pravopisa danas je najbitnija kulturna i društvena potreba. Nacrt pravopisa izradiće sporazumno komisija srpskih i hrvatskih stručnjaka Pre konačnog prihvatanja nacrt će biti podnet na diskusiju udruženjima književnika, novinara, prosvetnih i drugih javnih radnika.

8. Treba odlučno stati na put postavljanju veštačkih prepreka prirodnom i normalnom razvitku hrvatskosrpskog književnog jezika. Treba sprečiti štetnu pojavu samovoljnog "prevođenja" tekstova i poštovati originalne tekstove pisaca.

9. Komisiju za izradu pravopisa i terminologije odrediće naša tri univerziteta (u Beogradu, Zagrebu i Sarajevu), dve akademije (u Zagrebu i Beogradu) i Matica srpska u Novom Sadu i Matica hrvatska u Zagrebu. Za izradu terminologije potrebno je stupiti u saradnju sa saveznim ustanovama za zakonodavstvo i standardizaciju, kao i sa stručnim ustanovama u društvima.

10. Ove zaključke Matica srpska će dostaviti Saveznom izvršnom veću i izvršnim većima: NR Srbije, NR Hrvatske, NR Bosne i Hercegovine, Naronde Respublike Črne Gore, univerzitetima u Beogradu, Zagrebu i Sarajevu, akademijama u Zagrebu i Beogradu i Matici hrvatskoj u Zagrebu, te će ih objaviti u dnevnim listovima i časopisima.

U Novom Sadu, 10. decembra 1954.

______________

Potpisnici:

Ivo ANDRIĆ, književnik i akademik iz Beograda;
dr Aleksandar BELIĆ, profesor univerziteta i predsjednik Srpske akademije nauka iz Beograda;
Živojin BOŠKOV, književnik i urednik "Letopisa Matice srpske" iz Novog Sada;
Mirko BOŽIĆ, književnik i predsjednik Društva književnika Hrvatske iz Zagreba;
dr Miloš ĐURIĆ, profesor univerziteta iz Beograda;
Marin FRANIČEVIĆ, književnik iz Zagreba;
dr Krešimir GEORGIJEVIĆ, profesor univerziteta iz Beograda;
Miloš HADŽIĆ, sekretar Matice srpske iz Novog Sada;
dr Josip HAMM, sveučilišni profesor iz Zagreba;
dr Mate HRASTE, sveučilišni profesor iz Zagreba;
dr Ljudevit JONKE, sveučilišni docent iz Zagreba;
Marijan JURKOVIĆ, književnik iz Beograda;
Jure KAŠTELAN, književnik iz Zagreba;
Radovan LALIĆ, profesor univerziteta iz Beograda;
Mladen LESKOVAC, književnik i profesor univerziteta iz Novog Sada;
Svetislav MARIĆ, profesor i potpredsjednik Matice srpske iz Novog Sada;
Marko MARKOVIĆ, književnik iz Sarajeva;
Živan MILISAVAC, književnik i urednik "Letopisa Matice srpske" iz Novog Sada;
dr Miloš MOSKOVLJEVIĆ, profesor i naučni saradnik Srpske akademije nauka iz Beograda;
Boško PETROVIĆ, književnik i urednik "Letopisa Matice srpske" iz Novog Sada;
Veljko PETROVIĆ, književnik i akademik, predsjednik Matice srpske, iz Beograda;
Đuza RADOVIĆ, književnik iz Beograda;
dr Mihailo STEVANOVIĆ, profesor univerziteta iz Beograda;
dr Jovan VUKOVIĆ, profesor univerziteta iz Sarajeva.

ACCORD DE NOVI SAD (1954)

Les participants soussignés à la réunion qui a été convoquée par la Société culturelle serbe du comité de rédaction du Letopis à la fin de l'enquête sur l'orthographe serbo-croate et après des discussions approfondies tenues les 8, 9 et 10 décembre 1954, à Novi Sad, ont introduit les présentes

CONCLUSIONS:

1. Les Serbes, les Croates et les Monténégrins partagent une même langue nationale. Par conséquent, la langue littéraire qui s'est développée sur la base des deux principaux centres, Belgrade et Zagreb, est unique, avec deux prononciations, l'ijekavien et l'ékavien.

2. Le nom de la langue doit officiellement faire référence à la fois à ses deux éléments constitutifs.

3. Les deux alphabets, le latin et le cyrillique, ont un statut égal et c'est pourquoi les Serbes et les Croates doivent s'efforcer d'apprendre à la fois les deux alphabets, dont l'objectif sera atteint principalement à l'école.

4. Les deux prononciations, l'ékavienne et l'ijekavienne, sont toutes deux égales.

5. Aux fins de l'exploitation commune des ressources entières des trésors  de notre langue et de son développement approprié et complet, il est essentiel de préparer un dictionnaire pratique contemporain de la langue serbo-croate littéraire. Par conséquent, nous devons saluer favorablement l'initiative de la Société culturelle serbe, qui a été supprimée, afin de se joindre à la communauté croate pour l'élaboration du dictionnaire.

6. La question de la terminologie commune est également un problème qui nécessite une solution urgente. Il est nécessaire de développer la terminologie dans tous les domaines de la vie économique, scientifique et culturelle en général.

7. Une langue commune doit avoir une épellation commune. L'élaboration de ce travail constitue maintenant l'un des besoins culturels et sociaux parmi les plus importants. Le projet de correction de l'orthographe doit être préparé d'un commun accord par une commission d'experts serbes et croates, avant d'accepter que le projet final soit soumis pour discussion par des associations d'écrivains, de journalistes, d'enseignants et d'autres travailleurs du secteur public.

8. Il faut éviter fermement de dresser des barrières artificielles installées sur la route au développement naturel et normal de la langue serbo-croate. Il convient d'empêcher tout phénomène nocif de l'«interprétation» arbitraire des textes et de respecter les textes originaux des écrivains.

9. La commission pour la fabrication de l'orthographe et de la terminologie sera formée par nos trois universités (Belgrade, Zagreb et Sarajevo), les deux académies (Zagreb et Belgrade) et la société serbe
Matica srpska de Novi Sad et la société croate Matica Hrvatska de Zagreb. Pour réaliser cette terminologie, il est nécessaire de susciter la coopération avec les organismes fédéraux au moyen de la législation et de la normalisation, ainsi que par des institutions professionnelles dans les sociétés.

10. Ces conclusions sont mises à la disposition par la Matica srpska auprès du Conseil exécutif fédéral et aux gouvernement de la République populaire de Serbie, de la République populaire de Croatie, de la République populaire de Bosnie-Herzégovine, de la République populaire du Monténégro, des universités de Belgrade, de Zagreb et de Sarajevo, des académie de Zagreb et de Belgrade et de la
Matica Hrvatska de Zagreb; elle seront publiées dans tous les journaux et magazines.

Novi Sad, le 10 décembre 1954.

______________

Signataires:

Ivo ANDRIĆ, écrivain et universitaire de Belgrade;
M. Aleksandar BELIĆ, professeur d'université et président de l'Académie serbe des sciences, Belgrade;
Živojin BOŠKOV, écrivain et rédacteur en chef de la «Chronique de la Société culturelle serbe» à Novi Sad;
Mirko BOŽIĆ, écrivain et président de l'Union croate des écrivains de Zagreb;
Dr Milos ĐURIĆ, professeur à l'Université de Belgrade;
Marin FRANIČEVIĆ, écrivain de Zagreb;
M. Kresimir GEORGIJEVIĆ, professeur à l'Université de Belgrade;
Milos HADŽIĆ, secrétaire de la Société culturelle serbe de Novi Sad;
Dr Josip HAMM, professeur à l'Université de Zagreb;
M. Mate HRASTE, professeur à l'Université de Zagreb;
Dr Ljudevit JONKE, professeur à l'Université de Zagreb;
Marijan JURKOVIĆ, écrivain de Belgrade;
George KAŠTELAN, écrivain de Zagreb;
Radovan LALIĆ, professeur à l'Université de Belgrade;
Mladen LESKOVAC, écrivain et professeur à l'Université de Novi Sad;
Svetislav MARIĆ, professeur et vice-président de la Matica srpska à Novi Sad;
Marko MARKOVIĆ, écrivain de Sarajevo;
Jivan MILISAVAC, écrivain et rédacteur en chef de la «Letopisa Matice srpske" de Novi Sad;
Dr Milos MOSKOVLJEVIĆ, professeur et conseiller scientifique de l'Académie serbe de Belgrade;
Boško PETROVIĆ, écrivain et rédacteur en chef de la "Letopisa Matice srpske" à Novi Sad;
Veljko PETROVIĆ, écrivain et académicien, président de la Matice srpske de Belgrade;
Đuza RADOVIĆ, un écrivain de Belgrade;
Mihailo STEVANOVIĆ, professeur à l'Université de Belgrade;
Dr Jovan VUKOVIĆ, professeur à l'Université de Sarajevo.

Dernière mise à jour: 08 déc. 2015  

Page précédente

Bosnie-Herzégovine - Croatie - Monténégro - Serbie

Europe

Accueil: aménagement linguistique dans le monde