Les Moraves

 

Les Moraves sont les habitants de la Moravie (en tchèque Morava), une région géographique et historique formant la partie orientale de la République tchèque (jusqu'à son indépendance effective le 1er janvier 1993), la partie occidentale étant peuplée de Tchèques.

La région de la Moravie fut d'abord peuplée par les Celtes boïens avant l'ère chrétienne, puis habitée par les Quades, les Rugiens, les Hérules et, au VIe siècle, par un peuple slave qui prit le nom de Morave

La Grande-Moravie

Le royaume de la Grande-Moravie fut fondé vers 830 et englobait alors la Bohême, la Slovaquie, la Silésie et le sud de la Pologne. Le roi morave Rastislav fit appel à des missionnaires auprès de l'empereur byzantin Michel III pour christianiser les Slaves de la Grance-Moravie. Ce dernier envoya en 863 deux missionnaires, Cyrille le Philosophe (prénommé Constantin, ensuite appelé Cyrille de Salonique) et son frère Méthode. Les deux frères fondèrent l'Église slavonne et l'écriture slavonne. Par tradition, on attribue la création de l'alphabet cyrillique à Cyrille et Méthode. La Grande-Moravie connut son expansion maximale sous le règne de Svatopluk (870 à 894). 

La région de la Moravie d'aujourd'hui

Après une défaite aux mains des Hongrois en 906, la Grance-Moravie fut ensuite disputée entre les royaumes voisins. C'est ainsi qu'elle fut rattachée à la Bohême en 1029. Son histoire se confondit ensuite avec celle de la Bohême, avec qui elle passa sous l'autorité des Habsbourgs en 1526. Domaine de la couronne d'Autriche, séparée après la révolution de 1848, elle fut rattachée à la Tchécoslovaquie lors de la formation de ce pays en 1918. En janvier 1993, la Tchécoslovaquie fut dissoute et la République slovaque ainsi que la République tchèque devinrent deux nations indépendantes. Aujourd'hui, la Moravie forme deux régions régions administratives de la République tchèque: la Moravie méridionale et la Moravie septentrionale. La ville principale est Brno.

La langue des Moraves

Quant aux Moraves, ils ont toujours conservé une identité distincte des Tchèques, même s'ils parlaient la même langue: le tchèque. Les Moraves compteraient pour 13,4 % de la population de la République tchèque, contre 81,4 % pour les Tchèques. À l’exemple des Tchèques de Bohême, les Moraves sont des tchécophones. 

L’idée d’une Moravie politiquement plus ou moins indépendante caresse l’esprit de beaucoup de Moraves. C’est peut-être l’une des raisons qui expliquent que l’État tchèque n'a pas encore trouvé de dénomination satisfaisante pour désigner «le pays des Tchèques et des Moraves»: c’est en effet l'un des rares pays au monde à être défini par un adjectif (République tchèque) plutôt que par un nom propre (Tchéquie, étant une dénomination non officielle).

Le mot Cechy (ou Tchéquie) désigne la Bohême, non le pays tout entier. On utilise plutôt le terme Cesko (ou Tchéco) ou simplement Republika pour désigner le pays, car le mot Tchéquie revêt une connotation négative en raison sans doute de son emploi par Adolf Hitler, qui parlait de faire disparaître la Tchéquie (Bohême) de la carte d’Europe. 


Page précédente

République slovaque        République tchèque

L'Europe

 

Accueil: aménagement linguistique dans le monde