bosnieherzdrap.gif (2206 octets)
République de Bosnie-Herzégovine

République de Bosnie-Herzégovine

Loi sur la protection des droits
des minorités nationales

Le 12 avril 2003

Seules les versions bosniaque, croate et serbe de la Loi sur la protection des droits (des membres) des minorités nationales sont officielles, la version anglaise demeurant une version non officielle.

En bosniaque: Zakon o zaštiti prava pripadnika nacionalnih manjina
En croate:
Zakon o zaštiti prava pripadnika nacionalnih manjina
En serbe:
Закон о заштити права припадника националних мањина (Zakon o zaštiti prava pripadnika nacionalnih manjina)

La présente traduction française a été réalisée à partir de la version croate. L'article 22 a été modifié en 2008 par la Loi modifiant la Loi sur la protection des droits des minorités nationales (257/08).

On peut aussi consulter la Loi sur la protection des droits des minorités nationales de la République serbe de Bosnie (2004) et la Loi sur la protection des droits des minorités nationales dans la Fédération de Bosnie-et-Herzégovine (2008).


 

CHAPITRE I : DISPOSITIONS FONDAMENTALES
CHAPITRE II : INSIGNES ET SYMBOLES
CHAPITRE III : EMPLOI DES LANGUES
CHAPITRE IV : ÉDUCATION
CHAPITRE V : INFORMATION
CHAPITRE VI : CULTURE
CHAPITRE VII : DROITS ÉCONOMIQUES ET SOCIAUX
CHAPITRE VIII : REPRÉSENTATION AU SEIN DES AUTORITÉS
CHAPITRE IX : SURVEILLANCE ET COOPÉRATION INTERNATIONALE
CHAPITRE X : DISPOSITIONS PÉNALES
CHAPITRE XI : DISPOSITIONS TRANSITOIRE ET FINALE

Zakon o zaštiti prava pripadnika nacionalnih manjina
(6 maja 2003)

I
OSNOVNE ODREDBE

Član 1.

Ovim zakonom utvrđuju se prava i obaveze pripadnika nacionalnih manjina u Bosni i Hercegovini (u daljem tekstu: BiH) i obaveze organa vlasti u BiH da poštuju i štite, očuvaju i razvijaju etnički, kulturni, jezički i vjerski identitet svakog pripadnika nacionalne manjine u BiH, koji je državljanin BiH.

Član 2.

1) Zaštita nacionalnih manjina i prava i sloboda tih manjina, sastavni je dio međunarodne zaštite ljudskih prava i sloboda.

2) Okvirna konvencija za zaštitu nacionalnih manjina Vijeća Evrope direktno se primjenjuje i sastavni je dio pravnog sistema BiH i entiteta u BiH.

Član 3.

1) Nacionalna manjina, u skladu sa ovim zakonom, je dio stanovništva-državljana BiH koji ne pripadaju ni jednom od tri konstitutivna naroda, a sačinjavaju je ljudi istog ili sličnog etničkog porijekla, iste ili slične tradicije, običaja, vjerovanja, jezika, kulture i duhovnosti
i bliske ili srodne povijesi i drugih obilježja.

2) BiH štiti položaj i ravnopravnost pripadnika nacionalnih manjina: Albanaca, Crnogoraca, Čeha, Italijana, Jevreja, Mađara, Makedonaca, Nijemaca, Poljaka, Roma, Rumuna, Rusa, Rusina, Slovaka, Slovenaca, Turaka, Ukrajinaca i drugih koji ispunjavaju uvjete iz stava 1. ovog člana.

Član 4.

1) Svaki pripadnik nacionalne manjine ima pravo da slobodno bira da se prema njemu ophode ili ne ophode kao takvom i ne smije doći u nepovoljan položaj zbog takvog opredjeljenja, i bilo kakav drugi oblik diskriminacije na osnovu toga je zabranjen.

Nije dozvoljena asimilacija pripadnika nacionalnih manjina protivno njihovoj volji.

Član 5.

Pripadnici nacionalnih manjina imaju pravo na slobodu organiziranja i okupljanja radi izražavanja i zaštite svojih kulturnih, vjerskih, obrazovnih, socijalnih, ekonomskih i političkih sloboda, prava, interesa, potreba i identiteta.

Član 6.

BiH omogućava i finansijski pomaže održavanje i razvitak odnosa između pripadnika nacionalnih manjina u BiH sa pripadnicima istih nacionalnih manjina u drugim državama i sa narodima u njihovim matičnim državama.

Član 7.

Entiteti, kantoni, gradovi i općine u BiH, u okviru svojih ovlaštenja, svojim zakonima i drugim propisima potpunije će urediti prava i obaveze koje proističu iz ovog zakona i međunarodnih konvencija kojima se uređuju pitanja od značaja za nacionalne manjine.

Član 8.

BiH, entiteti, kantoni, gradovi i općine u BiH dužni su u okviru svojih budžetskih sredstava osigurati sredstva radi ostvarivanja prava koja pripadaju nacionalnim manjinama na osnovu ovog zakona.

Član 9.

U gradovima, općinama i mjesnim zajednicama (ili naseljenim mjestima) gdje pripadnici jedne nacionalne manjine čine većinu, dužni su poštovati prava pripadnika drugih nacionalnih manjina, kao i konstitutivnih naroda u BiH, uvažavajući načela njihove potpune ravnopravnosti.

Loi sur la protection des droits des minorités nationales
(Le 6 mai 2003)

CHAPITRE I
DISPOSITIONS FONDAMENTALES

Article 1er

La présente loi réglemente les droits et les obligations des membres des minorités nationales en Bosnie-Herzégovine (ci-après: BIH) et les fonctions des autorités de Bosnie-Herzégovine à respecter, protéger, préserver et développer l'identité ethnique, culturelle, linguistique et religieuse de chaque membre des minorités nationales en BIH, qui est citoyen de la BIH.

Article 2

1) La protection des minorités nationales et les droits et libertés de ces minorités doivent faire partie intégrante de la protection internationale des droits et des libertés de l'homme.

2) La Convention-cadre du Conseil de l'Europe pour la protection des minorités nationales s'applique directement et fait partie intégrante du système juridique en BIH et des entités au sein de la BIH.

Article 3

1) Toute minorité nationale, aux termes de la présente loi, doit faire partie de la population en tant que citoyens de la BIH, qui n'appartiennent pas à l'un des trois peuples constitutifs; elle doit comprendre des gens de même origine ethnique ou similaire, d'une même tradition identique ou similaire, ainsi que les coutumes, la religion, la langue, la culture, la spiritualité et l'histoire proches ou connexes et d'autres caractéristiques.

2) La BIH doit protéger le statut et l'égalité des membres des minorités nationales suivantes : les Albanais, les Monténégrins, les Tchèques, les Italiens, les Juifs, les Hongrois, les Macédoniens, les Allemands, les Polonais, les Roms, les Roumains, les Russes, les Ruthènes, les Slovaques, les Slovènes, les Turcs, les Ukrainiens et les autres minorités qui répondent aux exigences visées au paragraphe 1 du présent article.

Article 4

1) Tout membre d'une minorité nationale a le droit de choisir librement d'être considéré ou non comme tel; il ne peut pas être mis dans une situation défavorable en raison d'un tel choix ni ne peut être soumis à toute autre forme de discrimination fondée sur ces motifs.

2) L'assimilation des membres des minorités nationales contre leur gré est interdite.

Article 5

Les membres des minorités nationales ont le droit de s'organiser et de se rassembler afin d'exprimer et de protéger leurs libertés culturelles, religieuses, éducatives, sociales, économiques et politiques, ainsi que leurs droits, leurs intérêts, leurs besoins et leur identité.

Article 6

La BIH doit faciliter et aider financièrement le maintien et le développement des relations entre les membres des minorités nationales en BIH et les membres des mêmes minorités nationales dans d'autres pays ainsi qu'avec les gens de leur pays d'origine.

Article 7

Les entités, les cantons, les villes et les municipalités de BIH, dans le cadre de leurs compétences, doivent réglementer en détail par leurs lois les autres droits et obligations découlant de la présente réglementation sur le droit et les conventions internationales régissant les questions d'importance pour les minorités nationales.

Article 8

Au sein des ressources budgétaires de la BIH, les entités, les cantons, les villes et les municipalités de la BIH doivent garantir des fonds pour l'exercice des droits des minorités nationales auxquelles elles ont droit en vertu de la présente loi.

Article 9

Les membres d'une minorité nationale sont tenus de respecter les droits des autres minorités nationales, ainsi que les peuples constitutifs de la BIH, dans les villes, les municipalités et les collectivités locales (ou zones habitées) où ils constituent la majorité, en respectant les principes de leur pleine égalité.

II
ZNAKOVI I SIMBOLI

Član 10.

1) Pripadnici nacionalnih manjina mogu slobodno isticati i nositi znakove i simbole nacionalne manjine kojoj pripadaju, kao i njihovih organizacija, udruga i institucija.

2) Prilikom upotrebe znakova i simbola iz prethodnog stava pripadnici nacionalnih manjina obavezni su isticati i službene znakove i simbole BiH, kao i simbole i znakove entiteta, kantona i općina, u skladu sa njihovim propisima.

III
UPOTREBA JEZIKA

Član 11.

1) BiH priznaje i štiti pravo svakom pripadniku nacionalne manjine u BiH da upotrebljava svoj jezik slobodno i bez ometanja, privatno i javno, usmeno i pismeno.

2) Pravo iz prethodnog stava podrazumijeva i pravo pripadniku nacionalne manjine da upotrijebi svoje ime i prezime na jeziku manjine i da zahtijeva da kao takvo bude u javnoj upotrebi.

Član 12.

1) U gradovima, općinama i mjesnim zajednicama (ili naseljenim mjestima), u kojima pripadnici nacionalne manjine čine apsolutnu ili relativnu većinu stanovništva, organi vlasti osigurat će upotrebu jezika manjine između tih pripadnika i organa vlasti: da natpisi institucija budu ispisani na jeziku manjine, te da lokalni nazivi, imena ulica i drugih topografskih oznaka namijenjenih javnosti budu ispisani i istaknuti i na jeziku
manjine koja to zahtijeva.

2) Gradovi i općine mogu svojim statutima utvrditi da prava iz prethodnog stava mogu upotrebljavati pripadnici nacionalne manjine i kada ne čine apsolutnu ili relativnu većinu stanovništva, već kada čine u gradu, općini ili naseljenom mjestu više od jedne trećine stanovništva.

IV
OBRAZOVANJE

Član 13.

1) Entiteti i kantoni u Federaciji BiH će svojim zakonima utvrditi mogućnosti pripadnicima nacionalnih manjina na osnivanje i vođenje vlastitih privatnih institucija za obrazovanje i stručno usavršavanje.

2) Finansiranje institucija iz prethodnog stava obavezne su osigurati nacionalne manjine.

Član 14.

1) Entiteti i kantoni u Federaciji BiH obavezni su u okviru svog obrazovnog programa (predškolskog, osnovnog, srednjeg) osigurati da se u gradovima, općinama i naseljenim mjestima u kojima pripadnici nacionalnih manjina čine apsolutnu ili relativnu većinu omogući obrazovanje na jeziku manjine.

2) Neovisno o broju pripadnika nacionalne manjine, entiteti i kantoni obavezni su osigurati da pripadnici nacionalne manjine, ako to zahtijevaju, mogu učiti svoj jezik, književnost, povijest i kulturu na jeziku manjine kojoj pripadaju, kao dodatnu nastavu.

3) Radi ostvarivanja prava iz prethodnog stava vlasti entiteta, kantona, gradova i općina obavezne su osigurati finansijska sredstva, sredstva za osposobljavanje nastavnika koji će izvoditi nastavu na jeziku nacionalne manjine, osigurati prostor i druge uvjete za izvođenje dopunske nastave i štampanje udžbenika na jezicima nacionalnih manjina.

V
INFORMIRANJE

Član 15.

Pripadnici nacionalnih manjina u BiH imaju pravo na osnivanje radio i televizijskih stanica, izdavanje novina i drugih štampanih informacija na jezicima manjine kojoj pripadaju.

Član 16.

1) Radio i televizijske stanice čiji su osnivači BiH, entiteti, kantoni, gradovi i općine koji ostvaruju ulogu javne službe obavezni su u svojim programskim šemama predvidjeti posebne emisije za pripadnike nacionalnih manjina a mogu osigurati i druge sadržaje na jezicima manjina.

2) Radio i televizijske stanice kao javni servisi BiH dužni su najmanje jednom nedjeljno osigurati posebnu informativnu emisiju za pripadnike nacionalnih manjina, na njihovom jeziku.

Entiteti i kantoni će svojim propisima utvrditi prava iz stava 1. ovog člana, na osnovu procenta zastupljenosti nacionalnih manjina u entitetu, kantonu, gradu i općini.

CHAPITRE II
INSIGNES ET SYMBOLES

Article 10

1) Les membres des minorités nationales peuvent afficher librement et porter les insignes et symboles de la minorité nationale à laquelle ils appartiennent, ainsi que leurs organismes, associations et institutions.

2) Lors de l'utilisation des insignes et symboles visés au paragraphe précédent, les membres des minorités nationales sont également tenus d'afficher les insignes officiels et les symboles de la BIH, ainsi que les symboles et les insignes des entités, cantons et municipalités, en conformité avec leur réglementation.

CHAPITRE III
EMPLOI DES
LANGUES

Article 11

1) La BIH doit reconnaître et protéger le droit de chaque membre d'une minorité nationale en BIH d'utiliser sa langue librement et sans aucune coercition, à la fois en privé et en public, à l'oral et à l'écrit.

2) Le droit énoncé au paragraphe précédent comprend aussi le droit d'un membre d'une minorité nationale d'utiliser son nom dans la langue de la minorité et de demander qu'Il soit utilisé ainsi en public.

Article 12

1) Les autorités au sein des villes, des municipalités et des collectivités locales (ou les endroits habités) dans lesquelles les membres d'une minorité nationale représentent une majorité absolue ou relative de la population doivent veiller à ce que la langue minoritaire soit utilisée entre les membres et les autorités, à ce que les inscriptions sur les établissements soient également affichées dans une langue minoritaire, et à ce que les noms locaux, les noms de rues et autres indications topographiques destinées au public soient également rédigés et affichés dans la langue de la minorité qui le demande.

2) Les villes et les municipalités peuvent déterminer dans leurs règlements que les droits visés au paragraphe précédents peuvent être utilisés par les membres des minorités nationales, même s'ils ne constituent pas la majorité absolue ou relative de la population, mais plus d'un tiers de la population de la ville, de la municipalité ou de la région habitée.

CHAPITRE IV
ÉDUCATION

Article 13

1) Les entités et les cantons de la FBIH doivent déterminer par leur législation la possibilité pour les membres des minorités nationales d'établir et de conserver leurs propres établissements privés en éducation et dans la formation professionnelle.

2) Les minorités nationales sont tenues d'assurer le financement des établissements visés au paragraphe précédent.

Article 14

1) Les entités et les cantons de la FBIH sont tenus de s'assurer au sein de leur système d'éducation (préscolaire, primaire, secondaire) que les membres des minorités nationales sont autorisés à recevoir leur instruction dans la langue minoritaire dans les villes, municipalités et zones habitées, là où les membres des minorités nationales représentent une majorité absolue ou relative.

2) Quel que soit le nombre de membres des minorités nationales, les entités et les cantons sont tenus de s'assurer que les membres d'une minorité nationale, s'ils le demandent, puissent apprendre leur langue, leur littérature, leur histoire, leur culture et dans la langue de la minorité à laquelle ils appartiennent ainsi que de recevoir une formation supplémentaire.

3) Afin d'exercer les droits mentionnés au paragraphe précédent les entités, les cantons, les villes et les autorités municipales sont tenus de garantir les ressources financières et les fonds nécessaires pour la formation des enseignants qui dispensent un enseignement dans la langue d'une minorité nationale, afin de garantir l'espace et d'autres conditions relatives à des classes supplémentaires ainsi qu'à l'impression de manuels scolaires dans les langues des minorités nationales.

CHAPITRE V
INFORMATION

Article 15

Les membres des minorités nationales en BIH ont le droit de créer des stations de radio et de télévision, de publier des journaux et d'autres périodiques d'information imprimés dans la langue de la minorité à laquelle ils appartiennent.

Article 16

1) Les stations de radio et de télévision dont les fondateurs sont les entités, les cantons, les villes et les municipalités de la BIH, et qui ont un rôle de service public sont tenues de fournir dans leurs grilles de programmes des émissions spéciales pour les membres des minorités nationales; elles peuvent également prévoir d'autres installations dans les langues minoritaires.

2) Les stations de radio et de télévision des services publics de la BIH doivent fournir des émissions de nouvelles particulières au moins une fois par semaine pour les membres des minorités nationales dans leur propre langue.

3) Par règlement, les entités et les cantons doivent déterminer les droits mentionnés au paragraphe 1 du présent article, conformément à la représentation en pourcentage des minorités nationales dans les entités, cantons, villes et municipalités.

VI
KULTURA

Član 17.

1) Pripadnici nacionalnih manjina imaju pravo osnivati biblioteke, videoteke, kulturne centre, muzeje, arhive, kulturna, umjetnička i folklorna društva i sve druge oblike slobode kulturnog izražavanja, te brinuti se o održavanju svojih spomenika kulture i kulturne baštine.

2) U gradovima, općinama, mjesnim zajednicama (ili naseljenim mjestima), u kojima pripadnici nacionalne manjine čine preko jedne trećine stanovništva, u institucijama za kulturne aktivnosti obezbijedit će se sadržaj na jezicima nacionalne manjine. Arhivi, muzeji, ustanove za zaštitu spomenika kulture i tradicije u BiH i entitetima obavezne su u svojim programima i sadržajima obezbijediti srazmjernu zastupljenost svih nacionalnih manjina u BiH i štititi spomenike i kulturnu baštinu nacionalnih manjina.

VII
EKONOMSKO-SOCIJALNA PRAVA

Član 18.

U gradovima, općinama i mjesnim zajednicama (ili naseljenim mjestima) u kojima pripadnici nacionalne manjine čine apsolutnu ili relativnu većinu stanovništva, organi vlasti obavezni su osigurati da se u finansijskim i bankarskim uslugama i u drugim službama javnog sektora kroz uplatnice, obrasce i formulare, te u bolnicama, staračkim domovima i drugim socijalnim ustanovama, omogući upotreba jezika manjine i tretman
na jeziku manjine.

VIII
SUDJELOVANJE U ORGANIMA VLASTI

Član 19.

Pripadnici nacionalnih manjina iz člana 3. ovog zakona imaju pravo na zastupljenost u organima vlasti i drugim javnim službama na svim nivoima, srazmjerno procentu njihovog učešća u stanovništvu prema posljednjem popisu u BiH.

Član 20.

1) Način i kriteriji izbora predstavnika nacionalnih manjina u parlamentima, skupštinama i vijećima, u smislu prethodnog člana, bliže će se urediti izbornim zakonima BiH i entiteta, te statutima i drugim propisima kantona, gradova i općina.

2) Način zastupljenosti predstavnika nacionalnih manjina u izvršnoj i sudskoj vlasti, kao i javnim službama uredit će se posebnim zakonima i drugim propisima BiH, entiteta, kantona, gradova i općina.

3) Predstavnici nacionalnih manjina u strukturama vlasti, predstavnici su svih nacionalnih manjina i obavezni su štititi interese svih nacionalnih manjina.

Član 21.

Parlamentarna skupština BiH osnovat će Vijeće nacionalnih manjina BiH kao posebno savjetodavno tijelo koje će sačinjavati pripadnici nacionalnih manjina iz člana 3. ovog zakona.

Član 22.

1) Vijeće nacionalnih manjina BiH davat će mišljenja, savjete i prijedloge Parlamentarnoj skupštini BiH o svim pitanjima koja se tiču prava, položaja i interesa nacionalnih manjina u BiH.

2) Vijeće nacionalnih manjina BiH može delegirati stručnjaka u radu Ustavno-pravne komisije i Komisije za ljudska prava oba doma Parlamentarne skupštine BiH.

Član 23.

Parlament Federacije BiH i Narodna skupština Republike Srpske formirat će vijeća nacionalnih manjina Federacije BiH i Republike Srpske, kao i savjetodavna tijela čiji će se djelokrug i načion rada urediti entitetskim propisima.

CHAPITRE VI
CULTURE

Article 17

1) Les membres des minorités nationales ont droit de créer des bibliothèques, des vidéothèques, des centres culturels, des musées, des archives, des associations culturelles, artistiques et folkloriques, ainsi que toutes les autres formes de liberté d'expression culturelle, et de prendre soin de la préservation de leurs monuments culturels et de leur patrimoine culturel.

2) Dans les villes, municipalités et collectivités locales (ou endroits habités) dans lesquelles les membres des minorités nationales représentent plus du tiers de la population, les activités culturelles doivent être transmises dans les langues des minorités nationales. Les archives, les musées et les institutions pour la protection des monuments de la culture et de la tradition en BIH et de ses entités doivent également assurer la représentation proportionnelle des minorités nationales en BIH dans leurs programmes et leurs contenus; ils doivent protéger le patrimoine monumental et le patrimoine culturel des minorités nationales.

CHAPITRE VII. DROITS ÉCONOMIQUES ET SOCIAUX

Article 18

Dans les villes, les municipalités et les collectivités locales (ou endroits habités) dans lesquelles les membres des minorités nationales constituent la majorité absolue ou relative de la population, les autorités sont tenues de veiller à ce que l'emploi et le traitement de la langue de la minorité soient facilités dans les services financiers et bancaires ainsi que dans les autres services du secteur public au moyen des reçus de paiement et des formulaires ainsi que dans les hôpitaux, les maisons de repos et les autres institutions sociales.

CHAPITRE VIII. REPRÉSENTATION AU SEIN DES AUTORITÉS

Article 19

Les membres des minorités nationales mentionnés à l'article 3 de la présente loi ont le droit d'être représentés au sein des autorités et des autres services publics à tous les niveaux en fonction du pourcentage de leur représentation dans la population, selon le dernier recensement en BIH.

Article 20

1) Les modalités et critères de sélection des représentants des minorités nationales dans les parlements, assemblées et conseils, en vertu des dispositions de l'article précédent, doivent être étroitement réglementés par les lois électorales de la BIH et des ses entités, ainsi que les statuts et règlements dans les cantons, les villes et les municipalités.

2) Les modalités de représentation des minorités nationales au sein des autorités exécutives et judiciaires, ainsi que dans les services publics, sont régis par des lois particulières ou par des règlements de la BIH, des entités, des cantons, des villes et des municipalités.

3) Les représentants des minorités nationales dans les structures de gouvernement constituent les représentants de toutes les minorités nationales, et ils sont tenus de protéger les intérêts de toutes les minorités ethniques.

Article 21

L'Assemblée parlementaire de BIH a mis en place le Conseil des minorités nationales en tant qu'organisme consultatif spécial qui sera composée de membres des minorités nationales mentionnés à l'article 3 de la présente loi.

Article 22

1) Le Conseil des minorités nationales de Bosnie-Herzégovine doit donner des avis, des conseils et des suggestions à l'Assemblée parlementaire de BIH sur toutes les questions concernant les droits, le statut et les intérêts des minorités nationales en BIH.

2) Le Conseil des minorités nationales peut déléguer des experts pour travailler avec le comité constitutionnel et juridique ainsi qu'avec la Commission des droits de l'homme dans les deux chambres de l'Assemblée parlementaire de la BIH.

Article 23

Le Parlement de la Fédération de BIH et de l'Assemblée nationale de la Republika Srpska doivent prévoir un Conseil des minorités nationales de la Fédération de BIH et de la Republika Srpska, ainsi qu'un organisme consultatif dont la portée des travaux et la méthode de travail doivent être définies par réglementation de la part des entités.

 

IX
MEĐUNARODNI NADZOR I SARADNJA

Član 24.

BiH sarađivat će i razmjenjivati iskustva sa vladama i institucijama zainteresovanih država, kao i sa međunarodnim institucijama, radi što potpunijeg ostvarivanja prava čovjeka i prava nacionalnih manjina.

X
KAZNENE ODREDBE

Član 25.

Na osnovu krivičnih zakona entiteta u BiH, zabranjena je i kažnjiva svaka radnja, podsticanje, organiziranje i pomaganje djelatnosti koje bi mogle ugroziti opstanak neke nacionalne manjine, izazvati nacionalnu mržnju, dovesti do diskriminacije ili stavljanja pripadnika nacionalne manjine u neravnopravan položaj.

XI
PRIJELAZNE I ZAVRŠNE ODREDBE

Član 26.

Republika Srpska i Federacija BiH donijet će i uskladiti svoje propise o pravima nacionalnih manjina, kao i druge zakone i propise u kojima se propisuju i štite prava nacionalnih manjina, sa ovim zakonom u roku od šest mjeseci od dana stupanja na snagu ovog zakona.

Član 27.

Ovaj zakon stupa na snagu osmog dana od dana objavljivanja u "Službenom glasniku BiH", a objavit će se i u službenim glasilima entiteta i Brčko Distrikta Bosne i Hercegovine.

CHAPITRE IX
SURVEILLANCE ET COOPÉRATION INTERNATIONALE

Article 24

La BIH doit coopérer et échanger ses expériences avec les gouvernements et institutions des États intéressés ainsi qu'avec les institutions internationales, en vue de mettre en œuvre les droits de l'homme et les droits des minorités nationales au plus haut degré possible.

CHAPITRE X
DISPOSITIONS PÉNALES

Article 25

En conformité avec les législations pénales des entités de BIH, tout acte, toute incitation, toute organisation et tout soutien à des activités pouvant menacer l'existence d'une minorité nationale, provoquer la haine ethnique, conduire à la discrimination ou rassembler les membres d'une minorité nationale dans une situation inégale sont interdites.

CHAPITRE XI
DISPOSITIONS TRANSITOIRE ET FINALE

Article 26

La Republika Srpska et la FBIH adoptent et harmonisent leur législation sur les droits des minorités nationales, ainsi que d'autres lois et règlements qui régissent et protègent les droits des minorités nationales, à la présente loi dans les six mois suivant la date d'entrée en vigueur de la loi.

Article 27

La présente loi entre en vigueur le jour de sa publication dans le Journal officiel de la BIH, et doit être publiée dans les bulletins officiels des entités et du district de Brčko de la Bosnie-Herzégovine.

 

 

Zakon o izmjenama i dopunama Zakona o zaštiti prava pripadnika nacionalnih manjina (257/08)

Članak 1.

U Zakonu o zaštiti prava pripadnika nacionalnih manjina ("Službeni glasnik BiH", br. 12/03 i 76/05) učlanku 22. stavak 2. mijenja se i glasi:

"Vijeće nacionalnih manjina BiH, sukladno stavku 1. ovoga članka, može delegirati stručnjaka u radu ustavnopravnih povjerenstava obaju domova, Zajedničkog povjerenstva za ljudska prava, prava djeteta, mlade, useljeništvo, izbjeglice, azil i etiku te drugih povjerenstava i radnih tijela Parlamentarne skupštine BiH."

Članak 2.

Ovaj Zakon stu pa na snagu osmoga dana od dana objave u "Službenom glasniku BiH".

Loi modifiant la Loi sur la protection des droits
des minorités nationales (257/08)

Article 1er

Dans la Loi sur la protection des minorités nationales ("Journal officiel", no. 12/03 et 76/05), le paragraphe de de l'article 22 est modifié comme suit:

"Le Conseil des minorités nationales, conformément au paragraphe 1 du présent article, peut déléguer des experts pour travailler dans les comités constitutionnels des deux chambres, le Comité mixte sur les droits de l'homme, les droits des enfants, de la jeunesse, l'immigration, des réfugiés, des demandeurs et d'asile et d'autres comités et organismes de travail de l'Assemblée parlementaire de la BIH».

Article 2

La présente loi entre en vigueur le jour de sa publication au
Journal officiel.


 

Page précédente

Bosnie-Herzégovine

Accueil: aménagement linguistique dans le monde