République du Monténégro

Monténégro

Constitution de 2007

(Dispositions linguistiques)

La Constitution du Monténégro a été adoptée par le Parlement monténégrin le 19 octobre 2007. Le texte original est en monténégrin (variante monténégrine du serbe); la traduction à partir de cette langue est de Jacques Leclerc. Seuls les articles 13, 25, 29, 37, 44, 79 et 80 contiennent des dispositions linguistiques, dont un long article 79 portant spécifiquement sur les droits des minorités. Cet article apparaît comme assez complet en matière de protection linguistique constitutionnelle, car il couvre les principaux droits des minorités figurant dans la Convention-cadre européenne pour la protection des minorités nationales.

Član 13 [monténégrin]

Jezik i pismo

1) Službeni jezik u Crnoj Gori je crnogorski jezik.

2) Cirilicno i latinicno pismo su ravnopravni.

3) U službenoj upotrebi su i srpski, bosanski, albanski i hrvatski jezik.

Član 25

Privremeno ograničenje prava i sloboda

Za vrijeme proglašenog ratnog ili vanrednog stanja može se ograniciti ostvarivanje pojedinih ljudskih prava i sloboda, u obimu u kojem je to neophodno.

Ogranicenje se ne smije ciniti po osnovu pola, nacionalnosti, rase, vjere, jezika, etnickog ili društvenog porijekla, politickog ili drugog uvjerenja, imovnog stanja ili bilo kakvog drugog licnog svojstva.

[...]

Mjere ogranicenja mogu važiti najduže dok traje ratno ili vanredno stanje.

Član 29

Lišenje slobode

Svako ima pravo na licnu slobodu.

Lišavanje slobode dopušteno je samo iz razloga i u postupku koji je predviden zakonom.

Lice lišeno slobode mora odmah biti obaviješteno na svom jeziku ili jeziku koji razumije o razlozima lišenja slobode.

[...]

Član 37

Pravo na odbranu

Svakome se jemči pravo na odbranu, a posebno: da na jeziku koji razumije bude upoznat sa optužbom protiv sebe; da ima dovoljno vremena za pripremanje odbrane i da se brani lično ili putem branioca kojega sâm izabere.


Član 44

Pravo azila

Stranac koji osnovano strahuje od progona zbog svoje rase, jezika, vjere ili pripadnosti nekoj naciji ili grupi ili zbog političkih uvjerenja može da traži azil u Crnoj Gori.

Stranac se ne može protjerati iz Crne Gore tamo gdje mu, zbog rase, vjere, jezika ili nacionalne pripadnosti, prijeti osuda na smrtnu kaznu, mučenje, neljudsko ponižavanje, progon ili ozbiljno kršenje prava koja jemči ovaj Ustav.

Stranac se može protjerati iz Crne Gore samo na osnovu odluke nadležnog organa i u zakonom propisanom postupku.

5. POSEBNA - MANJINSKA PRAVA

Član 79

Zaštita identiteta

Pripadnicima manjinskih naroda i drugih manjinskih nacionalnih zajednica jemče se prava i slobode koja mogu koristiti pojedinačno i u zajednici sa drugima:

1) na izražavanje, cuvanje, razvijanje i javno ispoljavanje nacionalne, etnicke, kulturne i vjerske posebnosti;

2) na izbor, upotrebu i javno isticanje nacionalnih simbola i obilježavanje nacionalnih praznika;

3) na upotrebu svog jezika i pisma u privatnoj, javnoj i službenoj upotrebi;

4) na školovanje na svom jeziku i pismu u državnim ustanovama i da nastavni programi obuhvataju i istoriju i kulturu pripadnika manjinskih naroda i drugih manjinskih nacionalnih zajednica;

5) da u sredinama sa znacajnim ucešcem u stanovništvu organi lokalne samouprave, državni i sudski organi vode postupak i na jeziku manjinskih naroda i drugih manjinskih nacionalnih zajednica;

6) da osnivaju prosvjetna, kulturna i vjerska udruženja uz materijalnu pomoc države;

7) da sopstveno ime i prezime upisuju i koriste na svom jeziku i pismu u službenim ispravama;

8) da u sredinama sa znacajnim ucešcem u stanovništvu tradicionalni lokalni nazivi, imena ulica i naselja, kao i topografske oznake budu ispisani i na jeziku manjinskih naroda i drugih manjinskih nacionalnih zajednica;

9) na autenticnu zastupljenost u Skupštini Crne Gore i skupštinama jedinica lokalne samouprave u kojima cine znacajan dio stanovništva, shodno principu afirmativne akcije;

10) na srazmjernu zastupljenost u javnim službama, organima državne vlasti i lokalne samouprave;

11) na informisanje na svom jeziku;

12) da uspostavljaju i održavaju kontakte sa gradanima i udruženjima van Crne Gore sa kojima imaju zajednicko nacionalno i etnicko porijeklo, kulturno- istorijsko nasljede, kao i vjerska ubjedenja;

13) na osnivanje savjeta za zaštitu i unapredenje posebnih prava.

Član 80

Zabrana asimilacije

Zabranjena je nasilna asimilacija pripadnika manjinskih naroda i drugih manjinskih nacionalnih zajednica.

Država je dužna da zaštiti pripadnike manjinskih naroda i drugih manjinskih nacionalnih zajednica od svih oblika nasilne asimilacije.

Article 13 [traduction]

Langue et alphabet

1) La langue officielle du Monténégro est le monténégrin.

2) Les alphabets cyrillique et latin sont égaux.

3) Le serbe, le bosniaque, l'albanais et le croate sont aussi d'usage officiel.

Article 25

Limitation temporaire des droits et libertés

Pendant l'état proclamé de guerre ou en cas d'urgence, l'exercice de certains droits de l'homme et de certaines libertés peut être restreint, dans la mesure du nécessaire.

Ces restrictions ne doivent pas être introduites pour des motifs basés sur le sexe, la nationalité, la race, la religion, la langue, l'origine ethnique ou sociale, les opinions politiques ou autres, la situation financière ou toute autre particularité personnelle.

[...]

Ces mesures de restriction ne peuvent être en vigueur au plus que pour la durée de l'état de guerre ou du cas d'urgence.

Article 29

Suppression de la liberté


Chacun a le droit à la liberté individuelle.

La suppression de la liberté n'est autorisée seulement que par la procédure et les motifs prévus par la loi.

Quiconque est privé de sa liberté doit être averti immédiatement des motifs de son arrestation, dans sa langue maternelle ou dans une langue qu'il comprend.

[...]

Article 37

Droit à une défense

Tout accusé est assuré du droit à la défense et particulièrement celui d'être informé dans une langue qu'il comprend au sujet des accusations portées contre lui; d'avoir suffisamment de délai pour préparer sa défense et de se défendre personnellement ou par l'intermédiaire d'un avocat de son choix.

Article 44

Droit à l'asile


Un ressortissant étranger raisonnablement inquiété de persécution en raison de sa race, de sa langue, de sa religion ou de son appartenance à un groupe ou une nation ou en raison de ses propres opinions croyances politiques peut demander l'asile au Monténégro.

Un ressortissant étranger ne peut être expulsé du Monténégro en raison de sa race, de sa religion, de sa langue ou de son appartenance à une nation, s'il est menacé d'une condamnation à mort, de torture, de déchéance inhumaine, de persécution ou de violation sérieuse des droits garantis par la présente Constitution.

Un ressortissant étranger peut être expulsé du Monténégro seulement sur la base d'une décision d'un tribunal et selon la procédure prévue par la loi.

V. DISPOSITIONS SPÉCIALES RELATIVES AUX DROITS DES MINORITÉS

Article 79

Protection de l'identité


Les membres appartenant à des minorités et à d'autres communautés ethniques minoritaires ont la garantie des droits et libertés, qu'ils peuvent exercer individuellement ou collectivement avec d'autres, comme suit :

1) Le droit d'exercer, de protéger, de développer et d'exprimer publiquement leurs particularités nationales, ethniques, culturelles et religieuses;

2) Le droit de choisir, d'employer et de porter leurs symboles nationaux en public et de célébrer leurs fêtes nationales;

3) Le droit d'employer leur langue et leur alphabet en privé, en public et dans l'usage officiel;

4) Le droit de recevoir leur instruction dans leur langue et leur alphabet dans les établissements publics et le droit de voir incluses dans les programmes d'études l'histoire et la culture des membres appartenant à des minorités et à d'autres minorité ethniques minoritaires;

5) Le droit, dans les régions avec une partie importante de la population totale, pour obtenir une autonomie gouvernementale locale, l'État et les autorités judiciaires doivent recourir pour la procédure à la langue nationale minoritaire et d'autres communautés ethniques minoritaires;

6) Le droit de créer des associations éducatives, culturelles et religieuses, avec l'appui substantiel de l'État;

7) Le droit d'écrire et d'employer leurs nom et prénom dans leur langue et dans leur alphabet pour les documents officiels;

8) Le droit, dans les régions avec une partie importante de la population totale, d'obtenir les termes locaux traditionnels, les noms des rues et des règlements, ainsi que des panneaux topographiques rédigés dans la langue nationale de la minorité et d'autres communautés ethniques minoritaires;

9) Le droit à une représentation véritable au Parlement de la république du Monténégro et aux assemblées des collectivités d'autonomie locales dans lesquelles ils représentent une partie importante de la population, selon le principe de discrimination positive;

10) Le droit à la représentation proportionnelle dans les services publics, les autorités de l'État et des collectivités locales autogérées;

11) Le droit à l'information dans sa langue;

12) Le droit d'établir et de maintenir des relations avec les citoyens et les associations à l'extérieur du Monténégro, avec lesquels ils partagent une origine nationale et ethnique commune, un héritage culturel et historique, ainsi que des croyances religieuses;

13) Le droit de créer des comités destinés à la protection et l'amélioration de droits particuliers.

Article 80

Interdiction de l'assimilation


L'assimilation de force des membres des minorités nationales et des
autres communautés ethniques minoritaires est interdite.

L'État doit protéger les membres appartenant aux minorités nationales et des autres communautés ethniques minoritaires contre toutes les formes d'assimilation par la force.

Page précédente

 

Monténégro

Accueil: aménagement linguistique dans le monde