République de Serbie

Serbie

Constitution du 10 novembre 2006

La Constitution de la Serbie a été adoptée par référendum les 28 et 29 octobre 2006. La campagne référendaire fut entièrement axée sur la question du Kosovo, défini dans le préambule de la nouvelle Constitution comme une «partie intégrante» de la Serbie.

Cependant, seulement 51,4 % des électeurs inscrits ont approuvé le texte constitutionnel. Pour entrer en vigueur, la Constitution devait être approuvée par plus de 50% des électeurs inscrits. Évidemment, les Serbes du Kosovo se sont mobilisés en votant massivement à plus de 90% en faveur de la Constitution. Le score le plus faible fut atteint en Voïvodine, où seulement 42 % des électeurs ont approuvé la Constitution.

Si l’adoption de la Constitution avait pour but d’affirmer les droits de la Serbie sur le Kosovo, il faut se rendre à l'évidence que près d’un électeur serbe sur deux se montre désintéressé sur cette question. De plus, selon le CESID, une série d’irrégularités et d’infractions au code électoral ont été constatées, mais sans être de nature à modifier le résultat final.

La nouvelle Constitution fut officiellement promulguée par le Parlement serbe le 8 novembre 2006 et remplaçait celle de 1990. La traduction française qui suit a été faite à partir de la version croate (ou serbo-croate avec l'alphabet latin, plutôt que cyrillique).

Clan 3.

Vladavina prava

1.
Vladavina prava je osnovna pretpostavka Ustava i pociva na neotudivim ljudskim pravima.

2. Vladavina prava se ostvaruje slobodnim i neposrednim izborima, ustavnim jemstvima ljudskih i manjinskih prava, podelom vlasti, nezavisnom sudskom vlašcu i povinovanjem vlasti Ustavu i zakonu.

Clan 10.

Jezik i pismo

1.
U Republici Srbiji u službenoj upotrebi su srpski jezik i cirilicno pismo.

2. Službena upotreba drugih jezika i pisama ureduje se zakonom, na osnovu Ustava.

Clan 21.

Zabrana diskriminacije

1.
Pred Ustavom i zakonom svi su jednaki.

2. Svako ima pravo na jednaku zakonsku zaštitu, bez diskriminacije.

3. Zabranjena je svaka diskriminacija, neposredna ili posredna, po bilo kom osnovu, a narocito po osnovu rase, pola, nacionalne pripadnosti, društvenog porekla, rodenja, veroispovesti, politickog ili drugog uverenja, imovnog stanja, kulture, jezika, starosti i psihickog ili fizickog invaliditeta.

4. Ne smatraju se diskriminacijom posebne mere koje Republika Srbija može uvesti radi postizanja pune ravnopravnosti lica ili grupe lica koja su suštinski u nejednakom položaju sa ostalim gradanima.

Clan 27.

Pravo na slobodu i bezbednost

2.
Lice koje je lišeno slobode od strane državnog organa odmah se, na jeziku koji razume, obaveštava o razlozima lišenja slobode, o optužbi koja mu se stavlja na teret kao i o svojim pravima i ima pravo da bez odlaganja o svom lišenju slobode obavesti lice po svom izboru.

Clan 32.

Pravo na pravicno sudenje

1.
Svako ima pravo da nezavisan, nepristrasan i zakonom vec ustanovljen sud, pravicno i u razumnom roku, javno raspravi i odluci o njegovim pravima i obavezama, osnovanosti sumnje koja je bila razlog za pokretanje postupka, kao i o optužbama protiv njega.

2. Svakome se jemci pravo na besplatnog prevodioca, ako ne govori ili ne razume jezik koji je u službenoj upotrebi u sudu i pravo na besplatnog tumaca, ako je slep, gluv ili nem.

[...]

Clan 33.

Posebna prava okrivljenog

1.
Svako ko je okrivljen za krivicno delo ima pravo da u najkracem roku, u skladu sa zakonom, podrobno i na jeziku koji razume, bude obavešten o prirodi i razlozima dela za koje se tereti, kao i o dokazima prikupljenim protiv njega.

[...]

Clan 57.

Pravo na utocište

1.
Stranac koji osnovano strahuje od progona zbog svoje rase, pola, jezika, veroispovesti, nacionalne pripadnosti ili pripadnosti nekoj grupi ili zbog svojih politickih uverenja, ima pravo na utocište u Republici Srbiji.

2. Postupak za sticanje utocišta ureduje se zakonom.

[...]

Poglavlje 3.

Prava pripadnika nacionalnih manjina

Clan 75.

Osnovna odredba

1.
Pripadnicima nacionalnih manjina, pored prava koja su Ustavom zajemcena svim gradanima, jemce se dodatna, individualna ili kolektivna prava. Individualna prava ostvaruju se pojedinacno, a kolektivna u zajednici sa drugima, u skladu sa Ustavom, zakonom i medunarodnim ugovorima.

2. Putem kolektivnih prava pripadnici nacionalnih manjina, neposredno ili preko svojih predstavnika, ucestvuju u odlucivanju ili sami odlucuju o pojedinim pitanjima vezanim za svoju kulturu, obrazovanje, obaveštavanje i službenu upotrebu jezika i pisma, u skladu sa zakonom.

3. Radi ostvarenja prava na samoupravu u kulturi, obrazovanju, obaveštavanju i službenoj upotrebi jezika i pisma, pripadnici nacionalnih manjina mogu izabrati svoje nacionalne savete, u skladu sa zakonom.

Clan 76.

Zabrana diskriminacije nacionalnih manjina

1.
Pripadnicima nacionalnih manjina jemci se ravnopravnost pred zakonom i jednaka zakonska zaštita.

2. Zabranjena je bilo kakva diskriminacija zbog pripadnosti nacionalnoj manjini.

3. Ne smatraju se diskriminacijom posebni propisi i privremene mere koje Republika Srbija može uvesti u ekonomskom, socijalnom, kulturnom i politickom životu, radi postizanja pune ravnopravnosti izmedu pripadnika nacionalne manjine i gradana koji pripadaju vecini, ako su usmerene na uklanjanje izrazito nepovoljnih uslova života koji ih posebno pogadaju.

Clan 77.

Ravnopravnost u vodenju javnih poslova

1.
Pripadnici nacionalnih manjina imaju, pod istim uslovima kao ostali gradani, pravo da ucestvuju u upravljanju javnim poslovima i da stupaju na javne funkcije.

2. Pri zapošljavanju u državnim organima, javnim službama, organima autonomne pokrajine i jedinica lokalne samouprave vodi se racuna o nacionalnom sastavu stanovništva i odgovarajucoj zastupljenosti pripadnika nacionalnih manjina.

Clan 78.

Zabrana nasilne asimilacije

1.
Zabranjena je nasilna asimilacija pripadnika nacionalnih manjina.

2. Zaštita pripadnika nacionalnih manjina od svake radnje usmerene ka njihovoj nasilnoj asimilaciji ureduje se zakonom.

3. Zabranjeno je preduzimanje mera koje bi prouzrokovale veštacko menjanje nacionalnog sastava stanovništva na podrucjima gde pripadnici nacionalnih manjina žive tradicionalno i u znacajnom broju.

Clan 79.

Pravo na ocuvanje posebnosti

1.
Pripadnici nacionalnih manjina imaju pravo: na izražavanje, cuvanje, negovanje, razvijanje i javno izražavanje nacionalne, etnicke, kulturne i verske posebnosti; na upotrebu svojih simbola na javnim mestima; na korišcenje svog jezika i pisma; da u sredinama gde cine znacajnu populaciju, državni organi, organizacije kojima su poverena javna ovlašcenja, organi autonomnih pokrajina i jedinica lokalne samouprave vode postupak i na njihovom jeziku; na školovanje na svom jeziku u državnim ustanovama i ustanovama autonomnih pokrajina; na osnivanje privatnih obrazovnih ustanova; da na svome jeziku koriste svoje ime i prezime; da u sredinama gde cine znacajnu populaciju, tradicionalni lokalni nazivi, imena ulica, naselja i topografske oznake budu ispisane i na njihovom jeziku; na potpuno, blagovremeno i nepristrasno obaveštavanje na svom jeziku, ukljucujuci i pravo na izražavanje, primanje, slanje i razmenu obaveštenja i ideja; na osnivanje sopstvenih sredstava javnog obaveštavanja, u skladu sa zakonom.

2. U skladu sa Ustavom, na osnovu zakona, pokrajinskim propisima mogu se ustanoviti dodatna prava pripadnika nacionalnih manjina.

Clan 80.

Pravo na udruživanje i na saradnju sa sunarodnicima

1.
Pripadnici nacionalnih manjina mogu da osnivaju prosvetna i kulturna udruženja, koja dobrovoljno finansiraju.

2. Republika Srbija priznaje prosvetnim i kulturnim udruženjima nacionalnih manjina posebnu ulogu u ostvarivanju prava pripadnika nacionalnih manjina.

3. Pripadnici nacionalnih manjina imaju pravo na nesmetane veze i saradnju sa sunarodnicima izvan teritorije Republike Srbije.

Clan 81.

Razvijanje duha tolerancije


U oblasti obrazovanja, kulture i informisanja Srbija podstice duh tolerancije i medukulturnog dijaloga i preduzima efikasne mere za unapredenje uzajamnog poštovanja, razumevanja i saradnje medu svim ljudima koji žive na njenoj teritoriji, bez obzira na njihov etnicki, kulturni, jezicki ili verski identitet.

Clan 199.

Jezik postupka

1.
Svako ima pravo da koristi svoj jezik u postupku pred sudom, drugim državnim organom ili organizacijom koja vrši javna ovlašcenja, kada se rešava o njegovom pravu ili obavezi.

2. Neznanje jezika na kome se postupak vodi ne sme biti smetnja za ostvarivanje i zaštitu ljudskih i manjinskih prava.

Clan 202.

Odstupanja od ljudskih i manjinskih prava u vanrednom i ratnom stanju

1.
Po proglašenju vanrednog ili ratnog stanja, dozvoljena su odstupanja od ljudskih i manjinskih prava zajemcenih Ustavom, i to samo u obimu u kojem je to neophodno.

2. Mere odstupanja ne smeju da dovedu do razlikovanja na osnovu rase, pola, jezika, veroispovesti, nacionalne pripadnosti ili društvenog porekla.

3. Mere odstupanja od ljudskih i manjinskih prava prestaju da važe prestankom vanrednog ili ratnog stanja.

4. Mere odstupanja ni u kom slucaju nisu dozvoljene u pogledu prava zajemcenih cl. 23, 24, 25, 26, 28, 32, 34, 37, 38, 43, 45, 47, 49, 62 , 63, 64. i 78. Ustava.

Article 3

Règle de droit

1.
La règle de droit est une condition fondamentale de la Constitution qui est fondée sur les droits humains inaliénables.

2. La primauté du droit doit être exercée par des élections libres et directes, les garanties constitutionnelles des droits de l'homme et des minorités, la séparation des pouvoirs, l'indépendance du pouvoir judiciaire et le respect de la Constitution et de la loi par les autorités.

Article 10

Langue et alphabet

1.
Le serbe et l'alphabet cyrillique sont d'usage officiel dans la république de Serbie.

2. L'emploi officiel des autres langues et alphabets est réglementé par la loi, sur la base de la Constitution.

Article 21

Discrimination interdite


1. Tous sont égaux devant la Constitution et la loi.

2. Toute personne a le droit à une protection juridique égale, sans discrimination.

3. Toute discrimination, directe ou indirecte, fondée sur quelque motif que ce soit, notamment sur la race, le sexe, l'origine nationale, l'origine sociale, la naissance, la religion, l'opinion politique ou autre, la fortune, la culture, la langue, l'âge, le handicap mental ou physique, est interdite.

4. Des mesures spéciales, prises par la république de Serbie, qui peuvent être introduites pour réaliser la pleine égalité des individus ou un groupe d'individus dans une position sensiblement inégale par rapport aux autres citoyens, ne doivent pas être considérées comme discriminatoires.

Article 27

Droit à la liberté et la sécurité


2. Quiconque est privé de liberté par une instance de l'État doit être informée sans délai dans une langue qu'il comprend des motifs de son arrestation ou de sa détention, des accusations portées contre lui, ainsi que de ses droits d'informer toute personne de son choix sans délai au sujet de son arrestation ou de sa détention.

Article 32

Droit à un procès équitable

1. Quiconque a le droit à une audience publique devant un tribunal indépendant et impartial établi par la loi dans un délai raisonnable, qui doit statuer sur ses droits et obligations, ainsi que les motifs de soupçon résultant de la procédure engagée et des accusations portées contre lui.

2. Quiconque a le droit à l'assistance gratuite d'un interprète s'il ne parle ni ne comprend la langue officielle utilisée dans les tribunaux et le droit à l'assistance gratuite d'un interprète si la personne est aveugle, sourde ou muette.

[...]

Article 33

Droits spéciaux des accusés


1. Quiconque est accusé d'une infraction a le droit d'être informé rapidement, en conformité avec la loi, dans la langue qu'il comprend et en détail sur la nature et la cause de l'accusation portée contre lui, ainsi que des éléments de preuve contre lui.

[...]

Article 57

Droit d'asile


1. Tout ressortissant étranger craignant de façon raisonnable des poursuites judiciaires fondées sur la race, le sexe, la langue, la religion, l'origine nationale ou l'appartenance à un groupe, les opinions politiques, a le droit d'asile en république de Serbie.

2. La procédure pour l'acquisition de l'asile est régie par la loi.

[...]

CHAPITRE III

Droits des membres appartenant à des minorités nationales

Article 75

Dispositions fondamentales

1. Les membres appartenant à des minorités nationales, en plus des droits garantis par la Constitution pour tous les citoyens, doivent se voir garantir des droits individuels et collectifs supplémentaires. Les droits individuels sont exercés individuellement et collectivement en communauté avec d'autres, conformément à la Constitution, à la loi et aux traités internationaux.

2. Grâce à leurs droits collectifs, les membres appartenant à des minorités nationales participent en toute indépendance, soit directement soit par l'intermédiaire de leurs représentants, à la prise de décision ou de certaines questions relatives à leur culture, l'éducation, l'information et l'emploi officiel des langues et de l'alphabet, en conformité avec la loi.

3. Les membres appartenant à des minorités nationales peuvent élire leurs conseils nationaux en vue d'exercer leur droit à l'autonomie gouvernementale dans les domaines de la culture, de l'éducation, de l'information et de l'emploi officiel de leur langue et de leur alphabet, en conformité avec la loi.

Article 76

Discrimination interdite contre les minorités nationales

1. Les membres appartenant à des minorités nationales ont la garantie de l'égalité devant la loi et une égale protection juridique.

2. Toute discrimination fondée sur des motifs d'appartenance à une minorité nationale est interdite.

3. Ne sont pas considérées comme des mesures discriminatoires certaines réglementations particulières et mesures provisoires que la république de Serbie peut introduire dans la vie économique, sociale, culturelle et politique dans le but d'atteindre la pleine égalité entre les membres d'une minorité nationale et les citoyens appartenant à la majorité, si elles sont destinées à l'élimination des conditions de vie extrêmement défavorables qui les concernent particulièrement.

Article 77

Égalité dans l'administration des affaires publiques

1. Les membres des minorités nationales ont le droit de participer à l'administration des affaires publiques et d'assumer un rôle public, avec les mêmes conditions que les autres citoyens.

2. L'emploi dans les instances nationales, les services publics, les autorités de la province autonome et des collectivités d'autonomie locale doit être pris en considération de la composition ethnique de la population et d'une représentation adéquate des membres des minorités nationales.

Article 78

Interdiction de l'assimilation forcée


1. L'assimilation forcée des membres des minorités nationales est strictement interdite.

2. La protection des membres des minorités nationales contre toute activité orientées vers leur assimilation forcée est régie par la loi.

3. Il est strictement interdit de prendre des mesures qui entraîneraient des changements artificiels dans la composition ethnique de la population dans les zones où les membres des minorités nationales vivent traditionnellement et en grand nombre.

Article 79

Droit à la préservation des particularismes

1. Les membres des minorités nationales ont le droit: à l'expression, la préservation, la promotion, au développement et à l'expression publique des particularismes nationaux, ethniques, culturels et religieux; à l'emploi de leurs symboles dans les lieux publics, ainsi qu'à l'usage de leur langue et de leur alphabet; à une procédure également dans leur langue avec les instances de l'État, les organismes faisant affaire avec les pouvoirs publics, les provinces autonomes et les administrations locales autonomes; à une instruction dans les institutions publiques et les institutions des provinces autonomes; à la création d'établissements d'enseignement privés; à l'usage de leur prénom et nom dans leur langue; aux dénominations traditionnelles locales, aux noms de rues, de villes et des toponymes rédigés dans leur langue là où ils forment une majorité significative de la population; à une information complète, adéquate et impartiale dans leur la langue, y compris le droit d'exprimer, de recevoir, d'envoyer et d'échanger des informations et des opinions; d'établir leurs propres médias, conformément à la loi.

2. En vertu de la loi et en conformité avec la Constitution, des droits supplémentaires destinés aux minorités nationales peuvent être décidés par des règlements provinciaux.

Article 80

Le droit d'association et de coopération avec les compatriotes

1. Les membres des minorités nationales peuvent fonder des associations éducatives et culturelles, lesquelles sont financées de façon volontaire.

2. La république de Serbie reconnaît un rôle spécifique aux associations éducatives et culturelles des minorités nationales dans l'exercice des droits des minorités nationales.

3. Les membres des minorités nationales ont droit à la coopération et à des relations ininterrompues avec leurs compatriotes à l'extérieur du territoire de la république de Serbie.

Article 81

Développer l'esprit de tolérance

Dans le domaine de l'éducation, de la culture et de l'information, la Serbie doit développer l'esprit de tolérance et le dialogue interculturel, et prendre des mesures efficaces pour promouvoir le respect, la compréhension mutuelle et la coopération entre toutes les personnes vivant sur son territoire, quelle que soit leur identité ethnique, culturelle, linguistique ou religieuse.

Article 199

Langue de la procédure

1. Quiconque a le droit d'employer sa langue dans la procédure devant la Cour, toute autre instance de l'État ou tout organisme exerçant des pouvoirs publics, lorsqu'il s'agit de ses droits ou de ses obligations.

2. L'ignorance de la langue de la procédure ne doit pas constituer un obstacle à la réalisation et à la protection des droits de l'homme et des minorités.

Article 202

Dérogation par rapport aux droits de l'homme et des minorités en cas d'urgence et de guerre


1. Dès la proclamation de l'état d'urgence ou de guerre, des dérogations aux droits de l'homme et des minorités garantis par la Constitution sont autorisées mais seulement si la mesure est jugée nécessaire.

2. De simples différences fondées sur la race, le sexe, la langue, la religion, l'appartenance nationale ou l'origine sociale ne doivent pas entraîner des mesures de dérogation.

3. Les mesures prévoyant des dérogations aux droits de l'homme et des minorités cessent d'être en vigueur dès la fin de l'état d'urgence ou de guerre.

4. Dans tous les cas, les mesures de dérogation ne sont pas autorisées à l'égard des droits garantis en vertu des articles 23, 24, 25, 26, 28, 32, 34, 37, 38, 43, 45, 47, 49, 62, 63, 64 et 78 de la Constitution.



 

Page précédente

 

Serbie

Accueil: aménagement linguistique dans le monde