Manifeste adressé aux Canadiens

James Wolfe

Le 27 juin 1759

Le 28 juin 1759, le général James Wolfe rédigea un manifeste destiné à neutraliser ou terroriser les habitants de la Nouvelle-France. Voici le texte de ce manifeste publié en version française le 28 juin 1759.

De par Son Excellence James Wolfe, major-général, colonel d’infanterie, commandant en chef des troupes de Sa Majesté britannique sur la rivière de Saint-Laurent.

Le Roi mon maître, justement irrité contre la France, et résolu d’en rabattre la fierté, et de venger les insultes faites aux colonies anglaises, s’est aussi déterminé à envoyer un armement formidable de terre et de mer, que les habitants voient avancer jusque dans le centre de leur pays. Il a pour but de priver la couronne de France des établissements les plus considérables dont elle jouit dans le nord de l’Amérique.

C’est à cet effet qu’il lui a plu de m’envoyer dans ce pays, à la tête de l’armée redoutable actuellement sous mes ordres. Les laboureurs, colons et paysans, les enfants ni les ministres sacrés de la religion, ne sont point l’objet du ressentiment du Roi de la Grande Bretagne ; ce n’est point contre eux qu’il élève les bras. Il prévoit leurs calamités, plaint leur sort, et leur tend une main secourable.

Il est permis aux habitants de revenir dans leur famille et dans leurs habitations, je leur promets ma protection, et je les assure qu’ils pourront sans craindre les moindres molestations, y jouir de leurs biens, suivre le culte de leur religion, en un mot jouir au milieu de la guerre de toutes les douceurs de la paix, pourvu qu’ils s’engagent à ne prendre directement ou indirectement aucune part à une dispute qui ne regarde que les deux Couronnes. Si au contraire un entêtement déplacé et une valeur imprudente et inutile, leur font prendre les armes qu’ils s’attendent à souffrir tout ce que la guerre a de plus cruel. Il leur est aisé de se représenter à quels excès se porte la fureur d’un soldat effréné. Mes ordres seuls peuvent en arrêter le cours, et c’est aux Canadiens par leur conduite à se procurer cet avantage. Ils ne peuvent ignorer la situation présente. Une flotte considérable bouche le passage aux secours qu’ils pourraient se flatter de recevoir du côté de l’Europe, et une armée nombreuse les presse du côté du continent.

Le parti qu’ils ont à prendre ne paraît pas douteux. Que peuvent-ils attendre d’une vaine et aveugle opposition ? Qu’ils en soient eux-mêmes les juges. Les cruautés inouïes que les Français ont exercées contre les sujets de la Grande-Bretagne établis dans l’Amérique pouvaient servir d’excuses aux représailles les plus sévères; mais l’Anglais repousse ces barbares méthodes. Sa religion ne prêche que l’humanité, et son cœur en suit avec plaisir le précepte.

Si la folle espérance de nous repousser avec succès porte les Canadiens à nous refuser la neutralité que je leur propose, et leur donne la présomption de paraître les armes à la main, ils n’auront sujet de s’en prendre qu’à eux-mêmes lorsqu’ils gémiront sous le poids de la misère à laquelle ils se seront exposés par leur propre choix. Il sera trop tard de regretter les efforts inutiles de leur valeur martiale, lorsque, pendant l’hiver, ils verront périr de famine tout ce qu’ils ont de plus cher.

Quant à moi, je n’aurai rien à me reprocher. Les droits de la guerre sont connus, et l’entêtement d’un ennemi fourni les moyens dont on se sert pour le mettre à la raison.

Il est permis aux habitants du Canada de choisir. Ils voient d’un côté l’Angleterre, qui leur tend une main puissante et secourable ― son exactitude à remplir son engagement―, et comme elle s’offre à maintenir les habitants dans leurs droits et leurs possessions.

De l’autre côté, la France, incapable de supporter ce peuple, abandonne leur cause dans le moment le plus critique, et si, pendant la guerre, elle leur a envoyé des troupes, à quoi leur ont elles servi? à leur faire sentir avec plus d’amertume le poids d’une main qui les opprime au lieu de les secourir.

Que les Canadiens consultent leur prudence. Leur sort dépend de leur choix.

Donné à notre quartier général, à la paroisse Saint-Laurent, île d'Orléans,

le 27 juin 1759.

Page précédente


 
 

Histoire du français au Québec



 

Accueil: aménagement linguistique dans le monde