Eesti Vabariik
(République d'Estonie)
Estonie

Loi sur l’autonomie culturelle
des minorités nationales 

1993

La présente version française de la Loi sur l'autonomie culturelle des minorités nationales (1993) n'a qu'une valeur informative; il s'agit d'une traduction de l'anglais.

Law on Cultural Autonomy for National Minorities

Adopted on 26 October 1993

Chapter I.

General Provisions

Article 1.

This Law considers as national minorities citizens of Estonia who:

a. reside on the territory of Estonia;
b. maintain longstanding, firm and lasting ties with Estonia;
c. are distinct from Estonians on the basis of their ethnic, cultural, religious, or linguistic characteristics;
d. are motivated by a concern to preserve together their cultural traditions, their religion or their language which constitute the basis of their common identity.

Article 2.

1) For the purposes of the present Law, cultural autonomy for national minorities is defined as the right of individuals belonging to a national minority to establish cultural autonomy in order to achieve the cultural rights given to them by the constitution.

2) National minority cultural autonomy may be established by persons belonging to German, Russian, Swedish and Jewish minorities and persons belonging to national minorities with a membership of more than 3000.

Article 3.

1) Every member of a national minority has the right to preserve his or her ethnic identity, cultural traditions, native language and religious beliefs.

2) It is prohibited to ridicule and to obstruct the practice of ethnic cultural traditions and religious practices and to engage in any activity which is aimed at the forcible assimilation of national minorities.

Article 4.

Members of a national minority have the right:

a. to form and support cultural and educational institutions and religious congregations
b. to form ethnic organisations
c. to practise cultural traditions and religious customs if this does not endanger public order, health and morals
d. to use their mother tongue in dealings within the limits established by the Language Law
e. to publish ethnic language publications
f. to conclude agreements of cooperation between ethnic, cultural and educational institutions and religious congregations
g. to circulate and exchange information in their mother tongue.

Article 5.

1) The principal objective of national minority cultural autonomy is:

the organisation of education in the mother tongue and monitoring the use of resources provided for this purpose the formation of national minority cultural institutions, organization of their activities and the organisation of ethnic cultural events the establishment and bestowment of funds, scholarships and awards for the promotion of national minority culture and education

2) National minorities have the right, in the interests of their ethnic culture, to form institutions of cultural autonomy, that shall observe the laws of Estonia in addressing issues within their competence.

Article 6.

Foreigners residing in Estonia may participate in the activities of cultural and educational institutions and religious congregations of national minorities, but they may not vote or be elected or appointed to the leadership of the institutions of cultural self-government.

Chapter II.

The National Register of National Minorities

Article 7.

1) The application for national minority cultural autonomy shall be based on the national register of national minorities.

2) The national registers of national minorities shall be prepared by ethnic cultural societies or their federations. Regulations for the keeping and use of national registers shall be established by the Government of the Republic.

Article 8.

1) The national register contains the following information regarding a person:

given name and surname date and place of birth sex ethnicity and mother tongue personal code marital status data on children who are minors place of residence religious affiliation signature of the applicant and date

2) Children under the age of 15 shall be entered in the national register at the request of their parents.

3) A person's name is included in the national register on basis of a personal application. The application may be submitted by mail.

Article 9.

A person shall be deleted from the national register:

at his or her request if the person renounces Estonian citizenship or settles permanently in a foreign state upon his or her death

Chapter III.

The Establishment of the Principal Organizations
for the Cultural Autonomy of National Minorities

Article 10.

Persons belonging to a national minority wishing to establish cultural autonomy shall present the appropriate application to the Government through their ethnic cultural society or federation of societies.

Article 11.

1) The principal organizations of cultural autonomy for national minorities are the cultural council of a national minority and the cultural boards governing the activities of cultural autonomy institutions.

2) A cultural council may form the city or county cultural council of a national minority or appoint local cultural representatives.

Article 12.

The cultural council of a national minority is elected in direct and uniform elections, by secret ballot. Voting takes place in voting districts, either in person or by mail.

Article 13.

1) For the purpose of organizing the elections of a cultural council, an ethnic cultural society or federation of societies shall elect a general election committee, the composition of which shall be confirmed by the Government of the Republic and to which the Government shall appoint its representative so as to monitor compliance with electoral regulations.

2) If necessary, the general election committee shall form local election committees and shall issue organisational directives on procedures for the holding of elections, tabulating and announcing results.

Article 14.

Electoral regulations for national minority cultural councils shall be drafted and approved by the Government of the Republic.

Article 15.

Electoral lists shall be compiled on the basis of the national register of national minorities prescribed by article 8 of the present Law.

Article 16.

1) Elections shall not be held if less than one-half of the persons in the national register have consented to be registered on the electors list.

2) The given national minority may submit an application for the holding of new elections to the cultural council no earlier than three years after any previous application.

Article 17.

1) Electoral lists shall be made public no less than two months prior to the elections.

2) Every person entered on the electors list has the right to request that his or her name be deleted from the list, until no later than two weeks prior to the elections.

Article 18.

1) The number of members of the national minority cultural council shall be determined by the general election committee, however the number may not be more than 60 or less than 20.

2) The cultural council is elected for a term of three years.

Article 19.

Elections to the national minority cultural council are considered to have been held if more than one-half of the electors entered on the electoral list participate in the elections and the election is held in accordance with the present Law and electoral regulations.

Article 20.

Protests and complaints regarding the carrying out of cultural council elections shall be resolved by the general election committee no later than two weeks after the announcement of election results.

Article 21.

The chairman of the general election committee shall convene the first meeting of the cultural council no later than one month after the results of the cultural council elections have been announced and shall preside over the session until the executive has been elected. Subsequently, the general election committee shall declare its authority to be terminated.

Article 22.

At the first meeting of the cultural council, a majority of the council shall adopt statutes regarding cultural autonomy which determine:

a. the procedures for the election of the chairman, the vice-chairman and executive of the cultural council
b. the procedures for the formation of cultural councils and their jurisdiction
c. the formation of institutions of cultural autonomy
d. the rights and duties of cultural autonomy organizations, based on their fundamental purposes as prescribed in Article 5 of the present Law
e. regulations for the work of the principal organizations of cultural autonomy

Article 23.

Expenses related to the election of the national minority cultural council are paid by the national minority cultural autonomy body. However, expenses related to the election of the cultural council may be provided from the state budget.

Chapter IV.

Institutions of Cultural Autonomy
nd the Financing of their Activities

Article 24.

Institutions of cultural autonomy are:

a. educational institutions providing intensive instruction in the ethnic language or ethnic culture (pre-school institutions and schools)
b. ethnic cultural institutions
c. ethnic cultural enterprises and publishing houses
d. ethnic social care institutions

Article 25.

The establishment of a national minority school(class) and the organisation of its work is governed by the provisions of the Law on Private Schools.

Article 26.

Institutions of cultural autonomy are independent legal persons, may own real property and are liable for their financial obligations.

Article 27.

1) National minority cultural autonomy and its activities are financed from:

a. allocations from the state budget in accordance with the law and from specific contributions for that purpose
b. contributions specifically allocated from local government budgets to cultural autonomy educational, cultural and social care institutions
c. cultural autonomy membership fees, the amount of which shall be determined by the cultural council
d. contributions, donations and bequests
e. donations from foreign organisations

2) Resources allocated for the specific purpose of national minority cultural autonomy may be used only in accordance with procedures prescribed for that purpose. The use of the funds shall be monitored in accordance with current legal acts by authorized state auditing bodies.

Chapter V.

The Termination of the Activities
of National Minority Cultural Autonomy Institutions

Article 28.

The Government of the Republic shall terminate the activities of institutions of national minority cultural autonomy where:

a. according to data in the national register of national minorities the number of members of a national minority who are permanent residents of Estonia has been less than 3000 for the previous 5 years during two;
b. consecutive elections for the cultural council it has not been possible to constitute an electoral list according to requirements less than one;
c. half of citizens entered on the electoral list have participated in two consecutive elections

Article 29.

Upon the termination of its activities, the property of a national minority cultural autonomy institution shall be transferred in accordance with procedures established by decision of the cultural council.

Chapter VI.

Final provisions

Article 30.

The Estonian Soviet Socialist Republic Law on the Ethnic Rights of Citizens of the Estonian SSR of December 15, 1989 is repealed. (ESSR Gazette 1989, 40, 618)

Loi sur l'autonomie culturelle des minorités nationales

Adoptée le 26 octobre 1993

Chapitre I

Dispositions générales

Article 1er

La présente loi considère comme minorités nationales les citoyens de l'Estonie qui :

a. résident sur le territoire de l'Estonie;
b. maintiennent des liens de longue date, fermes et durables avec l'Estonie;
c. sont distinct des Estoniens sur la base de leurs caractéristiques ethniques, culturelles, religieuses ou linguistiques;
d. sont motivés par le souci de préserver collectivement leurs traditions culturelles, leur religion ou leur langue constituant la base de leur identité commune.

Article 2

1) Pour les fins de la présente loi, l'autonomie culturelle pour les minorités nationales est définie comme le droit des individus appartenant à une minorité nationale de former une autogestion culturelle afin de concrétiser leurs droits culturels accordés par la Constitution.

2) L'autonomie culturelle d'une minorité nationale peut être reconnue pour des individus membres des minorités allemande, russe, suédoise et juives appartenant aux minorités nationales avec un effectif de plus de 3000 membres.

Article 3

1) Chaque membre d'une minorité nationale a le droit de préserver son identité ethnique, ses traditions culturelles, sa langue maternelle et ses croyances religieuses.

2) Il est interdit de ridiculiser et d'entraver la pratique des traditions ethniques culturelles et des activités religieuses, et de se livrer à toute activité dont le but est d'assimiler par la force les minorités nationales.

Article 4

Les membres d'une minorité nationale ont le droit :

a. de former et de soutenir des organismes culturels et éducatifs, ainsi que des congrégations religieuses;
b. de créer des organisations ethniques;
c. de pratiquer leurs traditions culturelles et leurs coutumes religieuses si cela ne met pas en danger l'ordre public, la santé et la morale; 
d. d'employer leur langue maternelle dans leurs communications dans les limites prescrites par la Loi sur la langue;
e. de diffuser des publications dans les langues ethniques;
f. de conclure des accords de coopération entre des organismes ethniques, culturels et éducatifs et des assemblées religieuses;
g. de faire circuler et d'échanger des informations dans leur langue maternelle.

Article 5

1) L'objectif principal de l'autonomie culturelle d'une minorité nationale est:

l'organisation de l'éducation dans la langue maternelle et le contrôle de l'usage des ressources fournies à cette fin, l'enseignement de la minorité nationale dans les organismes culturels, l'organisation de ses activités et l'établissement d'événements ethniques culturels et  de fonds, de bourses et de prix pour la promotion de la culture et de l'éducation de la minorité nationale. 

2) Les minorités nationales ont le droit, selon les intérêts de leur culture ethnique, de former des organismes d'autonomie culturelle, qui respecteront les lois de l'Estonie dans les questions relatives à leur compétence.

Article 6

Les étrangers résidant en Estonie peuvent participer aux activités des organismes culturels et éducatifs, ainsi que des assemblées religieuses des minorités nationales, mais ils ne peuvent pas voter, être élus ou désignés à la direction des organismes d'autonomie culturelle.

Chapitre II

Le registre national des minorités nationales

Article 7

1) Toute demande à l'autonomie culturelle pour une minorité nationale doit être fondée d'après le Registre national des minorités nationales.

2) Les registres nationaux des minorités nationales sont préparés par des sociétés ethniques culturelles ou leur fédération. Les règlements pour la tenue et l'usage des registres nationaux sont déterminés par le gouvernement de la République.

Article 8

1) Le Registre national contient les informations suivantes au sujet d'une personne:

le nom et le prénom, la date et le lieu de naissance, le sexe, l'appartenance ethnique et la langue maternelle, le code personnel, le statut matrimonial, les données sur les enfants mineurs, le domicile, la confession religieuse, la signature du requérant et la date.

2) Les enfants de moins de 15 ans sont inscrits dans le Registre national à la demande de leurs parents.

3) Le nom d'une personne est inscrit dans le Registre national sur la base d'une demande personnelle. La demande peut être soumise par courrier.

Article 9

Toute personne est supprimée du Rgistre national :

à sa demande, si elle renonce à la citoyenneté estonienne ou établit domicile de façon permanente dans un pays étranger  jusqu'à son décès.

Chapitre III

L'implantation des organisations principales
pour l'autonomie culturelle des minorités nationales

Article 10

Les membres appartenant à une minorité nationale souhaitant implanter l'autonomie culturelle présentent une demande appropriée au gouvernement par l'intermédiaire de leur communauté culturelle ethnique ou de leur fédération de communautés.

Article 11

1) Les principaux organismes d'autonomie culturelle pour les minorités nationales sont le conseil culturel d'une minorité nationale et les conseils culturels régissant les activités des organismes d'autonomie culturelle.

2) Un conseil culturel peut former la conseil  culturel d'une ville ou d'un comté d'une minorité nationale sur les questions culturelles ou nommer des représentants locaux sur ces questions.

Article 12

Le conseil culturel d'une minorité nationale est élu lors d'élections directes et uniformes, par bulletin secret. Le vote se tient dans des districts électoraux, ou en personne ou par courrier.

Article 13

1) Dans le but d'organiser des élections d'un conseil culturel, une communauté culturelle ethnique ou une fédération de communautés élit un comité général des élections, dont la composition sera confirmée par le gouvernement de la République et auquel le gouvernement nommera son représentant afin d'en contrôler la conformité avec les règlements électoraux.

2)  En cas de nécessité, le comité général des élections forme des commissions électorales locales et publie les directives réglementaire sur la procédure électorale, les totalisations et les résultats du scrutin.

Article 14

Les règlements électoraux pour les conseils culturels d'une minorité nationale sont rédigés et approuvés par le gouvernement de la République.

Article 15

Les listes électorales sont compilées sur la base du registre national des minorités nationales, telles que prescrites par l'article 8 de la présente loi.

Article 16

1) Les élections ne sont pas tenues si moins de la moitié des personnes inscrites dans le registre national ont consenti pour être enregistrées sur la liste des électeurs.

2) La minorité nationale concernée peut soumettre une demande pour la tenue de nouvelles élections au conseil culturel pas avant trois ans après la demande précédente.

Article 17

1)
Les listes électorales ne sont pas rendues publiques à moins de deux mois avant les élections.

2) Chaque personne inscrite sur liste des électeurs a le droit de demander que son nom soit supprimé de la liste, jusqu'à pas plus tard que deux semaines avant les élections.

Article 18

1) Le nombre des membres du Conseil culturel de la minorité nationale est établi par un comité général d'élections, mais il ne peut pas excéder plus de 60 et compter moins de 20 membres.

2) Le conseil culturel est élu pour un mandat de trois ans.

Article 19

Les élections au conseil culturel de la minorité nationale sont considérées comme ayant été tenues si plus de la moitié des électeurs inscrits sur la liste électorale participent aux élections et si les élections sont tenues conformément à la présente loi et aux règles de procédure électorale.

Article 20

Les protestations et les plaintes contre la tenue d'élections au conseil culturel sont autorisées par le comité général des élections pas plus tard que deux semaines après la publication des résultats des élections.

Article 21

Le président du comité général des élections convoque la première réunion du conseil culturel pas plus tard qu'un mois après que la publication des résultats des élections au conseil culturelles et préside la réunion avant l'élection du conseil d'administration. Par la suite, le comité général des élections déclare que son mandat est terminé.

Article 22

À la première réunion du conseil culturel, la majorité des membres adopte la réglementation sur l'autonomie culturelle, qui est établie :

a. la procédure d'élection du président, du vice-président et du conseil d'administration du conseil culturel;
b. la procédure pour la formation des conseils culturels et de leur juridiction;
c. la formation des organismes d'autonomie culturelle;
d. les droits et obligations des organismes d'autonomie culturelle à partir de leurs buts fondamentaux tels qu'il sont prescrits à l'article 5 de la présente loi; 
e. les règlements de travail pour les principaux organismes d'autonomie culturelle.

Article 23

Les dépenses liées à l'élection du conseil culturel de la minorité nationale sont payées par l'entité d'autonomie culturel de la minorité nationale. Cependant, il est possible d'obtenir des subventions de la part du budget de l'État pour les dépenses liées à l'élection du conseil culturel.

Chapitre IV

Les établissements d'autonomie culturelle
et le financement de leurs activités

Article 24

Les organismes d'autonomie culturelle sont :

a. des établissements d'enseignement offrant une instruction approfondie dans la langue ou la culture ethnique (établissements préscolaires et écoles);
b.
des établissements ethniques culturels;
c. des entreprises et des maisons d'édition s'occupant des questions ethniques;
d. des organismes ethniques relatifs aux questions sociales.

Article 25

L'ouverture d'une école (ou classe) pour la minorité nationale et l'organisation de son travail sont réglementées en vertu des dispositions de la Loi sur les écoles privées.

Article 26

Les organismes d'autonomie culturelle sont des personnes civiles indépendantes, qui peuvent posséder des biens immobiliers et assument la responsabilité de leurs obligations patrimoniales.

Article 27

1) L'autonomie culturelle de la minorité nationale et ses activités sont financées par: 

a. les allocations du budget de l'État, conformément à la loi et allocations spécifiques prévues à ces fins;
b. les allocations spécifiquement allouées dans les budgets de l'administration locale pour les établissements d'enseignement, ainsi qu'aux institutions culturelles et sociales de l'autonomie culturelle;
c. la part sociale de l'autonomie culturelle, dont le montant est fixé par le conseil culturel
d. les contributions, les dons et legs laissé en héritage;
e. les dons des organisations étrangères.

2) Les ressources allouées par l'autonomie culturelle pour les fins spécifiques de la minorité nationale peuvent être employées uniquement en vertu des procédures prévues pour ces fins. Le contrôle de l'usage des ces fonds est effectué en conformité avec les lois nationales autorisées et correspondant aux administrations de contrôle.

Chapitre V

L'arrêt des activités
des minorité nationale dans les organismes d'autonomie culturelle

Article 28

Le gouvernement de la République cesse les activités des organismes d'autonomie culturelle de la minorité nationale si :

a. selon les données du registre national des minorités nationales, le nombre des membres résidant en permanence en Estonie a été moins de 3000 au cours des cinq années précédentes;
b.
au cours de deux élections consécutives au conseil culturel, il n'a pas été possible de constituer une liste électorale selon les conditions nécessaires;
c. moins de la moitié des citoyens inscrits sur la liste électorale ont participé à deux élections consécutives au conseil culturel.

Article 29

Lors de l'arrêt des activités de l'autonomie culturelle de la minorité nationale, les biens lui appartenant sont transférés conformément aux procédures établies par la décision du conseil culturel.

Chapitre VI

Dispositions finales

Article 30

La Loi de la RSS d'Estonie du 15 décembre 1989 «sur les droits ethniques des citoyens de la RSS d'Estonie» est abrogée. (Journal officiel de la RSS d'Estonie, 1989, 40, 618)

   

Page précédente

 

Estonie

 

Accueil: aménagement linguistique dans le monde