Hongrie
Hongrie

Décret gouvernemental 130/1995 (X.26) Korm., relatif au Programme scolaire national fondamental

1995

La présente version française de ce décret provient d'une traduction du Conseil de l'Europe, mais ce texte ne saurait correspondre à une quelconque version officielle.

Décret gouvernemental 130/1995 (X.26) Korm., relatif au Programme scolaire national fondamental

Les domaines culturels couverts par le Programme scolaire fondamental national (ci-après, PSFN) sont les suivants:

1. Les langues et littératures des pays d’origine

Composantes spécifiques de l’éducation des minorités nationales et ethniques:

En Hongrie, l’éducation des minorités nationales et ethniques fait partie intégrante du système éducatif. En conséquence, ce système offre à tous l’égalité des chances et un enseignement fondamental de même nature et de même valeur, pouvant constituer un tremplin vers l’enseignement supérieur. Dès lors, les exigences définies dans le cadre du PSFN s’appliquent également à l’éducation des minorités nationales et ethniques.

L’objectif spécifique de l’éducation des minorités est de préserver et renforcer l’identité des différentes minorités concernées. Cela signifie un effort:

– de promotion de la maîtrise de la langue natale de la minorité concernée, sous sa forme orale, écrite et telle qu’elle est utilisée par les personnes éduquées;
– de présentation et d’entretien de la poésie et de la culture populaires, de la musique, des arts, des coutumes et traditions;
– d’enseignement du patrimoine historique, de la culture du pays d’origine et des caractéristiques nationales et ethnographiques;
– d’encouragement à la tolérance, à la compréhension et au respect des différences par la valorisation des différentes cultures;
– d’enseignement concernant la vie, la culture et l’histoire du pays d’origine.

Toutes les langues des minorités vivant en Hongrie (on en compte treize au total) peuvent être utilisées en tant que langues d’enseignement à l’intention des minorités, et enseignées en tant que seconde langue.

On doit prévoir, dans le cadre de l’enseignement et de la formation des minorités nationales, une période de formation linguistique – en fonction du temps pédagogique individuel et des différentes catégories d’élèves – cette période d’enseignement de la langue natale en tant que seconde langue doit permettre d’atteindre un niveau tel qu’un enseignement bilingue soit possible.

En tant que discipline, l’«identité populaire» repose sur des matériels pédagogiques transmettant une information majeure sur la culture, l’histoire et les traditions de chaque minorité, en liaison avec le Programme scolaire fondamental national (PSFN). Ainsi, les études de langue, l’enseignement bilingue, les programmes d’éducation concernant la langue natale et interculturels, et les programmes scolaires spécifiquement destinés à améliorer le niveau d’instruction des Tziganes par exemple, doivent comporter des éléments relatifs à l’identité populaire de la minorité concernée. Ces éléments d’étude peuvent soit s’inscrire dans le contenu général du PSFN, soit être intégrés à des programmes d’éducation
interculturelle, ou aux programmes scolaires spécifiquement destinés à améliorer le niveau d’instruction des Tziganes, ou encore être enseignés en tant que matières indépendantes.

L’objectif d’un enseignement dans la langue natale de chaque minorité est de faire bénéficier les minorités d’une éducation complète et équilibrée. Elle se fait donc dans la langue maternelle de la minorité concernée. Mais il est également impératif de faire en sorte que, dans ce contexte, le hongrois soit enseigné en tant que seconde langue.

L’objectif de l’enseignement bilingue destiné aux minorités est de doter les élèves appartenant à celles-ci de capacités linguistiques dans les deux langues en question, de manière équilibrée. Ces cours bilingues s’effectuent donc dans la langue natale de la minorité concernée et en hongrois. Les établissements scolaires participant à ce type de programme doivent indiquer quelles parties de l’enseignement général sont également enseignées dans la langue minoritaire, dans le cadre des programmes à l’échelon local. À cet égard, il y a obligation d’enseigner au moins 50% des disciplines prévues par le PSFN dans les langues minoritaires.

D’autre part, l’objectif de l’enseignement linguistique destiné aux minorités est d’enseigner, en tant que seconde langue, la langue de leur pays d’origine à des élèves membres de minorités mais parlant essentiellement le hongrois. Cet enseignement particulier se fait en langue hongroise, la langue minoritaire étant enseignée dès la première année, conformément aux exigences du PSFN en matière d’enseignement des langues vivantes.

Outre les langues natales des minorités, les établissements scolaires peuvent également inscrire l’étude d’autres langues vivantes à leur programme.

Par ailleurs, les établissements scolaires accueillant les minorités doivent aussi offrir un enseignement de la langue et de la littérature des pays d’origine concernés, et dans les langues concernées (et ce, sur la base d’un décret spécifique, indiquant les grandes lignes de l’enseignement préscolaire et scolaire destiné aux minorités nationales et ethniques – décret approuvé par le Ministre de la Culture et de l’Education) – et ces mêmes établissements doivent également proposer un enseignement de la langue et de la littérature hongroises, conformément aux instructions contenues dans le PSFN au sujet des langues vivantes.

Dernière mise à jour: 12 déc. 2015

 
Page précédente

 

Hongrie

 Accueil: aménagement linguistique dans le monde