Royaume de Norvège

Norvège

Loi sur l'usage des langues
dans les services publics

1980

 

La présente version française de cette loi norvégienne de 1980 est une traduction des versions norvégienne (Lov om målbruk i offentleg teneste) et anglaise (Act on Language Usage in the Civil Service). Cette loi est entrée en vigueur depuis le 1er janvier 1981 et a fait l'objet d'importantes modifications au 11 mars 1988. La loi a été suivie par un règlement en 1988: Règlement sur l'usage des langues dans les services publics.

LOV-1980-04-11-5

Sist-endret: LOV-1988-03-11-12

Lov om målbruk i offentleg teneste [målbrukslova]

Artikkel 1.

Bokmål og nynorsk er likeverdige målformer og skal vere jamstelte skriftspråk i alle organ for stat, fylkeskommune og kommune. Når privat rettssubjekt gjer vedtak eller gjev føresegn på vegner av stat, fylkeskommune eller kommune, skal det i denne samanhangen reknast for slikt organ.

Artikkel  2.

1) For statstenesta gjeld dei nærmare reglane i §§ 3 til 11 om plikt til å nytte bokmål og nynorsk. Desse reglane gjeld likevel ikkje

a) Stortinget, Riksrevisjonen, Stortingets ombudsmann for forvaltninga og andre organ for Stortinget,

b) internt saksarbeid og munnleg målbruk.

2) I Den norske kyrkja, i undervisningsverksemd og i rettsstellet gjeld lova berre den administrative delen av verksemda.

Artikkel  3.

1) Der særlege grunnar talar for det, kan Kongen gjere unnatak heilt eller delvis for visse organ eller verksemder som fell inn under reglane i lova.

2) Kongen kan i tvilstilfelle avgjere om eit organ eller privat rettssubjekt går inn under reglane i lova.

Artikkel  4.

1) Tilsette i embete eller statstenestepost der skriftleg utforming er del av tenesta, pliktar å nytte bokmål og nynorsk etter dei reglane som til kvar tid gjeld for målbruk i statstenesta.

2) Kongen kan i særlege tilfelle gjere unnatak frå reglane i denne paragrafen.

Artikkel  5.

1) Eit kommunestyre kan gjere vedtak om å krevje ei viss målform i skriv frå statsorgan til kommunen, eller gjere vedtak om at kommunen er språkleg nøytral. Tilsvarande vedtak kan fylkestinget gjere for fylkeskommunen.

2) Så lenge ein kommune eller ein fylkeskommune ikkje har gjort vedtak som nemnt i denne paragrafen, skal han reknast for å vere språkleg nøytral.

3) Kommunar og fylkeskommunar skal melde vedtak etter denne paragrafen til departementet, som syter for at vedtaka blir gjorde kjende i statstenesta.

Artikkel  6.

1) Statsorgan skal svare på skriv frå private rettssubjekt i den målforma som er nytta i skrivet. Dersom ein ikkje kjenner språkønsket til vedkommande, står statsorganet fritt i val av målform. Frå statsorgan kan private rettssubjekt krevje ei viss målform i alle løyve, faste formularar o.l. som direkte gjeld dei sjølve.

2) Statsorgan skal nytte den vedtekne målforma i skriv til kommunar og fylkeskommunar som har gjort vedtak om målform etter § 5.

3) I skriv til språkleg nøytrale kommunar og fylkeskommunar står statsorgana fritt i val av målform. Kongen kan likevel gje føresegner om målform i slike tilfelle.

Artikkel  7.

1) Dersom statsorgan vender seg under eitt til fleire kommunar i eit avgrensa område, skal fleirtalsmålforma for kommunane nyttast. Ligg det ikkje føre noka fleirtalsmålform, står organet fritt i val av målform.

2) Fleirtalsmålforma er den målform som flest kommunar har kravt. Det er ikkje noka fleirtalsmålform dersom over halvparten av kommunane er språkleg nøytrale. Det same gjeld dersom like mange kommunar har kravt bokmål som nynorsk.

Artikkel  8.

1) Statsorgan som har heile landet som tenestekrins, skal syte for at rundskriv, kunngjeringar, informasjonstilfang o.l. som organet lagar, vekslar mellom målformene slik at det blir ei rimeleg kvantitativ fordeling mellom dei. Dersom det einskilde organet finn grunn for det, kan slikt tilfang gjevast ut i begge målformer. Tilfang med særleg tilknyting til eit geografisk avgrensa område, skal vere i fleirtalsmålforma for området.

2) Statsorgan som har eit geografisk avgrensa område som tenestekrins, skal syte for at rundskriv, kunngjeringar, informasjonstilfang o.l. som organet lagar, er i fleirtalsmålforma for området. I språkleg nøytrale område skal slikt tilfang veksle mellom målformene slik at det blir eit rimeleg samhøve mellom dei.

3) Tilfang med særleg tilknyting til ein kommune, skal vere i den målforma kommunen har kravt etter § 5.

4) Skjema skal liggje føre og vere tilgjengelege i begge målformer.

5) Kongen kan i særlege tilfelle gjere unntak frå reglane i denne paragrafen. Kongen avgjer tvilstilfelle etter paragrafen.

Artikkel  9.

1) Om nokon meiner at eit statsorgan ikkje følgjer lov eller føresegner om målbruk i saker som vedkjem dei sjølve, kan dei klage på dette til overordna organ. Språkorganisasjonar kan klage til overordna organ dersom dei meiner at statsorgan bryt lov eller føresegner om målbruk.

2) For slike klagesaker gjeld reglane i forvaltningslova kap. VI så langt dei høver.

Artikkel  10.

Kongen skal minst kvart fjerde år leggje fram for Stortinget ei melding om målbruk i offentleg teneste.

Artikkel  11.

Kongen gjev nærmare føresegner om skriftleg målbruk i statstenesta.

Artikkel  12.

Denne lova tek til å gjelde frå den tid1 Kongen fastset. Frå same tid blir lov av 6. juni 1930 nr. 22 om målbruk i statstenesta oppheva.

Loi du 11 avril 1980, no 5

Dernière modification: 11 mars 1988

Loi sur l'usage des langues dans les services publics

Article 1er

Le bokmål et le nynorsk sont des variantes linguistiques de valeur égale et ont un statut égal dans les communications écrites de tous les organismes de l'État, les municipalités et les municipalités régionales. Lorsqu'un sujet de droit privé agit au nom de l'État, d'une municipalité ou d'une municipalité régionale, il sera considéré, à cette fin, comme un organisme public.

Article 2

1) Les services publics sont soumis aux dispositions des articles 3 à 11 au sujet de l'obligation d'utiliser la langue livresque et le néo-norvégien. Toutefois, ces dispositions ne s'appliquent pas:

a) au Parlement (Stortinget), au vérificateur public, au protecteur du citoyen pour l'administration publique et aux autres institutions relevant du Parlement;

b) dans le travail interne et dans l'usage oral.

2) Dans le cas de l'Église de Norvège, l'enseignement et la justice, la loi ne s'applique qu'à la partie administrative des activités.

Article 3

1) Lorsque des raisons particulières le justifient, le roi peut soustraire, en tout ou en partie, certains organismes ou certaines activités aux dispositions de la loi.

2) Dans des cas litigieux, le roi peut décider si la loi s'applique à un organisme public ou à un sujet de droit privé.

Article 4

1) Les employés des services publics dont la tâche comporte la communication par écrit doivent utiliser le bokmål et le nynorsk, selon les règles établies pour l'usage des langues dans les services publics.

2) Le roi peut, dans des cas particuliers, faire exception au présent article.

Article 5

1) Un conseil municipal peut décider d'exiger que les organismes de l'État utilisent une variante linguistique donnée dans ses communications écrites avec elle, ou elle peut décider d'être linguistiquement neutre. Le conseil d'une municipalité régionale peut prendre une décision semblable pour ce qui intéresse la municipalité régionale.

2) Tant qu'une municipalité ou une municipalité régionale n'a pas pris de décision en cette matière, elle sera considérée comme linguistiquement neutre.

3) Les municipalités et les municipalités régionales doivent communiquer leur décision en cette matière au Ministère qui voit à ce que la décision soit connue dans l'administration publique.

Article 6

1) Les organismes de l'État doivent répondre aux communications écrites des sujets de droit privé dans la variante linguistique utilisée par ceux-ci. Lorsque la préférence linguistique du sujet n'est pas connue, l'organisme est libre d'utiliser la variante de son choix. Les sujets de droit privé peuvent exiger d'obtenir des organismes de l'État les dépliants, les formulaires, etc., qui les concernent dans leur variante linguistique préférée.

2) Dans leurs communications avec les municipalités et les municipalités régionales qui ont fait leur choix en vertu de l'article 5, les organismes de l'État doivent utiliser la variante linguistique ainsi choisie.

3) Dans leurs communications écrites avec les municipalités et les municipalités régionales qui sont linguistiquement neutres, les organismes de l'État ont le choix de la variante linguistique. Le Roi peut cependant prescrire la langue à utiliser dans de tels cas.

Article 7

1) Lorsqu'un organisme de l'État s'adresse à plusieurs municipalités dans une région limitée, c'est la variante linguistique majoritaire qui doit être utilisée. S'il n'y a pas de variante majoritaire, l'organisme est libre d'utiliser l'une ou l'autre.

2) La variante majoritaire est celle que la plupart des municipalités ont choisie. Il n'y a pas de variante majoritaire si plus de la moitié des municipalités sont linguistiquement neutres. Il en va de même si autant de municipalités ont choisi la langue livresque que le néo-norvégien.

Article 8

1) Les organismes de l'État qui ont l'ensemble du pays comme territoire de travail doivent voir à ce que les circulaires, directives, textes d'information, etc., qu'ils préparent soient rédigés, en alternance, dans l'une et l'autre variante linguistique de manière à obtenir une répartition quantitative acceptable. Lorsque l'organisme le juge approprié, de tels textes peuvent être émis dans les deux variantes linguistiques. Les textes qui intéressent plus particulièrement une région géographique doivent être rédigés dans la variante linguistique majoritaire de cette région.

2) Les organismes de l'État qui ont comme territoire de travail une région géographique particulière doivent voir à ce que les circulaires, directives, textes d'information, etc., qu'ils préparent soient rédigées dans la variante linguistique majoritaire de la région. Dans les régions linguistiquement neutres, ces textes doivent être rédigés dans les deux variantes en alternance de manière à obtenir une répartition acceptable.

3) Les textes qui intéressent plus particulièrement une municipalité doivent être rédigés dans la variante linguistique exigée par la municipalité en vertu de l'article 5.

4) Les formulaires doivent être disponibles dans les deux variantes linguistiques.

5) Le roi peut, dans des cas particuliers, faire exception des dispositions de cet article. Le roi tranche aussi les cas litigieux dans l'application de cet article.

Article 9

1) Si quelqu'un croit qu'un organisme de l'État ne se conforme pas aux lois ou aux règlements en matière linguistique dans des cas qui le concernent personnellement, il peut porter plainte auprès de l'organisme supérieur. Les organismes linguistiques peuvent porter plainte auprès d'un organisme supérieur s'ils pensent qu'un organisme de l'État ne s'est pas conformé aux lois ou aux règlements en matière linguistique.

2) Les dispositions du chapitre IV de la loi sur l'Administration s'appliquent aux plaintes de cette nature.

Article 10

Le roi présente au Parlement, au moins tous les quatre ans, un rapport sur l'usage des langues dans les services publics.

Article 11

Le roi donne des directives plus détaillées sur l'usage des langes dans les communications écrites dans les services publics.

Article 12

La présente loi entre en vigueur à la date fixée par le roi. À ce moment-là, la loi du 6 juin 1930, no 22, sur l'usage des langues dans les services publics, sera abolie.

  Page précédente

Norvège

Accueil: aménagement linguistique dans le monde