Le swahili

1 La diffusion du swahili

Le swahili est la plus importante langue bantoue et la langue comptant le plus grande nombre de locuteurs (langue maternelle et langue seconde) de l'Afrique noire. En effet, on estime que de 40 à 50 millions de locuteurs pratiquent le swahili, avec généralement des différences locales importantes. 

Le swahili, en tant que langue normalisée (ou standard), a été fixé en 1930 par le Comité sur la langue territoriale et il était basé sur le dialecte côtier de Zanzibar, le kiunguja, une variante linguistique parlée sur l'île de Zanzibar.

En plus du kiunguja, mentionnons le kimakunduchi (ou kihadimu) et le kitumbatu (tous deux parlés dans les parties rurales de Zanzibar), le kipemba (île de Pemba), le kimtang'ata (ville de Tanga et environs), le kimrima (le long de la côte de la Tanzanie), le kimvita (Mombasa et environs en Tanzanie), le kiamu (dans l'île de Lamu au Kenya), le kipate, le kisiu, le kitikuu (l'archipel de Lamu et le long des côtes du Kenya), le kivumba (île de Wasini et Vanga), le kingwana (dans la région des grands Lacs au Congo-Brazzaville et au Congo-Kinshasa), etc.

Map of Kenya. À l'origine, la «côte swahilie» s'étendait du sud de la Somalie au Mozambique en incluant l'archipel des Comores (voir le tracé en rouge de la carte de gauche). Les Swahilis ou «gens du Sahel» (signifiant «le rivage», en arabe) étaient des commerçants métissés d'Africains, d'Arabes et d'Indiens établis dans les comptoirs côtiers et sur les routes menant à la région des Grands Lacs. Le brassage de populations nées du commerce avec le golfe Arabo-Persique et l'Inde a donné naissance à une civilisation originale fondée essentiellement sur le commerce et sur l’existence de nombreuses cités marchandes comme Mogadiscio, Mombasa, Zanzibar, Kilwa et Sofala, véritable Méditerranée d'Orient dont le Portugal de Vasco de Gama s'est emparé au XVIe siècle. Aujourd'hui, le kiswahili, parlé de Djibouti au Mozambique et jusqu'à Kinshasa, est la langue officielle de la Tanzanie et la grande langue véhiculaire de l'Afrique. Au cours du XIXe siècle, le swahili pénétra le continent tout au long des pistes marchandes et esclavagistes. La colonisation européenne favorisa encore son extension.

Le swahili est aujourd'hui la langue africaine la plus enseignée dans le monde. Dans la majorité des cas, le swahili n'est pas une langue maternelle, mais une langue seconde, plus précisément une langue véhiculaire. Aujourd'hui, le swahili est parlé en Ouganda, au Kenya, en Tanzanie, à l'île de Zanzibar et aux Comores, sans oublier le Rwanda et le Burundi, la Somalie, la Zambie et l'Afrique du Sud. 

Si le swahili a connu une grande extension à l'intérieur du continent africain, retenons que c'est dû principalement à quatre facteurs essentiels:

1) la traite des esclaves menées par les Arabes, suivie de l'islamisation des populations locales;
2) la colonisation européenne, surtout allemande et britannique, suivie de la christianisation des populations locales;
3) la mainmise indienne sur l'essentiel du commerce local;
4) la politique linguistique des États indépendants (Tanzanie et Kenya) de la région, qui ont voulu se doter d'une langue africaine concurrentielle avec l'anglais. 

2 Les phonèmes

Le mot swahili viendrait du mot arabe sahel signifiant «rivage». Il s'agit des rivages de la côte est de l'Afrique, bien que le même mot soit utilisé également pour désigner les rivages du Sahara. Comme la plupart des langues bantoues, le swahili se caractérise par une phonétique relativement simple avec un accent tonique reposant toujours sur l'avant-dernière syllabe. Au point de vue phonétique, le swahili ne compte que cinq voyelles (cf. le tableau de Mwana Simba):

Écriture Phonème
(alphabet phonétique)
Exemple Équivalent français
A \ a [a] baba (père) a comme papa
E \ e [e] debe (bidon)  é comme bébé
I \ i [i] kiti (chaise) i comme mire
O \ o [o] moto (feu)     o comme moto
U \ u [u] kuku (poulet)  ou comme coucou

Bref, la swahili compte cinq voyelles toutes connues en français, mais il faut retenir que la lettre u correspond au son [ou], non au son [u]. Contrairement au français, lorsque des voyelles se suivent, elles ne forment pas un phonème unique (par exemple, le mot français eau ne donne qu'un seul son [o]), car chacune d'elle conserve sa valeur en swahili. Ainsi, la graphie ou se prononcera [o-ou], eu comme [é-ou], ai comme [a-ï], etc. En principe, n'importe laquelle des cinq voyelles peut se suivre. On peut donc rencontrer des voyelles doubles (aa, ii, uu, oo, ee, uu), mais en ce cas il s'agit de voyelles allongées. Par exemple, jogoo (coq) se prononce [yogô:], la première voyelle étant brève, la seconde longue. 

Le swahili compte un système de 25 consonnes et utilise l'alphabet latin: b, ch, d, dh, f, g, gh, h, j, k, l, m, n, ng’, ny, p, r, s, sh, t, th, v, w, y et z. En comparant avec le français, les graphies b, d, f, g, k, l, m, n, p, s, t, v, w, et z conservent la même prononciation. Les sons plus particuliers sont les suivants: [ch] prononcé [tch] comme dans Tchad, [dh] prononcé [th] comme dans that (en anglais), [gh] prononcé comme [r] en français, [h] prononcé en aspirant comme en anglais, [j] prononcé [dj] comme dans jazz, [ng] prononcé comme dans sing (en anglais), [ny] prononcé [gn] comme dans igname, [r] prononcé comme la jota espagnole, [sh] prononcé [ch] comme ans chèque, [th] prononcé comme dans thing (en anglais), [y] prononcé comme dans yes. Les lettres q et x ne sont pas utilisées; quant à la lettre c, bien que présente, elle n'est jamais utilisée seule. Pour les consonnes, on aura le tableau suivant (tableau de Mwana Simba):

Écriture Phonème
(alphabet phonétique)
Exemple Équivalent français
B \ b [b] baba (papa) b comme bout
D \ d [d] dada (soeur) d comme doux
F \ f [f] kufaa (convenir) f comme fou
G \ g [g] gari (voiture) g comme gare
H \ h [h] haya ! (OK) h comme hello (anglais)
J \ j [®] juu (en haut) dj comme jazz
K \ k [k] kuku (poulet) k comme cou
L \ l [l] lala (dors!) l comme loup
M \ m [m] mama (maman) m comme mou
N \ n [n] na (et, avec) n comme nous
P \ p [p] papa (requin) p comme poux
R \ r [r] rangi (couleur) r comme pero (espagnol)
S \ s [s] saa (heure, montre) s comme sous
T \ t [t] taa (lampe) t comme toux
V \ v [v] kuvaa (porter) v comme vous
Z \ z [z] -zuri (beau, joli) z comme zoo

Si la plupart des consonnes sont semblables au français et n'offrent aucune difficulté, il faut malgré tout faire attention aux lettres doubles (ou digraphies), dont dh, th, gh et kh héritées de l'arabe (cf. le tableau d'après Mwana Simba): 

Lettres Phonème
(alphabet phonétique)
Exemple Équivalent
ch [t] chai (thé) tch comme Tchèque
dh [ð] dhahabu (or) th comme this (anglais)
gh [R] ghali (cher) r comme rire
kh [x] subalkheri (bonjour) j comme jota (espagnol)
ng' [] ng'ombe (vache) ing comme sing (anglais)
ny [] nyota (étoile) gn comme agneau
sh [] shule (école) ch comme choux
th [] thelathini (trente) th comme think (anglais)

[dh] = [th] anglais, mais sonore comme dans the, this, tant, etc.
[th] =  [th] anglais, mais sourd comme dans think, thin, both, etc.

[gh ] = [r] sonore français dans rire
[kh] = [x] guttural comme la jota espagnole (sourde) 

[sh] = [ch] de chat
[ch] = [tch] de Tchèque

3 La grammaire

Les langues bantoues ne connaissent pas de marque de genre masculin ou féminin, mais les noms sont regroupés par classe nominale. Le swahili compte huit classes (êtres humains, animaux, plantes, choses abstraites, liquides, etc.). Ce système de classes nominales est préfixé, caractéristique des langues bantoues; ce préfixe se modifie au pluriel.  Autrement dit, pour parler un swahili correct, il convient de connaître huit différents singuliers, huit différents pluriels, et savoir à quelle classe appartient le mot que l'on désire utiliser. Ce système de classe touche pratiquement tous les mots qui se rapportent au nom sujet. Par exemple, le mot «chaise» se dit kiti en swahili, lequel appartient à la classe ki-, dont le pluriel est vi- :

kiti kile kikubwa kimevunjika. Viti vile vikubwa vimevunjika.
Cette grande chaise a été cassée. Ces grandes chaises ont été cassées. 

ki = préfixe de la classe ki-
le = démonstratif cette
kubwa = grand
vunja = casser
ika = suffixe verbal du passif.

Pour ce qui est des formes verbales, elles sont également particulières. Le sujet, le verbe, le temps (présent, futur, passé, etc.), ainsi que le pronom, forment un seul mot, le verbe lui-même demeurant invariable. Par ninakupenda signifie «je t'aime»:

 ni- = je
-na- = marque du présent
-ku- = marque de la seconde personne du singulier («tu»)
-penda = aimer

Il fut donc connaître les préfixes concernés et les mettre dans le bon ordre. La maîtrise de ce système propre aux langues agglutinantes est nécessaire pour rechercher un mot dans un dictionnaire puisque le mot n'apparaît qu'après les éléments qui lui sont préfixés. 

4 Le vocabulaire

Le swahili compte un important vocabulaire d'origine étrangère. Les emprunts du swahili proviennent principalement des langues africaines environnantes, mais surtout de l'arabe qui a exercé une influence sur cette langue durant plusieurs siècles. La seconde langue prêteuse est l'anglais qui est devenu une source majeure dans l'acquisition des néologismes contemporains, notamment dans les sciences et les techniques. Les autres langues sont beaucoup moins importantes, sauf pour le persan et le portugais (une vingtaine de mots), que ce soit l'hindi, l'allemand ou le français. Ces emprunts aux diverses langues concernent surtout des domaines comme le commerce, le droit, la navigation et la religion. 

En guise d'exemple, voici un extrait en swahili de la Déclaration universelle des droits de l´homme:

Article 1er

Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.

Article 2

1) Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d'opinion politique ou de toute autre opinion, d'origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation.

2) De plus, il ne sera fait aucune distinction fondée sur le statut politique, juridique ou international du pays ou du territoire dont une personne est ressortissante, que ce pays ou territoire soit indépendant, sous tutelle, non autonome ou soumis à une limitation quelconque de souveraineté.

Article 3

Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne.

Article 4

Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude; l'esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes.

Kifungu cha 1

Watu wote wamezaliwa huru, hadhi na haki zao ni sawa. Wote wamejaliwa akili na dhamiri, hivyo yapasa watendeane kindugu. 

Kifungu cha 2

1) Kila mtu anastahili kuwa na haki zote na uhuru wote ambao umeelezwa katika Taarifa hii bila ubaguzi wo wote. Yaani bila kubaguana kwa rangi, taifa, wanaume kwa wanawake, dini, siasa, fikara, asili ya taifa la mtu, mali, kwa kizazi au kwa hali nyingine yo yote. 

2) Juu ya hayo usifanye ubaguzi kwa kutegemea siasa, utawala au kwa kutegemea uhusiano wa nchi fulani na mataifa mengine au nchi ya asili ya mtu, haidhuru nchi hiyo iwe inayojitawala, ya udhamini, isiyojitawala au inayotawaliwa na nchi nyingine kwa hali ya namna yo yote. 

Kifungu cha 3

Kila mtu ana haki ya kuishi, haki ya uhuru, na haki ya kulindwa nafsi yake. 

Kifungu cha 4

Mtu ye yote asifanywe mtumwa au mtwana; utumwa na biashara yake ni marufuku kwa kila hali. 

Page précédente

Afrique

Accueil: aménagement linguistique dans le monde