Territory of Christmas Island

Île Christmas

(Territoire de l'Australie)

En raison de son intégration politique à l'Australie (État du Pacifique), l'île Christmas a été classée
parmi les États du Pacifique plutôt qu'avec ceux de l'Afrique et de l'océan Indien.

Capitale: The Settlement
Population: 1500 hab. (est. 2006)
Langue officielle: anglais (de facto)
Groupe majoritaire:  chinois (61 %)
Groupes minoritaires: malais (23,4 %), anglais (12 %), autres langues
Système politique:  territoire australien
Articles constitutionnels (langue): aucune disposition linguistique dans la
Christmas Island Act of 1958

Lois linguistiques:
aucune

1 Situation géographique 

L'île Christmas est un territoire australien de 135 km² situé dans l'océan Indien, à 360 km au sud-ouest de l'île de Java (Indonésie), à 2600 km de Perth (Australie) et à  à 417 km à l'est des îles des Cocos. L'île Christmas possède une largeur de 14 km et une longueur de 19 km. La capitale de l'île est The Settlement («L'Établissement». Le nom officiel de l'île est «Territoire de l'île Christmas» (ou Territory of Christmas Island). Il existe une autre île Christmas (appelée aussi «Kiritimati»), un atoll des Kiribati dans l’océan Pacifique.

Le drapeau officiel est celui de l'Australie. Au début de 1986, le conseil local (Christmas Island Shire Council) a organisé un concours pour l'obtention d'un drapeau insulaire, mais celui-ci n'a jamais été officiellement reconnu comme le drapeau du territoire. Le jaune et le vert de ce drapeau non officiel correspondent aux couleurs nationales de l'Australie; les étoiles de la Croix du Sud, symbolisent l'association de l'île avec l'Australie. Le bleu représente l'océan Indien; le vert, la forêt tropicale et l'oiseau est un bosun doré, une espèce vivant uniquement sur l'île. Une représentation graphique de l'île figure sur le disque jaune au centre du drapeau.

2 Données démolinguistiques 

Lors du recensement de 2001, l'Australian Bureau of Statistics estimait la population de l'île Christmas à 1508 habitants. Les Chinois (massivement des Chinois mandarins) forment la majorité avec 60 %. Les groupes minoritaires sont formés des Malais (25 %), puis des Australiens (10 %), des Européens (2 %) et de quelques autres petites communautés d'Indo-Pakistanais (1,7 %) et de Javanais (1,2 %).

Groupe ethnique Langue maternelle Population (2001) %
Chinois (mandarins) chinois mandarin  906 60 %
Malais malais  378 25 %
Anglo-Australiens anglais  150 10 %
Européens anglais   30    2%
Indo-Pakistanais hindi-ourdou   26  1,7 %
Javanais javanais   18  1,2 %
Total   1508 100 %

Les langues les plus parlées sont le chinois mandarin (61,%) et le malais (23,4 %), puis l'anglais (12 %), la langue officielle du territoire. Les bouddhistes représentent 36 % de la population, les musulmans 25 %, les chrétiens 18 %; d'autres pratiquent diverses religions (21 %).

3 Données historiques 

On ne sait trop par qui cette île de l'océan Indien, aux formes étranges, fut découverte. Il semble que l'île ait été notée sur une carte hollandaise par Pieter Goos, publiée en 1666 et désignée sous le nom de Moni. Pourtant, le capitaine William Mynors avait donné à l'île son nom actuel (Christmas), car il y était arrivé le jour de Noël, le 25 décembre 1643, sans pouvoir y débarquer. C'est en 1688 que le premier Européen, le corsaire anglais William Dampier, avec deux hommes de son équipage, aborda l'île.

La première installation n'a eu lieu que deux cents ans plus tard, en 1888, au lieu-dit Flying Fish Cove, par George Clunies-Ross qui, avec sir John Murray, un naturaliste britannique, obtint la première location de terres. Ayant analysé des échantillons de roche, Murray  avait constaté qu'elle était composée presque uniquement de phosphate. L'exploitation du phosphate débuta en 1897 avec la fondation de la Christmas Island Phosphate Co. Ltd. Comme il n'y avait aucune population indigène, la compagnie dut importer de la main-d'oeuvre. Dès 1898, on embaucha 200 travailleurs chinois, huit Européens comme personnel de gestion et cinq policiers sikhs. Puis la Grande-Bretagne annexa l'île au Royaume-Uni. Par la suite, la Christmas Island Phosphate Co. Ltd. importa des travailleurs malais.

À partir de mars 1942 jusqu'à à la fin de la Seconde Guerre mondiale en 1945, les forces japonaises occupèrent l'île; la plupart des femmes et des enfants furent évacués. En 1946, l'île Christmas fut placée sous la juridiction de la colonie britannique de Singapour. En 1948, les gouvernements australien et néo-zélandais qui, avec les British Phosphate Commissioners, avaient poursuivi l'exploitation intensive des mines rachetèrent l'île à la Christmas Island Phosphate Company.

Au cours des années suivantes, et jusqu'en 1958, l'île fut peuplée par l'arrivée massive de travailleurs venus des îles Cocos, de Malaisie et de Singapour. Le gouvernement australien acheta en 1958 l'île Christmas de Singapour pour 2,9 millions de livres. Avec l'entrée en vigueur du Christmas Island Act de 1958, l'administration australienne du territoire demeura sous la responsabilité d'un représentant officiel du gouvernement de l'Australie. En 1987, l'Australian Phosphate Corporation cessa ses activités, ferma la mine et fut remplacée par une compagnie appartenant à l'Union of Christmas Island Workers. L'extraction de phosphates constitue encore la principale industrie de l'île, mais les réserves s'amenuisent. Depuis plusieurs années, un complexe récréo-touristique (avec casino) a été aménagé afin d'attirer des touristes.

4 La politique linguistique 

Les autorités locales de l'île Christmas n'ont pas de politique linguistique particulière. La Christmas Island Act de 1958 ne contient aucune disposition en matière de langue. Il existe un conseil local, le Christmas Island Shire Council (neuf sièges, élus au suffrage direct pour un an, chaque mois de décembre), qui ne délibère qu'en anglais. Les tribunaux locaux fonctionnent dans cette langue, de même que l'Administration. Les écoles dispensent leurs cours en anglais. Les établissements d'enseignement sont pourvus en personnel par des enseignants relevant de l'Education Department of Western Australia (Département d'éducation de l'Australie occidentale) et suivent le programme d'études de cet État. La plupart des élèves qui désirent poursuivent la fin du secondaire doivent fréquenter des écoles de l'Australie occidentale.

Outre les journaux australiens, le Shire of Christmas Island publie un bimensuel de langue anglaise, The Islander. L'île Christmas reçoit le Golden West Network (GWN), une émission de réseau de la télé commerciale de l'Australie occidentale, mais aussi les stations ABC, SBS et la TWIN-TV, toutes en anglais. La radio VLU2 est la station d'émission locale, transmettant sur 1422 kHz et 102.2; elle diffuse en anglais, en malais et en chinois mandarin. L'île reçoit aussi WAFM, une station commerciale basée en Australie occidentale, ainsi que ABC Classical Radio et Triple-J.

En somme, le territoire de l'île Christmas pratique une politique linguistique similaire à l'Australie dont il fait partie intégrante. Le fait que l'île soit peuplée de quelques centaines d'individus aux origines diverses facilite évidemment le suprématie de l'anglais, sans qu'il ne soit nécessaire d'adopter des mesures concrètes. Quoi qu'il en soit, le chinois et le malais sont les langues maternelles les plus parlées, mais l'anglais sert de langue véhiculaire, scolaire et administrative.

 

Dernière mise à jour: 29 juil. 2009
 

Bibliographie

PERRY, ROGER. Island Days: Galapagos Island, Christmas Island, Tristan da Cunha, Londres, Stacey International Publishers, 2004.

OZOLINS, Uldis. «La politique linguistique en Australie - un modèle non législatif» dans Revue d'aménagement linguistique, Québec, Office québécois de la langue française, automne 2002, p. 209-215.

RYAN, Bruce, «Australia» dans Compton's Encyclopedia, University of Cincinnati, 
[http://www.optonline.com/comptons/ceo/00349_A.html#016].

WURM, S.A. «L'Australie» dans Papouasie-Nouvelle-Guinée, sept. 1998,
[www.ciral.ulaval.ca/geo/CLNM4_Intro_WurmF.html].

L'Australie

 


Le Pacifique

Accueil: aménagement linguistique dans le monde