L'ordre de déportation des Acadiens


L'Ordre de déportation - Peinture de Claude Picard

Le 3 septembre 1755, le lieutenant-colonel John Winslow lit en anglais la proclamation de déportation aux 418 hommes et jeunes garçons convoqués dans l'église Saint-Charles-des-Mines de Grand-Pré. C'est un huguenot bilingue du nom de Isaac Deschamps qui servit d'interprète à John Winslow auprès des Acadiens : 

Gentlemen,

I have received from his Excellency, Governor Lawrence, the King's Commission which I have in my hand, and by whose orders you are conveyed together, to Manifest to you His Majesty's final resolution to the French inhabitants of this his Province of Nova Scotia, who for almost half a century have had more Indulgence Granted them than any of his Subjects in any part of his Dominions. What use you have made of them you yourself Best Know.

The Part of Duty I am now upon is what thoh Necessary is Very Disagreeable to my natural make and temper, as I Know it Must be Grievous to you who are of the Same Speciea.

But it is not my business to annimadvert, but to obey Such orders as I receive, and therefore without Hesitation Shall Deliver you his Majesty's orders and Instructions, Vist::

That your Land & Tennements, Cattle of all Kinds and Livestocks of all Sorts are forfeited to the Crown with all other your effects Savings your money and Household Goods, and you yourselves to be removed form this Province.

Thus it is Peremptorily his Majesty's orders That the whole French Inhabitants of these Districts be removed, and I am Throh his Majesty's Goodness Directed to allow you Liberty to Carry of your money and Household Goods as Many as you Can without Discommoding the Vessels you Go in. I shall do Every thing in my Power that all those Goods be Secured to you and that you are Not Molested in Carrying of them of, and also that whole Family Shall go in the Same Vessel, and make this remove, which I am Sensable must give you a great Deal of Trouble, as Easey as his Majesty’s Service will admit, and hope that in what Ever part of the world you may Fall you may be Faithful Subjects, a Peasable & Happy People.

I Must also Inform you That it is his Majesty’s Pleasure that you remain in Security under the Inspection and Direction of the Troops that I have the Honr. to Command.

[Messieurs, 

J'ai reçu de Son Excellence le gouverneur Lawrence, les instructions du roi. C'est par ses ordres que vous êtes assemblés pour entendre la résolution finale de Sa Majesté concernant
les habitants français de cette province de la Nouvelle-Écosse qui, durant un demi-siècle, ont reçu plus d'indulgences que tout autres sujets britanniques du Dominion de sa Majesté. De quel usage vous en avez fait, vous seuls le savez. 

Le devoir qui m'incombe, quoique nécessaire, est très désagréable à ma nature et à mon caractère, de même qu'il doit vous être pénible à vous qui avez la même nature. 

Mais ce n'est pas à moi de critiquer les ordres que je reçois, mais de m'y conformer. Je vous communiquer donc, sans hésitation, les ordres et instructions de Sa Majesté, à savoir que toutes... 


Vos terres, vos maisons, votre bétail et vos troupeaux de toutes sortes sont confisqués au profit de la Couronne, avec tous vos autres effets, excepté votre argent et vos mobiliers, et que vous-mêmes vous devez être transportés hors de cette province. 

Les ordres impérieuses de Sa Majesté sont que tous les habitants français de ces districts soient déportés, et selon la bonté de Sa Majesté vous permettant la liberté d'apporter tout argent et choses personnelles que vous pourrez transporter sans incommoder les navires sur lesquels vous serez déportés. Je ferais l'impossible pour assurer la sécurité de vos biens et pour vous protéger contre toute acte de brutalité durant leur transport et que des familles entières soient transportées ensemble sur le même vaisseau. Je suis assuré que, malgré votre grand malaise durant cet avènement, nous souhaitons que la partie du monde ou vous serez, vous demeurez des sujets fidèles à Sa Majesté tout en étant un peuple heureux et paisible. 

Je me dois de vous aviser que le plaisir de Sa Majesté désire vous garder en sécurité sous l'inspection et la direction des troupes de soldats que j'ai l'honneur de commander.]

Les familles acadiennes furent rassemblées par 315 miliciens (''New Englanders'') afin d'être acheminées, par 16 bateaux réquisitionnés pour la circonstance, surtout vers les territoires de la Nouvelle-Angleterre (une grande partie au Massachusetts), puis en France, en Louisiane et en Angleterre. Sur une population d'environ 13 500 Acadiens, on estime que plus de 12 600 furent déportés. Les autres réussiront à atteindre le Québec et l'Acadie demeurée française (alors la Gaspésie, l'île Royale ou l'île Saint-Jean).

Lieu Population
Connecticut
New-York
Maryland
Pennsylvanie
Caroline du Sud
Géorgie
Massachusetts
 666
 249
 810
 383
 280
 185
1043
Rivière Saint-Jean
Île Saint-Jean
Baie des Chaleurs
Nouvelle-Écosse
   86
 300
 700
1249
Québec 2000
Angleterre  866
France 3500
Louisiane   300
TOTAL 12 617

Source: R.A. LEBLANC. «Les migrations acadiennes», dans Cahiers de géographie du Québec, vol. 23, no 58, avril 1979, p. 99-124.

Par ailleurs, les historiens américains estiment que plus de la moitié des 12 600 Acadiens déportés périrent des suites de la déportation (maladies, épidémies, misère, malnutrition, naufrages, etc.).

Page précédente

Histoire des Acadiens

Le Nouveau-Brunswick

La Nouvelle-Écosse

L'Île-du-Prince-Édouard

La Louisiane 

Accueil: aménagement linguistique dans le monde