Macédoine

Modifications constitutionnelles de 2001

La présente version française des modifications constitutionnelles de 2001 provient de la version anglaise du texte adopté en macédonien. La version traduite en français n'a ainsi qu'une valeur informative. Ce texte modifie une quinzaine de dispositions de la Constitution de 1991.

Constitution of the Republic of Macedonia
with the Amendments has been adopted by the Parliament
of the Republic of Macedonia in November 2001

Preamble

The citizens of the Republic of Macedonia, the Macedonian people, as well as citizens living within its borders who are part of the Albanian people, the Turkish people, the Vlach people, the Serbian people, the Romany people, the Bosniac people and others taking responsibility for the present and future of their fatherland, aware of and grateful to their predecessors for their sacrifice and dedication in their endeavours and struggle to create an independent and sovereign state of Macedonia, and responsible to future generations to preserve and develop everything that is valuable from the rich cultural inheritance and coexistence within Macedonia, equal in rights and obligations towards the common good - the Republic of Macedonia - in accordance with the tradition of the Krushevo Republic and the decisions of the Antifascist People's Liberation Assembly of Macedonia, and the Referendum of September 8, 1991,

have decided to establish the Republic of Macedonia as an independent, sovereign state, with the intention of establishing and consolidating the rule of law, guaranteeing human rights and civil liberties, providing peace and coexistence, social justice, economic well-being and prosperity in the life of the individual and the community, and, in this regard, through their representatives in the Assembly of the Republic of Macedonia, elected in free and democratic elections,

adopt  -

the Constitution of the Republic of Macedonia

I. Basic Provisions

Article 7

1)
The Macedonian language, written using its Cyrillic alphabet, is the official language throughout the Republic of Macedonia and in the international relations of the Republic of Macedonia.

2) Any other language spoken by at least 20 percent of the population is also an official language, written using its alphabet, as specified below.

3) Any official personal documents of citizens speaking an official language other than Macedonian shall also be issued in that language, in addition to the Macedonian language, in accordance with the law.

4) Any person living in a unit of local self-government in which at least 20 percent of the population speaks an official language other than Macedonian may use that official language to communicate with the regional office of the central government with responsibility for that municipality; such an office shall reply in that language in addition to Macedonian. Any person may use any official language to communicate with a main office of the central government, which shall reply in that language in addition to Macedonian.

5) In the organs of the Republic of Macedonia, any official language other than Macedonian may be used in accordance with the law.

6) In the units of local self-government where at least 20 percent of the population speaks a particular language, that language and its alphabet shall be used as an official language in addition to the Macedonian language and the Cyrillic alphabet. With respect to languages spoken by less than 20 percent of the population of a unit of local self-government, the local authorities shall decide on their use in public bodies.

Article 8

1)
The fundamental values of the constitutional order of the Republic of Macedonia are:

- the basic freedoms and rights of the individual and citizen recognized in international law and set down in the Constitution;
- Equitable representation of persons belonging to all communities in public bodies at all levels and in other areas of public life;
- the free expression of national identity;

II. Basic Freedoms and Rights of the Individual and Citizen

1. Civil and political freedoms and rights

Article 9

1)
Citizens of the Republic of Macedonia are equal in their freedoms and rights, regardless of sex, race, color of skin, national and social origin, political and religious beliefs, property and social status.

2) All citizens are equal before the Constitution and law.

Article 19

1)
The freedom of religious confession is guaranteed.

2) The right to express one's faith freely and publicly, individually or with others is guaranteed.

3) The Macedonian Orthodox Church, as well as the Islamic Religious Community in Macedonia, the Catholic Church, Evangelical Methodist Church, the Jewish Community and other Religious communities and groups are separate from the state and equal before the law.

4) The Macedonian Orthodox Church, as well as the Islamic Religious Community in Macedonia, the Catholic Church, Evangelical Methodist Church, the Jewish Community and other Religious communities and groups are free to establish schools and other social and charitable institutions, by way of a procedure regulated by law.

2. Economic, social and cultural rights

Article 48

1)
Members of communities have a right freely to express, foster and develop their identity and community attributes, and to use their community symbols.

2) The Republic guarantees the protection of the ethnic, cultural, linguistic and religious identity of all communities.

3) Members of communities have the right to establish institutions for culture, art, science and education, as well as scholarly and other associations for the expression, fostering and development of their identity.

4) Members of communities have the right to instruction in their language in primary and secondary education, as determined by law. In schools where education is carried out in another language, the Macedonian language is also studied.

3. Guarantees of basic freedoms and rights

Article 54

1)
The freedoms and rights of the individual and citizen can be restricted only in cases determined by the Constitution.

3) The restriction of freedoms and rights cannot discriminate on grounds of sex, race, color of skin, language, religion, national or social origin, property or social status.

4. Foundations for economic relations

Article 56

2)
The Republic guarantees the protection, promotion and enhancement of the historical and artistic heritage of Macedonia and all communities in Macedonia and the treasures of which it is composed, regardless of their legal status.

III. The Organization of State Authority

1. The Assembly of the Republic of Macedonia

Article 69


1) The Assembly can take a decision if its meeting is attended by a majority of the total number of Representatives. The assembly makes decisions by a majority vote of the Representatives attending, but no less than one-third of the total number of Representatives, in so far as the Constitution does not provide for a qualified majority.

2) For laws that directly affect culture, use of language, education, personal documentation, and use of symbols, the Assembly makes decisions by a majority vote of the Representatives attending, within which there must be a majority of the votes of the Representatives attending who belong to communities not in the majority in the population of Macedonia. In the event of a dispute within the Assembly regarding the application of this provision, the Committee on Inter-Community Relations shall resolve the dispute.

Article 77

1)
The Assembly elects the Public Attorney by a majority vote of the total number of Representatives, within which there must be a majority of the votes of the total number of Representatives who belong to communities not in the majority in the population of Macedonia.

2) The Public Attorney protects the constitutional and legal rights of citizens when violated by bodies of state administration and by other bodies and organizations with public mandates. The Public Attorney shall give particular attention to safeguarding the principles of non-discrimination and equitable representation of communities in public bodies at all levels and in other areas of public life.

Article 78

1)
The Assembly shall establish a Committee for Inter-Community Relations.

2) The Committee consists of 19 members of whom 7 members each are from the ranks of the Macedonians and Albanians within the Assembly, and a member each from among the Turks, Vlachs, Romas, Serbs and Bosniaks. If one of the communities does not have representatives, the Public Attorney, after consultation with relevant representatives of those communities, shall propose the remaining members of the Committee.

3) The Assembly elects the members of the Committee.

4) The Committee considers issues of inter-community relations in the Republic and makes appraisals and proposals for their solution.

5) The Assembly is obliged to take into consideration the appraisals and proposals of the Committee and to make decisions regarding them.

6) In the event of a dispute among members of the Assembly regarding the application of the voting procedure specified in Article 69(2), the Committee shall decide by a majority vote whether the procedure applies.

Article 86

2)
The Security Council of the Republic is composed of the President of the Republic, the President of the Assembly, the Prime Minister, the Ministers heading the bodies of state administration in the fields of security, defense and foreign affairs and three members appointed by the President of the Republic.

3) In appointing the three members, the President shall ensure that the Security Council as a whole equitably reflects the composition of the population of Macedonia.

Article 104

1)
The Republican Judicial Council is composed of seven members.

2) The Assembly elects the members of the Council. Three of the members shall be elected by a majority vote of the total number of Representatives, within which there must be a majority of the votes of the total number of Representatives who belong to the communities not in the majority in the population of Macedonia.

IV. The Constitutional Court of The Republic of Macedonia

Article 109

1)
The Constitutional Court of the Republic of Macedonia is composed of nine judges.

2) The Assembly elects the judges of the Constitutional Court. The Assembly elects six of the judges to the Constitutional Court by a majority vote of the total number of Representatives. The Assembly elects three of the judges by a majority vote of the total number of Representatives, within which there must be a majority of the votes of the total number of Representatives who belong to the communities not in the majority in the population of Macedonia. The term of office of the judges is nine years without the right to re-election.

Article 110

1)
The Constitutional Court of the Republic of Macedonia -

- protects the freedoms and rights of the individual and citizen relating to the freedom of conviction, conscience, thought and public expression of thought, political association and activity as well as to the prohibition of discrimination among citizens on the ground of sex, race, religion or national, social or political affiliation.

V. Local Self-Government

Article 114

1)
The right of citizens to local self-government is guaranteed.

5) Local self-government is regulated by a law adopted by a two-thirds majority vote of the total number of Representatives, within which there must be a majority of the votes of the total number of Representatives who belong to the communities not in the majority in the population of Macedonia. The laws on local finances, local elections, boundaries of municipalities, and the city of Skopje shall be adopted by a majority vote of the Representatives attending, within which there must be a majority of the votes of the Representatives attending who belong to the communities not in the majority in the population of Macedonia.

Article 115

1)
In units of local self-government, citizens directly and through representatives participate in decision-making on issues of local relevance particularly in the fields of public services, urban and rural planning, environmental protection, local economic development, local finances, communal activities, culture, sport, social security and childcare, education, health care and other fields determined by law.

2) The municipality is autonomous in the execution of its constitutionally and legally determined spheres of competence; supervision of the legality of its work is carried out by the Republic.

3) The carrying out of specified matters can by law be entrusted to the municipality by the Republic.

Article 131

1)
The decision to initiate a change in the Constitution is made by the Assembly by a two-thirds majority vote of the total number of Representatives.

2) The draft amendment to the Constitution is confirmed by the Assembly by a majority vote of the total number of Representatives and then submitted to public debate.

3) The decision to change the Constitution is made by the Assembly by a two-thirds majority vote of the total number of Representatives.

4) The change in the Constitution is declared by the Assembly. A decision to amend the Preamble, the articles on local self-government, Article 131, any provision relating to the rights of members of communities, including in particular Articles 7, 8, 9, 19, 48, 56, 69, 77, 78, 86, 104 and 109, as well as a decision to add any new provision relating to the subject-matter of such provisions and articles, shall require a two-thirds majority vote of the total number of Representatives, within which there must be a majority of the votes of the total number of Representatives who belong to the communities not in the majority in the population of Macedonia.

Parliament of the Republic of Macedonia, Skopje, November 2001

Source: The Official Gazette of the Republic of Macedonia, No. 52/91, 1/92, 31/98 and 91/2001.

Constitution de la république de Macédoine
avec les modifications adoptées par le Parlement
de la république de Macédoine en novembre 2001

Préambule

Les citoyens de la république de Macédoine, le peuple macédonien, ainsi que des citoyens vivant à l'intérieur de ses frontières, qui font partie du peuple albanais, du peuple turc, du peuple valaque, du peuple serbe, du peuple rom, du peuple bosniaque et d'autres ayant pris la responsabilité de l'actuelle patrie et de son avenir, ayant reconnu à leurs prédécesseurs leur sacrifice et leur dévouement dans leurs efforts et leurs luttes pour créer un organisme
en tant qu'État souverain et indépendant de Macédoine, et étant responsables pour les générations futures de préserver et développer tout ce qui est précieux dans le riche héritage culturel et la coexistence en Macédoine, l'égalité des droits et des obligations à l'égard du bien commun la république de Macédoine , conformément à la tradition de la république de Krushevo et aux décisions de l'Assemblée anti-fasciste de libération du peuple de Macédoine et au référendum du 8 septembre 1991,

ont décidé de créer la République de Macédoine en tant qu'État souverain indépendant, avec l'intention d'établir et de consolider l'État de droit, de garantir les libertés et droits civils, d'assurer la paix et la coexistence, la justice sociale, le bien-être économique et la prospérité dans la vie des individus et de la communauté et, à cet égard, grâce à leurs députés à l'Assemblée de la république de Macédoine, d'être élus lors d'élections libres et démocratiques,

adoptent :

la Constitution de la république de la Macédoine

I. Dispositions fondamentales

Article 7

1)
Le macédonien, écrit en utilisant son alphabet cyrillique, est la langue officielle dans toute la république de Macédoine ainsi que dans les relations internationales de la république de Macédoine.

2) Toute autre langue parlée par au moins 20 % de la population est aussi une langue officielle, écrite en utilisant son alphabet, tel qu'il est spécifié ci-dessous.

3) Tout document personnel officiel de citoyens parlant une langue officielle différente du macédonien doit être également publié dans cette langue, en plus de la langue macédonienne, conformément à la loi.

4) Quiconque vivant dans une collectivité territoriale dans laquelle au moins 20 % de la population parle une langue officielle différente du macédonien peut employer cette autre langue officielle pour communiquer avec le bureau régional du gouvernement central sous la responsabilité de cette municipalité; ce bureau doit répondre dans cette langue en plus du macédonien. Toute personne peut employer une autre langue officielle pour communiquer avec un bureau principal du gouvernement central, qui répondra dans cette langue en plus du macédonien.

5) Dans les organismes de la république de Macédoine, toute autre langue officielle que le macédonien peut être employée, conformément à la loi.

6) Dans les collectivités territoriales là où au moins 20 % de la population parle une langue particulière, cette langue et son alphabet sont employés comme langue officielle en plus du macédonien et son alphabet cyrillique. En ce qui concerne des langues parlées par moins de 20 % de la population d'une collectivité territoriale, les autorités locales décident finalement de leur emploi dans les organismes publics.

Article 8

1)
Les valeurs fondamentales du régime constitutionnel de la République de la Macédoine sont les suivantes:

- les libertés et droits fondamentaux de l'homme et du citoyen reconnus par le droit international et établis par la Constitution;
- la représentation équitable des membres appartenant à toutes les nationalités dans les organismes publics à tous les niveaux et dans d'autres secteurs de vie publique;
- l'expression libre de l'identité nationale;

II. Libertés et droits fondamentaux de l'Homme et du citoyen

1. Libertés civiles et politiques et droits

Article 9

1)
Les citoyens de la république de Macédoine sont égaux dans leurs libertés et droits, indépendamment de leur sexe, race, couleur de la peau, origine nationale et sociale, affiliation politique et religieuse, situation sociale et fortune.

2) Les citoyens sont égaux devant la Constitution et les lois.

Article 19

1)
La liberté de la confession religieuse est assurée.

2) L'expression libre et publique de la foi individuelle ou en commun avec autrui est garantie.

3) L'Église orthodoxe macédonienne, ainsi que la Communauté islamique de Macédoine, l'Église catholique, l'Église évangélique méthodiste, la Communauté juive et d'autres communautés et groupes religieux sont séparés de l'État et sont égaux devant la loi.

4) L'Église orthodoxe macédonienne, ainsi que la Communauté islamique de Macédoine, l'Église catholique, l'Église évangélique méthodiste, la Communauté juive et d'autres communautés et groupes religieux sont libres de fonder des écoles religieuses et d'autres établissements sociaux et de bienfaisance dans le cadre et la procédure définis par la loi.

2. Droits économiques, sociaux et culturels

Article 48

1)
Les membres des communautés ont le droit d'exprimer librement, de promouvoir et de développer leur identité et les attributs communautaires, et d'employer leurs symboles de leur nationalité.

2) La République garantit la protection de l'identité ethnique, culturelle, linguistique et religieuse de toutes les nationalités.

3) Les membres des nationalités ont le droit de créer des institutions pour la culture, les arts, la science et l'éducation, ainsi que des associations savantes et autres ayant pour objet l'expression, l'encouragement et le développement de leur identité.

4) Les membres des nationalités ont droit à une instruction primaire et secondaire dans leur langue, selon les modalités définies par la loi.

5) Dans les écoles où l'enseignement est dispensé dans une autre langue, le macédonien doit être également étudié.

3. Garanties des libertés et droits fondamentaux

Article 54

1)
Les droits et libertés de l'Homme et du citoyen ne peuvent être limités que dans les cas prévus par la Constitution.

3) La restriction des droits et libertés ne peut pas être fondée sur des motifs de sexe, de race, de couleur de la peau, de langue, de religion, d'origine nationale ou sociale, de situation sociale ou de fortune.

4. Assises pour des relations économiques

Article 56

2)
La République garantit la protection, la promotion et le renforcement du patrimoine historique et artistique de la Macédoine et de toutes les communautés en Macédoine ainsi que les trésors qui en font partie, indépendamment de leur statut juridique.

III. Organisation de l'autorité de l'État

1. L'Assemblée de la république de Macédoine

Article 69

1)
L'Assemblée peut fonctionner si elle est représentée par une majorité du nombre total des députés présents. L'assemblée prend des décisions à la majorité des voix des députés présents, mais pas moins d'un tiers du nombre total des députés, si la Constitution ne prévoit pas une majorité particulière.

2) Pour les lois qui affectent directement la culture, l'emploi de la langue, l'éducation, la documentation personnelle et l'usage des symboles, l'Assemblée prend des décisions par un vote à la majorité des députés présents, au sein desquels il doit y avoir une majorité des voix des députés présents appartenant à des nationalités autres que celle de la population majoritaire de Macédoine. En cas d'un différend à l'Assemblée concernant l'application de la présente disposition, le Conseil des relations intercommunautaires doit trancher.

Article 77

1)
L'Assemblée désigne un médiateur à la majorité des voix du nombre total des députés, au sein desquels il doit y avoir une majorité des voix du nombre total des députés appartenant aux nationalités autres que celle de la population majoritaire de Macédoine.

2) Le médiateur défend les droits constitutionnels et législatifs des citoyens lorsque ces droit sont violés par les organismes de l'administration de l'État et par d'autres organismes détenant un mandats public. Le médiateur accorde une attention particulière à la protection des principes de non-discrimination et à la représentation équitable des nationalités dans les organismes publics à tous les niveaux et dans d'autres secteurs de la vie publique.

Article 78

1)
L'Assemblée doit former un Conseil des relations inter-communautaires.

2) Le Conseil est composé de 19 membres, dont sept 7 membres sont choisis dans les rangs des Macédoniens et des Albanais de l'Assemblée et un membre chacun parmi les Turcs, les Valaques, les Roms, les Serbes et les Bosniaques. Si l'une des nationalités n'a pas de représentant, le médiateur, après consultation avec les représentants appropriés de ces nationalités, doit proposer un membre parmi ceux restant au Conseil.

3) L'Assemblée désigne les membres du Conseil.

4) Le Conseil examine les questions concernant les relations inter-communautaires dans la République et prépare des évaluations et des propositions pour leurs solutions.

5) L'Assemblée est tenue de prendre en considération les évaluations et les propositions du Conseil, et d'adopter des décisions à ce sujet. 

6) En cas de différend entre les membres de l'Assemblée concernant l'application de la procédure de votation mentionnée à l'article 69.2, le Conseil doit décider par un vote majoritaire si la procédure doit s'appliquer.

Article 86

2)
Le Conseil de sécurité de la République est constitué du président de la République, du président de l'Assemblée, du premier ministre, des ministres dirigeant les organismes de l'administration de l'État dans les domaines de la sécurité, de la défense et des affaires étrangères, et de trois membres désignés par le président de la République.

3) Dans la nomination des trois membres, le président s'assure que le Conseil de sécurité reflète équitablement dans l'ensemble la composition de la population de la Macédoine.

Article 104

1)
Le Conseil de la magistrature est composé de sept membres.

2) L'Assemblée désigne les membres du Conseil. Trois des membres sont choisis par un vote majoritaire du nombre total des députés, au sein desquels il doit y avoir une majorité des votes du nombre total des députés appartenant aux nationalités autres que celle de la population majoritaire de Macédoine.

IV. Cour constitutionnelle de la république de Macédoine

Article 109

1
) La Cour constitutionnelle de la république de Macédoine est composée de neuf juges.

2) L'Assemblée désigne les juges de la Cour constitutionnelle. L'Assemblée désigne six des juges à la Cour constitutionnelle par un vote majoritaire du nombre total des députés. L'Assemblée désigne trois des juges par un vote majoritaire du nombre total des députés, au sein desquels il doit y avoir une majorité des votes du nombre total des députés appartenant aux nationalités autres que celle de la population majoritaire de Macédoine. Le mandat de la fonction de juge est de neuf ans sans droit à la réélection.

Article 110

1)
La Cour constitutionnelle de la république de Macédoine :

-  défend les libertés et les droits de l'homme et du citoyen relatifs à la liberté d'opinion, de conscience, de pensée et d'expression publique de la pensée, d'association et d'action politiques, et à l'interdiction de la discrimination des citoyens pour des motifs de sexe, de race, de religion ou d'appartenance nationale, sociale ou politique.

V. Autonomie locale

Article 114

1)
Le droit à une autonomie locale est garanti aux citoyens.

5) L’autonomie locale est réglementée par une loi adoptée à majorité des deux tiers du nombre total des députés, dont il doit y avoir une majorité des votes du nombre total des députés appartenant aux nationalités autres que celle de la population majoritaire de Macédoine. Les lois sur les finances locales, les élections municipales, les frontières des municipalités et la ville de Skopje sont adoptées par un vote à majorité de des députés présents, au sein desquels il doit y avoir une majorité des votes des députés présents appartenant aux nationalités autres que celle de la population majoritaire de Macédoine.

Article 115

1)
Au sein des collectivités d'autonomie locale, les citoyens, directement et par voie de représentants, participent au processus décisionnel sur les questions d'importance locale, en particulier dans les domaines des services publics, de la planification urbaine et rurale, de la protection de l'environnement, du développement économique local, des finances locales, des activités communales, de la culture, des sports, de la sécurité sociale et de la garde d'enfants, de l'éducation, des services médicaux et d'autres secteurs prévus par la loi.

2) La municipalité est autonome dans l'exécution des compétences prévues par la Constitution et par les domaines de compétence fixés par la loi; le contrôle de la légalité de ses activités est exercé par la République.

3) La mise en œuvre des questions visées peut conformément à la loi être confiée à la municipalité par la République.

Article 131

1)
La décision de procéder à la modification de la Constitution est prise par l'Assemblée par un vote à la majorité des deux tiers du nombre total des députés.

2) Tout projet de modification de la Constitution est confirmé par l'Assemblée à la majorité des voix nombre total des députés, qui ouvre un débat public.

3) La décision de modification de la Constitution est prise par l'Assemblée à la majorité des deux tiers des voix du nombre total des députés.

4) La décision de procéder à la modification de la Constitution est prise par l’Assemblée. Toute décision de modifier le Préambule, les articles sur l'autonomie locale, l'article 131, toute disposition touchant aux droits des membres des nationalités, y compris les articles particuliers 7, 8, 9, 19, 48, 56, 69, 77, 78, 86, 104 et 109, ainsi qu'une décision d'ajouter toute nouvelle disposition concernant l'objet desdits articles et desdites dispositions, doit nécessiter un vote à majorité des deux tiers du nombre total des députés, parmi lesquels il doit y avoir une majorité des votes du nombre total des députés appartenant aux nationalités autres que celle de la population majoritaire de Macédoine.

Le Parlement de la république de Macédoine, Skopje, novembre 2001

Source : Journal officiel de la république de Macédoine, nos 52/91, 1/92, 31/98 et 91/2001.

Page précédente

Macédoine

Accueil: aménagement linguistique dans le monde