Traité de Trianon

du 4 juin 1920

Le traité de Trianon fut imposé par les Alliés vainqueurs (et rédigé par les États-Unis, la Grande-Bretagne, l'Italie et la France) après la Première Guerre mondiale. Il fixait le sort de la Hongrie en la démantelant.

Celle-ci dut céder la Slovaquie et la Ruthénie à la Tchécoslovaquie (auj.: République tchèque et Slovaquie), ainsi que la Croatie à l'ex-Yougoslavie (royaume des Serbes, des Croates et des Slovènes) et la Transylvanie à la Roumanie.

Le traité de Trianon supprimait les deux tiers du territoire hongrois pour les céder à des «États ennemis» et plus de la moitié de sa population (passée de 20,8 millions d’habitants à 7,6 millions, créant ainsi un profond traumatisme.

C’est ce qui explique aujourd’hui pourquoi on retrouve des Magyars (Hongrois) non seulement en Slovaquie, en Serbie (Voïvodine) et en Roumanie, mais aussi en Ukraine. Le traité de Trianon est resté pour tous les Magyars synonyme d'humiliation nationale et d'injustice flagrante. Il n'y a rien d'étonnant à ce que l'irrédentisme magyar se soit installé en Slovaquie, en Roumanie et surtout en Voïvodine comme une donnée politique permanente.

 

Dernière mise à jour: 15 décembre, 2015


 
Page précédente

 

Hongrie

 Accueil: aménagement linguistique dans le monde