L'isolat linguistique

Un isolat linguistique est une langue dont on n'a pu démonter la filiation ou l'origine génétique avec d'autres langues. Ce sont des langues qui ne sont rattachées à aucune autre et qui demeurent inclassables pour les linguistes. Par exemple, en Europe, le basque est un isolat linguistique, car aucune langue vivante ou morte n'a pu lui être reliée avec certitude; le basque constitue à la fois une langue et une famille à lui tout seul. Il en est ainsi du japonais et du coréen en Asie. L'isolat est généralement associé à des faits d'isolement géographique et/ou historique. Il existe de nombreux isolats linguistiques, probablement plus d'une centaine, que ce soit en Asie, en Afrique ou en Amérique avec les langues amérindiennes.

Dans certains cas, un isolat peut être le fait d'une langue au sein d'une grande famille linguistique. Par exemple, le grec, l'albanais et l'arménien sont des isolats indo-européens parce qu'ils ne sont rattachés à aucun autre groupe, contrairement au français (groupe roman), à l'anglais (groupe germanique) ou au russe (groupe slave). Le grec, l'albanais et l'arménien demeurent la seule langue de leur groupe (grec, albanais ou arménien) parmi les langues indo-européennes.

D'un point de vue plus globale, toute famille de langues est un isolat. Ainsi, la famille indo-européenne est un isolat par rapport à la famille sino-tibétaine ou à la famille austronésienne. Le cas des langues papoues mérite d'être souligné: il existerait plus de 800 langues papoues réparties en 26 familles papoues distinctes, selon le linguiste William Foley. En fait, chaque famille constituerait un isolat par rapport aux autres, ce qui explique le grand intérêt que portent les linguistes à tout isolat, car ce sont des cas d'espèce.


 

Page précédente

Familles linguistiques

Accueil: aménagement linguistique dans le monde