Le russe

Le russe est devenu une langue internationale grâce à la puissance de l'ex-URSS. Mais l'expansion du russe avait commencé bien avant la fondation de cet empire contemporain, notamment au XVIe siècle avec Yvan IV le Terrible. Grâce à des tsars tyranniques et très militaristes qui instaurèrent un État policier, le russe s'est constitué en tant que langue nationale au cours des XVIIe et XVIIIe siècles sur la base de la langue parlée en Moscovie, la grande région de Moscou. En étendant leurs possessions vers le Nord-Est et jusqu'en Alaska, les tsars russes ont également répandu l'usage de leur langue.

Après la Révolution d'octobre 1917 et la création de l'URSS, les nouveaux dirigeants bolcheviks établirent un système politique qui prévoyait un État fédéral très centralisé tout en reconnaissant certaines particularités nationales dans les républiques fédérées et les républiques autonomes. 

L'URSS s'est constituée en une fédération de 15 républiques au sein de laquelle le russe est devenu la langue officielle de l'Union, sans que ce principe n'ait jamais été reconnu dans la Constitution soviétique. Dans les faits, le russe est devenu la langue des communications entre toutes les composantes de cet immense empire de 285 millions de personnes comprenant quelque 130 langues nationales. Bref, le russe, n'ayant jamais été formellement déclaré langue officielle ni par l'Union ni par aucune république, même pas dans la république de Russie (1978), a toujours joui cependant du statut de langue officielle de facto.

Comme on peut le constater, le pourcentage des russophones était assez élevé dans la plupart des anciennes républiques fédérées. Ils représentaient 40,8 % de la population au Kazakhstan, 32,8 % en Lettonie, 27,9 % en Estonie, 25,9 % en Kirghizie, 21,1 % en Ukraine, etc. Ils étaient moins de 10 % en Lituanie, en Azerbaïdjan, en Géorgie et en Arménie. Aujourd'hui, le russe a conservé certaines positions enviables dans les anciennes républiques de l'URSS, notamment en Biélorussie, en Ukraine et en Moldavie.

Carte reproduite avec l'aimable autorisation de M. Mikael Parkvall de l'Institutionen för lingvistik, Université de Stockholm. 

1 Le russe langue maternelle

Le russe est la langue maternelle de 147 millions de personnes (en 2001) dans un pays qui, avant son éclatement, en comptait 285 millions (recensement de 1989); il faut ajouter quelque cinq millions de russophones résidant à l'extérieur du pays, ce qui porterait ce nombre à 152 millions. Dans l'ensemble de l'ex-URSS, le groupe ethnique russe était le plus important et, au recensement de 1989, il représentait encore 52,4 % de la population. Par ordre d'importance, les autres langues se répartissaient ainsi: ukrainien (13 %), ouzbek (5 %), biélorusse (3 %), kazak (2 %), tatar (2 %), azéri (2 %), arménien (1 %), géorgien (1 %), lituanien (1 %), tadjik (1 %), moldave (1 %), etc. Les quelque 120 langues restantes regroupent 16 % de la population.

Dans la fédération de Russie actuelle, les russophones sont présents dans les 21 républiques au sein desquels ils sont généralement minoritaires, mais ils forment parfois la majorité absolue (république des Adygués, république Altaï, république de Bouriatie, république de Carélie, république de Iakoutie-Sakha, république de Khakassie, république des Komis, république de Mordovie). Dans la fédération de Russie, toutes les républiques comptent au moins deux langues officielles (sauf au Daghestan), dont la langue «tutélaire» et la russe.  Dans la partie européenne de la Russie, les russophones représentent plus de 95 % de la population. Dans cinq républiques sur 21, (Bouriate, Carélie, Komi, Mordovie, Oudmourtie), dans quatre régions autonomes sur cinq et dans sept districts autonomes sur 10 de la fédération de Russie, les russophones constituent plus de la moitié de la population. En Israël, plus d'un million des sept millions d'Israéliens sont des russophones d'origine de l'ex-URSS; ils ont conservé l'usage du russe comme langue maternelle, l'hébreu demeurant une langue seconde.

2 Le russe langue seconde

Si 52,4 % de la population de l'ex-URSS utilisait le russe comme langue maternelle, cela signifie que 47,6 % des ex-Soviétiques parlaient une autre langue. En ce qui a trait à l'enseignement, une loi fédérale de 1938 obligeait tous les établissements d'enseignement (non russophones) de l'ex-Union soviétique à enseigner le russe comme langue seconde. Mais une autre loi de 1958 assurait le libre choix de la langue d'enseignement dans les écoles. Le russe était dans les faits obligatoire pour tous, même si tous les établissements d'enseignement dans les anciennes républiques soviétiques assuraient l'apprentissage de la langue nationale. Dans les républiques autres que celle de Russie, la langue d'enseignement a toujours été, du moins en principe, celle de la république, mais n'importe quel citoyen soviétique pouvait poursuivre toutes ses études primaires ou secondaires en russe. Autrement dit, l'enseignement de la langue de la république n'était pas toujours obligatoire.

De plus, il n'était pas rare que, dans certaines républiques, l'enseignement en langue maternelle (celle de la république) ne soit pas assuré dans les faits. La situation était très différente d'une république à l'autre. Par exemple, la législation linguistique de Lettonie obligeait tous les établissements d'enseignement à enseigner le letton, mais le Kazakhstan ne prévoyait rendre le kazakh obligatoire qu'au terme d'un délai de 10 ans. En Estonie, en Moldavie et en Lituanie, les lois reconnaissaient le droit des habitants à des écoles unilingues dans leur langue, mais permettaient aussi des écoles bilingues dans les localités où les enfants appartenant à une minorité étaient en nombre insuffisant. Même avec l'éclatement de l'URSS, les législations de la plupart des ancienne république fédérées demeurent en vigueur.

Afin de donner une idée du pouvoir dont jouissait le russe, il suffit de constater que, durant l'année scolaire de 1974-1975, l'enseignement se donnait en russe pour 64,3 % des enfants dans l'ensemble du pays. Il était donc relativement facile pour les non-russophones d'apprendre le russe. Ainsi, lors du recensement de 1979, les Ukrainiens qui parlaient couramment le russe étaient déjà estimés à 49,8 %, ce qui peut paraître assez élevé pour une population de 51 millions d'habitants. Certains peuples, particulièrement ceux habitant la Russie, paraissent plus bilingues que d'autres: les Abkhazes (73,3 %), les Balkars (77,4 %), les Kalmouks (84,1 %), les Tatars (68,9 %), les Bouriates (71,9 %), les Ingouches (79,6 %), les Tchétchènes (76,0 %), etc. Il est inutile de prolonger cette liste, mais on estime que, en moyenne, 62,1 % des non-russophones peuvent s'exprimer en russe, soit 176 millions de personnes. Si l'on ajoute les russophones, on arrive à 81,9 % de l'ensemble de la population de l'ex-Union soviétique qui connaît cette langue à des degrés divers. Cela signifie que 233 millions de personnes (sur 285 millions) peuvent s'exprimer en russe. C'est un taux de bilinguisme qui ferait envie à bien des pays bilingues. 

Il est vrai que les statistiques soviétiques de l'époque doivent être traitées avec précaution, car les données disponibles ne sont pas toujours fiables; il arrive assez fréquemment que les données relatives à certains petits peuples soient restées les mêmes depuis 1949. Néanmoins, ces résultats statistiques donnent une idée de la propagation du russe au sein des différentes communautés de l'ex-URSS.

Les statistiques russes établissent que 20 millions d'étrangers étudieraient le russe, et ce, dans 90 pays. Il est vrai que, jusqu'à récemment, le russe était obligatoire dans les pays de l'Est comme la Pologne, l'ex-République démocratique allemande (RDA), la Bulgarie, la Hongrie, l'ex-Tchécoslovaquie, etc. 

Mais cette situation est en train de changer au profit de l'anglais, puis du français et de l'allemand. Et même si le russe est enseigné dans de nombreuses universités du monde, que ce soit aux États-Unis, au Japon, en France, au Royaume-Uni, en Italie, au Canada, en Belgique, etc., cet enseignement ne touche en fait que fort peu de monde. Le russe langue étrangère ne peut se comparer à l'anglais ou au français, il demeure marginal. En raison du démembrement de l'Union soviétique, il est fort probable que la langue russe régressera, qu'elle restera relativement méconnue en dehors du système politique à qui elle doit son expansion. En ce sens, le russe ne peut prétendre exercer un rôle vraiment international. Pour cela, il faudrait que l'enseignement de cette langue se développe dans l'ensemble des États du monde. Pour le moment, on ne voit pas comment ce phénomène pourrait se réaliser.

Les autres langues internationales:


arabe
 

chinois
 

espagnol
 

français
 

portugais
 

anglais
 
Dernière mise à jour: 20 déc. 2015

Retour à Vitalité et mort des langues

Page précédente

 

Langues du monde

Accueil: aménagement linguistique dans le monde