État du Dakota du Sud

Dakota du Sud

(USA)

Capitale:  Pierre
Population: 754 844 (2000)
Langue officielle: anglais (de jure
Groupe majoritaire: anglais (93,5 %)
Groupes minoritaires: allemand (1,9 %), langues amérindiennes (1,6 %), espagnol (1,4 %), français (0,2 %), langues africaines (0,1 %), langues scandinaves (0,1 %), serbo-croate (0,1 %), chinois (0,1 %), vietnamien, tagalog (0,1 %), russe (0,1 %), etc.
Système politique: État de l'Union américaine (USA)
Articles constitutionnels (langue):  aucune disposition linguistique dans la Constitution de 1975
Lois linguistiques: plusieurs lois sectorielles concernant les documents officiels, les procès, les élections, les écoles, les entreprises privées, etc.

1 Situation générale

Dakota du Sud est un État de 199 552 km² situé au centre-nord des États-Unis. Il est limité au nord par le Dakota du Nord, à l'ouest par le Montana et le Wyoming, au sud par le Nebraska, au sud-est par l'Iowa et à l'est pas le Minnesota. La capitale est Pierre en souvenir de l'explorateur canadien Pierre de La Vérendrye qui avait fait construire en 1731 le fort Saint-Pierre. Comme le drapeau l'indique, le surnom actuel de cet État est «l'État du mont Rushmore» en raison du mémorial spectaculaire représentant les visages de quatre présidents des États-Unis : George Washington, Thomas Jefferson, Abraham Lincoln et Théodore Roosevelt. Le mot Dakota signifie «ami» en sioux.

En 2000, cet État comptait une population estimée à 754 844 habitants (US Census Bureau), dont l'anglais était la langue maternelle pour 93,7 % de la population. Il reste donc 6,5 % des autres pour parler une autre langue. L'allemand vient en seconde place avec 1,9 % des locuteurs, suivi des langues amérindiennes (1,6 %), de l'espagnol (1,4 %), du français (0,2 %), des langues africaines (0,1 %), des langues scandinaves (0,1 %), du serbo-croate (0,1 %), du chinois (0,1 %), du vietnamien, du tagalog (0,1 %), du russe (0,1 %), etc.

Langues du Dakota du Sud (2000) Population
(cinq ans et plus)
%
Anglais

658 245

93,5 %

Allemand  13 422   1,9 % 
Langues amérindiennes  11 246   1,6 %
Espagnol

10 052

  1,4 %
Français

  1 256

   0,2 %

Langues africaines   1 042    0,1 % 
Langues scandinaves

 1 024

  0,1 %
Serbo-croate    573   0,1 %
Chinois    569  0,1 %
Vietnamien    553   0,1 % 
Tagalog

  457

 0,1 %
Russe

  411

 0,1 %
Toutes les autres langues  4 970 0,7 %
Total

703 820

100 %


2 Bref historique

À l'arrivée des premiers Européens, la région des deux Dakotas était peuplée par des tribus indiennes, parmi lesquelles les Cheyennes et les Sioux (appelés aussi Dakotas). L'exploration débuta en 1738 avec les voyages du Canadien Pierre de La Vérendrye. Parcourue par des trappeurs et des négociants en fourrures à la fin du XVIIIe siècle, la zone devint un des centre du trafic de fourrures. Le dakota du Sud, comme le Dakota du Nord, fit partie de la Louisiane français, puis espagnole.

Elle passa aux États-Unis dans le cadre de l'achat de la Louisiane à la France, en 1803. L'expédition Lewis et Clark (1804-1806) traversa la région. La première colonie permanente du Dakota du Sud fut fondée en 1817. En 1832, le fort Pierre-Chouteau fut construit par l'American Fur Company du négociant germano-américain John Jacob Astor.

La colonisation fut lente jusqu'en 1874, date à laquelle on découvrit de l'or dans les Black Hills. Les colons affluèrent, attirés par cette nouvelle richesse et par les terres fertiles. Les Indiens Dakotas, dépossédés de leurs terres, furent repoussés à l'ouest du Missouri. En 1861 fut créé un territoire du Dakota comprenant le Dakota du Sud et le Dakota du Nord, le Montana et le Wyoming. En 1876, d'autres gisements d'or furent découverts, dont le célèbre filon Homestake, près de Lead.

Mont Rushmore









Le mont Rushmore

En 1885, un avocat new yorkais du nom de Rushmore vint visiter la région. Doan Robinson, historien et gouverneur de l'État à l'époque, désireux d'attirer les touristes dans la région pour relancer l'économie des Blacks Hills, eut l'idée d'ériger un monument à la gloire des figures légendaires du pays.  La région connut ensuite une période de colonisation rapide entre 1879 et 1886. En 1889, les Dakotas furent séparés. Le Dakota du Sud intégra l'Union le 2 novembre 1889, devenant le 40e État américain. Finalement, le mont Rushmore, situé au sud-ouest de l'État et à 40 km de Rapid City, fut sélectionné pour accueillir l'oeuvre de Doan Robinson. Le site fut classé mémorial national le 1er octobre 1925. Le premier visage, celui de Washington, fut inauguré en 1930. Le projet fut confié à Gutzon Borglum, sculpteur âgé de 60 ans, ancien élève de Rodin. Le travail dura 40 ans.

Suite aux problèmes chroniques de sécheresse dans l'ouest de l'État, de vastes barrages furent édifiés dans les années 1940 sur le Missouri. Quatre lacs artificiels permettent désormais de contrôler les crues, d'irriguer les sols et de fournir de l'énergie hydroélectrique. L'État est aujourd'hui confronté à la pauvreté des réserves indiennes et au désarroi de leurs populations.

3 La politique linguistique

Le Dakota du Sud n'a adopté aucune disposition linguistique dans sa constitution de 1975. Il faut recourir aux lois pour trouver ce type de disposition, notamment dans les Lois codifiées du Dakota du Sud appelées en anglais South Dakota Codified Laws.

3.1 La langue commune

Remarquons que le Dakota du Sud n'emploie pas l'expression «official language» (langue officielle), mais bien «common language» (langue commune) pour qualifier le statut de l'anglais:

Section 1-27-20 (1995).

English as common language – Use in public records and public meetings.

The common language of the state is English. The common language is designated as the language of any official public document or record and any official public meeting.

Paragraphe 1-27-20 (1995)

L'anglais comme langue commune - Emploi dans des registres publics et les réunions publiques

La langue commune de l'État est l'anglais. La langue commune est désignée comme la langue d'un document ou d'un registre public officiel et d'une assemblée publique officielle.

Cette langue commune est désignée comme «la langue d'un document ou d'un registre public officiel et d'une assemblée publique officielle». Cela signifie que tous les documents officiels de l'État doivent être en anglais, comme le précise le paragraphe 1-27-21 des Lois codifiées du Dakota du Sud :

Section 1-27-21

Public document or record defined – Public meetings.

For purposes of §§1-27-20 to 1-27-26, inclusive, an official public document or record is any document officially compiled, published, or recorded by the state including deeds, publicly probated wills, records of births, deaths, and marriages, and any other document or record required to be kept open for public inspection pursuant to chapter 1-27. An official public meeting is any meeting or proceeding required to be open to the public pursuant to chapter 1-25.

Paragraphe 1-27-21

Document public ou registre défini - Réunions publiques

Pour les fins des paragraphes §§ 1-27-20 à 1-27-26 inclusivement, un document officiel ou un registre public désigne un document officiellement compilé, publié ou enregistré par l'État incluant les actes, les testaments publiquement ratifiés, les registres de naissance, des morts et des mariages, et tout autre document ou registre exigé pour être tenu ouvert pour inspection publique, conformément au chapitre 1-27. Une assemblée officielle publique correspond à une réunion ou procédure exigée pour être ouverte au public, conformément au chapitre 1-25.

Le paragraphe 17-2-2.1 des Lois codifiées du Dakota du Sud précise qu'aucune publication n'est autorisée à diffuser des documents juridiques ou des documents officiels à moins ce soit soit en langue anglaise:

Section 17-2-2.1.

Requirements for legal newspaper--Language--Size--Duration and frequency of publication.

No publication is a legal newspaper for publishing legal and other official notices unless, for at least one year prior to publication of such notices, the publication is printed in the English language and contains at least four pages per issue, with at least one hundred twenty square inches of printed matter per page; and if the publication is a daily, is distributed at least five days each week, or if not a daily, is distributed at least once each week for at least fifty weeks each year. In any week in which there is a legal holiday, no more than four issues of a daily newspaper are necessary.

Paragraphe 17-2-2.1

Prescriptions pour journal autorisé - Langue - Taille - Durée et fréquence des publications

Aucune publication ne constitue un journal autorisé pour la diffusion d'avis juridiques et d'autres documents officiels à moins que, au moins un an avant la diffusion de ces avis, la publication ne soit imprimée en anglais et contienne au moins quatre pages par édition, avec au moins 120 pouces carrés d'imprimé par page; et si la publication est un quotidien, elle doit être distribuée au moins cinq jours par semaine ou, s'il ne s'agit pas d'un quotidien, doit être distribuée au moins une fois par semaine pour au moins cinquante semaines par année. Dans une semaine dans laquelle il y a un jour férié, pas plus de quatre publications d'un quotidien sont nécessaires.

Lorsqu'un organisme de l'État procède à des traductions, les dépenses encourues à la préparation, la traduction, l'impression et l'enregistrement des documents, registres, brochures, dépliants, prospectus ou autres documents informatifs «en des langues autres que la langue commune» seront considérés comme un élément distinct du budget de l'organisme, du bureau ou du département d'État (§ 1-27-23).

3.2 L'usage obligatoire de l'anglais

L'usage de la langue anglaise (la langue commune) est obligatoire plusieurs cas prévus par la loi, dont la composition des jurés, les procès, les élections, les écoles, etc. Pour avoir droit de participer à un jury, il faut notamment être capable de lire, écrire et comprendre la langue anglaise:

Section 16-13-10.

Qualifications of jurors.

Any citizen of this state, who is a resident of the county or jury district where the jury is selected, eighteen years of age or older prior to January first of the year of jury service, of sound mind and who is able to read, write, and understand the English language, is eligible to serve as a juror. Any member of the clergy, as defined in § 19-13-16, if jury service conflicts with religious belief, is exempt from jury duty. Any person who has been convicted of a felony unless restored to civil rights is not eligible to serve as a juror. No potential juror may be excluded from jury duty because of a visual or hearing impairment.

Paragraphe 16-13-10

Qualifications des jurés

Tout citoyen de cet État, résidant du comté ou du district où est choisi le jury, âgé de dix-huit ans ou plus avant le 1er janvier de l'année de service du jury, d'esprit sain et capable de lire, écrire et comprendre l'anglais, a le droit de servir comme un juré. Tout membre du clergé, tel que précisé au paragraphe § 19-13-16, en cas de conflits entre le service de jury et la croyance religieuse, est exempté du devoir de jury. Toute personne reconnue coupable d'un crime à moins qu'elle ne soit rétablie dans ses droits civils n'a pas le droit de servir comme juré. Aucun juré éventuel ne peut être exclu du devoir de jury en raison d'une déficience visuelle ou auditive.

Dans un procès, lorsqu'un témoin ne peut pas communiquer en anglais ou ne comprend pas la langue anglaise, la cour doit procurer et nommer un interprète:

Section 19-3-7.

Interpreter for witness unable to communicate in English--Compensation.

When a witness cannot communicate or understand the English language the court shall procure and appoint a disinterested interpreter or translator for him who shall be compensated for those services as the court shall certify to be reasonable and just, to be paid and collected as other costs.

Paragraphe 19-3-7

Interprète pour un témoin incapable de communiquer en anglais - Rémunération

Quand un témoin ne peut pas communiquer ou comprendre l'anglais, la cour procure et désigne un interprète désintéressé ou un traducteur qui sera indemnisé pour ses services que la cour certifie comme raisonnables et justes, et qui sera payé et comptabilisé comme d'autres dépenses.

Dans le cas des élections, le vérificateur de comté fait imprimer les directives en anglais et en d'autres langues lorsque c'est jugé nécessaire:

 Section 12-16-23.

Instruction cards for voters.

The county auditor shall cause to be printed in large type on cards in the English language and such other languages as may be deemed necessary, instructions for the guidance of voters in preparing their ballots in such form as prescribed by the State Board of Elections and deliver them with the ballots in sufficient numbers to meet the requirements of § 12-16-25.

Paragraphe 12-16-23

Cartes de directives pour les électeurs

Le vérificateur de comté fera en sorte que seront imprimées, en grand format sur des cartes en langue anglaise et en d'autres langues lorsqu'on peut juger que c'est nécessaire, des directives pour l'information des électeurs dans la préparation de leurs bulletins et dans la forme prescrite par le Conseil électorale de l'État pour leur livrer ces bulletins en nombre suffisant afin de satisfaire aux prescriptions des paragraphes § 12-16-25.

Pour plus de précision, les bulletins officiels doivent être « imprimés sur papier de bonne qualité, en encre noire et en langue anglaise» (§ 12-16-2). À l'intention des Indiens, le vérificateur de comté leur procurera de l'aide en trouvant une personne compétente à la fois en dialecte local sioux et en langue anglaise dans tous les districts à des fins de directives, d'enregistrement et de votation:

 

Section12-3-10.

Linguistic assistance to Indians provided by counties.

The county auditor of the counties affected by §§ 12-3-6 to 12-3-13, inclusive, shall provide election assistance to any Indian by providing a person proficient in both the local Sioux dialect and the English language in all precincts of the county for the purposes of registration, voting and instruction.

Paragraphe 12-3-10

Aide linguistique fournie aux à Indiens par comté

Le vérificateur de comté dans les comtés visés par les paragraphes §§ 12-3-6 à 12-3-13 inclusivement procurera de l'aide lors d'une élection à tout Indien en trouvant une personne compétente à la fois en dialecte local sioux et en langue anglaise dans tous les districts du comté à des fins de directives, d'enregistrement et de votation.

Toutes les écoles de l'État doivent promouvoir la maîtrise de la langue anglaise dans les communications orales et écrites:

Section 13-33-11.

Instruction to promote mastery of English language.

Instruction in any school shall be such that it promotes a mastery of the English language in oral and written communications.

Paragraphe 13-33-11

Directive pour promouvoir la maîtrise de la langue anglaise

La directive pour toute école est qu'elle doit promouvoir la maîtrise de la langue anglaise dans les communications orales et écrites.

La question scolaire concernant l'éducation bilingue se semble pas susciter de grandes passions dans le Dakota du Sud où l'on ne compte que 4600 enfants (LEP) recevant une éducation bilingue. De plus, l'État n'accorde aucun financement spécifique à ces écoles.

En vertu du paragraphe 1-27-24 des Lois codifiées du Dakota du Sud, nul ne peut être privé d'emploi au sein de l'État ou de tout organisme de l'État pour la simple raison qu'une personne n'a pas de connaissance en langue étrangère, sauf si cette connaissance est considérée comme nécessaire et correspond aux exemptions prévues dans la loi (§§ 1-27-22).

Par ailleurs, tout citoyen de l'État a le droit d'intenter une poursuite contre l'État si celui-ci ne met pas en oeuvre les prescriptions découlant de l'emploi de la langue commune:

Section 1-27-26.

Enforcement of common language requirements.

Any citizen of the state has standing to bring an action against the state to enforce §§1-27-20 to 1-27-26, inclusive. The circuit court has jurisdiction to hear and decide any such action brought pursuant to §§1-27-20 to 1-27-26, inclusive.

Paragraphe 1-27-26

Mise en vigueur des prescriptions de la langue commune

Tout citoyen de l'État a la possibilité d'intenter une poursuite contre l'État pour mettre en application les paragraphes §§ 1-27-20 à 1-27-26 inclusivement. La cour d'appel a la juridiction pour entendre et décider toute affaire apportée en vertu des paragraphes §§ 1-27-20 à 1-27-26 inclusivement.

3.3 Les exceptions à l'usage de l'anglais

D'après la législation en vigueur, les situations où l'anglais n'est pas obligatoire (§ 1-27-22) concernent les cours de langue, l'enseignement destiné aux élèves dont les connaissances en anglais sont limitées, le commerce international et le tourisme, lorsque la sécurité publique, la santé ou les services d'urgence exigent l'usage d'autres langues ou lorsque le témoignage d'experts, de témoins ou de porte-parole exigent une autre langue que l'anglais :

Section 1-27-22.

The provisions of §§1-27-20 to 1-27-26, inclusive, do not apply:

(1) To instruction in foreign language courses;

(2) To instruction designed to aid students with limited English proficiency in a timely transition and integration into the general education system;

(3) To the conduct of international commerce, tourism, and sporting events;

(4) When deemed to interfere with needs of the justice system;

(5) When the public safety, health, or emergency services require the use of other languages. However, any such authorization for the use of a language other than the common language other than printing informational materials or publications for general distribution must be approved in an open public meeting pursuant to chapter 1-25 by the governing board or authority of the relevant state or municipal entity and the decision shall be recorded in publicly available minutes;

(6) When expert testimony, witnesses, or speakers require a language other than the common language. However, for purpose of deliberation, decision making or record keeping, the official version of such testimony or commentary shall be the officially translated English language version.

Paragraphe 1-27-22

Les dispositions des paragraphes §§ 1-27-20 à 1-27-26 inclusivement ne s'appliquent pas :

(1) À l'enseignement dans les cours de langue;

(2) À l'enseignement conçu pour aider les élèves dont les connaissances sont limitée en anglais vers une transition opportune et une intégration dans le système d'éducation général;

(3) À la conduite du commerce international, du tourisme et d'événements sportifs;

(4) Lorsqu'elles sont considérées comme s'interposant aux nécessités du système judiciaire;

(5) Lorsque la sécurité publique, la santé ou les services d'urgence exigent l'usage d'autres langues. Cependant, toute autorisation pour utiliser une autre langue que la langue commune autre que l'impression de documents informatifs ou de publications pour la distribution générale doit être approuvé à une réunion ouverte au public, conformément au chapitre 1-25, par le conseil de direction ou l'autorité de l'entité appropriée de l'État ou d'une municipalité, et la décision sera enregistrée dans le procès-verbal disponible au public;

(6) Quand le témoignage d'experts, de témoins ou de porte-parole exigent une autre langue que la langue commune. Cependant, lors des délibérations, des processus décisionnels ou de la tenue des registres, la version officielle des témoignages ou des commentaires doit être la version anglaise.

Par ailleurs, en vertu du paragraphe 1-27-25 des Lois codifiées du Dakota du Sud, les obligations concernant l'emploi de la «langue commune» ne s'appliquent pas aux activités privées. Cependant, les documents officiels, formulaires, soumissions ou autres documents adressés aux agences gouvernementales ou aux fonctionnaires doivent être rédigées dans la langue commune (§§ 1-27-20 à 1-27-26 inclusivement). De plus, les réunions des conseils d'administration des compagnies privées peuvent se tenir en n'importe quelle langue, mais les procès-verbaux doivent être rédigés «en langue anglaise».

Soulignons également que les prescriptions quant à l'emploi de la langue commune ne s'appliquent pas aux sociétés privées détenant une certification, un enregistrement ou un permis émis par une pays étranger, ni aux personnes détenant un diplôme universitaire d'un autre État. Cependant, pour avoir cours dans l'État du Dakota du Sud, ces documents officiels, s'ils sont rédigés dans une autre langue que l'anglais, doivent être traduits en anglais et authentifiés (§ 36-20B-59).

Dans la vie quotidienne, les affaires de l'État se déroulent normalement en anglais, du Parlement aux cours de justice, en passant par les services administratifs, les écoles et les services de santé. Même les entreprises sont sollicitées dans la mesure où leurs documents écrits, y compris les procès-verbaux, doivent être rédigées en anglais. De plus, les les accusés et les témoins, ignorant la langue anglaise, ont droit à un interprète, mais le juge n'a pas à les comprendre dans leur langue. L'éducation est résolument dispensée en anglais dans le Dakota du Sud. Enfin, on peut regretter que la législation ne soit pas plus généreuse envers les communautés amérindiennes, le troisième groupe ethnique de l'État.

Dernière mise à jour: 27 avril, 2013
 
 

Les États-Unis d'Amérique

 
(1) Les États-Unis: situation générale
(2) La politique linguistique fédérale
(3) Les États américains: présentation générale
(4) Liste des États disponibles
(5) Bibliographie

 

- Amérique du Nord -

Accueil: aménagement linguistique dans le monde