Les langues baltes

 

Les langues baltes — aujourd'hui réduites au lituanien et au letton — sont parlées par quelque 4,6 millions de locuteurs dans les régions bordant la mer Baltique; elles forment une groupe distinct au sein de la famille indo-européenne, même si elles sont relativement apparentées aux langues slaves, germaniques et indo-iraniennes. 

Groupe Langue
Oriental curonien*, sémigalien*, skalvien*, sélonien*, samogitien*, letton, lituanien
Occidental vieux prussien*, nadruvien*, sudovien*, galidan*

On estime que le letton est parlé par 1,3 million de locuteurs en Lettonie pour un total de 1,5 million de locuteurs (Allemagne, Australie, Biélorusse, Brésil, Canada, Estonie, États-Unis, Lituanie, Nouvelle-Zélande, Royaume-Uni, Russie, Suède, Ukraine, Venezuela). Pour sa part, le lituanien est parlé par 2,9 millions de locuteurs en Lituanie pour un total de 3,1 millions de locuteurs (Argentine, Australie, Biélorussie, Brésil, Canada, Estonie, États-Unis, Kazakhstan, Kirghizistan, Lettonie, Ouzbékistan, Pologne, Royaume-Uni, Russie, Suède, Tadjikistan).

Pour certains linguistes, les langues slaves et baltes appartiendraient à un seul et même groupe de la famille indo-européenne: le groupe balto-slave. Voici un tableau assez sommaire illustrant certaines analogies entre les deux langues baltes, ainsi que l'estonien: 

Français
Lituanien
Letton
(Estonien)
tête galva galva pää
nez nosis deguns nina
pain duona maize leib
pont tiltas tilts sild
automne ruduò rudens sügis
venir atèiti atnākt tulema

Le tableau illustre les ressemblances entre le lituanien et le letton, les deux langues baltes (famille indo-européenne). Par contre, l'estonien, une langue de la famille ouralienne, diffère sensiblement.

1 Les langues baltes disparues

En fait, la plupart des langues baltes en usage au cours de l'histoire sont aujourd'hui disparues, à l'exception du letton et du lituanien. Dans les siècles passés, les langues baltes étaient plus nombreuses et étaient parlées dans d'anciennes régions de l'Europe septentrionale: le curonien, le sélonien, le samogitien, le sémigalien, le skalvien, le nadruvien, le sudovien, le galidan, etc. Toutes ces langues ont été  absorbées par le letton et le lituanien.

De plus, il ne subsiste aucune trace écrite de ces langues aujourd'hui, car les populations qui les parlaient ont été assimilées aux Lettons et aux Lituaniens à partir du XVIe siècle. De toutes les langues mortes du groupe balte, seul le vieux prussien a laissé des témoignages écrits.

Le letton est fragmenté en trois variétés:  le letton occidental, le haut letton (ou latgalien ou letton oriental) et le letton central, ce dernier correspondant à la forme littéraire reconnue officiellement. Quant au lituanien, il présente deux grandes variétés dialectales: le bas-lituanien (Zemaiciu) dans l'Ouest et le haut-lituanien (Aukštaiciu) dans le reste du pays, mais il existe aussi des «sous-dialectes».

2  Le cas de l'estonien

Un mot sur l’estonien parlé en Estonie. Dans ce cas, il ne s’agit pas d’une langue balte et l’estonien ne fait pas partie de la famille indo-européenne puisqu’il appartient à la famille ouralienne avec le finnois, le hongrois, le permiak, etc. 

Ainsi, seules la Lettonie et la Lituanie peuvent, linguistiquement parlant, prétendre constituer des États baltes. C’est donc improprement qu’on classe en ce sens l’Estonie parmi les trois États baltes. Toutefois, en raison des caractéristiques géographiques, politiques et démographiques, on a coutume de dire que la Lettonie, la Lituanie et l’Estonie font partie des États baltes. Évidemment, le fait que la langue officielle de l’Estonie, l’estonien, ne soit ni une langue balte ni une langue indo-européenne, constitue une difficulté supplémentaire pour son apprentissage de la part de la minorité russophone qui, elle, est d’origine indo-européenne.

Page précédente

 

Estonie - Lettonie - Lituanie


 

Accueil: aménagement linguistique dans le monde