Lietuvos Respublikos
(République de Lituanie)

Lituanie

(Lietuva)

(1) Généralités

 

Capitale: Vilnius 
Population: 3,4 millions (2001) 
Langue officielle: lituanien 
Groupe majoritaire: lituanien (83,4 %) 
Groupes minoritaires: russe (9 %), polonais (7 %), biélorusse (1,6 %), ukrainien (1 %), letton (0,1 %), tatar (0,1 %), etc. 
Système politique: république parlementaire
Articles constitutionnels (langue): art. 14, 29, 37 et 117 de la Constitution de 1992
Lois linguistiques : Loi sur les minorités ethniques (1989-1991); Loi sur la langue officielle (1995); Loi sur le statut de la Commission nationale de la langue lituanienne (2001); Loi sur l'Inspectorat de la langue officielle (2001); Loi modifiant la Loi sur les minorités nationales en Lituanie (2003); Loi sur la Banque de terminologie (2003).
Autres lois:
Loi sur la police (1990); Loi sur l'éducation (1991); Loi modifiant la loi sur les tribunaux (1994); Loi sur l'autonomie locale (1994); Règlement du Seimas (1994); Loi sur la protection du consommateur (1994);  Loi sur la lutte contre le tabac (1995);  Loi sur les raisons sociales (1999); Loi sur l'administration publique (1999); Loi sur la fonction publique (1999); Loi sur les principes de la protection par l’État de la culture ethnique (1999); Loi sur l'enseignement supérieur (2000); Code civil de la république de Lituanie (2000); Loi sur l'information au public (2000) ; Loi sur les marques de commerce (2000); Loi sur la citoyenneté (2002).

1 Situation géographique

La république de Lituanie (en lituanien: Lietuvos Respublikos) est un pays du nord-est de l'Europe, appartenant, tout comme la Lettonie et l'Estonie, au groupe des républiques baltes. La Lituanie est limitée au nord par la Lettonie, à l'est et au sud par la Biélorussie, au sud-est par la Pologne et par l'enclave de Kaliningrad appartenant à la Russie, et à l'ouest par la mer Baltique.

La Lituanie fait partie des États baltes avec l'Estonie et la Lettonie. Les trois pays représentent au total 175 000 km², avec une population de 7,4 millions d'habitants. Bordés par la mer Baltique à l'ouest, ils partagent leurs frontières avec la Russie, la Biélorussie et la Pologne. L'oblast de Kaliningrad, l'ancienne Königsberg allemande, enclavé entre la Lituanie et la Pologne, appartient à la Russie.

La Lituanie est composée administrativement de 10 «apskritys» (voir la carte), ce qui ne correspond que bien imparfaitement aux mots français «comté», «département», «canton», «province», «région» ou tout autre terme plus ou moins similaire: (apskritis, singulier; apskritys, pluriel): Alytaus, Kauno, Klaipedos, Marijampoles, Panevezio, Siauliu, Taurages, Telsiu, Utenos et Vilniaus (ou Vilnius). Il existe aussi une soixantaine de municipalités et près de 500 unités administratives de plus petite taille, les seniūnijos (singulier: seniūnija), correspondant à une sorte de district municipal ou une petite région dans les zones rurales. Ainsi, la Lituanie actuelle compte trois paliers administratifs: l'apskritis, la municipalité et la seniūnija (apkritys, savivaldybės et seniūnijos).

2 Données démolinguistiques

Selon les données de World Gazetteer, les divisions administratives (apskritys) comptent des populations très différentes (Kauno et Vilniaus). 

  Dénomination superficie (km²) Population 2006 Pourcentage
1 Alytaus 5 425 181 396 5,3 %
2 Kauno 8 170 695 504 20,3 %
3 Klaipėdos 5 746 382 011 11,1 %
4 Marijampolės 4 463 184 303 5,3 %
5 Panevėžio (Panevezio) 7 881 289 758 8,4 %
6 Šiaulių (Siauliu) 8 751 357 180 10,4 %
7 Tauragės 3 874 130 916 3,8 %
8 Telšių (Telsiu) 4 139 175 748 5,1 %
9 Utenos 7 201 176 656 5,1 %
10 Vilniaus (Vilnius) 9 650 843 469 24,6 %
 

Lituanie

65 300 3 416 941 100 %

Le recensement de la population de 2001 révèle que la Lituanie compterait quelque 115 nationalités nommés «ethnies» pour 3,4 millions de personnes. Les Lituaniens représentent la majorité de la population (83,5 %). Les principales minorités sont les Polonais (6,7%), les Russes (6,3 %), les Biélorusses (1,2 %), les Ukrainiens (0,7 %) et les Juifs (0,1 %). On compte aussi des Tatars, des Karaïmes (ou Caraïmes), des Allemands et des Tsiganes. Le tableau qui suit donne la comparaison de la population entre le recensement de 1989 et celui de 2001.

Nationalités

1989 1989 2001 2001
Lituaniens
Polonais
Russes
Biélorusses
Ukrainiens
Juifs
Autres/inconnues
2 925 142
   257 994
   344 455
    63 169
    44 789
    12 314
    26 939
79,6 %
 7,0 %
 9,4 %
 1,7 %
 1,2 %
 0,3 %
 0,8 %
2 907 293
   234 989
   219 789
     42 866
     22 488
       4 007
     39 059
83,45 %
  6,74 %
  6,31 %
  1,23 %
  0,65 %
  0,12 %
  1,12 %
Total 3 674 802 100 % 3 483 972 100 %

Les résultats démontrent que, par rapport à 1989, le pourcentage des Lituaniens a augmenté en 2001, alors que le pourcentage des Polonais, des Russes, des Biélorusses, des Ukrainiens et des Juifs a sensiblement diminué. Si la proportion des Lituaniens habitant le pays a légèrement augmenté depuis 1991, année de la dissolution de l'URSS, c'est que de nombreux Lituaniens émigrés sont revenus dans leur pays d’origine depuis d'autres régions de l'URSS, sinon de l'étranger; au même moment, quelques minorités ethniques, surtout slaves, ont quitté la Lituanie. D'après le recensement de 2001, quelque 99 % des habitants de la Lituanie sont des «citoyens lituaniens», 0,4 % sont des citoyens de la Fédération russe, 0,2 % sont des citoyens d'autres pays, 0,3 % n'ont aucune citoyenneté et 0,1 % n'ont pas indiqué leur citoyenneté. La Loi sur la citoyenneté de la Lituanie, modifiée en 2002, permet la double citoyenneté. 

Les Lituaniens ont la réputation d'être des pratiquants, selon leur confession religieuse, bien que les plus jeunes aient commencé à délaisser la pratique religieuse. Les catholiques y sont majoritaires (80 %), mais il existe aussi une importante minorité orthodoxe (4 %), ainsi que de petites communautés luthériennes, évangélistes, baptistes, musulmanes et juives. 

2.1 Le lituanien

Le lituanien, appelé lietùviu kalbà, est la langue maternelle de la majorité des Lituaniens (83,5 %). C'est une langue apparentée au letton parlé en Lettonie: les deux langues font partie des langues indo-européennes du groupe balte. Par contre, parmi les pays baltes, l'estonien d'Estonie est une langue de la famille ouralienne. Les trois langues utilisent l'alphabet latin. La Lituanie est à majorité catholique, tandis que la Lettonie et l'Estonie sont protestantes. Il existe néanmoins une unité culturelle balte, visible par exemple dans l'architecture hanséatique des grandes villes comme Tallinn, Riga ou Vilnius.

Le lituanien compte deux grands groupes dialectaux : le lituanien de l'Ouest, appelé le bas-lituanien ou samogitien (žemaitique), et le lituanien de l'Est, appelé le haut-lituanien (aukštaitique), lequel a donné naissance à la langue littéraire lituanienne moderne. Chacun de ces dialectes est lui-même divisé en sous-dialectes (patarmės). C'est ainsi que le bas-lituanien est fragmenté en samogitien de l'Ouest, samogitien  du Nord et samogitien  du Sud. Le haut-lituanien est divisé en haut-lituanien de l'Ouest (soduviečiai: sudovien), en haut-lituanien du Sud (dainavien du Sud) et en haut-lituanien de l'Est (dainavien de l'Est). Les différences entre les deux groupes du haut et du bas-litunanien sont relativement importantes au point de gêner la communication.

2.2 Les langues des minorités nationales

Au nombre des minorités de Lituanie, les russophones représentent 9,4 % de la population du pays. Le russe, appelé rùsø kalbà, est donc la deuxième langue en Lituanie. Environ 96 % des Russes, puis la moitié des Ukrainiens, des Biélorusses et des Allemands, ainsi que presque un tiers des Juifs et des Polonais et un pourcentage moins élevé d'autres minorités, déclarent le russe comme langue maternelle. Les autres minorités parlent le polonais (7 %), le biélorusse (1,7 %), l’ukrainien (1,2 %), le letton, l'allemand, l'arménien, le roumain, l'estonien, le letton, le tatar, le tsigane, le grec, etc. Le caraïte (karaïte) ou karaim, appelé karaj, est une langue turque appartenant au groupe kiptchak-polovtsy et plus précisément au kiptchak occidental; cette langue turque (écrite en alphabet latin) est surtout utilisée dans la liturgie juive, mais elle est encore parlée par quelques personnes âgées et par des intellectuels caraïtes. Ainsi, en Lituanie, on parle des langues baltes, des langues slaves, puis des langues de la famille altaïque et quelques rares langues caucasiennes.

Nous présentons ici la liste proposée par l'organisme ''Joshua Project 2006'' (les pourcentages peuvent différer par rapport aux statistiques gouvernementales) précédentes:

 Groupe ethnique Langue maternelle Population Pourcentage Affiliation linguistique
Lituaniens lituanien 2 729 000 80,7 % groupe balte
Russes russe 278 000 8,2 % groupe slave
Polonais polonais 248 000 7,3 % groupe slave
Biélorusses biélorusse 55 000 1,6 % groupe slave
Ukrainiens ukrainien 41 000 1,2 % groupe slave
Tatars tatar 5 100 0,1 % famille altaïque
Lettons letton 4 200 0,1 % groupe balte
Juifs yiddish 3 600 0,1 % groupe germanique
Caraïtes (Karaïtes) caraïte 3 300 0,1 % famille altaïque
Allemands allemand 2 200 0,0 % groupe germanique
Arméniens Arménien 1 700 0,0 % isolat indo-européen
Moldaves moldave (roumain) 1 500 0,0 % langue romane
Ouzbeks ouzbek 1 500 0,0 % famille altaïque
Azerbaïdjanais azéri 1 400 0,0 % famille altaïque
Tchouvaches tchouvache 700 0,0 % famille altaïque
Kazakhs kazakh 700 0,0 % famille altaïque
Géorgiens géorgien 700 0,0 % famille caucasienne
Estoniens estonien 600 0,0 % groupe balte
Tadjiks tadjik 600 0,0 % groupe indo-iranien
Mordves erzya 500 0,0 % famille ouralienne
Bachkirs bachkir 400 0,0 % famille altaïque
Total   3 379 000 100 %  

3 Données historiques

Si selon certains historiens les Lituaniens peuplèrent la région baltique dès avant 2500 avant notre ère, d'autres croient plutôt qu'ils émigrèrent jusqu'à la mer Baltique seulement aux environs du début du Ier siècle apr. J.-C. Quoi qu’il en soit, à l’exemple des autres pays baltes (Estonie et Lettonie), la Lituanie servit pendant des siècles de zone tampon, constamment envahie et conquise, entre l'Allemagne à l'ouest, puis les Mongols et les Tatars à l'est. 

Pour se défendre, les Lituaniens formèrent donc une fédération libre au début du Moyen Âge, qui devint le grand-duché de Lituanie en 1239. Au XIIIe siècle, les chevaliers teutoniques tentèrent de dominer la région, mais, contrairement à l’Estonie et à la Lettonie, les Lituaniens résistèrent victorieusement, aidés sans doute par leurs grandes forêts, la mauvaise qualité de leurs ports et leur union avec la Pologne. Environ un siècle plus tard, le grand-duché de Lituanie s'était étendu de la mer Baltique à la mer Noire, puis avait occupé la Biélorussie et l'ouest de l'Ukraine. 

Par la suite, la Lituanie s’allia avec la Pologne et réussit à triompher de nouveau des chevaliers teutoniques en 1410. À partir de 1501, les deux pays (Lituanie et Pologne) n'eurent qu'un seul souverain – ce qui explique que l’aristocratie lituanienne allait se «poloniser» et que le lituanien allait se maintenir non sans emprunter largement au polonais. Cette union politique ne suffit pas à stopper la Russie tsariste qui finit par annexer la Lituanie.  

À partir de 1855, les tsars de Russie portèrent de durs coups aux Lituaniens: fermeture des écoles lituaniennes, interdiction de parler lituanien dans les lieux publics où des écriteaux portaient la mention «Il est rigoureusement interdit de parler lituanien», russification des patronymes et des toponymes; en 1864-1865, interdiction d’imprimer et de diffuser des livres lituaniens écrits en caractères traditionnels, interdiction de la presse lituanienne (pendant 40 ans, soit jusqu’au 24 avril 1904).

Au cours de la Première Guerre mondiale, la Lituanie fut occupée par l'armée allemande, mais le pays proclama son indépendance à la fin du conflit. Celle-ci fut reconnue par le traité de Versailles en 1919. Une courte période d'indépendance s'ouvrit alors pour les Lituaniens. Après le début de la Seconde Guerre mondiale et la partition de la Pologne par l'Allemagne et l'URSS, soit à la mi-juin de 1940, Moscou lança un ultimatum à chacun des trois gouvernements baltes et les força à démissionner. Des élections législatives fictives furent organisées par l’occupant soviétique en juillet, à la suite desquelles le Parlement nouvellement «élu» proclama la Lituanie «république soviétique», ce qui, dans les faits, signifiait l’incorporation à l’URSS.  

La Lituanie fut occupée encore par les Allemands avant la fin de la Seconde Guerre mondiale, mais en 1944 les Soviétiques en reprirent possession et en firent de nouveau une république soviétique. Cette fois-ci, l'occupation soviétique menaça l'existence même du peuple lituanien. En effet, après une période de déportations massives vers la Sibérie, les répressions staliniennes et une importante immigration de Russes en Lituanie, le pays subit pendant près de 40 ans son statut forcé de «république soviétique».

À la fin des années quatre-vingt, les changements politiques en URSS provoquèrent un renouveau du nationalisme lituanien, qui se manifesta dans la lutte pour l'indépendance. Des élections pluralistes eurent lieu en février 1990 et l'indépendance du pays fut proclamée en mars 1990. Finalement, après la chute du communisme soviétique en août 1991, le gouvernement soviétique reconnut l'indépendance de la Lituanie, de l'Estonie et de la Lettonie le 6 septembre 1991. Les trois républiques baltes furent admises au sein des Nations unies à la fin de ce même mois.

4 La Loi sur la citoyenneté 

Le gouvernement a fait adopter, le 3 novembre 1989, la première Loi sur la citoyenneté, qui a permis aux personnes arrivées en Lituanie pendant l'époque soviétique et possédant leur résidence permanente en Lituanie depuis deux ans au moins de devenir des citoyens lituaniens s'ils en faisaient la demande dans les deux années suivant l'entrée en vigueur de la loi. Dans ce système, appelé «option zéro», plus de 90 % des personnes d'origine ethnique non lituanienne ont opté pour la citoyenneté lituanienne.

En 1991, le Parlement a adopté une autre Loi sur la citoyenneté qui a été modifiée en juillet 1997, puis à nouveau en 2002. La loi est apparue plus restrictive à certaines personnes. L’article 12 de la loi de 2002 exige dix années de résidence dans le pays, un emploi permanent ou une autre source de revenus stables, une connaissance suffisante de la langue lituanienne (savoir lire et écrire la langue), sans compter la réussite d’un examen de maîtrise linguistique et d'un autre sur la connaissance des dispositions fondamentales de la Constitution de la république de Lituanie.

Article 12

Conditions pour l'octroi de la citoyenneté de la république de Lituanie

1) En soumettant une demande, toute personne peut obtenir la citoyenneté de la république de Lituanie, à la condition qu'elle consente à prêter le serment d'allégeance à la république de Lituanie et réponde aux prescriptions suivantes:

1. avoir réussi l'examen en langue lituanienne;
2. au moment de la présentation de la demande avoir une résidence habituelle sur le territoire de la république de Lituanie;
3. avoir résidé durant les dix dernières années sur le territoire de la république de Lituanie;
4. avoir une source légale de revenus dans le territoire de la république de Lituanie;
5. avoir réussi l'examen relatif aux dispositions fondamentales de la Constitution de la république de Lituanie;
6. être apatride ou être citoyen d'un État dont les lois font perdre la citoyenneté dudit État en acquérant la citoyenneté lituanienne et en signifiant par écrit sa décision de renoncer à la citoyenneté d'un autre État reconnu par ce dernier après que la citoyenneté lituanienne lui eût été accordée.

 Les citoyens lituaniens peuvent maintenant conserver la citoyenneté lituanienne, même lorsqu'ils ont acquis la citoyenneté d’un autre pays. Quant à l'article 15, il impose de «prêter publiquement et solennellement un serment d'allégeance à la république de Lituanie». Voici en quoi consiste ce serment (deux au choix):

Article 15

1. «Moi, (nom, prénom), désirant devenir citoyen de la république de Lituanie, je  m'engage de manière inconditionnelle à être loyal à la république de Lituanie, d'observer la Constitution et les lois de la république de Lituanie, de défendre l'indépendance de l'État de Lituanie, l'intégrité territoriale et l'ordre constitutionnel de l'État. Je jure de respecter la langue officielle de la Lituanie, sa culture et ses coutumes, de renforcer les principes fondamentaux de la démocratie et la primauté du droit en Lituanie. Que Dieu me vienne en aide." ;

2. «Moi (nom, prénom), désirant devenir citoyen de la république de Lituanie, je  m'engage de manière inconditionnelle à être loyal à la république de Lituanie, d'observer la Constitution et les lois de la république de Lituanie, de défendre l'indépendance de l'État de Lituanie, l'intégrité territoriale et l'ordre constitutionnel de l'État. Je jure de respecter la langue officielle de la Lituanie, sa culture et ses coutumes, de renforcer les principes fondamentaux de la démocratie et la primauté du droit en Lituanie."

La Lituanie est le seul des trois pays baltes (Estonie et Lettonie) dans lequel 98 % des résidents russophones ont été naturalisés, avec le soutien de l'opinion publique. Il est vrai qu'ils ne représentent que 8 % de la population totale. Seuls 12 % des Lituaniens estiment que la citoyenneté ne peut être accordée qu'à des personnes dont la famille résidait sur le territoire avant 1940; mais en Estonie 44 % des Estoniens et en Lettonie 49 % des Lettons partagent la même opinion. 

En réalité, les seuls pour qui la citoyenneté a créé un réel problème, ce sont les Tsiganes qui n'ont pas opté en temps utile pour leur changement de statut. Il aurait probablement fallu examiner des mesures supplémentaires afin de leur faciliter l'acquisition de la citoyenneté et de corriger leur situation d’illégalité. En réalité, compte tenu de ces dispositions, tous les citoyens non baltes (qui ne parlent pas le lituanien) et les réfugiés doivent apprendre la langue officielle sous peine de se voir refuser le statut de citoyenneté et de perdre les avantages dus à ce statut.

Dernière révision: 29 septembre 2011

La Lituanie


(2) La politique de valorisation du lituanien
 


(3) La politique à l'égard des minorités nationales
 


(4) Bibliographie
 

Lettonie  -  Europe  -  Estonie

Accueil: aménagement linguistique dans le monde