La famille coréenne

 

La famille coréenne ne comprend qu'une seule langue: le coréen (78 millions de locuteurs). Il s'agit d'une langue isolée, appelé un isolat, qui ne fait partie d'aucun groupe linguistique.

Certains linguistes rattachent la famille coréenne à la famille japonaise parce que les deux partageraient une parenté lointaine, ce qui n'a jamais été vraiment démontré. C'est pourquoi on parle parfois du groupe du Nord-Asiatique qui comprendrait les deux familles coréenne et japonaise. Il est vrai que le coréen présente certaines similitudes avec le japonais au point de vue de la structure grammaticale, ainsi que dans le lexique, parce que les deux langues ont beaucoup emprunté de mots au chinois, mais la correspondance phonétique et la similitude du vocabulaire et des suffixes grammaticaux semblent trop pauvres et peu fréquents pour établir un rapport génétique sûr entre les deux langues. En Corée du Nord et en Corée du Sud, le débat sur le degré de parenté du coréen avec le japonais fait l'objet de controverses, comme tout ce qui concerne l’unicité et l'identité de la Corée vis-à-vis du Japon.

Le coréen ancien s'écrivait en caractères chinois; des textes de chansons auraient été trouvés, alors qu'ils dataient de la période allant d'environ 57 avant notre ère jusqu'à 935. Il n'existe que fort peu de documents écrits antérieurs au milieu du XVe siècle. La forme moderne standard du coréen, qui a fait l'objet d'un important effort de diffusion depuis les années 1930, est fondée sur le dialecte parlé à Séoul (le kangwondo ou pyojumal), et s'écrit maintenant en alphabet national coréen appelé hangul (ou onmun) inventé en 1443 sous le règne de Sejong le Grand (qui a régné entre 1418 et 450), quatrième monarque de la dynastie Chosun (1392-1910). En Corée du Nord, le pyongwando (ou munhwaeo), le dialecte de Pyongyang, est devenu la langue officielle du pays, mais les deux variétés sont relativement similaires, bien que la partition politique ait favorisé la différenciation progressive de la langue nationale des deux Corées.

Enfin, d'autres linguistes rattachent le coréen aux langues ouralo-altaïques d'Asie centrale, soit la famille altaïque (turc, turkmène, ouzbek, ouïgour, azéri, kazakh, kirghiz, tatar, mongol, mandchou, etc.) et la famille ouralienne (finnois, estonien, hongrois, etc.). Encore une fois, il ne s'agit que d'hypothèses, car rien n'a pu être prouvé jusqu'ici à ce sujet.

Dernière mise à jour: 01 janv. 2016

Page précédente

Corée du Nord - Corée du Sud

Familles linguistiques

Accueil: aménagement linguistique dans le monde