Saba

Commune néerlandaise
à statut particulier

 
Capitale: The Bottom
Population:
1601 (2009)
Langues officielles: néerlandais et anglais
Groupe majoritaire: anglais local (85 %)
Groupes minoritaires: néerlandais (8 %), espagnol (3 %), créoles divers, portugais, etc.
Système politique: commune néerlandaise à statut particulier au sein du Royaume des Pays-Bas
Langue coloniale: néerlandais
Articles constitutionnels (langue):
aucune disposition linguistique dans la Constitution de 1983.
Lois linguistiques:
Loi sur l'enseignement primaire (1981) ;  Loi du 15 octobre 1995 sur l'enseignement professionnel (1995) ; Loi du 15 septembre 2005 sur l'orthographe ; Loi provisoire sur les langues officielles des îles BES (2010) ; Loi sur les traducteurs assermentés des îles BES (2010) ; Loi d'exécution des organismes publics de Bonaire, de Sint Eustatius et de Saba (2011).

1 Données géographiques

L'île de Saba est située dans la mer des Caraïbes à l'est de Porto Rico. La superficie de cette petite île n'est que de 13 km². Saba est rattachée aux Territoires néerlandais d'outre-mer en tant que commune néerlandaise à statut particulier. Juridiquement, Saba fait partie des îles BES, avec Bonaire et Sint Eustatius. Mais au point de vue géographique Saba fait partie des Îles-du-Vent, avec Sint Maarten (en fr.: Saint-Martin) et Sint Eustatius (en fr.: Saint-Eustache) ; cet archipel couvre une superficie totale d'environ 67 km². L'île de Saba fait partie des «îles BES» (voir la carte) avec Bonaire et Sint Eustatius.

Les agglomérations de The Bottom, Windwardside, Hell's Gate et St. Johns constituent les principales localités de Saba, surnommée «la Reine immaculée» (en anglais : "The Unspoiled Queen"). The Bottom ("Le Fond")sert de capitale régionale.

2 Données démolinguistiques

En 2009, l'île comptait 1601 habitants qui se répartissent dans quatre petites villes : la capitale The Bottom («Le Fond»), Windwardside («Côté venteux»), Hell's Gate («La porte de l'Enfer») et Saint John. Les origines des insulaires sont très variées : en plus des Néerlandais s'y trouvent des descendants de plusieurs pays d'Europe et d'esclaves venant d'Afrique. Le faible nombre d'habitants fait que beaucoup d'insulaires ont des liens de parenté rapprochés avec le résultat qu'une grande partie de la population ne compte que peu de noms de famille (moins d'une douzaine). Un certain nombre d'insulaires ont une origine irlandaise, résultat d'exilés irlandais après l'ascension du roi Charles Ier d'Angleterre en 1625.

À Saba la langue officielle est en principe le néerlandais, mais l'anglais a aussi acquis ce statut par la Loi provisoire de 2010 sur les langues officielles des îles BES. Contrairement à Bonaire, le papiamentu n'est guère utilisé à Saba. C'est l'anglais qui sert généralement de langue véhiculaire entre les insulaires. L'anglais est la langue maternelle de la majorité des insulaires, mais il s'agit généralement d'un anglais local appelé "English creole", c'est-à-dire un anglais créolisé. Les autres langues parlées sont le néerlandais, l'espagnol et divers créoles utilisés dans les îles avoisinantes: créole haïtien, créole martiniquais, créole guadeloupéen, créole dominicain, etc. À Saba la religion catholique est la plus représentée. 

3 Données historiques

Certains croient que Christophe Colomb lisait un passage de la Bible sur la reine de Saba, d’autres affirment que Colomb lui aurait donné ce nom parce que l'île avait la forme d'un sabot. Enfin, plusieurs sont d’avis que les autochtones, qui étaient là avant les Européens, l'appelèrent l’île Siba, ce qui signifie «roc». D’ailleurs, l’île est dotée d’un terrain rocailleux très accidenté. Quoi qu’il en soit, les Espagnols ne s’occupèrent pas de cet îlot de 13 km².

3.1 La colonisation hollandaise

Les premiers véritables colons furent des Hollandais, lesquels ont été suivis de quelques Anglais qui y cultivèrent, dès 1632, la canne à sucre, le tabac, la banane et l'indigo. Vers 1640, Saba était régulièrement fréquentée par des pêcheurs hollandais. Ensuite, des paysans hollandais venus de Sint Eustatius (Saint-Eustache) s'installèrent à l'intérieur de l’île, bientôt rejoints par des colons anglais venus des autres îles avoisinantes. En 1648, les Français tentèrent de prendre possession de Saba, mais durent la partager pendant quelques années avec les Hollandais. L’île ne fut jamais très peuplée, les habitants furent des Européens parlant le néerlandais, l’anglais ou le français, accompagnés généralement de leurs esclaves personnels. L’esclavage fut définitivement aboli sur l’île en 1863.

Le déclin économique du XIXe siècle poussa les hommes, les Blancs comme les Noirs, à émigrer de manière saisonnière vers d'autres îles voisines. Les femmes se mirent à la broderie et la dentelle, une grande spécialité de l'île également appelée «l'île aux femmes». Le gouvernement néerlandais autorisa la construction de l’unique route de l’île seulement en 1943.

3.2 L’autonomie administrative

En 1954, Saba obtint l’autonomie administrative au même titre que les autres îles hollandaises. Saba fait partie depuis des Antilles néerlandaises tout en demeurant membre du royaume des Pays-Bas.

Les premiers avions se posèrent sur l’île en 1963, suite à la construction d’un aéroport. L’économie actuelle repose essentiellement sur l’agriculture et un peu de tourisme (environ 24 000 visiteurs annuellement). La principale source de revenu provient de la Faculté de médecine ouverte en 1993, laquelle attire plus de 250 étudiants (principalement américains) qui dépensent 1000 $ par mois. 

En octobre 2010, Saba devint une commune néerlandaise à statut particulier. À l'instar de deux autres îles néerlandaises (Bonaire et Sint Estatitus), Saba a voté en faveur des liens directs avec les Pays-Bas et elle fait maintenant partie des Pays-Bas, constituant ainsi une partie des «Caraïbes des Pays-Bas». Chacune des îles a le statut d'un organisme public au sens de l'article 134 de la Constitution néerlandaise. En fait, le statut est maintenant celui des communes néerlandaises, avec des ajustements pour leur petite taille, leur éloignement par rapport aux Pays-Bas et leur situation géographique dans la région des Caraïbes. Les articles 1bis et 2 définissent le rôle du souverain néerlandais dans les États. Voici l'article 1er de la Charte du royaume des Pays-Bas:

Artikel 1

1)
Het Koninkrijk omvat de landen Nederland, Aruba, Curaçao en Sint Maarten.

2) Bonaire, Sint Eustatius en Saba maken elk deel uit van het staatsbestel van Nederland. Voor deze eilanden kunnen regels worden gesteld en andere specifieke maatregelen worden getroffen met het oog op de economische en sociale omstandigheden, de grote afstand tot het Europese deel van Nederland, hun insulaire karakter, kleine oppervlakte en bevolkingsomvang, geografische omstandigheden, het klimaat en andere factoren waardoor deze eilanden zich wezenlijk onderscheiden van het Europese deel van Nederland.
Article 1er

1)
Le Royaume comprend les États des Pays-Bas, d'Aruba, de Curaçao et de Sint Maarten.

2) Bonaire, Saint-Eustache et Saba représentent chacun une partie du régime politique des Pays-Bas. Ces îles peuvent élaborer des règlements et autres mesures spécifiques pour respecter leurs conditions économiques et sociales, leur éloignement de la partie européenne des Pays-Bas, leur insularité, leur faible superficie et la taille de leur population, leur géographie, leur climat et autres facteurs insulaires, qui diffèrent sensiblement de la partie européenne des Pays-Bas.

L'île de Saba est devenue un organisme public néerlandais qui a le pouvoir de réglementer ses affaires intérieures. Pour ce faire, Saba dispose d'un exécutif local et d'un conseil local. Les habitants de cet organisme public sont aptes à voter lors des élections à la Chambre néerlandaise des représentants, ainsi qu'aux élections au Parlement européen. La petite île de Saba dispose maintenant de deux niveaux de gouvernement, à savoir l'autorité locale et le gouvernement central néerlandais. D'une manière générale, le gouvernement central a repris les fonctions exercées antérieurement par les autorités des Antilles néerlandaises. Le gouvernement local demeure sous le contrôle de l'ensemble des représentants locaux («le conseil de l'île»). Saba ne fait pas partie de l'Union européenne, mais l'île a le statut de commune des Pays-Bas et celui de territoire d'outre-mer (PTOM). 

En conséquence, les îles néerlandaises de Bonaire, Saint-Eustache et de Saba jouissent d'un certain nombre d'avantages, par exemple lorsqu'il s'agit d'exportation de biens vers l'Union européenne. En outre, ces îles reçoivent des subventions du Fonds européen de développement (FED). Puisque les citoyens de ces territoires néerlandais sont des ressortissants néerlandais, ils peuvent aussi voter aux élections au Parlement européen.

4 La politique linguistique

La politique linguistique de la commune spéciale de Saba n'est pas précisée dans des textes juridiques locaux. Il existe cependant des lois adoptées par les Pays-Bas:

- Loi du 15 septembre 2005 fixant les règles sur l'obligation pour les autorités publiques, dans le cas des établissements d'enseignement financés par le Trésor public, ainsi que pour les examens pour lesquels des règlements sont adoptés et sur le respect de l'orthographe du néerlandais qui doit être décidée par l'Union de la langue néerlandaise;

- Loi provisoire sur les langues officielles des îles BES (2010);

- Loi d'exécution des organismes publics de Bonaire, de Sint Eustatius et de Saba (2011).

Néanmoins, des décisions locales ont été prises en matière de langue. En principe, le néerlandais est la langue de l'État, mais l'anglais à Saba est facultatif en matière administrative. En fait, tout citoyen peut demander de recevoir des services dans la langue de son choix :

Artikel 4d

1) Een ieder kan de Nederlandse taal gebruiken in het verkeer met de in artikel 4b, eerste lid, bedoelde organen en personen.

2) Een ieder kan:

a. het Papiaments gebruiken in het verkeer met de organen van het openbaar lichaam Bonaire;

b. het Engels gebruiken in het verkeer met de organen van het openbaar lichaam Sint Eustatius of Saba.

3) Een ieder kan het Papiaments ofwel het Engels gebruiken in het verkeer met de Rijksvertegenwoordiger en met personen die in de openbare lichamen werkzaam zijn onder verantwoordelijkheid van de centrale overheid.

4) Het tweede en derde lid gelden niet, indien het orgaan of de persoon heeft verzocht de Nederlandse taal te gebruiken op de grond, dat het gebruik van het Papiaments of het Engels tot een onevenredige belasting van het bestuurlijk verkeer zou leiden.

Article 4d

1)
Quiconque peut employer la langue néerlandaise dans ses relations avec les organismes et les individus, conformément au premier paragraphe de l'article 4b.

2) Quiconque peut:

a. employer le papiamento dans ses relations avec les institutions de l'organisme public de Bonaire;

b. employer l'anglais dans ses relations avec les institutions de l'organisme public de Sint Eustatius et de Saba.

3) Quiconque peut employer l'anglais ou le papiamento dans ses relations avec le représentant de l'État et avec les employés des organismes publics œuvrant sous la responsabilité du gouvernement central.

4) Les paragraphes 2 et 3 ne s'appliquent pas si un organisme ou un individu a demandé d'employer la langue néerlandaise, alors que l'emploi du papiamento ou de l'anglais se traduirait par un fardeau excessif en matière administrative.

Mais le paragraphe 4 prévoit une dérogation au libre choix. Il ne faut pas que l'emploi de l'anglais se traduise par un fardeau excessif en matière administrative, que ce soit au point de vue des coûts ou des services. Même un document officiel peut ne pas être traduit en néerlandais, «à moins qu'il soit raisonnable de croire que ce n'est pas nécessaire» (art. 4j).

4.1 Le Conseil de l'île et la justice

Le Conseil de l'île n'emploie que le néerlandais dans la rédaction et la promulgation des ordonnances, mais les débats des conseillers municipaux se font généralement en anglais local. 

En principe, les tribunaux ne reconnaissent que le néerlandais, mais dans les communications orales l'anglais et ses variantes locales sont couramment utilisés. Cependant, dans les tribunaux de haute instance, ainsi que la Cour suprême des Pays-Bas, seul le néerlandais est admis.

4.2 Les langues de l’Administration

Bien que le néerlandais soit la langue officielle de l’Administration, l'anglais standard est concurremment employé comme langue co-officielle à Saba, sauf dans les documents officiels avec les Pays-Bas. En fait, à l'oral, l'anglais est la langue universelle, que ce soit dans les assemblées, les réunions et les communications avec les citoyens. Dans l’Administration du royaume des Pays-Bas, le néerlandais reste la seule langue d’usage.

4.3 Le système d’éducation et l'enseignement des langues

C'est le Département de l'éducation et de la culture qui est le responsable des écoles publiques à Saba, ainsi que le ministère néerlandais de l'Éducation, de la Culture et des Sciences. L'instruction publique reste basée sur le système d'éducation néerlandais, mais c'est l'anglais qui est la langue d'enseignement dans les écoles; le néerlandais est enseigné comme langue seconde.

Le principal institut d'enseignement supérieur l'École universitaire de médecine de Saba ("Saba University School of Medicine") qui fut fondée en accord avec les Pays-Bas par des Américains expatriés. En période scolaire, 300 élèves étudient dans cette école (la plus grande de Saba), qui constitue aussi le premier centre de soin de l'île.

4.4 Les médias

Il n'existe pas de quotidien publié à Saba. Des magazines américains sont disponibles dans plusieurs librairies (en anglais). D'autres proviennent de Sint Maarten.

Dans les médias électroniques, il existe deux ou trois stations de radio qui diffusent en anglais et en néerlandais. La Radio Pays-Bas Internationale ("Radio Nederland Wereld Omroep"), une station publique indépendante des Pays-Bas, diffuse dans le monde entier, notamment à Saba. 

La politique de la commune de Saba est peu élaborée. Le néerlandais demeure la première langue officielle, même s'il est très peu utilisé en public par la population. Mais c'est la langue des lois et de l'Administration des Pays-Bas. Partout ailleurs, c'est l'anglais qui domine, que ce soit dans les écoles, les médias, le tourisme et les affaires. Il ne faut pas de doute que l'anglais a évincé la langue coloniale qu'a été le néerlandais.

Dernière révision en date du 31 mai 2011
 

Territoires néerlandais
d'outre-mer

 

Aruba

Bonaire

Curaçao

Saba

Sint Eutatius

Sint Maarten

Page précédente

Surinam           Pays-Bas