République des Philippines
Philippines

1. Situation générale

 


 
Capitale: Manille 
Population:
106 millions (2018) 
Langues officielles: filipino (ou tagalog) et anglais
Groupe majoritaire: aucun
Groupes minoritaires: filipino (29,2 %), cebuano (19,5 %), ilokano (8,9 %),
hiligaynon (7,5 %), bicol central  (4 %), waray-waray (3,9 %), bicol d'Albay (2,4%),  pangasinan (1,3 %), maranao de Lanao (1,2 %), maguindanao (1,2 %), tausug (1,1 %), chinois min (1,0 %), etc.
Langues coloniales: espagnol et anglais
Système politique: démocratie parlementaire (république)
Articles constitutionnels (langue): art. 14 de la Constitution de 1987; anciens textes constitutionnels disponibles (1899, 1935, 1943, 1973).
Lois linguistiques: Loi créant un Institut de la langue nationale et définissant ses pouvoirs et ses obligations (1936); Décret présidentiel n° 134 proclamant la langue nationale des philippines sur la base de la langue tagalog (1937); Loi proclamant la langue nationale filipino comme langue officielle à partir du 4 juillet 1946 (1940); Loi ordonnant et instituant le Code civil des Philippines (1949); Décret présidentiel n° 117 (1987); Décret ministériel n° 52-1987 sur la politique d'enseignement bilingue (1987); Décret présidentiel n° 335 ordonnant à tous les départements, bureaux, offices, agences, instruments du gouvernement de prendre les mesures nécessaires pour utiliser la langue filipino dans les transactions officielles, les communications et la correspondance (1988); Loi sur le protecteur du citoyen (1989); Code de conduite et normes éthiques pour les fonctionnaires et les employés (1989); Loi sur la Commission de la langue filipino (1991); Loi prévoyant un Code sur les collectivités locales (1991); Loi sur le consommateur (1992); Circulaire n° 59, sur le programme d'enseignement général (1996); Loi sur la télévision pour enfants (1997); Code pénal (2014); Loi n° 8371 sur les peuples autochtones (1997); Loi de la République n° 9318 sur la franchise aux stations de radio et de télévision (2004); Loi sur l'éducation fondamentale améliorée (2013); Loi sur l'éducation fondamentale améliorée (2013); Règlement et règles d'application sur la Loi sur l'éducation fondamentale améliorée (2013); Règlement de la Chambre des représentants (2016).

1 Situation géographique

Les Philippines (en filipino: Republika ng Pilipinas) sont situées dans le sud-est de l'Asie, entre l'Indonésie et la Chine, au sud du Japon, mais au nord-est de l’île de Bornéo (voir la carte de l'Asie). Situées à 1210 km à l’est des côtes du Viêtnam, les Philippines sont séparées de Taïwan, au nord, par le détroit de Luçon. La République philippine est limitée à l’est par la mer des Philippines, au sud par la mer de Célèbes et à l’ouest par la mer de Chine méridionale. Le pays couvre 300 439 km², ce qui correspond approximativement à l'Italie; il forme un archipel s'étendant sur 1840 km du nord au sud et sur 1104 km d'est en ouest.

Les Philippines comptent quelque 7100 îles baignées par la mer de Chine et l’océan Pacifique. Parmi ces nombreuses îles, onze d'entre elles totalisent plus de 95 % des terres et, de celles-ci, 2000 seulement sont habitées. Plus de 2500 îles n'ont même pas reçu d'appellation officielle.

Deux des principales îles des Philippines, Luçon (Luzon en anglais) au nord et Mindanao au sud, couvrent près de 70 % du territoire. Entre les deux est situé le groupe des Visayas dont les principales îles sont Samar, Negros, Palawan, Panay, Mindoro, Leyte, Cebu, Bohol et Masbate (voir la carte des Philippines). On distingue aux Philippines trois grandes zones géographiques:

1) au nord: Luçon, l'île la plus vaste et la plus au nord, qui abrite la capitale Manila (Manille);
2) au centre: le groupe des Visayas, qui comprend les îles de Samar, Negros, Palawan, Panay, Mindoro, Leyte, Cebu, Bohol et Masbate;
3) au sud: Mindanao, la deuxième île de l'archipel par sa superficie (dont les principales villes sont Davao, Zamboango, Marawi et Cagayan de Oro).

Au Sud-Ouest de Mindanao, on trouve les îles Sulu (Basilan, Jolo, Tawi Tawi) proches de Bornéo. Enfin, à l'Ouest des Visayas, s'étend l'archipel de Palawan, qui compte à lui seul plus de 1700 îles.

Administrativement, l'archipel des Philippines est découpé en 12 régions (en plus la métropole de Manille) et 73 provinces.

De plus, il existe une région autonome aux Philippines: la Région autonome en Mindanao musulmane (Autonomous Region in Muslim Mindanao en anglais, souvent abrégée en ARMM). C'est la seule région des Philippines à posséder son propre gouvernement. Cette région est composée des provinces philippines à majorité musulmane : Basilan (sauf Isabela City), Lanao del Sur, Maguindanao, Sulu et Tawi-Tawi, ainsi que la seule ville du pays à prédominance musulmane : Marawi. La capitale régionale est Cotabato.

Le 24 juillet 2018, une loi instituant une nouvelle région autonome pour les communautés musulmanes a été approuvée par la Chambre des représentants et la veille par le Sénat, la Région autonome de Bangsamoro (litt.: «la patrie des Moros»), qui remplace la précédente.

2  Données démolinguistiques

On comptait 93,8 millions d’habitants en 2010 (mais 106,0 millions en 2018), dont la plupart sont des descendants de Proto-Indonésiens et des Malais qui ont occupé les îles par vagues successives au cours de l'histoire.

2.1 Les ethnies philippines

Les ethnies philippines sont très nombreuses, mais les groupes numériquement les plus importants sont les Tagalogs (ou Filipino), les Visayas (ou Cebuano), les Ilocano (ou Iloco), les Ilongo (ou Hiligaynon), les Bicol, les Waray-Waray, les Métis (ou Mestizo), les Bilocano (Albay), les Pangasinan, les Maranao, les Magindanaw , les Tausug et les Chinois han-min. Ces populations se sont métissés au cours de leur longue histoire avec des Indiens, des Chinois, des Arabes, des Espagnols et des Américains, le tout ponctué par des visites de marchands et de commerçants d'outre-mer. Il en ressort une population unique, un mélange de l'Est et l'Ouest, tant physiquement que culturellement parlant.
 

Groupe Pourcentage du pays Principales îles de résidence
Filipino 26,3 %

Luçon, Mindoro, Palawan, Marinduque

Visayas 19,5 %

Cebu, Bohol, Leyte, Negros, Mindanao

Ilocano 8,9 %

Luçon

Hiligaynon (Ilongo) 7,5 % Panay, Romblon, Masbate, Negros, Guimaras, Mindanao
Bicol du Centre 4,0 % Luçon, Masbate
Waray-Waray 3,9 % Samar, Leyte
Métis philippin 2,9 % Luçon, Mindoro, Palawan, Mindanao, etc.
Bicolano (Albay) 2,4 % Luçon, Masbate
Pangasinan 1,3 % Luçon
Maranao 1,2 % Mindanao
Magindanaw 1,2 % Mindanao
Tausug 1,1 % Mindanao, Sulu, Palawan
Chinois Han-Min 1,0 % Luçon, Mindoro, Palawan, Mindanao, etc.

En raison des événements qui ont façonné l'histoire du pays, il existe de nombreux Métis qu'on appelle les Mestizo, issus de mélanges malayo-polynésiens et d'Espagnols, de Portugais,  de Chinois, d'Américains, etc. Les Métis, comme les Chinois, sont installés un peu partout dans le pays.

2.2 Les langues philippines

Toutes ces populations parlent plus de 175 langues dont les trois plus importantes sont le tagalog appelé filipino (24,6 millions + 2,8 millions = 27,4 ou 29,2 %) ou philippin en français, le cebuano (18,2 millions), l’ilocano (8,3 millions de locuteurs) et le hiligaynon (7 millions). Les autres langues d’importance sont le bicolano ou bicol (2,8 millions), le pampangan (2 millions), le pangasinan (2 millions), le chinois min (plus d'un million). Les Philippines constituent un pays multilingue avec des langues pratiquement toutes austronésiennes appartenant au groupe malayo-polynésien occidental. Parmi les autres groupes de langues, citons une langue chinoise, le min, une langue germanique, l'anglais, et quelques créoles
 

Ethnie Langue Locuteurs
(plus de 100 000)
Pourcentage Affiliation
Filipino

filipino (tagalog)

24 650 000

26,3 % famille austronésienne
Visayas cebuano 18 295 000 19,5 % famille austronésienne
Ilocano ilocano 8 334 000 8,9 % famille austronésienne
Hiligaynon (visaya) hiligaynon 7 038 000 7,5 % famille austronésienne
Bicol du Centre bicol central 3 819 000 4,0 % famille austronésienne
Waray-Waray waray-waray 3 735 000 3,9 % famille austronésienne
Métis philippin filipino (tagalog) 2 807 000 2,9 % famille austronésienne
Bicolano (Albay) bicol d'Albay 2 290 000 2,4 % famille austronésienne
Pangasinan pangasinan 1 272 000 1,3 % famille austronésienne
Maranao maranao de Lanao 1 189 000 1,2 % famille austronésienne
Magindanaw maguindanao 1 174 000 1,2 % famille austronésienne
Tausug tausug 1 112 000 1,1 % famille austronésienne
Chinois Han-Min chinois min nan 1 005 000 1,0 % famille sino-tibétaine
Masbateno masbatenyo 833 000 0,8 % famille austronésienne
Capisano capiznon 789 000 0,8 % famille austronésienne
Ibanag ibanag 766 000 0,8 % famille austronésienne
Aklano inakeanon 604 000 0,6 % famille austronésienne
Surigaonon surigaonon 529 000 0,5 % famille austronésienne
Kinaray-A kinaray-a 528 000 0,5 % famille austronésienne
Métis philippins-chinois filipino (tagalog) 468 000 0,4 % famille austronésienne
Métis chabakan chavacano 448 000 0,4 % créole à base de portugais
Bicols - Sorsogon du Sud sorsogon (waray) 412 000 0,4 % famille austronésienne
Romblon romblomanon 329 000 0,3 % famille austronésienne
Bicolano d'Iriga bicolano d'Iriga 282 000 0,3 % famille austronésienne
Bantuanon bantoanon 232 000 0,2 % famille austronésienne
Davaweno davawenyo 226 000 0,2 % famille austronésienne
Kankanaey kankanaey 225 000 0,2 % famille austronésienne
Sama du Sud sama du Sud 213 000 0,2 % famille austronésienne
Philippins de Bikol du Nord sorsogon de Masbate 189 000 0,2 % famille austronésienne
Cuyonon cuyonon 189 000 0,2 % famille austronésienne
Itawit itawit 183 000 0,1 % famille austronésienne
Subanen du Centre subanen du Centre 173 000 0,1 % famille austronésienne
Inibaloi ibaloi 171 000 0,1 % famille austronésienne
Iranun maguindanao 170 000 0,1 % famille austronésienne
Binokid binukid 164 000 0,1 % famille austronésienne
Yakan yakan 162 000 0,1 % famille austronésienne
Bilaan de Mindanao blaan (koronadal) 158 000 0,1 % famille austronésienne
Manobo manobo 141 000 0,1 % famille austronésienne
Américains anglais 140 000 0,1 % groupe germanique
Catanduanes bicolano du Sud 137 000 0,1 % famille austronésienne
Kalagan kalagan 121 000 0,1 % famille austronésienne
Tiboli tboli 118 000 0,1 % famille austronésienne
Kankanay du Nord kankanay du Nord 115 000 0,1 % famille austronésienne
Bagogo (Manobo Obo) bagobo (manobo) 115 000 0,1 % famille austronésienne
Bilaan blaan de Sarangani 112 000 0,1 % famille austronésienne
Badjao sama du Centre 111 000 0,1 % famille austronésienne
Looknon inonhan 106 000 0,1 % famille austronésienne
Sangir sangir 104 000 0,1 % famille austronésienne
Autres langues - 7 734 000 8,2 % -
Total (2010) - 93 617 000 100 % -

- Les principales langues parlées
 

La carte linguistique ci-contre représente les principales langues parlées aux Philippines, en ignorant les variétés dialectales qui composent la plupart de ces langues malayo-polynésiennes.

Les langues de l’archipel peuvent être divisées en deux groupes en fonction du nombre des locuteurs:

1) Les langues majeures parlées par plus d’un million de locuteurs: filipino/tagalog (24,6 millions), cebuano (18,2), ilocano (8,3), hiligaynon (7,0), bicolano central (3,8), waray-waray (3,7), pangasinan (1,2), maranao de Lanao (1,1), etc. On compte environ une douzaine de langues parlées par plus d'un million de locuteurs;

2) Les langues mineures, plus d'une centaine, constituent le second groupe des autres langues.

Aux Philippines, les langues véhiculaires sont le filipino dans le centre et le sud de Luçon; le cebuano et le hiligaynon dans les Visayas et la plus grande partie de Mindanao; l’ilocano dans le nord de Luçon et le tausug dans l’archipel des Sulu.

L'importance et le rôle des langues aux Philippines, que ce soit l'anglais, les langues «mineures» ou les langues en voie de disparition ou les langues véhiculaires majeures, résulte des aléas de l'histoire façonnée par les relations des Philippins avec le monde extérieur.

Aujourd'hui, le filipino, sur la base du tagalog, est devenu la langue nationale des Philippines, selon la Constitution de 1987 où il est aussi inscrit comme «comme véhicule de communication officielle et comme langue d'enseignement dans le système d'éducation». De plus, aux fins des communications et de l'enseignement, l'anglais est aussi une langue officielle... jusqu'à ce qu'il en soit décidé autrement par une loi, ce qui n'a jamais été fait.

Enfin, les langues régionales sont les langues officielles auxiliaires des régions et doivent y servir de véhicule auxiliaire de l'enseignement.

La situation linguistique dans l’archipel paraît donc très hétérogène. De plus, si le filipino est employé à Manille entre Philippins de différentes régions, ou entre Tagalogs et dans les régions tagalogs, quand un étranger le parle, il y a de fortes chances qu’on lui réponde en anglais.

- Les groupes linguistiques

Le linguistique américain Robert A. Blust, un spécialiste des langues austronésiennes, distingue neuf groupes parmi les langues philippines:


1. Groupe bashiique :
babuyan (ou ibatan ), ivatan et yami

2. Groupe luçon du Nord : arta, ilocano, etc.

3. Groupe luçon central : kapampangan, bolinao, sambal, ambala, sinauna, ayta, etc.

4. Groupe inati : inete et sogodnin

5. Groupe kalamian : agutaynen et kalamian de Tagbanwa

6. Groupe grand-philippin central

- philippin central : tagalog, dumaget d'Umiray, bicol, tagakaulo, mamanwa, mansaka, aklanon, cebuano, hiligaynon ou ilonggo, kinaray-a, ratagnon, tausug, masbatenyo, utudnon et waray-waray

- mangyan du Sud : hanunóo, buhid et batangan

- palawanique : tagbanwa central, tagbanwa d'Aborlan, batak de palawan, palawano de Brooke's Point, palawano du Nord (quezon), palawan du Sud-Ouest, molbog,

- manobo : kagayanen, binukid, tagabawa, manobo de Tigwa, manobo de Cotabato, tasaday, manobo de Sarangani, manobo d'Obo, manobo d'Ilianen, manobo bukidnon occidental, manobo d'Ata, manobo d'Agusan, manobo de Dibabawon

- danaw : maranao , magindanao, iranun ou iranon

- subanun : subanen central, subanun occidental, subanen du Nord

- gorotalique : bintauna, bolango, buol, gorontalo, kaidipang, lolak  mongondow, ponosakan, suwawa

7. Groupe bilique : tboli (tagabili), blaan (bilaan), blaan de Koronadal, blaan de Sarangani, tiruray et giangan

8. Groupe sangirique : sangirique du Nord et sangirique du Sud

9. Groupe minahasan (Indonésie) : tombulu, tondano, tonsawang, tonsea et tontemboan.
 

Seules les langues du sous-groupe philippin central (tagalog, bicol, cebuano, hiligaynon ou ilonggo, kinaray-a, tausug, waray-waray, etc.), sont assez proches l'une de l'autre. Mais, pour toutes les autres langues, l'intercompréhension est parfois difficile. Les langues philippines sont parlées dans toutes les Philippines, mais aussi en Indonésie (au nord de l'île de l'île Célèbes ou Sulawesi), une grande partie de l'île de Bornéo (Indonésie et Malaisie), ainsi que l'île de Madagascar (les langues malgaches).

Voici quelques exemples entre différentes langues philippines (source: Wikipedia) :

Français Deux Personne Maison Chien Jour Nous Feu
Filipino dalawá tao bahay aso araw tayo apóy
Cebuano duha tawo balay iro adlaw kita kalayo
Bicol duwa tawo harong ayam aldaw kita kalayo
Ilocano dua tao balay aso aldaw datayo apoy
Maranoa dowa taw walay aso gawi'e tano apoy
Kapampangan adwa tau bale asu aldo ikatamu api
Pangasinan dua (duara) too abong aso ageo sikatayo pool
Tausung duwa tau bay iru' adlaw kitaniyu kayu
Waray-waray duha tawo balay ayam adlaw kita kalayo

2.3 Le filipino, le tagalog ou le philippin

Les Philippins ne sont pas unis par une langue commune, mais les trois quarts peuvent comprendre, à des degrés divers, le filipino, la langue officielle et la langue maternelle de 29 % de la population, puis une langue d'enseignement pour 80 % des Philippins. Le filipino peut encore être appelé tagalog (voire tagal), mais le terme employé (section 6 de l'article XIV) dans la Constitution est bel et bien filipino, ce qui pourrait se traduire en français par «philippin»: «Ang wikang pambansa ng Pilipinas ay Filipino.»  En fait, le tagalog est devenu pilipino en 1961 avant de s'appeler filipino en 1987, mais ces trois termes ont aujourd'hui des connotations différentes.

Le point de vue officiel, partagé par le gouvernement et par la Komisyon sa Wikang Filipino (KWF: Commission sur la langue filipino), consiste à affirmer que le filipino et le tagalog sont deux langues distinctes. En termes pratiques, le filipino (ou philippin) peut être considéré comme le nom officiel du tagalog ou comme un synonyme. La langue filipino d'aujourd'hui est décrite comme «basée sur le tagalog». En fait, la langue est appelée «tagalog» aux Philippines ainsi que par les Philippins pour la différencier des autres langues philippines, mais elle est également connue sous le nom de filipino pour la différencier les langues des autres pays. Le terme tagalog implique une origine régionale, alors que filipino se veut une appellation nationale. Cette distinction est un peu similaire à l'usage des noms donnés à la langue espagnole en Espagne: le castillan est un terme juridique qui est utilisé pour désigner l'espagnol d'Espagne, tandis que le mot espagnol est employé dans des contextes internationaux pour désigner cette même langue. Le filipino est au castillan ce que le tagalog est à l'espagnol.

En somme, le tagalog et le filipino (ou le philippin) ne sont pas des langues différentes. Ce sont des variétés mutuellement intelligibles qui appartiennent à une seule langue (comme le castillan et l'espagnol). Selon la Commission sur la langue filipino (KWF), cette langue est la variété parlée dans la région métropolitaine de Manille et dans d'autres centres urbains où différents groupes ethniques se rencontrent. C'est la variété la plus prestigieuse du tagalog et la langue utilisée par les médias nationaux.

Dans sa forme normalisée, le filipino reste la langue principale de la télévision et de la radio nationales. Dans l'usage, le mot filipino désigne la langue nationale officielle, alors que Pilipino (masc.) renvoie au nom masculin Philippin et Pilipina (fém.) au nom féminin Philippine. Quant à Pilipinas, il désigne le pays, les Philippines. Notons que le son [f] n'existe pas en tagalog, mais il est courant dans plusieurs langues étrangères, dont l'anglais et l'espagnol. Dans l'alphabet, la lettre F a été introduite dans la langue filipino afin de pouvoir écrire et rendre compte de la prononciation des mots comportant le son [f]. C'est ce qui explique que le filipino s'est appelé auparavant pilipino.

Ancien alphabet baybayin

Avant l'arrivée des Européens, le tagalog s'écrivait avec le baybayin (ou alibata), un système d'écriture dérivé du kawi, une langue littéraire ancienne de l'île de Java en Indonésie, appelée aussi le vieux-javanais. C'est à partir du XVIIe siècle que les Espagnols se mirent à réécrire le tagalog en alphabet latin. En 1976, l'alphabet a été augmenté et modifié pour inclure la prononciation de certains phonèmes et adapter les mots d'origine espagnole et anglaise.

Manuel Luis Quezon y Molina (1878-1944), l'un des artisans de l'indépendance et premier président du Commonwealth des Philippines, demanda à un groupe d'experts de choisir une langue philippine devant servir de langue nationale. En novembre 1937, l'Institut de la langue nationale (National Language Institute) fut créé pour ce faire: à l'unanimité, les experts choisirent le tagalog, car c'était la variété linguistique la plus utilisée dans la région de Manille sur l'île de Luçon. Le département de l’Éducation le renomma pilipino en 1959 afin pour lui donner une appellation nationale. En 1987, la Constitution modifiera encore le nom en filipino, l'appellation officielle de la langue. Voici un texte bilingue de la Déclaration universelle des droits de l'homme (art. 1):
 

Artikulo 1

Ang lahat ng tao'y isinilang na malaya at pantay-pantay sa karangalan at mga karapatan. Sila'y pinagkalooban ng katwiran at budhi at dapat magpalagayan ang isa't isa sa diwa ng pagkakapatiran.

Article 1er

Tous les hommes naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir envers les uns les autres dans un esprit de fraternité.

Le vocabulaire du filipino est constitué d'un fonds important de mots philippins (env. 30 000), mais aussi de nombreux emprunts à l'espagnol (env. 10 000), au malais (env. 3000), à l'anglais (env. 2000), au chinois min an (env. 200), au tamoul (env. 300), à l'arabe (env. 200), au sanskrit (env. 300), au japonais (une douzaine), etc. Même si un fonds important du vocabulaire est d'origine espagnole et anglaise, la grammaire est toujours restée du tagalog. En voici quelques exemples de mots empruntés à l'espagnol :
 

Mots en filipino Origine espagnole Équivalents français
amarilyo
antena
aparadór
bentilador
bisikleta
carne
embahador
ensalada
Espanyol
Estados Unidos
guerra
Haponés
Ingles
Inglatera
kandidato
kapilya
minuto
musika
nasyonalista
Pilipinas
presidente
pulisya
repúblika
sardinas
siyudad
sundalo
Tsino
unibersidad
amarillo
antena
aparador
ventilador
bicicleta
carne
embajador
ensalada
Español
Estados Unidos
guerra
Japonés
Inglés
Inglaterra
candidato
capilla
minuto
música
nacionalista
Filipinas
presidente
policia
república
sardinas
ciudad
soldado
Chino
Universidad
jaune
antenne
placard
ventilateur
bicyclette
viande
ambassadeur
salade
Espagnol
États-Unis
guerre
Japonais
Anglais
Angleterre
candidat
chapelle
minute (unité de temps)
musique
nationaliste
Philippines
président
police
république
sardines
cité/ville
soldat
Chinois
Université

Et de mots empruntés à la langue anglaise:
 

Mots en filipino Origine anglaise Équivalents français
awtomobil
basketbol
beysbol
bilyard
biskwit
bistek
boksing
drayber
dyaket
dyakpat
hayskul
helikopter
interbyu
internet
iskolar
iskul
ketsap
keyk
kompyuter
miting
nars
plastik
titser
tisyu
automobile
basketball
baseball
billiard
biscuit
beef steak
boxing
driver
jacket
jackpot
high school
helicopter
interview
internet
scholar
school
ketchup
cake
computer
meeting
nurse
plastic
teacher
tissue
automobile
basket-ball
baseball (ou base-ball)
billard
biscuit
bifteck
boxe
conducteur
veste (ou blouson)
jackpot (ou pactole)
lycée (enseignement supérieur)
hélicoptère
interview (ou entrevue)
internet
écolier
école
ketchup
gâteau
ordinateur
réunion
bonne d'enfants
plastique
instituteur/professeur
tissu

Cependant, il ne faut pas oublier que le filipino a aussi emprunté des mots au malais, au sanskrit, à l'hindi, à l'arabe, au chinois, au japonais et à quelques langues amérindiennes par l'entremise de l'espagnol, dont le nahuatl.

2.4 L'anglais et le taglish

L'anglais est l'une des deux langues officielles des Philippines, avec le filipino, mais c'est la langue maternelle des Américains et une langue d'enseignement pour 80 % des Philippins. Plus de la moitié des habitants disent pouvoir parler anglais, une langue seconde. L'anglais parlé aux Philippines peut prendre une couleur locale: c'est le taglish (tagalais en français), terme issu de «tagalog» et de «English», un tagalog fortement anglicisé. L'influence du taglish est devenue grande en tant que langue véhiculaire dans plusieurs régions du pays. Il faut distinguer aussi l'Englod ou Enggalog (issu de «English» et de «tagalog»), un anglais populaire parsemé de mots tagalogs; on utilise aussi l'expression Konyo English pour désigner ce parler anglais. En fait, le taglish consiste surtout en des phrases qui respectent les règles de la grammaire tagalog avec la syntaxe et la morphologie tagalog, mais qui utilisent des noms et des verbes anglais. Les verbes anglais et même certains noms peuvent être utilisés comme racines verbales tagalog; cela est possible en ajoutant un ou plusieurs préfixes ou suffixes et en doublant le premier son de la forme de départ du nom ou du verbe.

Quant à l’espagnol, qui a été la langue officielle du pays pendant trois siècles, il n'est parlé que par une minorité sans cesse décroissante d'habitants (moins de 1 % de la population) appartenant généralement à la haute société.

3 Les religions

Près de 90 % de la population philippine est de religion catholique. C'est donc le seul pays d'Asie à prédominance catholique, conséquence de la colonisation et de la christianisation espagnoles.

Les musulmans constituent le second groupe religieux, même s'ils ne représentent moins de 5 % de la population. Aujourd’hui, l’islam est surtout présent dans dans la Région autonome en Mindanao musulmane et dans l’archipel de Sulu. La deuxième plus grande île des Philippines, Mindanao, compte une forte minorité musulmane dans un pays où la grande majorité des habitants sont chrétiens. Cette région autonome comprend 82 % de musulmans, 12 % de catholiques, et 5 % de protestants (surtout évangéliques). Environ quatre millions de Philippins sont musulmans, soit 4,3 % de la population du pays. Ce sont des commerçants et des imans musulmans venus de Malaisie et d’Indonésie qui ont importé au XIVe siècle l’islam aux Philippines.

Parmi les autres groupes religieux, mentionnons les protestants (baptistes et Église unie du Christ), des bouddhistes, etc.

Dernière révision: 23 août 2018
 

Philippines
 


 

Carte Asie L'Asie
Accueil: aménagement linguistique
dans le monde