Traité de Ryswick (1697)

Le traité de Ryswick, du nom d'une ville des Pays-Bas, fut conclu entre le 20 juillet et le 30 octobre 1697, entre l'Angleterre, les Pays-Bas, l'Espagne et le Saint Empire romain germanique, d'une part, et la France de Louis XIV, d'autre part. Il mettait fin à la guerre de la ligue d'Augsbourg et reconnaissait Guillaume III d'Orange comme roi d'Angleterre. Le texte du traité fut rédigé en français entre la France et les Provinces-Unies, mais en latin avec l'Empire et la France; seule la ratification de Louis XIV fut en français.

L'accord entre la France et l'Angleterre, signé le 25 septembre 1697, portait plus précisément sur les colonies françaises ou britanniques perdues ou conquises par l'un ou l'autre des deux belligérants.

Article VIII.

Tous les Pays, Villes, Places, Terres, Forts, Isles et Seigneuries, tant au dedans qu'au dehors de l'Europe, qui pourroient avoir été pris et occupés depuis le commencement de la presente Guerre, seront restitués de part et d'autre au même état, qu'ils étoient pour les Fortifications lors de la prise, et quant aux autres Edifices, dans l'état qu'ils se trouveront, sans qu'on puisse y rien detruire ny deteriorer, sans aussi qu'on puisse pretendre aucun dedommagement pour ce qui auroit pû estre demoli ; Et nommement le Fort et habitation de Pondichery sera rendu aux conditions susdites à la Compagnie des Indes Orientales establie en France ; Et quant à l'Artillerie qui y a esté amenée par la Compagnie des Indes Orientales des Provinces Unies elle luy demeurera ainsi que les munitions de Guerre et de bouche, Esclaves, et tous les autres effets, pour en disposer comme il luy plaira, comme aussi des terres, droits et privileges qu'elle a acquis tant du Prince que des habitans du Pays.

Cela signifiait que les deux puissances se rendaient mutuellement leurs conquêtes. En Inde, le territoire de Pondichéry revenait à la France; en Amérique, la colonie de Plaisance, la Baie d'Hudson et l'Acadie retournaient à la France. L'Angleterre conservait sa colonie de Terre-Neuve à côté de celle des Français (Plaisance). Toutefois, les dispositions du traité de Ryswick ne furent jamais appliquées en ce qui a trait à la Baie d'Hudson, car les commissaires désignés pour arriver à une entente sur le positionnement des postes anglais et français n'ont jamais réussi à s'entendre sur un protocole quelconque. Dans les faits, les Anglais conservèrent Fort Albany, tandis que Fort Bourbon (Fort York) resta aux mains des Français.

Pour sa part, l'Espagne reconnaissait à la France la possession de la partie occidentale de l'île d'Hispaniola, qui devint alors la colonie de Saint-Domingue (la future Haïti), tandis que l’Espagne conservait la partie orientale qui était toujours appelée Hispaniola (la future République Dominicaine).

Voir aussi les articles suivants:

- La colonie de Plaisance (Nlle-France)
- La colonie française de l'Acadie (Nlle-France)
- La colonie française de la Baie du Nord (Nlle-France)
- République Dominicaine
- Haïti

- Terre-Neuve (Canada)
- Territoires du Nord-Ouest (Canada)
- Saint-Pierre-et-Miquelon (France)
- Pondichéry (Inde)

Toutefois, le traité de Ryswick de 1697 ne dura que quelques années. Dès 1701, commençait la guerre de Succession d'Espagne, qui opposait plusieurs pays contre Louis XIV. La Grande-Bretagne, l'Autriche, la Hollande et de nombreux États allemands déclarèrent la guerre à la France et à l'Espagne parce qu'ils refusaient que le petit-fils de Louis XIV, Philippe d'Anjou, accède au trône d'Espagne, tout en étant éventuellement héritier du trône de France. Évidemment, le conflit s'étendit aux colonies. La guerre ne prendra fin que par le traité d'Utrecht en 1713, alors que la France perdra au profit de la Grande-Bretagne la colonie de Terre-Neuve (Plaisance), l'archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon, l'Acadie péninsulaire (Nouvelle-Écosse), le territoire de la baie d'Hudson, ainsi que l'île Saint-Christophe aux Antilles.

Dernière mise à jour: 16 déc. 2015

Page précédente

 

La Nouvelle-France

Page précédente

Histoire de la langue française

 

Accueil: aménagement linguistique dans le monde