Finlande

Situation géopolitique
République de Finlande
 

Capitale: Helsinki
Population: 5,3 millions (2008)
Langues officielles: finnois et suédois
Groupe majoritaire: finnois (91,2 %)
Groupes minoritaires: suédois (5,5 %), tsigane (0,2 %), same (0,3 %), russe (0,6 %), tatar (0,02 %)
Système politique: république parlementaire
Articles constitutionnels (langue): art. 6, 17, 51 et 79 de la Constitution du 1er mars 2000
Lois linguistiques: Loi sur les langues (1922, abrogée);
Convention linguistique du Conseil nordique (1987); Loi sur l'usage de la langue same devant les autorités (1991, abrogée); Loi sur la langue same (2003); Loi sur les connaissances linguistiques exigées du personnel dans les organismes publics (2003); Loi sur les langues (2003).
Lois à portée linguistique: Loi sur le Parlement (1928, abrogée); Loi sur l'Église orthodoxe (1969, abrogée); Loi sur la protection du consommateur (1978); Loi sur les traducteurs agréés (1988); Loi sur l'information judiciaire (1987); Loi sur les soins médicaux spécialisés (1989); Loi sur l'autonomie d'Åland (1990); Loi sur le statut et les droits du patient (1992); Loi sur l'Église (1993); Loi sur l'Yleisradio Oy (Société finlandaise de radiodiffusion) (1993); Loi sur les professionnels des soins de santé (1994); Loi sur le Parlement same (1995); Règlement sur le Parlement same (1995); Loi sur la procédure administrative judiciaire (1996); Loi sur l'éducation fondamentale (1998); Loi sur l'enseignement secondaire (1998); Loi sur les nominations à la magistrature (2000); Loi sur le Recueil des lois de la Finlande (2000); Loi sur les fréquences radio et les équipements de télécommunications (2001); Loi sur les banques d'épargne (2001); Décret sur les objectifs nationaux généraux de l'enseignement secondaire supérieur et répartition des heures de cours (2002); Loi sur la procédure administrative (2003); Loi sur la nationalité (2003);  Règlement sur l'étiquetage des produits alimentaires (2004); Loi sur les produits alimentaires (2006); Loi sur l'école européenne d'Helsinki (2007); Loi sur le service civil (2007); Loi sur le service militaire (2007); Décret du gouvernement sur l'école européenne d'Helsinki (2008); Loi sur le personnel des bâtiments et la sécurité des navires (2009); Loi sur les universités (2009); Loi sur les services de santé (2010); Loi sur la poste (2011); Code de procédure judiciaire (2011); Loi modifiant la Loi sur la Société de radiodiffusion (2012).

1 Situation géographique

D’une superficie de 337 032 km² (un peu plus petite que l'Allemagne), la Finlande (en finnois: Suomi; en suédois: Finland) est un État d'Europe du Nord (entre les 60e et 70e parallèles: un quart du territoire s’étendant au-delà du cercle polaire) limité à l'est par la Russie, au nord par la Norvège, au nord-est par la Suède; la pays est baigné à l’ouest par le golfe de Botnie et au sud par le golfe de Finlande (voir la carte détaillée). La république de Finlande s’appelle Suomen Tasavalta en finnois et Republiken Finland  en suédois. En finnois, Suomi signifie «pays des lacs (ou des marais)».

La Finlande est un pays unitaire. Sa capitale est Helsinki depuis 1812; la ville compte un peu plus d'un demi-million d'habitants. L’agglomération comprend aussi les villes de Vantaa, d'Espoo et de Kauniainen, soit un million d'habitants.

2 Divisions administratives

Au point de vue administratif, la Finlande est divisée en six provinces (lääni, en finnois, län, en suédois), 20 régions ou districts, ces derniers étant divisés en 446 municipalités (en mai 2006). La réforme des structures municipales entreprises depuis 2007 jusqu'en 2009 modifiera considérablement à la baisse le nombre des municipalités.

2.1 Les provinces

Avant la réforme de 1997, la Finlande comptait 12 provinces administratives. Depuis, ces provinces sont passées à six: la Laponie au nord, la province d'Oulu au centre, la Finlande occidentale à l'ouest, la Finlande orientale à l'est, la Finlande méridionale au sud et la province d'Åland (prononcer en français le [Å] comme [ô] dans auberge ou odorat et non [a] comme dans alarme ou [ò] comme dans Hollande, ce qui donne [ô-land] pour Åland) située dans le golfe de Botnie. En 2009, à la suite d'une réforme territoriale, les provinces ont disparu pour laisser la place aux régions, territoires issus du regroupement des municipalités. La Finlande compte maintenant 20 régions (finnois: maakunta ; suédois: landskap).

Au plan local, la région représente le gouvernement national. Les régions finlandaises ne sont en fait que des administrations décentralisées de l’État et ne disposent pas d’une autonomie politique (à l’exception d’Åland). À cet égard, elles sont dirigées par un gouverneur nommé pour huit ans par le président de la République. Le gouverneur coordonne la politique de l'État finlandais dans les domaines de l'éducation, de la culture, des affaires sociales et de la santé, des affaires économiques, de la concurrence, de la consommation, des produits alimentaires, des affaires vétérinaires, de la police, du sauvetage et de la lutte contre les incendies, des transports, de la jeunesse et des sports et de la justice. Les régions comprennent des centres pour l'emploi et le développement économique, des centres pour l'environnement et d'autres secteurs administratifs régionalisés de l'État finlandais, pour un total de 140 bureaux et 30 000 fonctionnaires. 

Parmi les 20 régions, seul l'archipel d'Åland, bénéficie depuis 1920 d'une autonomie politique considérable: elle est en effet dotée d’un gouvernement autonome, d’un parlement local et d’une administration propre. La quasi-totalité des habitants d'Åland y parlent le suédois de Suède (Rikssvenska), et non le suédois de Finlande (Finlandssvenska). Une page Web spécifique est consacrée à la province d'Åland.

Les plus grandes villes finlandaises — Helsinki (Helsingfors), Turku (Åbo) et Tampere (Tammerfors) — sont situées dans la province de la Finlande méridionale. Le tableau qui suit présente la population et la superficie de chacune des provinces, ainsi que leurs dénominations finnoise et suédoise:

Province
(en français)
En finnois En suédois Capitale Population
(2002)
Superficie
Finlande méridionale Etelä-Suomen lääni Södra Finlands län Hämeenlinna /Tavastehus 2 095 416 34 378 km²
Finlande occidentale Länsi-Suomen lääni Västra Finlands län Turku / Åbo 1 839 581 74 185 km²
Finlande orientale Itä-Suomen lääni Östra Finlands län Mikkeli / St Michel    588 106 48 726 km²
Laponie Lapin lääni Lapplands län Rovaniemi   187 777 98 946 km²
Oulu Oulun lääni Uleåborgs län Oulu / Uleåborg    456 000 57 000 km²
Åland Ahvenanmaa Åland Mariehamn      26 257  6 784 km²


2.2 Les régions (districts)

Le pays compte aujourd'hui 20 régions (ou districts) équivalant, par exemple, à la la taille d'un département français. Cet échelon administratif résulte de la réforme de 1997. Les régions sont les suivantes, avec leurs dénominations françaises :

Régions de Finlande
Région Capitale administrative Population
2010
Superficie km²
Åland Mariehamn   27 899 6 784
Carélie du Nord Joensuu  165 866 21 584
Carélie du Sud Lappeenranta  133 774 7 240
Finlande-Centrale Jyväskylä  273 698 19 761
Finlande du Sud-Ouest Turku  465 012 10 624
Kainuu Kajaani   82 134 24 451
Kanta-Häme Hämeenlinna  174 432 5 204
Laponie Rovaniemi  183 397 98 946
Ostrobotnie Vaasa   177 870  7 676
Ostrobotnie-Centrale Kokkola    68 290 5 474
Ostrobotnie du Nord Oulu   394 478 37 120
Ostrobotnie du Sud Seinäjoki   193 454 13 459
Päijät-Häme Lahti   201 720 5 133
Pirkanmaa Tampere   487 484 14 292
Satakunta Pori   227 074  8 289
Savonie du Nord Kuopio   247 962 20 366
Savonie du Sud Mikkeli   154 940 14 137
Uusimaa Helsinki 1 435 653 6 366
Uusimaa de l'Est Porvoo    14 353 2 823
Vallée de la Kymi Kouvola   182 401 5 106

Pour les dénominations finnoises et suédoises officielles, on peut consulter un tableau plus complet en cliquant ICI, s.v.p. Une province peut couvrir le territoire de plusieurs régions (ou districts).

Province Régions incluses
Finlande méridionale

Uusimaa de l'Est
Kymenlaakso
Päijät-Häme
Carélie du Sud
Kanta-Häme
Uusimaa

Finlande occidentale
Pirkanmaa
Finlande du Sud-Ouest
Finlande centrale
Satakunta
Ostrobotnie
Ostrobotnie centrale
Ostrobotnie du Sud
Finlande orientale
Savonie du Nord
Savonie du Sud
Carélie du Nord
Laponie

Laponie
Oulu
Ostrobotnie du Nord
Kainuu
Åland

Åland

On peut consulter une page Web pour comparer le territoire des provinces et celui des région en cliquant ICI, s.v.p.

2.3 Les municipalités (communes)

En Finlande, l'administration des municipalités repose sur le principe de l'autonomie, dont les origines remonteraient aux très anciennes assemblées réunies autour d'une grosse pierre. Dans les municipalités, le pouvoir est exercé par le Conseil municipal, dont les membres sont élus tous les quatre ans, à l'occasion des élections municipales. Les conseils municipaux élisent un exécutif et désignent les commissions. 

Les municipalités ont la responsabilité de la mise en œuvre de la santé, de l'action sociale, du logement et de l'éducation. De plus, la construction des routes et l'organisation de la gestion de l'énergie entrent dans leurs attributions. Les municipalités tirent leurs revenus de l'impôt municipal et de redevances perçues pour leurs services auprès de la population. Elles touchent également des subventions de l'État.
 

Statut linguistique
des municipalités
Nombre Pourcentage
Unilingues finnoises 399  89,4 %
Unilingues suédoises 3    0,6 %
Bilingues à majorité finnoise 21    4,7 %
Bilingues à majorité suédoise 23    5,1 %
Total 446 100 %
En mai 2008, on comptait au total 446 municipalités (communes) en Finlande. Elles se répartissaient en quatre types: les villes unilingues finnoises (399), les villes unilingues suédoises (3), les villes bilingues à majorité finnoise (21), les villes bilingues à majorité suédoise (23).

Depuis 2009, on compte 34 municipalités bilingues, 19 municipalités avec le finnois majoritaire et 15 avec le suédois majoritaire. Des fusions municipales encore lieu au cours des prochaines années.

Les municipalités à majorité suédoise comptent forcément des minorités finnoises. Les six municipalités de Kristiinankaupunki (45 %), Pietarsaari (42 %), Inkoo (42 %), Pernaja (41 %), Karjaa (41 %) et de Kemiö (40 %) ont des minorités finnoises de 40 % à 45 %. Sept municipalités ont des minorités oscillant entre 20 % et 29 %: Iniö, Nauvo, Mustasaari, Korppoo, Dragsfjärd et Liljendal.  Six municipalités comptent moins de 20 % de minorités finnoises, mais plus de 10 %: Tammisaari, Kruunupyy, Houtskari, Vöyri-Maksamaa, Västanfjärd et
Oravainen. Les autres municipalités ont des minorités comptant moins de 10 %: Maalahti, Pedersöre et Uusikaarlepy.

Le nom de ces municipalités est présenté ici en finnois, mais comme ce sont des villes bilingues, elles portent toutes également une dénomination suédoise.

Les municipalités à majorité finnoise comptent des minorités suédoises. Seulement deux municipalitéscomptent des minorités suédoises de 40 % ou plus: Hanko (45 %) et Kauniainen (40 %).

Sept municipalités ont des minorités suédoises se situant entre 20 % et 39 %: Loviisa (39 %), Pohja (39 %), Sipoo (38 )%,
Lapinjärvi (34 %), Porvoo (33 %), Siuntio (31 %), Kaskinen (31 %) et Vaasa (26 %).  Les municipalités suivantes comptent entre 10 % et 19 %: Kirkkonummi (19 %), Ruotsinpyhtää (19 %), Kokkola (17 %), Pyhtää (11 %) et Särkisalo (11 %).

Il ne reste que six municipalités avec moins de 10 % de minorités suédoises: Espoo (9 %), Helsinki (7 %), Myrskylä (6 %), Turku (6 %), Lohja (4 %) et Vantaa (3 %).

Le nom de ces municipalités est présenté ici en finnois, mais comme ce sont des villes bilingues, elles portent toutes également une dénomination suédoise.

Voici un certain nombre de dénominations bilingues (finnois-suédois): Tammisaari-Ekenäs, Espoo-Esbo, Hanko-Hangö, Helsinki-Helsingfors, Huittinen-Vittis, Hämeenlinna-Tavastehus, Lahti-Lahtis, Lappeenranta-Villmanstrand, Lapua-Lappo, Lohja-Lojo, Loviisa-Lovisa, Maarianhamina-Mariehamn, Mikkeli-Sankt Michel, Naantali-Nådendal, Närpiö-Närpes, Oulu-Uleåborg, Parainen-Pargas, Pietarsaari-Jakobstad, Pori-Björneborg, Porvoo-Borgå, Raisio-Reso, Rauma-Raumo, Savonlinna-Nyslott, Tampere-Tammerfors, Tornio-Torneå, Turku-Åbo, Ulvila-Ulvsby, Uusikaarlepyy-Nykarleby, Uusikaupunki-Nystad, Vaasa-Vasa, Vantaa-Vanda et Virrat-Virdois.

Par ailleurs, le gouvernement finlandais est en train de préparer une réforme administrative, pour des questions d'économie. On supprimerait les 446 communes actuelles pour les remplacer par une cinquantaine ou une soixantaine de «supercommunes», dont la taille s'élèverait à au moins 20 000 habitants. Cette réforme est férocement critiquée par la population rurale qui y voit une nouvelle manière de réduire les services à la campagne, mais il faut se rappeler que, depuis une vingtaine d'années déjà, une grande partie des activités réglementaires des communes sont assurées par des «unions de communes», surtout en matière de santé, de transport en commun et d'éducation. Par ailleurs, les politiciens eux-mêmes semblent divisés sur la question. On peut s'attendre aussi à ce que la réforme administrative ait des conséquences sur le statut linguistique des ces futures «supercommunes». Pensons surtout que cette réforme va peut-être créer des situations difficiles pour les capitales des provinces bilingues, souvent entourées par des petites communes dont certaines sont unilingues.

Dernière mise à jour: 11 déc. 2015 

- La Finlande -

(1) Situation géopolitique
 

(2) Données démolinguistiques

 

(3) Données historiques

 

(4) La politique du bilinguisme officiel

 

(5) La politique à l'égard des minorités

 
(6) Bibliographie

Constitution de mars 2000
 

La Loi sur les langues de 2004
 

La province autonome d'Åland
 
 

L'Europe

Accueil: aménagement linguistique dans le monde