Finlande

Données démolinguistiques

République de Finlande
 

 

1 La population finlandaise

Le pays comptait en 2008  quelque 5,3 millions d’habitants appelés Finlandais. La plus grande partie de la population réside dans deux provinces: la Finlande méridionale (40,3 %) et la Finlande occidentale (35,4 %), soit le sud du pays.

Province
(en français)
En finnois En suédois Population (2002) % Superficie
Finlande méridionale Etelä-Suomen lääni Södra Finlands län 2 095 416 40,3 % 34 378 km²
Finlande occidentale Länsi-Suomen lääni Västra Finlands län 1 839 581 35,4 % 74 185 km²
Finlande orientale Itä-Suomen lääni Östra Finlands län 588 106 11,3 % 48 726 km²
Laponie Lapin lääni Lapplands län 187 777 3,6 % 98 946 km²
Oulou Oulun lääni Uleåborgs län   456 000 8,7 % 57 000 km²
Aland Ahvenanmaa Åland    26 257 0,5 %

  6 784 km²

Total     5 193 137 100 %  

La Finlande compte deux groupes linguistiques principaux: les fennophones ou finnophones (parlant le finnois) et les suédophones (parlant le suédois). Les finnophones sont des Finnois, alors que les suédophones sont des Suédois finlandais. La population de la Finlande est composée majoritairement de locuteurs parlant le finnois (91,2 % en 2008). Les suédophones sont donc numériquement minoritaires avec seulement 5,5 % de la population. Juridiquement parlant, le suédois en Finlande n'est pas considéré comme une langue minoritaire. L'État finlandais est officiellement bilingue, mais la population de langue suédoise est simplement plus réduite. En Finlande, les minorités nationales (abstraction des minorités immigrantes) parlent principalement le same ou lapon (0,03 %), le tsigane (0,2 %), le russe (0,6 %) ou le tatar.

Population % 1900 1950 1990 1997 1998 1999 2000 2001 2004

(en million)

Total   2 656 4 030 4 998 5 147 5 160 5 171 5 181 5 195 5 206
Langue
Finnois % 86,75 91,10 93,53 92,74 92,61 92,50 92,42 92,27 92,14
Suédois % 12,89 8,64 5,94 5,71 5,68 5,66 5,63 5,60 5,58
Same % 0,06 0,06 0,03 0,03 0,03 0,03 0,03 0,03 0,03
Russe % 0,29 0,12 0,08 0,40 0,45 0,50 0,54 0,60 0,64
Autres % 0,01 0,08 0,42 1,13 1,22 1,32 1,37 1,50 1,61

Les trois religions principales sont le luthéranisme (83 %), l’islam (2 %) et le christianisme orthodoxe (1,1 %). Par ailleurs, environ 13 % des habitants n'auraient pas d'affiliation religieuse particulière.

2   La langue finnoise

Le nom de «finnois» (en finnois: suomi) vient du mot suédois ou norvégien finn (le mot étant identique dans les deux langues) qui désignait à l'origine les Lapons; l'origine suédoise du mot semble plus probable, puisque les Suédois finlandais ont eu davantage de contact avec les Finnois que les Norvégiens. Depuis quelques années, le terme Lapon, est lui-même remplacé par celui utilisé de la part de la minorité autochtone: sábme, sami ou same, sinon sâme. La communauté same considère que le mot Lapon revêt une connotation méprisante et étrangère et se qualifie elle-même de Same.

 

Le finnois est une langue non indo-européenne appartenant à la famille ouralienne dont font partie aussi le same (ou lapon), l’estonien, le hongrois, le carélien, le morvde, etc.

   Groupe   Langues
  


1
  


finno-ougrien


finnois (fenniques)
finno-baltique: finnois, tornédalien (meänkieli), estonien, carélien, ingrien, vepse, lude, votien, livonien, live, olonets, etc.
finno-volgaïque:
same (lapon), mordve (erza et mokcha), mari (tchérémisse), mouromien, mechtchérien

permien:
komi-zyrian, komi-permyak, oudmourte (votyak)

ougrien
 

- hongrois

2

samoyède
 

septentrional
méridional

- yourak (nénètse), nène, nganassan, khanty (ostyak), mansi (vogoul), etc.  
- selkoup

La langue finnoise se serait répandue  jusqu'en Finlande à partir de la Russie centrale, probablement même depuis l'époque glaciaire il y a 9000 ans. Traditionnellement, les linguistes admettaient que le berceau des Finnois devait se situer à l'ouest de l'Oural. C'est depuis cette région que les anciens Finnois auraient migré jusqu'en Finlande. Cependant, à leur arrivée en Finlande, ceux-ci ne parlaient pas une seule et même langue finnoise: ils parlaient plutôt l'une des nombreuses variétés proto-finnoises, qui donneront naissance finnois, au lapon, au carélien, au ludien, à l'estonien, à l'ingrien, etc.  

2.1 Les dialectes finnois

Le finnois est parlé en de nombreuses variantes dialectales. On distingue fondamentalement deux variétés distinctes: les dialectes occidentaux et les dialectes orientaux. Tous ces dialectes finnois sont mutuellement intelligibles et ils se distinguent les uns des autres par certains changements mineurs de voyelles, de diphtongues et de rythme. Pour la plupart d'entre eux, les dialectes fonctionnent avec la même phonologie, la même grammaire et un vocabulaire quasi identique. Évidemment, il existe des caractéristiques particulières de sons ou de constructions grammaticales propres à chacun des dialectes. Il incombe à l'Institut de recherche finlandais pour les langues de fixer les normes du finnois standard et de proposer des recommandations en ce sens.

1) Dialectes occidentaux

A. dialectes du Sud-Ouest (lounaismurteet) ;
B. dialectes tavastiens (hämäläismurteet) ;
C. dialectes ostrobotniens du Sud (Etelä-Pohjanmaa) ;
D. dialectes ostrobotniens du Nord (Pohjois-Pohjanmaa) ;
E. dialectes du Grand-Nord (peräpohjalaiset murteet).

2) Dialectes orientaux

F. dialectes savo ou savoniens (savolaismurteet), en s'étendant en Russie;
G. dialectes du Sud-Est (kaakkoismurteet), en s'étendant en Russie.

Chacun des ces groupes de dialectes compte parfois de nombreux sous-dialectes. Ainsi, le slavo (slavonien) en compte une dizaine: le dialecte de la Slavonie du Nord, le dialecte de la Slavonie du Sud, le dialecte de la Savonlinna, le dialecte de la Carélie du Nord, le dialecte du Kainuu-Koillismaa, le dialecte de la Finlande-Centrale, le dialecte du Päijät-Häme, le dialecte de Keuruu–Evijärvi et, en Suède, les variantes du Värmland.

De plus, le kvène (Norvège), le tornédalien ou meänkieli (Suède), le carélien (Russie) et l'ingrien (Russie) peuvent être considérés comme des dialectes ou des variantes du finnois standard, mais des circonstances politiques font en sorte qu'on les distingue formellement par des termes différents.

2.2 La langue finnoise

Pour la plupart des Européens, le finnois peut paraître une langue relativement exotique. En effet, le finnois ne ressemble à aucune autre langue du continent, sauf le carélien, l’estonien et le carélien, mais pas le same et encore moins le hongrois. Voici, à titre d'exemple, l'article 1er de la Déclaration universelle des droits de l'Homme en français, en finnois, en carélien, en estonien, en same et en hongrois:

Français Finnois Carélien Estonien Same Hongrois
Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité. Kaikki ihmiset syntyvät vapaina ja tasavertaisina arvoltaan ja oikeuksiltaan.
Heille on annettu järki ja omatunto, ja heidän on toimittava toisiaan kohtaan veljeyden hengessä.
Kai rahvas roittahes vällinny da taza-arvozinnu omas arvos da oigevuksis. Jogahizele heis on annettu mieli da omatundo da heil vältämättäh pidäy olla keskenäh, kui vellil. Kõik inimesed sünnivad vabadena ja võrdsetena oma väärikuselt ja õigustelt. Neile on antud mõistus ja südametun-nistus ja nende suhtumist üksteisesse peab kandma vendluse vaim. Buot olbmot leat riegádan friddjan ja olmmošárvvu ja olmmošvuoigatvuoðaid dáfus dássásažžab, Sudhuude kea addib huervnu ha ianedivdym ha vyigjat gakget neabbydut gyunnuudeaset gyivdy vuekhakaš vuoiŋŋain. Minden emberi lény szabadon születik és egyenlő méltósága és joga van. Az emberek, ésszel és lelkiismerettel bírván, egymással szemben testvéri szel-lemben kell hogy visel-tessenek.

Si le finnois ne connaît pas d’article, il possède en revanche un système de 16 déclinaisons (dont 12 courantes), ce qui fait pour un même mot plus de 25 terminaisons différentes (au singulier et au pluriel): talo (nominatif), talon (génitif), taloa (partitif), talona (essif), taloksi (translatif), talossa (inessif), talosta (élatif), taloon (illatif), talolla (adessif), talolta (ablatif), talolle (allatif). Au pluriel, on aura talot, talojen, taloja, taloina, taloiksi, taloissa, taloista, taloihin, taloilla, taloilta, taloille. On parle, pour le finnois, de langue agglutinante, langue dont les suffixes s'ajoutent au radical sans le modifier.

Mais la structure de la langue n’est pas complètement de type agglutinant (comme le turc) et se rapproche des langues à flexions (comme l’espagnol), car le radical est parfois difficile à isoler. Par exemple, le mot vesi («eau») apparaît sous les formes de veden et vettä, alors que le radical est en principe vete. Ajoutons que, en transformant la racine du mot, on obtient une série de mots aux sens différents; il arrive que la même racine donne naissance à des centaines de combinaisons. 

Les mots empruntés par le finnois aux langues étrangères peuvent être difficiles à déceler. Par exemple, le mot viikko vient du suédois vecka (apparenté à l'anglais week), pankki de bank, Tukholma de Stockholm. Quant aux mots purement finnois, ils ne sont guère «reconnaissables» comparativement aux langues indo-européennes: kylpyamme («baignoire»), pääsy kielletty («entrée interdite»), ranskalainen («français»), lentokone («avion»), Yhdysvallat («États-Unis)», etc.

On a souvent affirmé que le tiers des finnophones serait bilingue et comprendrait le suédois, l'autre langue officielle. Or, cette proportion de finnophones bilingues est appelée à régresser dans la mesure où la plupart des jeunes préfèrent aujourd'hui apprendre l'anglais plutôt que le suédois.    

3 Les suédophones

L'autre groupe linguistique important en Finlande parle le suédois, une langue germanique du Nord. Au 31 décembre 1997, les suédophones représentaient 293 690 personnes, soit 5,5 % de la population. Les ancêtres des suédophones actuels se sont installés en Finlande à partir du XIIIe siècle, notamment sur les côtes de la Finlande, ce qu'on appelle la «ceinture d'écueils» de Turku / Åbo au cours du fleuve Kymijoki / Kymmene ålo à l'est sur le golfe de Finlande et le long des côtes de la mer et du golfe de Botnie. Mais les Suédois (des Vikings) avaient occupé les îles d'Åland bien avant, soit au VIe siècle de notre ère. Les Vikings suédois sont arrivés en Finlande du Sud-Ouest par les îles d'Åland.

La plupart des Finlandais parlant le suédois vivent le long des côtes., soit la Finlande méridionale et Helsinki, du Sud-ouest et de l'Ouest (la Finlande occidentale, ainsi que les villes de Turku et de Vaasa) et dans l'archipel d'Åland (golfe de Botnie). On peut visualiser une très belle carte (réalisée par M. Mikael Parkvall) illustrant les communes suédoises de Finlande (cliquer ici, s.v.p.).  Environ 103 000 suédophones habitent dois-parlant vivant dans la région d'Uusimaa (Finlande méridionale), environ 90 000 en Ostrobotnie, environ 31 000 en Itä-Uusimaa ou Uusimaa de l'Est et environ 26 000 dans le Varsinais-Suomi ou Finlande du Sud-Ouest. Les autres suédophones, soit environ 40 000 locuteurs, résident les régions d'Ostrobotnie centrale, de Pirkanmaa (Tempere) et de Kymenlaakso.

Selon la région où ils habitent, les suédophones ne parlent pas tout à fait le même suédois. Ainsi, dans les îles d'Åland, à Helsinki et dans certaines villes du Sud, les suédophones parlent une langue qui ressemble de près au «suédois de Suède» appelé Rikssvenska (ou suédois standard). 

Par contre, ceux qui résident sur la côte ouest parlent une variété régionale du suédois, appelée Finlandssvenska (ou «suédois de Finlande»). De 30 % à 40 % des suédophones utiliseraient le suédois non standard — le Finlandssvenska — dans leur vie quotidienne. Cette langue suédoise locale est caractérisée par un certain nombre d’archaïsmes et des emprunts à la langue finnoise. Néanmoins, les suédophones de Finlande ont toujours respecté les mêmes usages orthographiques et morphologiques qu’en Suède et ont recours aux mêmes dictionnaires et aux mêmes grammaires. On estime que les deux tiers — probablement plus proche de 80 % — des suédophones de Finlande sont bilingues, l'unilinguisme suédois n'existant plus que dans les régions rurales d'Ostrobotnie et dans l'archipel d'Åland. La majorité des Suédois finlandais vivant dans la région de Uusimma/Nyland et de Turku/Åbo sont bilingues, surtout les jeunes. Dans les îles d'Åland, la population ne parle en général que le suédois. Le finnois y est perçu comme une langue étrangère et il est probablement encore moins connu et moins utilisé que l'anglais.

Année Suédophones %
1610   70 000 17,5 %
1749   87 200 16,3 %
1815 160 000 14,6 %
1880 294 000 14,3 %
1890 349 700 12,9 %
1920 341 000 11,0 %
1940 354 000  9,5 %
1960 330 500  7,4 %
1980 300 482  6,3 %
1996 295 630  5,8 %
Historiquement, la population suédophone n'a jamais atteint les 20 % de la population. On constate que cette minorité est en même régression constante depuis le XVIIe siècle. Non seulement les suédophones voient le pourcentage diminué par rapport à la population finnophone, mais leur nombre absolu accuse un recul démographique. Un plus faible taux de natalité chez les suédophones (que chez les finnophones) et l'émigration des régions rurales, en particulier vers la Suède, pourraient être les principales causes de cette décroissance. L'immigration des finnophones dans des villes autrefois unilingues suédoises est aussi à l'origine d'un certain degré de changement dans les rapports linguistiques.

Il n'en demeure pas moins que l'élite suédophone de Finlande a joué un rôle important dans l'histoire du pays. La croyance générale veut que les suédophones se retrouvent surtout dans la classe bourgeoise. C'est probablement vrai pour Helsinki, mais pas à l'échelle du pays, surtout pas sur la côte ouest.

On peut visualiser la carte réalisée par M. Mikael Parkvall illustrant les communes suédoises de Finlande (cliquer ici, s.v.p.). 

Les municipalités (communes)

En Finlande, l'administration des municipalités repose sur le principe de l'autonomie, dont les origines remonteraient aux très anciennes assemblées réunies autour d'une grosse pierre. Dans les municipalités, le pouvoir est exercé par le Conseil municipal, dont les membres sont élus tous les quatre ans, à l'occasion des élections municipales. Les conseils municipaux élisent un exécutif et désignent les commissions. 

Les municipalités ont la responsabilité de la mise en œuvre de la santé, de l'action sociale, du logement et de l'éducation. De plus, la construction des routes et l'organisation de la gestion de l'énergie entrent dans leurs attributions. Les municipalités tirent leurs revenus de l'impôt municipal et de redevances perçues pour leurs services auprès de la population. Elles touchent également des subventions de l'État.

Avant les fusions municipales entamées en 2007 (prévues jusqu'en 2009), on comptait au total 446 municipalités (communes) en Finlande. Elles se répartissaient en quatre types: les villes unilingues finnoises, les villes unilingues suédoises, les villes bilingues à majorité finnoise, les villes bilingues à majorité suédoise. Selon le décret du Conseil d'État (qui expiera en 2012), le statut linguistique des municipalités finlandaises se répartissait comme suit en 2008:

Statut linguistique
des municipalités
Nombre Pourcentage
Unilingues finnoises 353  88,4 %
Unilingues suédoises 3    0,7 %
Bilingues à majorité finnoise 21    5,2 %
Bilingues à majorité suédoise 22    5,5 %
Total 399 100 %

La majorité de la population vit dans des municipalités unilingues finnoises. Un tiers de la population vit dans des municipalités bilingues dans lesquelles le citoyen bénéficie de droits linguistiques plus étendus que dans les municipalités unilingues, car les municipalités bilingues doivent fournir des services bilingues (finnois-suédois). Au total, 38 546 finnophones vivent dans des municipalités bilingues avec le suédois comme langue majoritaire. Quant aux suédophones, ils sont 137 722 à résider dans des municipalités bilingues avec le finnois comme langue majoritaire. La majorité des Finlandais suédophones vivent dans des municipalités (communes) bilingues majoritairement habitées par des finnophones. Il existe cependant quelques municipalités unilingues suédophones en Ostrobotnie et autour de Turku, dans le Sud-Ouest. Toutes les communes des îles d’Åland sont entièrement suédophones, la législation linguistique finlandaise n’étant pas intégralement en vigueur dans cet archipel.

4  Les minorités nationales

La Finlande compte plusieurs minorités linguistiques: les Sames (ou Lapons), les Tsiganes (ou Rom), les Russes et les Tatars, voire les Caréliens. Il vaut mieux parler de minorités «linguistiques», puisque la notion de minorités nationales n’existe pas dans le droit finlandais. De façon générale, l’État garantit le droit à différents groupes de maintenir et de développer leur propre langue. Contrairement au same dont les locuteurs sont concentrés dans des zones bien délimitées, la Finlande considère le russe, le tatar, le yiddish, le tsigane (ou romani) et le carélien comme des «langues non territorialisées». On peut visualiser une carte linguistique de la Finlande en cliquant ICI, s.v.p.

4.1 Les Sames (Lapons)

Sapmi Soulignons que la plupart des Sames vivent dans les régions septentrionales de la Finlande, de la Norvège, de la Suède et de la Russie. Quelque 70 000 à 100 000 Sames sont installés dans cette grande région nordique appelée Sápmi (voir la carte détaillée) dans laquelle on dénombre dix langues sames. 

La Finlande compte également une petite minorité autochtone: les Sames, appelés autrefois Lapons, et parlant le same, une langue de la famille ouralienne, comme le finnois. Outre l'élevage des rennes, la pêche, l'agriculture, les Sames vivent, pour une bonne part, de leurs activités dans le secteur tertiaire. À l'origine, les Lapons parlaient la même langue que les Finnois, même s'ils sont arrivés en Fenno-Scandie plusieurs siècles avant les Finnois. Il y a quelque 2000 ans, les Lapons formaient le peuplement principal dans toute la Finlande. Dès les premiers siècles de l'arrivée des Finnois en Finlande, les Lapons furent chassés et refoulés vers le nord ou soumis à la servitude. Le résultat de cette retraite constante vers le nord, c'est que les Sames n'occupent plus aujourd'hui de façon significative que la municipalité d'Utsjoki, située à l'extrémité nord de la Finlande, où ils forment 46,6 % de la population de cette municipalité (commune), qui comprend les villages de Nuorgam, d'Utsjoki-Centre, de Nuvvus, de Dalvadas, d'Outakoski, de Rovisuvanto, de Karigasniemi de Kaamasmukka.

La Finlande compte peu de Sames, comparativement à la Norvège (plus de 35 000) et à la Suède (env. 17 000), soit un peu plus de 4200 personnes. La plupart vivent dans la province de la Laponie au nord du pays, mais 2500 Sames habitent dans les autres régions du pays.

D'après la carte de gauche, la Laponie finlandaise compte 21 municipalités (ou communes), mais les Sames habitent surtout dans l’une des quatre agglomérations suivantes: Utsjoki (1295 hab.), Enontekiö (1888 hab.), Inari (6726 hab.) et Sodankylä (8809 hab.). Ces municipalités, qui sont officiellement bilingues (finnois et same), comptent parfois plusieurs villages autour de la ville-centre (commune). Mais les Sames ne sont jamais majoritaires dans les municipalités lapones : 46,6 % à Utsjoki, 9,2 % à Enontekiö, 5,9 % à Inari et 1,3 % à Sodankylä (voir la liste des villes).

Autrement dit, la Laponie finlandaise (182 664 habitants) n'abritent pas que des Sames, car les finnophones y sont nettement majoritaires dans toutes les municipalités, et ce, sans aucune exception. Dans les 17 municipalités unilingues finnophones, les Sames forment entre 0,1 % et 1,9 % de la population locale, alors que les finnophones représentent entre 97 % et 99 % des citoyens (voir la liste des villes).  Les villes les plus populeuses de la Laponie sont Rovaniemi (60 900 hab.), Tornio (22 500 hab.) et Kemi (22 300 hab.), mais les Sames ne représentent que 500 individus pour l'ensemble des trois villes. Autrement dit, la Laponie appartient aux Finnois.

Au point de vue linguistique, les Sames de Finlande se répartissent en trois variétés linguistiques (voir la carte et le tableau détaillés):

1) le same du Nord (davvisámegiella) : 1800 locuteurs en Finlande, mais aussi parlé en Suède et en Norvège (total: 21 000 locuteurs).
2)
le same d'Inari (anarâškielâ): environ 400 locuteurs, langue menacée parlée uniquement en Finlande.
3) le same des Kolttes (same de Skolt: nuortalašgiella) : langue menacée parlée par environ 300 locuteurs en Finlande et 100 en Russie.

Par ailleurs, plus de 3000 Sames ont déclaré le finnois comme langue maternelle. Cela signifie que, dans les faits, la Finlande compte à peine 3000 locuteurs du same sur une population ethnique de 6000 individus dans un pays comptant 5,3 millions d'habitants. À l'exception de certaines personnes très âgées habitant l'extrême nord de la Finlande, la plupart des Sames sont bilingues (same-finnois). Peu savent le suédois, l'autre langue officielle.

4.2 Les Tsiganes

La Finlande compterait aussi quelque 10 000 Tsiganes appelés Roms (cf. langues indo-iraniennes) — plus probablement autour de 13 000 personnes — dont la population est plus ou moins dispersée à travers tout le pays, bien que la plupart sont concentrés dans les grandes villes du Sud. On ignore leur nombre réel ainsi que les locuteurs parlant la langue tsigane appelée en Finlande romani mirits. Il faut dire que la loi finlandaise sur la protection des données à caractère personnel n'autorise pas l'enregistrement de données indiquant la race ou l'origine ethnique. Les Tsiganes parlent tous le finnois, du moins comme langue seconde.

4.3 Les russophones

Mentionnons aussi deux autres petites minorités: les Russes et les Tatars. En 1995, une quête révélait que 13 728 personnes se déclaraient de langue maternelle russe (cf. langues slaves), ce qui incluait cependant les immigrants n’ayant pas la citoyenneté finlandaise. En 2006, le gouvernement finlandais les estimait à 37 200 locuteurs, incluant les «Vieux Russiens» et les «Nouveaux Russes». Ce sont pour la plupart des nouveaux immigrants (environ 30 000) qui viennent rejoindre des parents russophones de Finlande établis dans le pays depuis la révolution bolchevique. En général, les russophones habitent dans la province de la Finlande orientale, près de la frontière russe.

4.4 Les Tatars

Enfin, quelque 600 Tatars vivent dans le pays, principalement dans l'agglomération d'Helsinki. Les premiers Tatars, qui venaient des rives méridionales de la Volga, sont arrivés en Finlande entre 1850 et 1920. Encore aujourd'hui, certains Tatars utilisent leur langue ancestrale, le tatar, pour communiquer avec les membres de leur communauté; il s'agit d'une langue turque de la famille altaïque. Ils s'identifient fortement à la religion musulmane. La plupart ont réussi dans le monde des affaires; ils ont fondé deux organismes: l’Association islamique finlandaise (1925) et la Société turque finlandaise (1935). Tous les Tatars parlent le finnois et sont bilingues (finnois-tatar) et bien intégrés dans la société finlandaise.

4.5 Les minorités non reconnues

La Finlande compte aussi des minorités non reconnues telles les Caréliens et les Juifs.

Les Caréliens (voir la carte) parlent le carélien, une langue ouralienne appartenant au même groupe que le finnois, l'estonien, le votiak, le lude, le morvde, le permiak, etc. Au nombre de quelque 5000 locuteurs, les Caréliens vivent surtout dans les villages de Valtimo, Kuhmo et Suomussalmi, situés dans les province de Finlande orientale et d'Oulu, près de la frontière russe (Caréliens du Nord). Les Juifs, pour leur part, sont peu nombreux, soit environ 200 locuteurs, dont leur nombre déjà bien petit est en déclin continuel. De plus, les Caréliens de Finlande parlent une variété de carélien différente des variétés parlées en Russie, de l'autre côté de la frontière.

4.6 Les ressortissants étrangers

Enfin, il faudrait parler des ressortissants étrangers en Finlande. En 1999, leur nombre était estimé à environ 85 000 personnes. Ils proviennent principalement des pays voisins tels que la Russie (9700), l’Estonie (8400) et la Suède (7000), mais d’autres sont originaires de pays de l’ex-Union soviétique (6100), de la Somalie (4000), de la Bosnie (2400) et du Vietnam (2400). Le gouvernement finlandais a publié les statistiques suivantes au sujet de la population immigrante:

Origine par pays 1990 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002
Russie . 9 720 11 810 14 316 16 861 18 575 20 552 22 724 24 336
Estonie . 8 446 9 038 9 689 10 340 10 652 10 839 11 662 12 428
Suède 6 051 7 014 7 291 7 507 7 756 7 809 7 887 7 999 8 037
Somalie 44 4 044 4 555 5 238 5 371 4 410 4 190 4 355 4 537
Ex-Yougoslavie 75 2 407 2 624 2 755 2 935 3 392 3 575 4 240 4 224
Irak 107 1 341 1 855 2 435 2 670 2 960 3 102 3 222 3 420
Grande-Bretagne 1 365 1 865 1 803 1 907 2 058 2 170 2 207 2 352 2 535
Allemagne 1 568 1 748 1 836 1 961 2 072 2 162 2 201 2 327 2 461
Iran 336 1 275 1 397 1 681 1 706 1 868 1 941 2 166 2 363
États-Unis 1 475 1 844 1 833 1 905 2 001 2 063 2 010 2 110 2 146
Turquie 310 1 335 1 479 1 668 1 737 1 737 1 784 1 981 2 146
Chine 312 1 412 1 471 1 610 1 650 1 677 1 668 1 929 2 086
Ex-Union soviétique 4 181 6 163 5 187 4 675 3 628 2 966 2 447 2 249 2 011
Thaïlande 239 763 864 964 1 084 1 194 1 306 1 540 1 784
Viêt-Nam 292 2 084 2 143 2 171 1 965 1 840 1 814 1 778 1 713
Bosnie-Herzégovine . 928 1 342 1 420 1 496 1 581 1 627 1 668 1 701
Ukraine . 366 536 654 766 849 961 1 133 1 248
Autres 9 900 15 811 16 690 18 044 18 964 19 775 20 963 23 142 24 506
Total 26 255 68 566 73 754 80 600 85 060 87 680 91 074 98 577 103 682

Source: Statistique Finlande, statistiques démographiques 2002

Mais, en 2008, les langues les plus importantes après le finnois et le suédois étaient les suivantes: russe (45 224), estonien (19 812), anglais (10 589), somali (9810), arabe (8119), kurde (5893), albanais (5791), chinois (5733), allemand (4820), vietnamien (4645), turc 94276), thaï (3990), persan (3896), espagnol (3637), français (2509) et d'autres langues (35 961). Selon les données du gouvernement finlandais (2008), la Finlande compterait plus de 120 langues différentes dans le pays. Mais seulement 3,3 % de la population finlandaise ont une langue maternelle autre que le finnois et le suédois. Néanmoins, la population finlandaise n'est pas aussi homogène qu'on pourrait le croire, bien que la majorité finnoise compte pour 92 % de tous les Finlandais.

5  Les religions en Finlande

La pleine liberté du culte date de 1923. L'Église évangélique luthérienne de Finlande demeure la principale confession nationale, car elle regroupe  à elle seule 78,2 % des Finlandais. L'Église évangélique luthérienne, qui est la religion d'État, possède neuf diocèses répartis en 465 paroisses.  Le président de la République est le chef de l’Église luthérienne de Finlande; c'est lui qui nomme les évêques. Les paroisses (environ 600) sont autonomes pour leur administration interne.

L’Église orthodoxe de Finlande est la deuxième plus grande communauté religieuse de Finlande. Elle a le statut de religion nationale reconnue par l'État. Au XIXe siècle, au cours de la domination russe, la religion orthodoxe était associée à l'élite dirigeante du pays, mais de nombreux Finlandais des régions rurales, notamment des Sames et des Caréliens, étaient également membres de l'Église orthodoxe. Actuellement, l’Église orthodoxe compte quelque 60 000 membres (répartis en 24 paroisses), ce qui représente 1,1 % de la population finlandaise. La législation finlandaise protège les droits linguistiques des suédophones et des Sames en matière de religion pour l'Église évangélique luthérienne et l'Église orthodoxe.

Lors de la Réforme au XVIe siècle, l’Église catholique disparut de la Finlande durant quelques siècles, mais elle fut officiellement réintroduite en 1929 sous le nom de «Église catholique de Finlande». Elle compte environ moins de 12 000 membres, dont la majorité vit à Helsinki et dans quelques autres villes du sud de la Finlande. Dans tout le pays, on dénombre sept paroisses et un diocèse indépendant. La plupart des membres du clergé sont originaires de Pologne.

Au cours du XIXe siècle s'est développé le protestantisme anglo-saxon : les baptistes, les méthodistes, les adventistes et surtout les pentecôtistes, etc. Ces Églises représentent moins de 1 % de la population totale avec environ 50 000 membres.

Le judaïsme est présent en Finlande depuis le début du XIXe siècle, car la plupart des hommes travaillaient pour l’armée impériale russe. Au début du XXe siècle, des synagogues apparurent à Helsinki, à Turku et à Viipuri (aujourd'hui, disparue). La communauté juive compte environ 1200 membres.

Ce sont les Tatars qui ont instauré l'islam en Finlande à la fin du XIXe siècle avec l’armée impériale russe. La plupart étaient des marchands originaires des rives méridionales de la Voga. Aujourd'hui, la majorité des musulmans finlandais vit dans la région d’Helsinki. On compterait quelque 50 000 musulmans en Finlande.

Dix pour cent des Finlandais ne professent aucune religion.

Dernière mise à jour: 06 déc. 2016  

- La Finlande -

(1) Situation géopolitique

 

(2) Données démolinguistiques
 

(3) Données historiques

 

(4) La politique du bilinguisme officiel

 

(5) La politique à l'égard des minorités

 

(6) Bibliographie

 

Constitution du 1er mars 2000
 

La Loi sur les langues de 2004
 

La province autonome d'Åland
 

L'Europe

Accueil: aménagement linguistique dans le monde