République islamique de Mauritanie
Mauritanie

Al Jumhuriyah al Islamiyah al Muritaniyah

 

Capitale: Nouakchott
Population: 3,2 millions (est. 2008)
Langue officielle: arabe classique
Groupe majoritaire: arabe dialectal hassanya (80 %)
Groupes minoritaires: poular (7 % - 12 %), soninké (env. 4 %), wolof (0,4 %), bambara, berbère, azer, etc.
Langue coloniale: français
Système politique: république islamique
Articles constitutionnels (langue): article 6 de la Constitution de 1991
Lois linguistiques: loi du 4 mars 1968; lois scolaires de 1967, 1973, 1978

1 Situation générale

La Mauritanie, officiellement appelée République islamique de Mauritanie, est un pays saharien de l'Afrique de l'Ouest (voir la carte). C'est un pays relativement grand par sa superficie: plus d'un million de kilomètres carrés, soit à peu près l'équivalent du Tchad, du Niger, de l'Angola, du Mali, de l'Afrique du Sud, de l'Éthiopie, de l'Égypte ou de la Colombie.  La Mauritanie est baignée à l'ouest par l'océan Atlantique et est bordé au nord-ouest par le Sahara occidental, au nord par l'Algérie, à l'est et au sud-est par le Mali et au sud-ouest par le Sénégal. En raison de sa situation géopolitique, la Mauritanie, dite aussi le «pays des Maures» dont elle tire son nom, est une terre de contact et sert de «pont» entre les pays du Maghreb au nord et l'Afrique noire au sud.

Le pays compte douze régions, chacune étant administrée par un conseil et un district comprenant la capitale et plus grande ville du pays, Nouakchott: Assaba, Brakna, Ðahlat Nawadibu (Dhakhlat Nawadîbu), Hud-al-Garbi (Hudh-al-Gharbi), Hud-aš-Šarqi (Hudh-ash-Sharqi), Inširi (Inshiri), Nawakšut (Nawâkshût), Qidimaga (Qidimagha), Qurqul, Taqant, Tiris Zammur (Tiris Zammûr) et Trarza (voir la carte).

2 Données démolinguistiques

De fait, le pays est partagé entre deux populations principales: d'une part, les Arabo-Berbères ou Maures – d'où le nom de Mauritanie: le «pays des Maures» – appelés aussi les «Blancs» et, d'autre part, les Négro-Africains: Toucouleurs, Sarakolés, Foulons, Bambaras, Peuls, Wolofs et Soninkés. Durant les dernières années, les rivalités entre Arabo-Berbères, traditionnellement dominants, et Noirs, qui n'acceptent plus la domination des premiers, se sont exprimées violemment, notamment entre 1989 et 1991. Il existe aussi un troisième type de population: les Haratines. D'origine négro-africaine également, ce sont d'anciens esclaves affranchis dans les faits depuis 1980 et qui ont adopté l'arabe hassanya.

Évidemment, le régime militaire en place depuis plus de deux décennies nie sur toutes les tribunes l'existence de l'esclavage. Les esclaves et leurs descendants, c'est-à-dire les Haratines, appartiennent à la couche inférieure de la société. Les guerriers (hassans) et les religieux (marabouts) sont au sommet de la pyramide sociale. La promulgation de l'interdiction de l'esclavage en 1980 n'a jamais été suivie de mesures d'application. Le problème, c'est que la classe politique dominante, composée presque uniquement de Maures blancs, est celle qui bénéficie le plus de l'esclavage. Les Maures blancs n'ont aucun intérêt à dénoncer cette pratique d'une autre époque. C'est pourquoi la société mauritanienne est encore basée sur l'oppression de certains groupes ethniques par d'autres.
 

Même si pratiquement toute la population (99 %) pratique l'islam (sunnites), la religion officielle, il existe cinq communautés linguistiques principales: le hassanya, le poular, le soninké, le tamasheq et le wolof. Le hassanya est une langue arabe influencée par le berbère, donc regroupant les caractéristiques des langues chamito-sémitiques, et assez différente de l'arabe classique, alors que le poular, le soninké et le wolof sont des langues nigéro-congolaises. Quant au tamasheq, c'est une langue berbère. On constate que le nord du pays est relativement monolingue et parle le hassanya alors que le Sud négro-africain vit un certain plurilinguisme avec le poular, le soninké et le wolof. La langue officielle de la Mauritanie est, depuis 1968, l'arabe classique. Selon Amnistie internationale, Anti-Slavery International et de nombreuses ONG locales, plus de 10 % de la population serait toujours retenue en esclavage. La pratique serait plus répandue chez les Maures arabophones, mais perdurerait aussi chez les Wolofs, les Peuls et les Solinkés, les trois principales ethnies du sud du pays.

2.1 La controverse des chiffres

Il n'est pas aisé de recenser avec précision le nombre des locuteurs de chacune des langues parlées en Mauritanie, car les données statistiques ne concordent pas. Il n'existe pas de données gouvernementales disponibles pour la population mauritanienne. Pour Joshua Project, 82 % de la population parlerait le hassanya, puis 8,2 % le poular (266 000 locuteurs), 4,3 % le soninké (140 000), 2,7 % le tamasheq (88 000) et 0,4 % le wolof.

Peuple (Joshua Project)

Nombre

Pourcentage

Langue maternelle

Affiliation linguistique

Maures

2 587 000

80,7 %

arabe hassanya

langue sémitique

Fulakunda (Halpoulars)

231 000

7,2 %

poular

famille nigéro-congolaise

Soninkés (Sarakolés)

140 000

4,3 %

soninké

famille nigéro-congolaise

Touaregs (Tamacheq)

88 000 2,7 % tamasheq langue berbère

Bédouins

47 000 1,4 %

arabe hassanya

langue sémitique

Toucouleurs (Poulars) 35 000 1,0 % poular

famille nigéro-congolaise

Bambaras 16 000 0,5 % bamanankan ou bambara

famille nigéro-congolaise

Wolofs 15 000 0,4 % wolof famille nigéro-congolaise

Duaish (Zenaga)

  6 300 0,2 %

arabe hassanya

langue sémitique

Français   4 700 0,1 % français langue romane

Sérères

  3 100 0,0 % sérère famille nigéro-congolaise

Jola-Fonyi

  3 100 0,0 % jola-fonyi famille nigéro-congolaise

Masna

 1 900 0,0 %

arabe hassanya  

langue sémitique

Imeraguens

    600 0,0 % imeraguen langue berbère
Autres

25 200

0,7 %    
Total (2008)

3 203 900

     

Pour Ethnologue, dont les données sont en principe plus fiables que celles de Joshua Project, l'arabe hassanya serait parlé par 88,7 % de la population, le poular (150 000 locuteurs) par 5,3 %, le soninké (30 000) par 1 % et le wolof (10 000) par 0,3 %.

Langue (Ethnologue) Nombre Pourcentage Année
du recensement

Arabe hassanya

2 475 000 88,7 % 2002
Poular 150 000 5,3 % 2002
Soninké 30 000 1,0 % 2002
Wolof 10 000 0,3 % 1993
Imeraguen 500 0,0 % 2000

Pour People Group (2007), le hassanya serait parlée par 76,9 % de la population, puis le poular par 14 % (275 888), le tamasheq par 4 % (78 287), le soninké par 2,8 % (56 323) et le wolof par 0,6 % (13 439).

Ehtnie Langue Population Pourcentage
Bambara bamanankan  17 617   0,9 %
Maures (Noirs) hassanya 811 608 41,4 %
Fula Macina poular    6 333   0,3 %
Fulbe Futa Toro poular    26 096   1,3 %
Jola jola-fogny      3 000   0,1 %
Maures hassanya  696 631 35,5 %
Soninké soninké   56 323   2,8 %
Tamasheq tamasheq    78 287   4,0 %
Toucouleurs poular  243 482 12,4 %
Wolofs wolof    13 439   0,6 %
Zenaga zenaga     6 763   0,3 %
    1 959 579  

Dans les faits, les données concordent relativement pour le hassanya (entre 77 % et 88%), mais le poular cause plus problème avec 266 000 locuteurs (Joshua Project), 150 000 (Ethnologue) et 275 888 (People Group). On compte aussi pour le soninké quelque 140 000 locuteurs (Joshua Project), puis seulement 30 000 (Ethnologue) et 56 323 (People Group). Bref, les groupes minoritaires sont moins nombreux pour Ethnologue.

2.2 Le français

Le français a été une langue officielle avec l'arabe jusqu'en 1991. Toutefois, malgré son absence de statut dans les documents juridiques officiels, le français a conservé une bonne partie de ses privilèges. Force est de constater que les langues nationales mauritaniennes — hassanya, poular, soninké et wolof — n’ont pas acquis de statut officiel et que l'arabe classique, celui du Coran, n'est la langue maternelle de personne dans ce pays. De plus, ces langues nationales ne sont pas écrites et donc très peu enseignées. Les seules langues écrites en Mauritanie sont l'arabe classique et le français. Il y aurait encore 4700  ressortissants français en Mauritanie.

3 Données historiques

À partir du Ier millénaire de notre ère, des Berbères nomades venus du Nord, possesseurs de chevaux et de chameaux, s'installèrent dans cette région en voie de désertification. Ils assujettirent les agriculteurs noirs, qui devinrent leurs esclaves. Les Berbères furent à leur tour assujettis par les Arabes au XVIe siècle. C'est de cette époque que date la structuration en castes de la société mauritanienne: au sommet, on trouvait les Berbères — les lettrés et marabouts (ou commerçants) — et les Arabes (les guerriers). Ensuite, c'étaient les esclaves noirs (les Haratines) auxquels étaient dévolues les tâches agricoles. L'arabe intégra les dialectes berbères pour former l'arabe hassanya, la langue de la majorité des habitants de ce pays.

Les Français pénétrèrent dans le pays en 1858 et l'administrèrent à partir de Saint-Louis (aujourd'hui au Sénégal). La Mauritanie est devenue une colonie française en 1920 et fut rattachée à l'Afrique occidentale française. Elle devint un territoire d’outre-mer en 1946. L'esclavage traditionnel fut officiellement aboli, mais demeura ancré dans les mentalités mauritaniennes.

En 1957, la ville de Nouakchott devint la capitale mauritanienne en lieu et place de Saint-Louis faisant alors partie du Sénégal. L'indépendance de la Mauritanie fut proclamée le 28 novembre 1960 malgré l'opposition du Maroc et de la Ligue arabe unie, qui prétendirent que le pays faisait «partie intégrante du Maroc» et refusèrent de reconnaître l'existence même du nouvel État. En 1970, la signature d'un traité à Casablanca mit un terme aux revendications marocaines. Trois ans plus tard, la Mauritanie intégrait la Ligue arabe unie.

Suite à une longue période de sécheresse durant les années soixante-dix, les populations nomades maures et sédentaires noires durent affluer vers les villes, ce fut le début des tensions ethniques. Le pays connut une suite de coups d'État à partir de 1980 dont certains ont eu pour effet de favoriser les Maures, d'autres, les Négro-Africains. En 1989, des revendications pour un meilleur équilibre en faveur du groupe négro-africain entraînèrent une forte tension avec le Sénégal: des dizaines de milliers d'éleveurs noirs furent expulsés vers le Sénégal, qui renvoya parallèlement dans leur pays 100 000 Mauritaniens vivant au Sénégal. Pendant ce temps, les communautés maures et négro-africaines s'affrontaient violemment et dégénérèrent en émeutes raciales. En 1990, à la suite d'incidents demeurés encore obscurs aujourd'hui, plusieurs centaines de cadres militaires négro-africains furent arrêtés, sinon torturés, et un grand nombre exécutés. Critiqué par la communauté internationale pour son non-respect des droits de l'homme, le gouvernement mauritanien fit promulguer une nouvelle Constitution en 1991 et instaura officiellement le multipartisme. 

Cependant, les institutions démocratiques sont restées rudimentaires en Mauritanie. Ainsi, les ethnies négro-africaines sont encore très sous-représentées dans la vie politique, administrative et militaire du pays. Les forces de l'ordre et la brutalité policière semblent faire partie intégrante d'une façon de gouverner en Mauritanie.

4 La politique linguistique d’arabisation

Au lendemain de l'indépendance, seul le français avait acquis un statut officiel. En effet, l'article 3 de la Constitution de 1959 reconnaissait le français comme «langue officielle» du pays, mais l'arabe était retenu avec le statut de «langue nationale». La réforme de l'enseignement de 1959 admettait aussi le français et l'arabe comme langues d'enseignement dans toutes les écoles. Comme on peut l'imaginer aisément, l'arabe dont il est question ici, c'est l'arabe classique et non l'arabe hassanya.

Depuis cette époque, l'arabe classique ou moderne n'a cessé de bénéficier de la politique linguistique de l'État. Dans le domaine de la législation, la loi du 4 mars 1968 fait accéder l'arabe (lequel?) au statut de langue co-officielle avec le français. Dans le domaine de l'éducation, ce sont les réformes de l'enseignement de 1967, de 1973 et de 1978 qui ont renforcé la promotion de l'arabe classique. Ces réformes faisaient suite à une arabisation progressive et consistaient à augmenter considérablement les horaires d'enseignement et les domaines d'utilisation de la langue, notamment dans l'administration de l'État.

La politique actuelle est restée la même, hormis le fait que le statut du français est officiellement éliminé. Cette politique est résumée essentiellement dans l’article 6 de la Constitution de 1991. Les dispositions constitutionnelles précisent que les langues nationales sont l'arabe, le poular, le soninké et le wolof, et que l’arabe (classique) est la langue officielle:
 

Article 6

Les langues nationales sont l'arabe, le poular, le soninké et le wolof; la langue officielle est l'arabe.

Dans les faits, cela signifie que l'arabe classique est devenu la langue des lois et la langue des débats du PARLEMENT, ce qui n'interdit pas d'utiliser le français et l'arabe moderne dans ces mêmes débats. D'ailleurs, tous les ministres du gouvernement s'expriment en français lorsqu'ils lisent un discours politique en présence d'interlocuteurs étrangers et francophones, sinon ils le font en arabe classique.

En matière de JUSTICE, le français est couramment utilisé, mais il s'agit presque toujours d'un français local fortement teinté d'arabismes et d'africanismes; l'arabe hassanya est également employé dans les communications orales. Toutefois, les textes écrits sont en arabe classique ou en français.

Dans l'ADMINISTRATION gouvernementale, les langues orales employées avec les citoyens sont le hassanya avec les Maures et le français avec les Négro-Africains. Les textes administratifs officiels sont en arabe classique ou en français.

La situation linguistique dans les établissements d'ENSEIGNEMENT est plus complexe. Dans le nord de la Mauritanie, l'arabe moderne et le français sont enseignés dès le primaire. Dans le Sud, ce sont également l'arabe moderne et le français, mais quelques dizaines de classes expérimentales, gérées par l'Institut des langues nationales de Nouakchott, enseignent aussi le poular, le soninké ou le wolof. Selon la réglementation en vigueur en Mauritanie, l'élève négro-africain du primaire a le choix entre un enseignement donné soit en français soit en arabe. La plupart choisissent le français, mais l'apprentissage de l’arabe donne un avantage tant au point de vue religieux qu'au point de vue de la communication avec les Maures: en effet, la connaissance de l'arabe facilitera l'aptitude à utiliser le hassanya avec les Maures. Au secondaire, seuls l'arabe moderne et le français sont enseignés. L'enseignement supérieur est assuré à la fois en français et en arabe par l'université de Nouakchott (fondée en 1981) et par une école d'administration également située dans la capitale.

Dans la VIE SOCIALE et ÉCONOMIQUE, l'arabe classique et le français dominent le paysage. Comme les quatre langues nationales — hassanya, poular, soninké et wolof — ne jouissent d'aucun prestige, elles sont exclues des domaines de la publicité, des affiches, enseignes et des médias écrits. La plupart des journaux (environ une quarantaine dans le pays) sont en arabe moderne, mais il en existe plusieurs en français. La radio et la télévision d'État sont en arabe, mais le français local est largement utilisé dans les stations privées, notamment dans le sud du pays. Les transactions commerciales avec les petits commerçants se déroulent normalement en hassanya et en français local dans le Nord, généralement en français local dans le Sud.

La politique linguistique du gouvernement mauritanien favorise l’arabe moderne – et non pas l'arabe classique — aux dépens de toutes les langues nationales: le hassanya, le poular, le soninké et le wolof. Il semble pour le moins insolite que la Constitution ait donné un statut aux langues nationales négro-africaines et non à celle des Maures (hassanya), pourtant l'ethnie majoritaire au pays. Au moment de l'indépendance, toute l'Afrique du Nord voulait promouvoir l'arabe classique et c'est pour cette raison que la Mauritanie a probablement choisi elle aussi d'officialiser cette langue. Cependant, cet arabe n'a pas trouvé preneur en Mauritanie, les habitants lui ayant préféré l'arabe moderne et surtout le hassanya. Pour le moment, toutes les langues nationales subissent les inconvénients de la promotion d'un arabe parlé par personne. C’est pourquoi certains proposent l'adoption d’un multilinguisme stratégique qui exploiterait toutes les ressources linguistiques de la Mauritanie.

Dernière mise à jour: 28 avr. 2013
 

Bibliographie

CALLIES DE SALIES, Bruno. «La Mauritanie cernée par les conflits» dans le Monde diplomatique, Paris, février 1997.

ENCYCLOPÉDIE MICROSOFT ENCARTA, 2004, art. «Mauritanie», pour la partie historique.

HALAOUI, Nazam. Langue dominante, langue rejetée: le hassanya en Mauritanie, DiversCité Langues, vol. 1, 1996-1997, [http://www.uquebec.ca/diverscite]. 

 

 

Carte Afrique  
L'Afrique

 
Accueil: aménagement linguistique dans le monde