Royaume de Suède

Suède

Konungariket Sverige

 
Capitale: Stockholm  
Population: 9,6 millions (2013) 
Langue officielle: suédois (de facto
Groupe majoritaire: suédois (85,3 %) 
Groupes minoritaires: finnois standard (2,1 %), finnois tornédalien ou
meänkieli (0,3 %), lapon ou same (0,07 %), tsigane, yiddish, elfdalien, langues immigrantes  
Système politique: monarchie parlementaire  
Articles constitutionnels (langue): art. 8 de la Constitution de 1975  
Lois linguistiques: Code de procédure judiciaire (1942); Loi sur l'éducation (1985); Loi sur la procédure administrative (1986);
Convention linguistique du Conseil nordique (1987); Loi contre la discrimination ethnique (1994); Loi sur le droit d’employer le same dans les relations avec l'administration publique et les tribunaux (no 1175, 1999, abrogée); Loi sur le droit d’employer le finnois et le meänkieli dans les relations avec l’administration publique et les tribunaux (no 1176, 1999, abrogée); Loi sur l'arbitrage (1999); Loi sur les langues (2009); Loi sur les minorités nationales et les langues minoritaires (2009); Règlement sur les minorités nationales et les langues minoritaires (2009); Règlement 1991 modifiant le Règlement sur les minorités nationales et les langues minoritaires (2010); Loi sur l'éducation (2010).

1 Situation géographique

La Suède (officiellement le royaume de Suède) est un pays de l’Europe du Nord situé dans la partie orientale de la péninsule scandinave. Elle est limitée au sud par le Danemark, à l’ouest par la Norvège, au nord-est par la Finlande et est baignée à l’est par la mer Baltique.

Avec ses 449 964 km², la Suède est le troisième pays d’Europe par la superficie, si l'on exclut la Russie: France (547 030 km²) et Espagne (504 782 km²). Elle compte 21 «départements» appelés en suédois "län" (prononcé [lèn] comme «laine» en français), ce qui signifie littéralement «pays» (comme en anglais ou en allemand "land»), mais peut désigner aussi en suédois une province ou un comté : Blekinge, Dalarna, Gävleborg, Gotland, Halland, Jämtland, Jönköping, Kalmar, Kronoberg, Norrbotten, Örebro, Östergotland, Skåne, Södermanland, Stockholm, Uppsala, Värmland, Västerbotten, Västernorrland, Västmanland et Västra Götaland. Chacun des 21 comptés est administré par un exécutif (Länsstyrelse) et une assemblée locale (Landsting). Stockholm est la capitale et ville principale du pays.

Il existe en Suède trois grandes régions historiques (en suédois: landsdelar ou huvudområden) : ce sont le Götaland («pays des Götar») au sud, le Svealand («pays des Svear» ou Suédois) au centre et le Norrland («pays du Nord»)au nord. On peut ajouter une quatrième régions, l'Österland («pays de l'Est» ou Finlande), qui fut une région suédoise jusqu'en 1809. La carte de gauche illustre ces quatre régions : les couleurs foncées indiquent la région d'origine de chacun d'elles, alors que les couleurs pâles renvoient aux acquisitions ultérieures.

Encore aujourd'hui, l'appartenance à une province historique constitue toujours un facteur identitaire beaucoup plus pertinent pour les Suédois que les départements actuels. Les termes tels que Götaland, Svealand et Norrland sont demeurés d'usage très fréquent en Suède. D'ailleurs, c'est ainsi qu'on distingue les variétés dialectales du suédois: les dialectes du Götaland (au sud), les dialectes du Svealand (au centre), les dialectes du Norrland (au nord), les dialectes du Gotland (île du même nom) et les dialectes de l'Österland (à l'est, en Finlande).

2 Données démolinguistiques

Depuis le recensement de 1930, il n'existe aucune statistique officielle basée sur la langue maternelle des Suédois; tous les chiffres concernant les locuteurs des langues relèvent donc d’estimations. En fait, la Suède ne recueille pas de statistiques officielles sur l'emploi des langues, que ce soit pour le suédois ou les langues minoritaires ou régionales, ce qui limite forcément la possibilité des autorités de planifier et d'adopter des mesures appropriées pour la protection et la promotion des langues. Mais la Suède n'a jamais pris de mesures visant à recueillir des données fiables sur le nombre des locuteurs des langues dans le pays, ainsi que sur leur répartition géographique.

Nous savons néanmoins que la plupart des Suédois parlent la langue suédoise (une langue du groupe germanique du Nord), et ce, dans une proportion de 85,3 %, ce qui laisse peu de place pour les minorités dans ce pays. De plus, la plupart des suédophones sont concentrés dans le sud et l'ouest du pays, bien que certains habitent le Nord-Ouest dans une situation de bilinguisme avec les finnophones (voir la carte linguistique).

2.1 La langue suédoise

Le suédois est une langue scandinave comme le danois, le norvégien et l'islandais, appartenant au groupe des langues germaniques du Nord:

Français Suédois Danois Norvégien Islandais Anglais
chemise
gant
père
mari (époux)
maison
skjorta
handske
fa(de)r
man
hus
hands
keskjort
fader
mand
hus
skjorte
hanske
far
mann
hus
skyrta
hanzki
faðir
eiginmaður
hús
shirt
glove
father
husband
house
porte
panier
bouteille
fleur
noir
dörr
korg
flaska
blomma
svart
dør
kurv
flaske
blomst
sort
dør
kurv
flaske
blomst
sort
dyr
karfa
flaska
blóm
svartur
door
basket
bottle (flask)
flower
black

De toutes les langues scandinaves, c'est l'islandais qui est la langue la plus différenciée, mais le suédois suit tout de suite après. Les Danois, les Norvégiens et les Suédois se comprennent mutuellement sans trop d'efforts. Mais aucun des locuteurs de ces langues ne comprend ni ne lit l'islandais, tandis qu'un islandophone comprend assez aisément les trois autres langues.

Le suédois a subi de nombreuses influences allemandes, françaises et anglo-saxonnes. Le suédois standard utilise l'alphabet latin, dont certaines sont particulières, par exemple, au français: les lettres å (comme [o] long), ö (comme le son [eu]) et ä (comme [è]). La voyelle écrite o se prononce un peu comme le [ou] français. La voyelle u est très différente du français: à la différence du français (dans buche) ou de l'allemand (dans müde), elle est prononcé en suédois comme [i]. C'est la lettre y qui se prononce comme le [u] français dans byrå («bureau»), mais en plus arrondi.

Article indéfini Article défini
un jour en dag le jour dagen
des jours dagar les jours dagarna
Au point de vue grammatical, l’article défini est placé après le nom (post-posé) et soudé à la fin de celui-ci. Il n'existe pas d’article indéfini pluriel. Par exemple,  dag signifiant «jour» donne au pluriel dagar. Contrairement à l'allemand, le suédois, une langue germanique, ne possède pas de cas (à l’exception d’un reste de génitif).
Français Présent Passé
Je marche Jag går Jag gick
Tu marches Du går Du gick
Il marche Han går Han gick
Nous marchons Vi går Vi gick
Vous marchez Ni går Ni gick
Ils marchent De går De gick
De plus, contrairement au français, la conjugaison est simple et le pronom personnel n'entraîne pas de modification dans la forme verbale (voir le tableau de gauche).

La langue suédoise privilégie la composition dans la formation des mots, ce qui conduit à des termes relativement longs par comparaison au français. Par exemple, on peut trouver dans les mots savants et les termes administratifs des créations telles que resursallokering (allocation des ressources), ståndpunktstagande (prise de position), kvittblivningsproblematiken (la problématique de l'élimination des déchets) ou känsloidentifikation (identification émotionnelle).

- Les emprunts aux autres langues

Au cours de son histoire, le suédois a emprunté de nombreux mots à l'allemand, au français (XVIIe et XVIIIe siècles) et à l'anglais (plus récemment).

Une fait assez intéressant en ce qui concerne l’allemand ou plutôt le bas-allemand: l’influence du bas-allemand sur le suédois est presque exactement du même degré que l’influence du français sur l’anglais, ce qui est énorme. Par exemple, dans un dictionnaire, plus de la moitié du lexique provient du bas-allemand, y compris de grandes parties du vocabulaire de base. Ces mots ont été importés surtout entre les XIIIe et XVIe siècles au temps de la Ligue hanséatique. Bien que le suédois soit une groupe germanique du Nord, il est aujourd'hui très proche du néerlandais (qui ressemble plus au bas-allemand que l’allemand standard) au point de vue lexical. Rappelons que le bas-allemand ou Niederdeutsch est le terme générique employé pour désigner les dialectes du Nord, que ce soit le bas-allemand de l'Ouest (Schleswigsch, Holsteinisch, Nordniedersächisch, Westfälisch, Ostfälisch, etc.) ou le bas-allemand de l'Est (Mecklenburgisch, Märkisch, etc.). Le bas-allemand comprend le Plattdeutsch (le bas-allemand du Nord), la langue commerciale du Nord, ainsi que le bas-saxon et l'afrikaans (en Afrique du Sud et en Namibie). Historiquement, le suédois a donc subi l’influence de diverses variantes de l’allemand, mais le suédois n’en a pas moins survécu, parce que le vocabulaire traditionnel a été préservé, alors que les nouveaux mots ont été assimilés et adaptés à la grammaire et à la prononciation suédoises.

Le français a exercé une influence beaucoup moins considérable que le bas-allemand. Du français, on a, par exemple, les mots byrå (<bureau), kotlett  (<cotelette), parfym (<parfum), parfym (<parfum), scen (<scène), nivå (<niveau), teater (<théâtre), ateljé (<atelier), paraply (<parapluie), etc. On pourrait en ajouter quelques centaines d'autres.

Depuis le XIXe siècle, c’est l’anglais qui reste la langue donneuse avec des mots comme biff (<beef), kex (<cakes: «biscuits), paj (<pie), jobb (<job), strejk (<strike: «grève»), tunnel (<tunnel), intervju (<interview), shampoo (<shampoo), hockey (<hockey: «hockey sur glace»), tejp (<tape: «ruban adhésif»), lunch (<lunch), snobb (<snob), sport (<sport), rock (rock), skateboard (<skateboard: «planche à roulettes»), pop corn (<pop corn: «maïs soufflé»), mejl (<e-mail: «courriel»), sajt (<web site: «site»), etc. Comme avec l'allemand et le français, les emprunts à l'anglais ont été généralement adaptés et «suédisés». En suédois, le e-mail anglais est devenu mejl et bug s'est transformé en bugg. Toutefois, d'autres formes mixtes, entièrement inédites, se sont infiltrées dans la langue parlée, par exemple deleta (<delete: «supprimer»), scrolla (<scroll: «défilement») et peaka (<peak: «pic»).

- Les variétés dialectales

La langue suédoise n'est pas uniforme, car il existe des variantes régionales qui se manifestent surtout davantage dans la prononciation et l’intonation que dans le vocabulaire ou la grammaire: le suédois méridional, le suédois oriental, le götalandais, le gotlandais, le svealandais et le norrlandais. Il existe d'autres variétés dialectales, presque toutes en voie de disparition.
 

Dialecte

Nom suédois Localisation
Norrlandais

Norrländska mål

dialectes du Norrland (région du Nord)

Svealandais

Sveamål

dialectes du Svealand (région de Stockholm)

Gotlandais Gotländska mål dialectes du Gotland (île de Gotland)
Götalandais Götamål  dialectes du Götaland (région du Centre)
Suédois méridional Sydsvenska mål dialectes du Sud
Suédois oriental Östsvenska mål dialectes de l'Österland ou de l'Est (Finlande, Åland et Estonie)

Sur la carte de gauche intitulée («Dialectes suédois»), les zones avec des couleurs mixtes (cf. les rayures) constituent des aires de transition. Les parties quadrillées représentent diverses aires de dialectes distincts qui ne sont pas facilement définis comme appartenant à l'un des six grands groupes ci-dessus. Les zones à l'ouest des dialectes du Norrland, ainsi que celles à l'ouest du Svealand et au nord du Götaland sont associés à chacune d'elles. De nos jours, les dialectes tendent à disparaître au profit du suédois standard, le Rikssvenska.

Habituellement, on distingue surtout le suédois méridional et le suédois oriental (suédois de Finlande), avec leurs variantes locales, mais les locuteurs de Göteborg, de Stockholm, de l’île de Gotland (gotlandais) et du Norrland (norrlandais) ont également des caractéristiques particulières. Dans l'île de Gotland, les insulaires — notamment dans les villages de När et de Lau, ainsi que sur la petite île de Fårö — parlent le gotlandais, ce qui correspond au gotländska, une variété du gutnisk, plus archaïque.

2.2 Les immigrants

Sur une population estimée en 2005 à quelque neuf millions d’habitants, on compte près d’un million d’immigrants arrivés en Suède depuis les quatre dernières décennies, ce qui, théoriquement, impliquerait quelque 125 langues immigrantes dont les origines proviennent soit des autres pays nordiques (Norvège, Finlande, Danemark, Russie), soit de divers pays d’Europe (Italie, Grèce, Yougoslavie, Pologne, Estonie, Hongrie, Grande-Bretagne, France, Allemagne, Bosnie-Herzégovine, etc.), mais aussi du Proche-Orient (Turquie, Syrie, Irak, Iran) et d’autres parties du monde (Vietnam, Chili, Érythrée, États-Unis, etc.).  En 2013, quelque 15 % des 9,5 millions de Suédois sont des immigrants. En 2012, le pays a accueilli 44 000 réfugiés, principalement de la Syrie, de l’Afghanistan et de la Somalie. Il faut avouer que ces nouveaux arrivants posent des problèmes d'intégration d'ordre culturel et économique. En effet, ces dernières communautés ont tendance à se ghettoïser, et ce, d'autant plus que l’accès à l’emploi se heurte souvent au manque de qualifications. En ces matières, même le modèle suédois ne peut pas faire de miracles.

On estime que les langues immigrantes totalisent 10,9 % de la population de la Suède. Les langues les plus importantes sont les suivantes: serbo-croate (1,4 %), arabe (1,3 %), espagnol (0,7 %), persan ou farsi (0,7 %), allemand (0,7 %), norvégien (0,6 %), polonais (0,6 %), danois (0,5 %), anglais (0,4 %), kurde (0,4 %), albanais (0,4 %), turc (0,3 %), somali (0,2 %), hongrois (0,2 %), araméen (0,2 %), chinois (0,2 %), grec (0,1 %), russe (0,1 %), thaï (0,1 %), estonien (0,1 %), vietnamien (0,1 %), roumain (0,1 %), français (0,1 %), italien (0,1 %). Il convient d'ajouter également le néerlandais (0,08 %), le portugais (0,08%), le tchèque (0,06 %), le tigrina (0,06 %), l'islandais (0,05 %), le pendjabi (0,05 %), l'oromo (0,05 %), le slovaque (0,04 %), etc.

Ceux que l’on appelle les «nouveaux Suédois» tendent à s’assimiler après la seconde génération, mais ce n’est pas toujours le cas. Certains groupes forment une forte cohésion interne et conservent leur langue, ce qui semble particulièrement le cas des Grecs, des Syriens, des Chiliens, des Érythréens, des Vietnamiens et, plus récemment, des Afghans et des Somaliens. De plus, dans certaines zones à forte concentration d'immigrés, des variantes du suédois se sont développées. La plus connue est celle que l'on nomme le Rinkebysvenska, c’est-à-dire le suédois de Rinkeby (du nom d’une banlieue de Stockholm), parlé principalement par des jeunes maîtrisant mal le suédois standard. Cette variante du suédois, qui dispose par ailleurs d’un assez grand pouvoir d’attraction, compte toute une série de mots et d’expressions issues d'autres langues, et marque de son empreinte ce «nouveau suédois».

2.3 Les minorités nationales

Le pays compte environ 450 000 locuteurs reconnues officiellement comme faisant partie des cinq «minorités nationales» ("nationella minoriteter") de Suède. Ce sont les Finnois de Suède, les Tornédaliens (Tornedalers), les Sames (Lapons), les Tsiganes (Romani chib) et les Juifs.

- Les finnophones

Les finnophones constituent la minorité la plus importante de Suède dont le nombre des locuteurs est estimé entre 220 000 et 300 000, soit environ 3,4 % de la population totale. Il serait plus juste de parler de quelque 200 000 personnes dont 25 % seraient déjà assimilés au suédois. Les «vrais finnophones» parlent le finnois standard de Finlande, une langue appartenant à la famille ouralienne, car la plupart sont des immigrants finlandais récemment arrivés en Suède. On les retrouve concentrés surtout dans le nord de la Suède (voir la carte), près de la frontière finlandaise, mais de nombreux finnophones sont présents dans les grands centres urbains du pays. 

En Suède, il faut distinguer une autre catégorie de finnophones, ceux qui parlent le meänkieli, c’est-à-dire le finnois de Tornédalie (ou finnois tornédalien). Cette langue, relativement différente du finnois standard, est parlée par environ 40 000 à 60 000 locuteurs dans le comté de Norrbotten (pop.: 270 000 habitants), soit tout au nord, dans la vallée du fleuve Torne qui sépare la Suède et la Finlande. La Tornédalie est une région située au nord-est de la Suède, frontalière avec la Finlande et d'où sont originaires les Tornédaliens; ce sont des Suédois parlant le meänkieli ou finnois tornédalien, surtout dans les petits villages, mais également dans les villes de Övertorneå, Kalix, Kiruna, Gällivare et Pajala.

Le finnois tornédalien est appelé meän kieli («notre langue») en Suède et fait l’objet de controverses, car ses différences avec le finnois standard reposent sur des critères à la fois linguistiques et sociaux. En effet, le tornédalien de Suède comprend non seulement de nombreux mots finnois locaux, mais aussi des éléments du suédois, du norvégien et du same. De plus, les Tornédaliens se considèrent généralement comme des Suédois finnophones qui ne parlent pas le «vrai finnois», alors que les locuteurs du finnois standard se prétendent avant tout comme des Finnois, ou plutôt des Finlandais, parlant le finnois de Finlande.

En fait, les Tornédaliens sont considérés comme les seuls finnophones originaires de la Suède (voir la carte linguistique). La transmission de cette langue chez la jeune génération ne se fait plus beaucoup.

- Le same

La troisième minorité linguistique importante est constituée des locuteurs du lapon (ou same), une autre langue ouralienne. La population same comprend de 15 000 à 20 000 personnes, dont quelque 9000 locuteurs du same, essentiellement en Laponie dans la région de Lappland (au nord du pays). La plupart des Sames vivent dans les villes du Nord (ou à Stockholm): Kiruna, Gällivare, Jokkmokk et Arvidsjaur

Sapmi

Une étude démographique (datant du début des années soixante-dix) du peuple same vivant en Suède a révélé qu'environ 60 % des Sames de ce pays habitaient dans la région traditionnelle d'habitation same, c'est-à-dire le territoire Sápmi, alors qu'il y en avait 40 % en dehors de cette région. 

Soulignons que l’ensemble des Sames vivent dans les régions septentrionales de la Suède, de la Norvège, de la Finlande et de la Russie. Quelque 70 000 à 100 000 Sames sont installés dans cette grande région nordique appelée Sápmi (voir la carte détaillée) dans laquelle on dénombre dix langues sames. 

On estime aussi que plus de la moitié des Sames d'Europe vivent en Norvège (approximativement 35 000), environ 17 000 en Suède, 6000 en Finlande et, approximativement, quelque 2000 en Russie. Ces chiffres sont cependant d'une crédibilité relative, étant donné qu'il n'y a jamais eu de recensement sur la langue same (ou lapon). 

La langue same (ou sami) actuelle comprend trois grandes variétés dialectales inintelligibles entre elles: le same oriental, le same central et le same méridional. Ces trois langues sames se subdivisent encore en neuf variétés dialectales:

Au point de vue linguistique, les Sames de Suède se répartissent en deux grands groupes linguistiques (le groupe central et le groupe méridional) et cinq sous-groupes au total (voir la carte et le tableau détaillés):

1) le same du Nord  (groupe central): env. 5000 ou 6000 en Suède.
2) le same de Lule (groupe central): env. 2000 locuteurs en Suède et en Norvège.
3) le same de Pite (groupe central): en voie d'extinction, une vingtaine de locuteurs en Suède.
4) le same d'Um (groupe méridional): en voie d'extinction, une vingtaine de locuteurs en Suède.
5) le same du Sud (groupe méridional): env. 600 locuteurs; surtout parlé en Suède, mais aussi présent en Norvège.

Au point de vue de la législation, ces dialectes sont considérés comme formant une seule et même langue minoritaire, le same. Il est relativement aisé pour les Sames appartenant à un même groupe (central ou méridional) de se comprendre, chacun parlant sa variété linguistique. Mais c'est plus difficile entre, par exemple, le same du Nord et le same du Sud.

- Les autres minorités

Enfin, la Suède a reconnu deux autres petites minorités dispersées — les minorités dites non territorialisées: d'une part, les Tsiganes (environ 50 000 personnes) et, d'autre part, les Juifs (entre 20 000 et 25 000). Beaucoup de Tsiganes (de 12 000 à 15 000 locuteurs) parlent encore le romani, une langue indo-iranienne, alors que certains Juifs s’expriment en yiddish (une langue du groupe germanique). Parmi les Juifs, seuls 3000 parlent encore le yiddish, car cette langue en Suède est en voie d'extinction. C'est pourquoi les congrégations juives font des efforts pour promouvoir l'emploi de cette langue en Suède.

Il existe aussi une Suède une langue en grand danger de disparition: l'elfdalien (Övdalsk en suédois ou Övdalską en elfdalien; Älvdalska ou Älvdalsmål en suédois), une langue appelée aussi dalécarlien et réputée proche du vieux norrois des Vikings. C'est une langue suédoise parlée par quelque 3000 locuteurs dans la municipalité d’Älvdalen (comté de Dalarna). Le statut de cette langue n'est pas défini: traditionnellement considéré comme un dialecte suédois, l'elfdalien est aujourd'hui perçu par plusieurs linguistes comme une langue distincte. Le Comité d'experts du Conseil de l'Europe considère que l’elfdalien devait bénéficié du statut de langue minoritaire ou régionale. Le Parlement suédois devait se prononcer sur cette question, en lui accordant un statut officiel (local), mais la décision a été remise aux calendes grecques.

3 La langue officielle

La Suède est un pays relativement homogène au point de vue linguistique, puisque 85 % de la population a le suédois comme langue maternelle. C’est ce qui explique sans doute que le statut de la langue officielle du royaume de Suède n’est pas défini dans la Constitution de 1975. Le suédois a donc acquis ce statut dans les faits — un unilinguisme de facto.

Au printemps de 2009, le Parlement a adopté une loi linguistique, appelée Språklagen (Loi sur les langues). Cette loi, qui compte 15 articles, entrait en vigueur le 1er juillet 2009. La loi de 2009 reconnaît ce que tout individu résidant en Suède sait déjà : que le suédois est la langue parlée par la plupart des Suédois soit comme langue maternelle soit comme langue seconde. Toutefois, la loi énonce que «le suédois est la langue principale en Suède» et la «langue commune de la société suédoise». En conséquence, «les autorités publiques ont une responsabilité particulière dans l'emploi et le développement du suédois»:

Article 4

Le suédois est la langue principale en Suède.

Article  5

Comme la langue principale est la langue commune de la société suédoise, tous ceux qui résident en Suède doivent y avoir accès et peuvent l'utiliser dans tous les secteurs de la société.

Article 6

Les autorités publiques ont une responsabilité particulière dans l'emploi et le renforcement du suédois.

L'article 10 (le premier paragraphe) de la Loi sur les langues précise que «la langue des tribunaux, des autorités administratives et autres organismes qui accomplissent des tâches dans les activités publiques est le suédois»:

Article 10

La langue des tribunaux, des autorités administratives et autres organismes qui accomplissent des tâches dans les activités publiques est le suédois.

Les autorités publiques doivent s'assurer que la langue suédoise est utilisée dans un contexte international. De plus, en tant que langue officielle reconnue au sein de l'Union européenne, le suédois est protégé (art. 13 et 14) :

Article 13

Le suédois dans le contexte international

Le suédois est la langue officielle dans le contexte international.

Le suédois, comme langue officielle dans l'Union européenne, est protégé.

Article 14

L'accès de l'individu à une langue

Quiconque réside en Suède devrait avoir la possibilité d'apprendre, de développer et d'utiliser le suédois. En outre:

1. ceux appartiennent à une minorité nationale doivent avoir la possibilité d'apprendre, de développer et d'utiliser la langue de la minorité, et

2. ceux qui sont malentendants ou sourds et qui ont besoin de la langue des signes doivent avoir la possibilité d'apprendre, de développer et d'utiliser la langue des signes suédoise.

Ceux qui ont une autre langue maternelle que la langue visée au premier paragraphe doivent avoir la possibilité de développer et d'employer leur langue maternelle.

La loi déclare aussi que quiconque réside en Suède devrait avoir la possibilité d'apprendre, de développer et d'utiliser le suédois. Cette loi de juillet 2009 est la première loi à assurer un statut au suédois, non comme «langue officielle» — le mot n'est pas employé —, mais comme «langue principale» et comme «langue commune». Ce type de statut linguistique («langue principale») de la Loi sur les langues de 2009 n'est pas très courant, dans la mesure où l'on trouve généralement les notions de «langue officielle» ou de «langue nationale». C'est comme si la Suède avait peur d'affirmer le statut de sa langue à la fois nationale et officielle. En faisant du suédois «la langue principale» du pays, le Conseil des langues de Suède ( gouvernement suédois vise ainsi à préserver un statut ambigu.

4 La politique à l'égard du suédois

Depuis 1944, le Commission de planification de langue suédoise (en suédois: Nämnden för svensk språkvård) fut créée pour suivre l’évolution de la langue suédoise parlée et écrite, assurer une planification linguistique et travailler à une coopération entre les pays nordiques sur les questions d'ordre linguistique. En 1972, la commission fut nationalisée et renommée Conseil de la langue suédoise (Svenska språknämnden). Le Conseil de la langue suédoise devenait alors un service public financé par l’État. Le Conseil avait pour mission de publier des dictionnaires et des manuels scolaires, ainsi que la revue Språkvård.

En juillet 2006, le Conseil de la langue suédoise est devenu le Conseil des langues de Suède (Sverigefinska språknämnden), c'est-à-dire l'institution officielle pour la planification linguistique en Suède. Le Conseil fait partie de l'agence publique désignée comme l'Instititut des langues et des folklores (Institutet för språk och folkminnen). Le Conseil des langues de Suède est chargé par l'État suédois de suivre l'évolution de la langue suédoise parlée et écrite, ainsi que les langues minoritaires, y compris la langue des signes suédoise et les langues immigrantes, d'assurer une planification linguistique et de travailler à une coopération entre les pays nordiques sur les questions linguistiques. Une vingtaine d'employés travaillent au secrétariat.

Le Conseil des langues de Suède publie des dictionnaires et d'autres ouvrages, et publie les revues Kieliviesti (en finnois) et Klarspråk (concernant la langue administrative). Il donne des conseils, propose des conférences et poursuit des recherches d'ordre linguistique, que ce soit sur la syntaxe, la prononciation, la grammaire, le bon usage, etc. La plupart de ces travaux se font en liaison étroite avec d'autres organismes, par exemple le Conseil linguistique des pays nordiques, l'Académie suédoise et différents comités de travail œuvrant sur la terminologie informatique, la langue des médias et la toponymie. Quant à la terminologie technique, elle relève normalement du Centre suédois de terminologie (Terminologicentralen TNC), qui gère également des banques de terminologie en usage dans l’Union européenne. D’autres organismes qui s’occupent de terminologie sont le Groupe pour la terminologie informatique suédois (Svenska datatermgruppen) et le Comité linguistique de la Société médicale suédoise (Svenska läkaresällskapets språkvårdskommitté).

Depuis plusieurs années, le Conseil de la langue suédoise s’inquiète du fait que de nombreux domaines de la vie sociale sont inondés de mots empruntés à l'anglais, notamment dans l'informatique, les secteurs bancaires et financiers, la médecine et les sciences en général, etc. Il est devenu très fréquent la recherche et l’éducation soient menées en anglais.

C’est pourquoi une commission gouvernementale a préparé un programme destiné à élaborer une politique linguistique axée sur l’avenir de la Suède. Cette politique suppose que la Suède sera ouverte sur le multilinguisme tout en s'assurant que le suédois demeure la langue commune de tous les citoyens. Par ailleurs, des efforts sont faits pour «débureaucratiser» la langue administrative officielle et la rendre accessible aux citoyens. L'un des objectifs de la politique linguistique suédoise serait de combattre les dérives du langage bureaucratique et de remplacer ou d’adapter les termes empruntés pour en faire du «bon suédois». Pour lutter contre le jargon bureaucratique de l’Administration, plusieurs postes permanents d’experts linguistiques ont été créés dans les services du gouvernement. À l'exemple du service de traduction de la Commission européenne, la Suède a lancé une campagne intitulée «Fight the fog» («Dissipez le brouillard») pour encourager les rédacteurs à écrire de façon limpide. Par ailleurs, la Radiotélévision suédoise et plusieurs grands quotidiens ont leurs propres experts linguistiques chargés de préciser les lignes directrices pour l’usage de la langue suédoise standard.

Enfin, les organismes linguistiques gouvernementaux, tels que le Conseil des langues de Suède (Sverigefinska språknämnden), le Conseil de la langue finnoise de Suède et le Groupe suédois pour un langage clair, ont été fusionnés au sein d'une nouvelle instance, l'Institut suédois de dialectologie, d'onomastique et d'études folkloriques (Språk- och Folkminnesinstitutet ou SOFI; en anglais: Institute for Dialectology, Onomastics and Folklore Research). Cet institut a pour fonction de valoriser et de promouvoir les langues régionales ou minoritaires de Suède. Bien que cet organisme dispose d'un pouvoir de contrôle, il ne possède pas des crédits nécessaires pour le mettre en œuvre.

4 La politique des minorités nationales

La Suède a toujours pratiqué un unilinguisme de fait, bien que des communautés finnoises, tsiganes et juives s’y soient installées dès le XVIe siècle, alors que les Lapons (Sames) habitaient la région bien avant l’arrivée des Suédois. Puis, au XIXe siècle, les Lapons et les Finnois ont particulièrement été les principales victimes d’une politique officielle d’assimilation. Jusqu’à la fin des années 1970, la politique linguistique appliquée en Suède était très simple: elle consistait à appliquer plus ou moins uniformément la règle de l’unilinguisme suédois. Il est vrai que, lorsqu’on peut compter sur un apport très majoritaire (plus de 90 % de la population) de la langue officielle, celle-ci s’impose plus facilement.

Mais ce n’est plus aujourd'hui la politique linguistique de la Suède. À la suite d'une étude gouvernementale au cours des années 1990, la Suède a décidé d’adopter une politique globale et cohérente au sujet de ses minorités nationales, notamment à l’égard des Finnois, des Tornédaliens (finnophones de la vallée de Tornédalie), des Sames (Lapons), des Tsiganes et des Juifs. Les langues concernées correspondantes sont le finnois standard, le meänkieli ou finnois tornédalien, le same (ou lapon), le tsigane (toutes ses formes) et le yiddish. D'ailleurs, la Loi sur les langues de 2009 reconnaît formellement ces cinq minorités nationales : 

Les langues des minorités nationales

Article 7

Les langues des minorités nationales sont le finnois, le yiddish, le meänkieli (tornédalien), le romani chib et le same.

Article 8

Les autorités publiques ont la responsabilité particulière de promouvoir et protéger les langues des minorités nationales.

L'article 2 de la Loi suédoise sur les minorités nationales et les langues minoritaires (2009) désigne cinq minorités nationales (Juifs, Roms, Sames, Finlandais de Suède et Tornédaliens) et cinq langues minoritaires (finnois, yiddish, tornédalien, romani et same):
 

Article 2

1) Les minorités nationales sont les Juifs, les Roms, les Sames, les Finlandais de Suède et les Tornédaliens, en conformité avec les obligations de Suède concernant la Convention-cadre pour la protection des minorités nationales (NE 2000:2) et la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires (NE 2000:3).

2) La Loi sur les langues (2009:600) affirme que les langues des minorités nationales sont le finnois, le yiddish, le tornédalien, le romani et le same.

De ces diverses langues, le same, le finnois et le tornédalien ont une base géographique et historique; leurs locuteurs sont reconnus comme étant des minorités «territorialisées» ou géographiquement concentrées, par opposition aux Tsiganes et aux Juifs considérés comme des minorités «non territorialisées» (géographiquement dispersées).
 

En Suède, pour être reconnu comme une minorité nationale, il faut qu'un groupe partage un certain sentiment d'appartenance commune, qu'elle soit religieuse, culturelle ou linguistique; qu'il désire conserver son identité et avoir des liens historiques avec  la pays datant d'au moins un siècle.

La politique linguistique suédoise en faveur des minorités n'est en en place que depuis l'année 2000 et elle peut être modifiée en fonction de l'expérience acquise. Les grands principes de la politique linguistique suédoise reposent sur les dispositions de deux traités internationaux: la Convention-cadre pour la protection des minorités nationales de 1994 (en vigueur depuis le 1er juin 2000 en Suède) et la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires de 1992 (en vigueur depuis le 10 juin 2000). En ce qui concerne les minorités nationales, lors de la ratification de la Convention-cadre pour la protection des minorités nationales, la Suède a fait une déclaration par laquelle elle reconnaît officiellement l'existence de cinq minorités: les Sames, les Finno-Suédois, les Finnois de Tornédalie, les Roms et les Juifs. Afin de s'ajuster aux exigences des deux chartes européennes, le gouvernement suédois a, de plus, fait adopter en juin 1999 une loi sur les minorités nationales: c’est la loi 143-1999 ou Loi sur les minorités nationales de Suède.

En décembre 1999, le Parlement suédois (Riksdag) a également adopté deux autres lois très similaires dans leur formulation et entrées en vigueur le 1er avril 2000: la Loi sur le droit d’employer les langues finnoise et meänkieli dans les relations avec l’administration publique ainsi que la Loi sur le droit d’employer le same dans les relations avec l'administration publique et les tribunaux. Ces deux lois sont aujourd'hui abrogées par la Loi suédoise sur les minorités nationales et les langues minoritaires de 2009. Rappelons que dans la législation suédoise le mot meänkieli renvoie toujours au finnois tornédalien. Par cette législation, la Suède officialise ainsi les mesures destinées à protéger et à promouvoir les minorités officielles du pays, mais surtout les minorités territorialisées (Sames et Finnois). 

La nouvelle législation suédoise s’applique en effet dans les municipalités comprises dans les territoires administratifs dans lesquelles le same, le finnois et le meänkieli (tornédalien) sont historiquement employés. En ce qui a trait au same, ce territoire comprend les quatre municipalités de Kiruna, Gällivare, Jokkmokk et Arjeplog; pour le finnois (toutes ses formes), ce sont les cinq municipalités de Tornédalie, soit Haparanda, Övertorneå, Pajala, Kiruna et Gällivare. Toutes ces villes sont officiellement bilingues, voire trilingues (Gällivare). La politique linguistique suédoise est considérée comme devant compléter la politique d’intégration prévue à l'intention des immigrants.

Des subventions d’un million de couronnes suédoises (plus de 100 000 $US) devaient être accordées dès l’année 2000. Le Conseil national des Affaires culturelles devait analyser comment ces fonds seraient distribués aux minorités same, finnoise, tornédalienne, tsigane et juive. Selon la législation en vigueur, la Suède doit continuer à encourager la coopération transfrontalière (surtout avec la Finlande, la Norvège et la Russie) portant sur des problèmes d'intérêt relatifs aux minorités nationales (finnophones et sames), telles que la culture, l’histoire, la langue, la religion, etc. Le gouvernement considère qu’il en coûtera annuellement quelque 10 millions de couronnes suédoises (environ un million de dollars US) à partir de l’an 2000.

4.1 Le domaine de la législation

Les nouvelles dispositions législatives concernant les minorités de Suède n’ont, en principe, aucun effet au Parlement national (Riksdag). Ainsi, le suédois demeure la seule langue en usage dans les débats du Riksdag, ainsi que dans la rédaction et la promulgation des lois. Néanmoins, la loi prévoit que les règlements qui concernent spécifiquement les droits des minorités nationales devront être traduits dans les langues de ces minorités, notamment en same, en finnois standard et en finnois tornédalien.

Par ailleurs, les Sames disposent, depuis 1991, de leur propre parlement, appelé Parlement same (ou Sametinget), dont les pouvoirs sont relativement limités, mais où la langue same est autorisée en plus du suédois. Les principales responsabilités du Parlement same sont de stimuler et encourager la culture same, de répartir les fonds gouvernementaux pour la culture same, de nommer les commissaires des écoles sames et de conseiller les autorités suédoises sur les affaires sames.

Pour le moment, le Parlement same utilise encore le suédois comme langue principale, mais plusieurs de ses membres ont recours au same, et les délibérations sont traduites dans les deux langues; les procès verbaux de l’assemblée sont aussi rédigés dans les deux langues, soit en suédois et en same du Nord. Outre ce fait, de façon générale, les communications écrites se font rarement en same.

4.2 Les régions administratives (Förvaltningsområden för minoritetsspråk)

Le gouvernement de la Suède a prévu d'accorder des droits linguistiques relativement étendus à trois minorités linguistiques: les Sames, les Finnois de Suède et les Tornédaliens. Ces droits sont applicables aux langues same, finnoise de Suède et tornédalienne, et ce, dans les régions administratives prévues à cet effet. Il existe une région administrative pour les Sames, une pour les Finnois de Suède et une autre pour les Tornédaliens. Il arrive que certains membres des trois minorités nationales occupent les mêmes municipalités, ce qui suppose un certain bilinguisme, sinon un trilinguisme.

Les municipalités comprises dans les régions administratives sont au nombre de 27. d'après l'annexe du Règlement sur les minorités nationales et les langues minoritaires (2009). La quasi-totalité des municipalités sames sont situées au nord-ouest et au nord, alors que les municipalités tornédaliennes et finnoises sont au nord et au nord-est, tout en tenant compte que les Finnois de Suède habitent également des municipalités plus au sud.

Dans toutes ces 27 municipalités (voir la liste en annexe du règlement, les minorités concernées ont le droit d'utiliser partiellement ou totalement leur langue dans leurs relations avec les autorités administratives et judiciaires, ainsi que dans les écoles maternelles et les soins aux personnes âgées. D'autres municipalités peuvent demander à être incluses dans une région administrative.

Voici la liste des municipalités en fonction de leur région administrative:

Région administrative du finnois

Boras, Botkyrkavägen, Eskilstuna, Gällivare, Göteborg, Hallstahammar, Haparanda, Haninge, Hofors, Huddinge, Håbo, Kalix, Kiruna, Koping, Pajala, Sigtuna, Skinnskatteberg, Solna, Stockholm, Sundbyberg, Surat, Södertälje, Tierp, Upplands Väsby, Västerås , Umeå, Upplands-Bro, Uppsala, Älvkarleby Österåker, Östhammar et Övertorneå.
Région administrative du same

Arjeplog Arvidsjaur, Montagne, Gällivare, Härjedalen, Jokkmokk, Kiruna, Krokom, Lycksele, Mala, Sorselevägen, Storuman, Strömsund, Umeå, Wilhelmina, Åre, Älvdalen et Östersund.
Région administrative du meänkieli (tornédalien)

Gällivare, Haparanda, Kalix, Kiruna, Pajala et Övertorneå.

Tous les organismes de l'État suédois ont l'obligation d'informer les minorités nationales au sujet de leurs droits linguistiques, ce qui comprend non seulement les locuteurs du same, du finnois et du tornédalien (meänkieli), mais aussi ceux du yiddish et du romani. Le gouvernement suédois a fait publier dans toutes ces langues, à l'intention des minorités nationales, un document d'information intitulé "Din rätt att använda nationella minoritetsspråk ", ce qui se traduit en français par «Votre droit d'utiliser les langues des minorités nationales». En voici le texte en version suédoise avec la traduction française: 
 

Din rätt att använda nationella minoritetsspråk

Tillhör du någon av de nationella minoriteterna har du rätt att använda ditt språk i kontakt med myndigheterna. Här får du veta vilka språkliga rättigheter du har och vilka krav du kan ställa på din kommun och på andra myndigheter.

1 januari 2010 kom en ny lag om nationella minoriteter och minoritetsspråk. Som nationella minoriteter räknas judar, romer, samer, sverigefinnar och tornedalingar. De nationella minoritetsspråken är jiddisch, romska (romani chib), samiska, finska och meänkieli.

Alla nationella minoritetsspråk ska skyddas och främjas

Lagen säger att de nationella minoritetsspråken ska skyddas och främjas. Den som tillhör en nationell minoritet ska ha rätt att lära sig, utveckla och använda sitt minoritetsspråk. Myndigheterna ska lyssna på de nationella minoriteterna och ta hänsyn till deras behov.

Myndigheterna har skyldighet att informera dig om dina rättigheter, oavsett vilket nationellt minoritetsspråk du talar och var du bor i Sverige.

Särskilt starka rättigheter för finska, meänkieli och samiska

Särskilt starka rättigheter har den som talar finska, meänkieli eller samiska och bor i en kommun inom ett förvaltningsområde. Längst ner på sidan kan du se om din kommun ingår i ett förvaltningsområde.

Du som bor i en kommun inom ett förvaltningsområde har rätt att kommunicera med myndigheterna på ditt språk. Du ska kunna få svar i tal och skrift på samma språk.

Du kan begära att få barn- och äldreomsorg helt eller delvis på finska, meänkieli eller samiska.

Bor du i någon av kommunerna Kiruna, Gällivare, Arjeplog, Jokkmokk, Haparanda, Pajala eller Övertorneå har du rätt att använda minoritetsspråket i kontakter med domstol.

Du som bor i en kommun som inte ingår i ett förvaltningsområde ska också kunna kontakta myndigheterna och få äldreomsorg på finska, meänkieli eller samiska, om det finns personal som behärskar språket. Myndigheterna bör se till att det finns språkkunnig personal när det behövs.

Oavsett var du bor ska du alltid kunna skriva på finska, meänkieli och samiska till Riksdagens ombudsmän, Justitiekanslern, Försäkringskassan, Skatteverket och Diskrimineringsombudsmannen.

Hit kan du vända dig

Om du tycker att din kommun eller andra myndigheter inte lever upp till lagen kan du kontakta Länsstyrelsen i Stockholms län eller Sametinget som ska se till att lagen följs. Sametinget ansvarar för samiska och Länsstyrelsen i Stockholm ansvarar för övriga språk.

Votre droit d'utiliser les langues des minorités nationales

Si vous appartenez à l'une des minorités nationales, vous avez le droit d'utiliser votre langue dans vos relations avec les autorités. Vous trouverez ici les droits linguistiques auxquels vous avez droit ainsi que les exigences que vous pouvez demander dans votre communauté aux autres organismes publics.

Le 1er janvier 2010, a été adoptée une nouvelle loi sur les minorités nationales et les langues minoritaires. Les minorités nationales comprennent les Juifs, les Roms, les Sames, les Finnois de Suède et les Tornédaliens. Les langues des minorités nationales sont le yiddish, le romani (romani chib), le same, le finnois et le meänkieli (tornédalien).

Toutes les minorités nationales doivent être protégées et promues

La loi énonce que les langues des minorités nationales doivent être protégées et promues. Tout membre appartenant à une minorité nationale a le droit d'apprendre, de renforcer et d'utiliser la langue de sa minorité. Les autorités doivent prêter une oreille attentive aux minorités nationales et tenir compte de leurs besoins.

Les autorités ont l'obligation de vous informer de vos droits, quelle que soit la langue de la minorité nationale que vous parlent et où vous habitez en Suède.

Droits particulièrement importants pour le finnois, le meänkieli et le same

Les droits sont particulièrement importants pour les locuteurs du finnois, du meänkieli ou du same et qui vivent dans une municipalité située dans une région administrative. Au bas de la page, vous pouvez constater si votre communauté fait partie d'une région administrative.

Si vous habitez dans une municipalité située dans une région administrative, vous avez le droit de communiquer avec les autorités dans votre langue. Vous devriez être en mesure d'obtenir des réponses à l'oral et à l'écrit dans la même langue.

Vous pouvez demander que les enfants et les personnes âgées, en totalité ou en partie, reçoivent des services en finnois, en meänkieli ou en same.

Si vous habitez dans l'une des municipalités de Kiruna, de Gällivare, d'Arjeplog, de Jokkmokk, de Haparanda, de Pajala ou d'Övertorneå, vous avez le droit d'utiliser la langue de la minorité dans les contacts avec les tribunaux.

Si vous vivez dans une municipalité qui ne fait pas partie d'une région administrative, vous devez également être en mesure de communiquer avec les autorités et obtenir des soins pour les personnes âgées en finnois, en meänkieli ou en same, s'il y a du personnel qui maîtrise la langue. Les autorités doivent s'assurer qu'il existe du personnel ayant les compétences linguistiques en cas de besoin.

Où que vous habitiez, vous devez toujours être capable d'écrire en finnois, en meänkieli ou en same au médiateur parlementaire, au procureur général, à l'administration fiscale, au
bureau de l'assurance sociale et au médiateur pour les questions d'égalité

Les personnes que vous pouvez contacter

Si vous pensez que votre municipalité ou toute autre autorité n'a pas respecté la loi, vous pouvez contacter le conseil administratif du comté de Stockholm ou le Parlement same pour vous assurer que la loi est respectée. Le Parlement same est responsable du same et le conseil d'administration du comté de Stockholm est responsable pour les autres langues.

Dans ce contexte, l'offre de service doit en principe précéder la demande, car les membres appartenant aux minorités nationales peuvent choisir d'utiliser le suédois si les difficultés sont trop grandes pour employer leur langue. S'ils ont peur de ne pas être compris ou s'ils ont de la difficulté à s'exprimer par écrit, ils recourront au suédois. C'est pourquoi les membres des minorités doivent être informés de leurs droits linguistiques, alors que les autorités sont tenues de répondre en finnois, en same et en tornédalien (meänkieli). L'objectif de la législation suédoise est de favoriser un statut de valorisation de la langue minoritaire au sein de la société. Les défenseurs des langues minoritaires insistent sur la nécessité d'encourager et d'informer de leurs droits reconnus les membres des minorités nationales et d'embaucher du personnel maîtrisant couramment les langues de ces minorités.

4.3 Les langues de la justice

En matière de justice, l’article 8 de la Constitution interdit la discrimination à l’égard des personnes qui parleraient une langue différente du suédois:

Article 8

Dans l'exercice de leurs fonctions, les tribunaux et les autorités administratives resteront objectifs et impartiaux. Ils ne pourront sans raison légale traiter les personnes différemment en raison de conditions personnelles comme les croyances religieuses, les opinions, la race, la couleur de la peau, l'origine, le sexe, l'âge, la nationalité, la langue, le statut social ou les circonstances financières.

L'article 6 du Code de procédure judiciaire (1942) permet aussi de recourir aux soins d'un interprète lorsqu'un justiciable ne maîtrise pas le suédois dans le but d'«assister le tribunal»:

Article 6

1) Si une partie, un témoin ou toute autre personne, qui doit être entendu devant le tribunal, ne maîtrise pas le suédois, un interprète peut être recruté pour assister le tribunal. Si un accusé, dans une affaire pénale, ne maîtrise pas le suédois, un interprète sera recruté lors des audiences au tribunal.

2) Le tribunal doit, si possible, désigner un interprète qualifié pour assister le tribunal en tant que traducteur. Sinon, toute autre personne
appropriée peut être désignée. Lorsque, au tribunal, il existe un interprète dans la langue concernée, il peut être embauché.

3) Conformément aux dispositions du premier paragraphe à l'égard d'un justiciable qui ne maîtrise pas le suédois, les mêmes mesures s'appliquent
également à quiconque souffre d'une déficience auditive ou d'un trouble de la parole pour recruter un interprète Le cas échéant, un moyen technique peut être utilisé au lieu de recruter un interprète.

Dans les faits, cela signifie qu’on permet, en cas de force majeure, l’usage d’une autre langue à la condition d’avoir recours à un interprète. Il s’agit généralement de citoyens non suédois, notamment les immigrants turcs, maghrébins, etc., traduits en justice. Cette clause de non-discrimination ne concerne pas les minorités nationales (finnoises, tornédalienne, same, etc.) qui, dans le pire des cas, doivent s’exprimer en suédois ou, dans le meilleur des cas, pourront recourir à leur langue dans les tribunaux prévus à cet effet. L'article 8 de la Loi sur la procédure administrative (1986), prévoit le recours à l'interprétariat pour ces cas de force majeure: 

Article 8

Interprète

Lorsqu'une autorité fait affaire avec quelqu'un qui ne parle pas le suédois ou qui souffre d'une grave déficience auditive ou d'un trouble de la parole, elle doit avoir recours à un interprète si cela est nécessaire.

De plus, les articles 4 à 7 de la législation de 1999, soit la Loi sur le droit d’employer les langues finnoise et meänkieli dans les relations avec l’administration publique et la Loi sur le droit d'employer le same dans les relations avec l'Administration publique et les tribunaux prévoyaient que le finnois, le meänkieli (finnois tornédalien) et le same peuvent être employés dans les cours de justice dans la mesure où la procédure se déroule dans les limites territoriales prévues, à savoir les municipalités de Kiruna, Gällivare, Jokkmokk et Arjeplog (pour le same), ainsi que celles de Haparanda, Övertorneå, Pajala, Kiruna et Gällivare (pour le finnois). Ces deux lois ont été abrogées lors de l'adoption de la Loi sur les minorités nationales et les langues minoritaires (2009) et le Règlement sur les minorités nationales et les langues minoritaires (2009). C'est que la loi sur les minorités nationales de 2009 reprend non seulement intégralement les dispositions des lois de 1999 et en les appliquant aux minorités nationales parlant le finnois, le tornédalien et le same, mais la loi étend aussi les droits à d'autres domaines tels les autorités judiciaires, les écoles maternelles et les soins aux personnes âgées. À titre d'exemple, on peut lire les articles 4 à 7 de la Loi sur le droit d’employer les langues finnoise et meänkieli dans les relations avec l’administration publique.

En réalité, les justiciables qui désiraient employer ces langues durant la procédure d’une cour devaient préalablement présenter une requête en ce sens, sinon le droit d’employer cette langue pouvait être refusé. L’article 7 de la Loi sur le droit d'employer le same dans les relations avec l'Administration publique et les tribunaux prévoyait aussi le recours à l’usage d’un interprète. Mais les autorités judiciaires n'avaient pas l'obligation de produire des documents rédigés en same ou en finnois (meänkieli), cette législation exigeant seulement qu’une traduction orale soit assurée sur demande. Enfin, un juge pouvait rejeter la demande d'un accusé d'employer le same (ou une autre langue minoritaire) au cours de la procédure, s'il estimait qu'elle correspondait «à des fins illégitimes». Sur cet aspect de la loi, les autorités suédoises ont affirmé que cette disposition (paragraphe 3 de l'article 6) n'a été appliquée que de façon très restrictive, lorsque, par exemple, il apparaissait évident que la demande visait à retarder la procédure.

Les deux lois ont été abrogées pour être remplacées par la Loi sur les minorités nationales et les langues minoritaires de 2009. Les articles 13, 14 15 et 16 portent exclusivement sur le droit d'utiliser le finnois, le tornédalien et le same devant les tribunaux. Voici la teneur de l'article 13:

Article 13

1) Une partie ou un représentant d'une partie à un procès ou à une cause dans un tribunal de comté, un tribunal de district, un tribunal foncier, un tribunal de l'environnement ou un tribunal maritime, dont le district judiciaire coïncide entièrement ou partiellement avec les municipalités de Gällivare, de Haparanda, de Kiruna, de Pajala et d'Övertorneå, a le droit d'employer le finnois et le tornédalien dans la procédure si l'affaire ou la matière est reliée à l'une des ces municipalités. Il en va de même pour le same si le tribunal coïncide avec un district judiciaire qui est entièrement ou partiellement dans les municipalités d'Arjeplog, de Gällivare, de Jokkmokk et de Kiruna, à propos d'un procès ou d'une affaire ayant lieu dans l'une de ces municipalités.

2) Le droit d'employer le finnois, le tornédalien et le sami s'applique également aux tribunaux lorsqu'un jugement ou une décision dans un procès ou une cause mentionné au premier paragraphe peut être porté en appel.

Le droit reconnu comprend celui de soumettre des documents et des témoignages écrits dans une langue minoritaire, celui  d'avoir des documents relatifs au procès ou à la cause traduits oralement dans ces langues et celui, durant l'audience, de parler cette langue. Le tribunal doit traduire les documents et les témoignages écrits en suédois, sauf si cela est clairement inutile.

Selon une enquête réalisée en 2008, seuls 4 % des samophones employaient leur langue dans leurs relations avec les autorités administratives et judiciaires. Rien ne permet non plus d'indiquer qu'ils étaient particulièrement incités à le faire. Par ailleurs, les autorités administratives ne disposent pas toujours de traducteurs ou d’interprètes pour le same et ne recourent aux services de professionnels externes que de façon ponctuelle.

En Suède, il existe de nombreux obstacles pratiques et organisationnels qui font en sorte que l'exercice du droit d'employer les langues régionales ou minoritaires devant les instances judiciaires demeure encore difficile. Ces lacunes concernent surtout le manque de personnel qualifié, les offres d'emploi de greffier ou de juge, qui n'exigent pas la maîtrise d'une langue régionale ou minoritaire, et le fait que les locuteurs de ces langues ne sont pas encouragés de manière active à employer leur langue. En principe, il est possible, dans une cour de première instance, de recourir au finnois ou au same dans les localités où ces minorités sont concentrées, mais dans la réalité les procès se déroulant dans ces langues demeurent rares.

4.4 Les langues dans l’Administration

Jusqu’à récemment, l'article 8 de la Constitution n’était pas appliqué en ce qui a trait aux services gouvernementaux, puisque aucun service n’était disponible en une autre langue que le suédois. Des mesures en ce sens appliquées à l’échelle régionale — les municipalités désignées par la loi — étaient déjà prévues dans la législation de 1999 (Loi sur le droit d’employer le same dans les relations avec l'administration publique et les tribunaux, no 1175, et Loi sur le droit d’employer le finnois et le meänkieli dans les relations avec l’administration publique et les tribunaux, no 1176). Techniquement, les membres des minorités ont le droit d’employer leur langue maternelle dans leurs relations avec l’administration publique: bureaux de l’Administration, bureaux régionaux judiciaires, postes de police, bureaux de l'impôt et bureaux d'emploi, conseils de comté et conseils municipaux.

Aujourd'hui, c'est la Loi sur les minorités nationales et les langues minoritaires (2009) qui régit l'emploi des langues dans l'administration. Ainsi, l'article 8 de cette loi autorise les particuliers à utiliser le finnois, le tornédalien ou le same dans leurs communications orales et écrites devant une autorité publique si leur municipalité coïncide avec la région administrative désignée:

Article 8

1) Les particuliers ont le droit d'utiliser le finnois, le tornédalien ou le same dans leurs communications orales et écrites devant une autorité publique dont la région géographique de fonctionnement coïncide entièrement ou partiellement avec la langue de la minorité de la région administrative. Cette mesure s'applique aux cas dans lesquels l'individu est un particulier ou un représentant légal de celui-ci si l'affaire a lieu dans la région administrative.

2) Si un particulier utilise finnois, tornédalien ou le same dans un tel cas, l'autorité est tenue de donner une réponse orale dans la même langue.

L'article 9 de la Loi sur les minorités nationales et les langues minoritaires permet aux locuteurs du finnois, du tornédalien ou du same d'employer leur langue même à l'extérieur de la région administrative, si l'employé connaît la langue minoritaire:

Article 9

À l'extérieur de la région administrative, les particuliers ont le droit d'utiliser le finnois, le tornédalien ou le same dans leurs communications orales et écrites devant les autorités administratives dans le cas où un individu est un particulier ou un représentant légal de celui-ci, si l'affaire peut être traitée par un employé parlant couramment la langue de la minorité.

Cette disposition suppose que, par le fait du hasard, un employé peut connaître la langue du particulier.

D'après l'article 12 de la Loi sur les minorités nationales et les langues minoritaires, dans les régions administratives prévues, les autorités peuvent déterminer des moments précis et des lieux spéciaux pour accueillir des personnes qui parlent le finnois, le tornédalien ou le same, et disposer d'horaires spécifiques pour répondre au téléphone:

Article 12

Les autorités administratives peuvent déterminer des moments précis et des lieux spéciaux pour accueillir des personnes qui parlent le finnois, le tornédalien ou le same, et disposer d'horaires spécifiques pour répondre au téléphone.

En vertu de l'article 11 de la Loi sur les minorités nationales et les langues minoritaires, les autorités administratives doivent veiller à ce que les minorités nationales aient accès à du personnel ayant une maîtrise du finnois, du tornédalien ou du same, lorsque cela est nécessaire chez les particuliers communiquant avec les autorités:

Article 11

Les autorités administratives doivent veiller à ce que les minorités nationales aient accès à du personnel ayant une maîtrise du finnois, du tornédalien ou du same, lorsque cela est nécessaire chez les particuliers communiquant avec les autorités.

Dans ses communications avec les autorités administratives, les membres d’une minorité reconnue ont, en principe, le droit de choisir oralement le finnois, le tornédalien ou le same, et l’Administration s’engage à donner une réponse dans la langue du requérant. Le gouvernement exige que les municipalités désignées dans les régions administratives reconnues offrent des services aux personnes âgées dans leur langue maternelle. De plus, le gouvernement suédois semble déterminé à obliger le ministère de la Santé et du Bien-Être social d’assurer des services dans les trois langues minoritaires aux personnes âgées habitant dans les municipalités désignées par la loi.

Le Parlement suédois (Riksdag) a aussi décidé qu’il convenait d’accorder une attention particulière aux minorités sames et finnoises dans le cas de la toponymie, notamment sur les cartes et les signaux routiers. Dans les zones plurilingues (le Norrbotten et le Västerbotten), la toponymie doit être celle des langues pratiquées dans ces zones, et l’orthographe minoritaire doit être utilisée. Dans les cartes du cadastre national, la toponymie doit apparaître en suédois, mais aussi en same et en finnois. Les frais entraînés par le bilinguisme ou le trilinguisme sont couverts par une subvention publique et gérée par le Conseil d’administration du comté du Norbotten.

Dans les faits, la législation suédoise doit vaincre de fortes résistances, même au sein des populations concernées. En effet, dans les situations formelles auprès de l’Administration, les sames et les finnophones n’utilisent que très rarement leur langue maternelle. L’usage officiel de ces langues n’est pas très répandu par les autorités administratives. On utilise généralement ces langues de façon informelle à l’oral (conversations, pauses, etc.), très rarement de façon officielle. Même les conseils municipaux des villes concernées n’ont pas recours à ces langues, bien qu’ils traient des affaires sames ou finnoises. Le gouvernement alloue néanmoins des primes en argent aux personnes en poste dans la région de Tornedalen. Les administrations régionales de la vallée de Tornedalen assurent aux finnophones certains services essentiels dans leur langue. Le plus grave problème provient du fait que l'Administration manque de personnel samophone, ce qui empêche la bonne mise en œuvre des dispositions de la loi; il existe aussi une pénurie de personnel compétent pour la production de documents rédigés en same.

D’après un rapport publié par le Parlement suédois, la possibilité d’employer le finnois standard devant les administrations locales n'est supérieure que pour le same et le meänkieli (tornédalien). La capacité à traiter les demandes en finnois varie selon les municipalités, mais entre 20 % et 50 % des services municipaux sont aptes à traiter des demandes en finnois aussi rapidement que celles en suédois. Enfin, les autorités suédoises ne font état d’aucune mesure prise par les administrations d’État locales ou régionales, telles que les services régionaux du ministère public, l’administration de la police, celle des impôts, les services de l’emploi, pour la mise en œuvre de ces engagements en matière d'emploi des langues minoritaires. Dans le comté de Norrbotten, les autorités peuvent offrir des services en meänkieli (tornédalien), mais il semble que les locuteurs de cette langue préfèrent encore utiliser le suédois dans la pratique. Au mieux, cette langue n'est employée que pour la communication orale.

Pour ce qui est des Tsiganes et des Juifs, l’Administration suédoise n’offre pas de services dans la langue de ces deux minorités non territorialisées. On peut penser qu'au plan théorique une personne pourrait s'adresser aux administrations locales et nationales dans l'une de ces langues (tsigane ou yiddish) et recevoir une réponse dans la même langue. En pratique, c'est, bien sûr, toute autre chose. En somme, la législation linguistique suédoise envers les minorités est parfois de nature «cosmétique».

Certaines informations laissent croire qu'il y aurait un règlement obligeant à utiliser le suédois quand la sécurité publique est en jeu, mais cette hypothèse n'a pu être vérifiée. Si tel est le cas, cela démontrerait la nécessité, pour les minorités, de connaître la langue de la majorité, car on s'attendrait plutôt à ce que l'État impose le bilinguisme suédois-danois, suédois-finnois, suédois-same, etc., de façon à assurer une certaine protection aux minorités, surtout lorsque la sécurité publique est en jeu. De toute façon, cette pratique serait conforme à la politique séculaire d'unilinguisme administratif.

Par ailleurs, la Loi contre la discrimination ethnique du 7 avril 1994 interdit la discrimination ethnique. L'article 1er est clair à ce sujet:

Article 1er

Objet de la Loi

La présente loi vise à lutter contre la discrimination ethnique. La discrimination ethnique correspond à une personne ou à un groupe de personnes placé dans une situation désavantageuse par rapport aux autres ou soumis à un traitement injuste ou abusif sur la base de la race, de la couleur, de l'origine nationale ou ethnique ou de la croyance religieuse.

Article 2

Médiateur du citoyen contre la discrimination ethnique

Le gouvernement nomme un médiateur de sorte que la discrimination ethnique ne se produise pas sur le lieu de travail ou dans d'autres domaines de la vie sociale.

Le Code pénal (Strafflagen 36/1999) prévoit même (art. 9, chap. 16) l’incrimination contre les fonctionnaires qui traiteraient de façon différenciée les administrés selon la couleur de leur peau, leur race ou leur nationalité.

En somme, malgré certains progrès constatés à l'échelon local et régional, l'emploi des langues régionales ou minoritaires dans les relations avec les services de l'administration publique demeure faible. Il est très rare que les citoyens déposent une demande écrite dans ces langues, qui sont plutôt réservées au domaine oral. En réalité, le manque de personnel doté des compétences linguistiques nécessaires, ainsi que l'absence de formation et de disponibilité d'interprètes qualifiés ne peuvent pas aider à offrir des services adéquats dans les langues minoritaires ou régionales, notamment en same. Il faut dire qu'il existe de nombreuses variétés de la langue same, ce qui entraîne des difficultés concrètes auxquelles sont confrontées les locuteurs de langues.

Ajoutons aussi que, dans la pratique, la demande pour recevoir des services dans une langue minoritaire peut entraîner des retards considérables, ce qui peut décourager les usagers. Quoi qu'il ne soit, on ne dispose d’aucune donnée sur le nombre des procédures administratives menées ou entamées dans une langue minoritaire dans les régions administratives concernées. Ce manque d’information peut avoir des conséquences négatives sur l’élaboration de politiques visant à renforcer l’emploi de ces langues minoritaires dans le secteur public.

4.5 Les langues de l’éducation

En Suède, l'éducation est obligatoire et gratuite pour toute la scolarité, incluant les études universitaires. Les neuf premières années constituent «l'école de base» et elles sont obligatoires. Il n'existe pas de frais particulier pour les aides pédagogiques, les repas pris durant les heures de classe, les soins médicaux et le transport des enfants. C'est le gouvernement qui fixe les programmes d’enseignement, les objectifs nationaux et les orientations de l’enseignement public. Une partie du budget national est allouée aux municipalités pour leurs différentes activités pédagogiques. Par la suite, la municipalité décide, dans le cadre des objectifs et des directives gouvernementales, de la manière dont seront exercées les activités pédagogiques. La Direction nationale de l’enseignement scolaire (Skolverket) a pour mission d’évaluer et d’exercer le suivi de l’enseignement public en Suède.

En 1920, il n’existait plus une seule école en Suède où l’on enseignait le finnois ou le same (lapon). C’est pourquoi, dans le domaine de l’éducation, toutes les écoles primaires et secondaires du pays n’ont utilisé durant des décennies que le suédois comme langue d’enseignement. Depuis 1970, sur une base strictement volontaire, certaines écoles primaires pouvaient offrir des cours en finnois comme matière d’enseignement. Cela ne constituait pas un droit exercé par les minorités, mais seulement un droit reconnu par les autorités scolaires en matière de programme.

- Un enseignement sélectif

En 1985, la Loi sur l'éducation prévoyait des mesures pour l'enseignement dans une autre langue que le suédois. Selon l'article 12 du chapitre XI, cet enseignement était destiné à trois catégories d'élèves, dont les adultes:

Article 12

Si un élève de l'enseignement de base aux adultes possède une connaissance limitée du suédois, des leçons particulières peuvent être dispensées dans la langue de l'élève. Cet enseignement doit être complétée par un enseignement ou une formation dans la langue suédoise.

Puis, en vertu de l'article 2b du chapitre XII de la Loi sur l'éducation de 1985, cet enseignement était aussi réservé aux élèves handicapés:

Article 2d

Si un élève handicapé dans l'enseignement de base possède une connaissance limitée du suédois, des leçons particulières peuvent être dispensées dans la langue de l'élève  Cet enseignement doit être complétée par un enseignement ou une formation dans la langue suédoise (loi 528 de 2006).

Enfin, d'après l'article 1er du chapitre XIII de la Loi sur l'éducation de 1985, cet enseignement appelé SFI (Svenskundervisning för invandrare: «enseignement du suédois pour les immigrants») était destiné aux immigrants:

Article 1er

1) Le SFI est destiné à offrir aux immigrants adultes ayant une connaissance de base de la langue suédoise.

2) Le SFI vise également à donner aux adultes qui n'ont pas les compétences de base à acquérir ces compétences. L'alphabétisation peut avoir lieu dans la langue de l'élève.

L'article 14 de la Loi sur les langues (2009) reconnaît à la fois le nécessité d'apprendre le suédois, mais également la langue d'une minorité nationale:

Article 14

Quiconque réside en Suède doit avoir la possibilité d'apprendre, de renforcer et d'employer le suédois. En outre:

1. ceux appartiennent à une minorité nationale doivent avoir la possibilité d'apprendre, de renforcer et d'employer la langue de la minorité; et

2. ceux qui sont malentendants ou sourds et qui ont besoin de la langue des signes doivent avoir la possibilité d'apprendre, de renforcer et d'employer la langue des signes suédoise.

Ceux qui ont une autre langue maternelle que la langue visée au premier paragraphe doivent avoir la possibilité de renforcer et d'employer leur langue maternelle.

- L'enseignement en milieu minoritaire

En vertu de l'article 17 de la Loi sur les minorités nationales et les langues minoritaires (2009), une municipalité située dans une région administrative doit offrir aux enfants, dont les parents ou les tuteurs en ont fait la demande, un enseignement préscolaire où celui-ci est dispensé en totalité ou en partie en finnois, en tornédalien ou en same:
 

Article 17

Quand une municipalité située dans la région administrative propose des activités préscolaires en vertu du Chapitre II, à l'article 7 de la Loi sur l'éducation (1100/1985), la municipalité doit offrir aux enfants dont les parents ou les tuteurs en ont fait la demande un enseignement préscolaire où celui-ci est dispensé en totalité ou en partie en finnois, en tornédalien ou en same.

L'article 10 du chapitre VIII de la Loi sur l'éducation de 2010 (no 800) précise que les enfants du préscolaire (maternelle) doivent avoir la possibilité d'approfondir à la fois la langue suédoise et leur langue maternelle:

Article 10

Langue maternelle

L'école préscolaire doit aider les enfants ayant une autre langue maternelle que le suédois à avoir la possibilité d'approfondir à la fois la langue suédoise et leur langue maternelle.

Bref, le gouvernement peut autoriser les municipalités comprises dans les régions administratives désignées à offrir des écoles maternelles dans les langues minoritaires. Les élèves ayant pour langue maternelle le same, le finnois, le meankieli (finnois tornédalien), le romani chib ou le yiddish ont le droit de recevoir un enseignement dans cette langue à l'école. Il existe à cet égard des règles particulièrement favorables pour le same, le tornédalien (meankieli) et le romani chib.

Ainsi, les municipalités sont dans l'obligation, pour les écoles maternelles, de répondre aux exigences du programme suédois d’enseignement pour les enfants ayant une autre langue maternelle que le suédois: ils ont droit à un soutien particulier dans leur langue d’origine afin d'assurer à la fois le développement de leur langue maternelle et du suédois. La Loi sur l'éducation de 2010 en fait un droit officiellement reconnu. Cependant, certaines municipalités ont imposé comme critère préalable à un enseignement dans une langue minoritaire un usage quotidien de cette langue dans la famille pour l'accès à cet enseignement. Plusieurs écoles ont alors dû cesser leurs activités. De fait, l'article 7 du chapitre X de la Loi sur l'éducation de 2010 prévoit ce genre de contraintes, mais n'en fait pas une condition sine qua non :

Article 7

Enseignement de la langue maternelle

1)
Un élève ayant un tuteur avec une autre langue maternelle que le suédois doit recevoir des cours de langue dans cette langue si:

1. elle est la langue de l'élève utilisée quotidiennement  à la maison; et
2. l'élève a une connaissance de base de la langue.

2) L'enseignement dans la langue maternelle d'une minorité nationale est disponible même si la langue n'est pas utilisée quotidiennement par l'élève à la maison.

3) Le gouvernement ou l'autorité désignée par celui-ci peut prévoir des règlements sur l'enseignement de la langue maternelle. Ces règlements peuvent impliquer que la langue maternelle doit être offerte dans une seule langue, si un certain nombre d'élèves souhaite un tel enseignement dans cette langue.

Conformément à l'article 4 du chapitre X de la Loi sur l'éducation de 2010, l'enseignement en langue minoritaire est possible aussi au primaire:
 

Article 4

Disciplines

1) L'instruction doit inclure les disciplines suivantes:

- le dessin;
- l'anglais;
- l'économie domestique;
- l'éducation physique et la santé;
- les mathématiques;
- la musique;
- les matières scientifiques: biologie, physique et chimie;
- les études sociales: géographie, histoire, études religieuses et sociales;
- l'artisanat;
- le suédois ou le suédois langue seconde; et
- la technologie.

2) En plus des disciplines précédentes et de la langue, ce qui est important c'est la langue maternelle pour les élèves à qui est offert l'enseignement de la langue maternelle.

La loi prévoit ainsi que les enfants appartenant aux minorités finnoise, tornédalienne et same puissent recevoir un enseignement dans leur langue maternelle, tant au primaire qu’au secondaire, mais un minimum de cinq élèves est nécessaire pour recevoir son instruction dans l'une de ces langues. Il s’agit, comme par le passé, d’un enseignement bilingue (une à deux heures/semaine) destiné à promouvoir à la fois la langue minoritaire et le suédois, langue officielle. Il s'agit là d'un principe théorique, car dans la pratique il peut exister des différences d'application. La plupart des écoles primaires et secondaires sont «municipales»; l’élève fréquente généralement une école de la commune de résidence. Les parents peuvent aussi envoyer leurs enfants à l’école dans une autre municipalité, notamment si la «filière» désirée n’existe pas dans leur propre municipalité. Il est également possible pour les parents de choisir une école secondaire indépendante de la municipalité.

Dans les faits, ce droit à l'enseignement dans sa langue maternelle est malheureusement dénié en raison d'une pénurie d'enseignants compétents dans les langues des minorités nationales. De plus, le temps alloué à cet enseignement dépasse rarement une heure/semaine, ce qui ne semble pas suffisant pour assurer la survie de ces langues. Pour l'enseignement secondaire, l'offre demeure encore nettement marginale pour toutes les langues minoritaires.

En réalité, seule la municipalité de Pajala, où la promotion du finnois tornédalien (meänkieli) fait l’objet d’une réelle volonté politique; c'est aussi celle où l’offre d’enseignement du meänkieli est la meilleure. La promotion du finnois tornédalien dans l’éducation figure dans un plan d’action adopté par la municipalité, laquelle a décidé dès 1999 que 80 % des élèves devaient être capables d’écrire et de lire le finnois tornédalien (meänkieli) à la sortie de l’école primaire. Enfin, il faut souligner que certaines demandes d’enseignement dans des langues minoritaires en ne sont pas satisfaites, faute d’enseignants compétents.

- L'enseignement aux immigrants

La plupart de ces mesures valent pour les langues immigrantes, notamment en kurde, en turc, en espagnol, en lituanien, en yiddish, etc.  En effet, environ 15 % de tous les élèves des écoles suédoises sont d’origine étrangère; ces jeunes sont nés à l’étranger ou en Suède de parents nés à l’étranger. L'accès à l’enseignement dans la langue d’origine est facultative, mais les municipalités sont tenues d’organiser ce type d'enseignement pour tous les élèves qui ont une autre langue maternelle que le suédois. Les enfants des familles d'immigrants ont effectivement le droit de recevoir leur instruction dans leur langue maternelle «comme discipline» en plus du «suédois langue seconde». Le droit et la possibilité d’apprendre le suédois comme langue seconde sont offerts aussi bien à l’école de primaire qu’à l’école secondaire.

Toutefois, cet enseignement n’est obligatoirement disponible s’il n’existe aucun enseignant qualifié ou si le nombre d’élèves d’un groupe d’enseignement est inférieur à cinq. Même lorsque cet enseignement est disponible, beaucoup d'élèves ne profitent pas de cette opportunité tellement ils veulent s'intégrer à la société suédoise. C'est pourquoi le gouvernement suédois juge qu'il serait nécessaire d'adopter une autre stratégie dans le but de mieux cibler ces élèves pour une intégration plus aisée.

Pour leur part, les cinq «minorités nationales» (Finnois de Suède, Tornédaliens, Sames, Tsiganes et Juifs) ont un droit plus étendu à l’enseignement de leur langue maternelle. Comme pour tous les élèves des écoles publiques, qui ont une autre langue maternelle que le suédois, ont le droit d’apprendre le «suédois langue seconde» ainsi que leur langue d'origine. 

- L'enseignement aux finnophones

Les élèves finnophones ont le choix entre une école obligatoire normale où l’on enseigne uniquement en suédois et une école bilingue où l’on enseigne deux heures par semaine en finnois standard ou en finnois tornédalien. On emploie le finnois tornédalien comme langue d’enseignement dans une seule école primaire à Haparanda; deux autres écoles l’enseignent comme matière obligatoire en raison d’une à trois heures par semaine. Toutes les autres écoles de la vallée de Tornédalie offrent le finnois local comme cours facultatif en tant que «langue du foyer». Environ 35 % des élèves tornédaliens, et 25 % des élèves du finnois standard (dans une douzaine d'écoles primaires), reçoivent en principe des cours de finnois en tant que «langue du foyer» (une à deux heures par semaine).

Malheureusement, l’offre d’enseignement en finnois varie considérablement d'une municipalité à l'autre. Cette disparité s’expliquerait par le fait que la législation en vigueur apparaît plus restrictive pour le finnois que pour les autres langues régionales ou minoritaires. Par ailleurs, aucun document pédagogique en finnois n'est produit en Suède; ceux qui demeurent disponibles sont produits en Finlande et leur contenu n’est guère adapté aux programmes suédois ni au contexte social de la Suède. En 2008, le gouvernement suédois a proposé que l’enseignement du finnois (ainsi que du yiddish) bénéficie des mêmes mesures ques celles qui s’appliquent au sâme, au meänkieli et au romani, ce qui signifie que le finnois pourra être enseigné, même si un seul élève en fait la demande et qu’il ne pratique pas cette langue quotidiennement à la maison.

- L'enseignement aux Sames

Quant aux Sames (Lapons), ils ont le choix entre l'école obligatoire «normale», la grundskola (ou école «de base» ordinaire), et la sameskola (l'école «same») où l'enseignement est donné à la fois en suédois et en same. En réalité, les sameskola peuvent imposer cet enseignement en raison de deux heures par semaine durant tout le primaire en inculquant aux enfants des notions sur leur histoire, leur langue et leur culture. On compte présentement six sameskola, toutes situées dans le nord du pays (Gällivare, Jokkmokk, Karesuando, Kiruna, Lannavaara et Tärnaby). Dans toutes les écoles sames, on enseigne la variété locale de same, soit l’une des neuf variétés reconnues; une même école peut dispenser un enseignement dans plusieurs de ces variantes. Le same du Nord, le same de Luleå et le same du Sud demeurent les variétés les plus enseignées. 

De façon générale, les locuteurs de variétés différentes de same utilisent le suédois lorsqu’ils communiquent entre eux, sauf lorsqu’il s’agit des locuteurs d’une même variété linguistique. On estime qu’environ 10 % de tous les enfants sames reçoivent un enseignement en same, les autres préférant fréquenter les écoles suédoises. C'est l’État suédois qui prend en charge tous les frais des écoles sames, notamment les salaires des enseignants, le logement des élèves en foyer scolaire et les transports des élèves. Cependant, dans les faits, l'enseignement en same demeure très inégal, d'autant plus que els statistiques officielles ne tiennent pas compte des parents samophones qui ne demandent pas l’enseignement de la langue maternelle. Il n'existe pas de statistiques sur l'enseignement du same du Nord, du same de Lule et du same du Sud.

De plus, les élèves sames peuvent demander leur inscription à la section same de l'école secondaire Bokenskolan, dans la municipalité de Jokkmokk. Cette école offre la possibilité de suivre le programme ordinaire de l'enseignement secondaire du second cycle, tout en choisissant l'option «Same». La section same de la Bokenskolan peut accueillir annuellement une trentaine d'élèves. L'école Bokenskolan de Jokkmokk demeure présentement le seul établissement d’enseignement secondaire dans lequel le same est enseigné.

Par ailleurs, l’Université d’Umeå a été chargée par le gouvernement de dispenser des cours en same durant chaque année universitaire. C'est la raison pour laquelle cette université reçoit une subvention de 420 000 couronnes suédoises (environ 42 000 euros ou près de 60 000 $US), que les représentants de l’université jugent «malheureusement insuffisante». L’université d’Umeå propose des cours en same du sud (25 étudiants), en sâme de Lule (20 étudiants) et en sâme du Nord. À l’Université d’Uppsala, huit étudiants suivent des cours en sâme. Compte tenu du seuil de rentabilité exigé pour qu’un cours soit organisé (30 à 35 étudiants), l’enseignement du same à l’université est nécessairement menacé de disparition d'une année à l'autre.

- L'enseignement aux Roms et aux Juifs

Quant aux Tsiganes et aux Juifs, ils ne bénéficient que de très rares classes en tsigane ou en yiddish. On compterait quelques rares écoles où, dans certaines classes, on enseigne quelques heures en tsigane (au final, quelque 300 élèves sur une possibilité de 1200) et une seule école (à Göteborg) où l’enseignement est dispensé partiellement en yiddish (pour une dizaine d'élèves). En réalité, les Tsiganes et les Juifs sont considérés par le gouvernement suédois comme des immigrants qui «bénéficieraient» de certains «privilèges» dans le système scolaire actuel.

Le plus grave problème résiderait dans la pénurie du personnel enseignant. C'est pourquoi des mesures sont prévues pour assurer la formation du personnel enseignant dans les principales langues minoritaires (finnois standard, finnois tornédalien et same), mais dans le cas du romani et du yiddish les difficultés demeurent. Des dispositions sont également prises pour attribuer des fonds publics aux minorités nationales, notamment en matière de littérature, de périodiques et d’autres activités à caractère culturel.

- Les langues secondes

Selon la Loi scolaire de 1985, pour ce qui est de l’enseignement d’une langue seconde, le programme officiel impose l’anglais obligatoire dès la troisième année du primaire. En première secondaire, l’allemand (environ 80 % des élèves) ou le français (env. 20 %) était il y a quelques années obligatoirement enseigné. Cependant, l'enseignement des langues étrangères a subi une changement très rapide. Depuis peu, l'espagnol a été élevé au même statut que le français et l'allemand, avec comme résultat que le français conserve sa situation relativement faible, mais plus de la moitié des étudiants d'allemand d'hier apprennent maintenant l'espagnol. Donc, l’espagnol est tout récemment devenu la deuxième langue étrangère après l’anglais. Ce type d'enseignement reflète l’américanisation de la Suède: les États-Unis sont à peu près la seule nation du monde où l’espagnol vient avant le français (et l’allemand,
dans le contexte Européen).

À la place du français, de l’allemand ou de l'espagnol, les finnophones et les Sames peuvent choisir la langue finnoise ou la langue same à la condition qu’elle soit enseignée comme langue étrangère. Au second cycle du secondaire, il est possible d’offrir des cours de langue étrangère en russe, en néerlandais ou n’importe quelle autre langue.

- L'enseignement supérieur

Dans les universités, le suédois demeure, sauf exceptions pour le same, l’unique langue d’enseignement, et les facultés de science ont tendance à embaucher des professeurs étrangers ne parlant pas le suédois. Dans de nombreux cours, les étudiants doivent donc savoir l’anglais pour bénéficier de ces cours. On enseigne les langues minoritaires dans les cours de spécialisation, comme on le fait pour les langues étrangères.  Par ailleurs, l’Académie Tornedaliensis (Meän Akateemi) a été fondée en 1989 et fonctionne en tant qu’académie populaire et université d’été. 

Enfin, l'Université technologique de Luleâ a été chargée par le gouvernement suédois de former des enseignants pour le same, le finnois et le meankieli (finnois tornédalien) dans le cadre de la scolarité obligatoire.

4.5 Les médias

Du côté des médias, la langue suédoise exerce un contrôle absolu, si l’on fait exception des émissions diffusées en langue anglaise, tant à la radio qu’à la télévision. Néanmoins, les sociétés de service public sont tenues de produire des émissions pour la télévision et la radio dans les langues minoritaires. En effet, la loi no 143 de 1999 précise que les stations de radio et de télévision suédoises doivent assurer une diffusion minimale d’heures dans les langues minoritaires: same, finnois standard, finnois tornédalien (meankieli), le romani chib.  La radio d’État diffuse annuellement quelque 220 heures d’émission en same (trois variétés dialectales) et la télévision, quelque huit heures (annuellement). Pour le finnois standard et le finnois tornédalien, la radio d’État diffuse quelques heures par semaine. La télévision d'État diffuse également quelques émissions en semaine (dans l'après-midi) en finnois standard; pour le reste, les finnophones peuvent capter la télévision en provenance de la Finlande. En réalité, depuis 2007, une chaîne finlandaise est diffusée sur le réseau numérique terrestre suédois à Stockholm, Västerås et Uppsala. Un représentant du service Meänkieli de la chaîne a signalé que les programmes de télévision en meänkieli se composaient d'une émission pour enfants (8 fois 50 minutes par an) et d’un magazine (3 fois 30 minutes par an). En 2006, Sveriges Radio diffusait 165 heures en romani (tsigane).

Il est également prévu que le gouvernement aide financièrement les journaux des groupes minoritaires, le Ruotsin-Suomalainen (en finnois standard) et le Haparandabladet (partiellement écrits en finnois standard et en finnois tornédalien). Il existe un magazine mensuel same, le Samefolket, publiant principalement en suédois et dans la variété same du Nord.

4.6 La vie économique

Dans la vie économique, le suédois demeure presque la seule langue qui ait «pignon sur rue», que ce soit dans la publicité commerciale, la signalisation routière ou la toponymie. On peut trouver des affiches bilingues (suédois-finnois), occasionnellement unilingues finnoises, dans la vallée de Tornedalen, dans le Norrbotten, soit sur une bande d'environ 30 km autour de la ville frontalière de Haparanda (près de la Finlande), mais c'est tout. Généralement, l'affichage public et la signalisation des rues relèvent de la responsabilité des municipalités et ce sont elles qui décident si leur territoire est officiellement bilingue (ou trilingue) ou non. Le finnois (sous toutes ses formes) n’est utilisé dans le monde du travail que de façon occasionnelle, dans les communications informelles entre finnophones. 

Pour le same, la langue est employée seulement dans les activités reliées à l’élevage du renne, la pêche et l’artisanat; des affiches bilingues sont parfois présentes en Laponie dans les villages sames.

5 La Convention linguistique du Conseil nordique

La Convention linguistique du Conseil nordique (1987) est un traité concernant les droits linguistiques, qui est entré en vigueur le 1er mars 1987. En vertu de ce traité entre la Suède, le Danemark, la Finlande, l'Islande et la Norvège, les citoyens des pays nordiques ont la possibilité d'utiliser leur langue maternelle lors des communications avec les organismes officiels dans d'autres pays nordiques, sans être tenu d'assumer les frais d'interprétation ou de traduction. La Convention couvre les soins de santé, la sécurité sociale, la fiscalité, l'école, et les autorités de l'emploi, la police et les tribunaux. Les langues incluses sont suédois, danois, norvégien, finnois et islandais, ce qui exclut les langues minoritaires comme le féroïen aux îles Féroé, le groenlandais au Groenland ou le same (lapon) en Norvège ainsi que les langues issues de l'immigration.

Les Parties contractantes se sont engagés à offrir des services en plusieurs langues, mais les citoyens ne bénéficient pas de droits absolus à l'exception des questions pénales et judiciaires. La Convention n'exige pas automatiquement que les autorités doivent fournir des services dans une autre langue, mais tout ressortissant des pays nordiques peut exiger le recours à un interprète. Dans les faits, tout ressortissant d'un pays nordique parlant le suédois, le danois, l'islandais, le finnois ou le norvégien, a droit essentiellement aux services d'un interprète plutôt qu'un droit d'être compris dans sa langue.

Jusqu’à récemment, contrairement à la Finlande et à la Norvège, la Suède se montrait peu réceptive à l’égard de ses minorités nationales, notamment ses minorités finnoise et same (ou lapone), lesquelles ne bénéficiaient d’aucune protection, même locale. Alors que les suédophones de Finlande jouissaient d’une protection juridique qui se concrétise assez bien dans les faits, les finnophones de Suède ne se voyaient rien accorder. On peut croire que la Suède continuait de pratiquer une forme d’impérialisme linguistique, elle qui a jadis imposé sa langue à une grande partie de la Scandinavie.

Grâce aux législations de 1999, de 2009 et de 2010, la Suède semble avoir appris à ramer dans le sens du courant. Cela dit, il est peu probable que les mesures actuelles aient pour effet d’éliminer toute menace d'assimilation des populations minoritaires, mais à tout le moins ces mesures contribueront à retarder la disparition de ces langues, les chances étant meilleures pour le finnois standard en raison de l'apport régulier des immigrants de Finlande. Cependant, cette immigration est maintenant pratiquement terminée (au cours des années quatre-vingt). Donc, même le finnois standard est sérieusement menacé. Par ailleurs, il existe des mouvements locaux en faveur de la protection des langues dont l'Association suédoise de Tornedal, qui combat pour la reconnaissance juridique du finnois tornédalien, afin d'assurer le soutien culturel et économique de cette langue. C'est déjà un signe que les locuteurs des langues minoritaires ne veulent pas disparaître.

En somme, la Suède peut maintenant faire figure de modèle par comparaison à bien d'autre pays européens, par exemple la France qui se drape encore dans les complications constitutionnelles («le français est la langue officielle de la République»). Il faut dire que la Suède n'a pas proclamé dans sa constitution le suédois comme langue officielle. Malgré de nombreuses défaillances dans les mesures de protection, par exemple l'absence de statistiques officielles sur le nombre de locuteurs de langues minoritaires et sur leur répartition géographique, ainsi que la pénurie de personnel compétent dans les domaines de la justice et de l'éducation, la Suède semble s'être engagée sur la voie de la reconnaissance de ses minorités nationales. Il reste maintenant à renforcer les mesures entreprises afin de les mener à leur aboutissement.

Dernière mise à jour: 25 nov. 2014

 

 

Bibliographie

EURYDICE. «The Education System in Sweden» dans Eurydice, The Information Network on Education in Europe, Eurybase 1997, 3 Ko, 25 mars 1998, [http://www.eurydice.org/Eurybase/files/dossier.htm].

GAUTHIER, François, Jacques LECLERC et Jacques MAURAIS. Langues et constitutions, Montréal/Paris, Office de la langue française / Conseil international de la langue française, 1993, 131 p.

EUROMOSAÏC. Finnish in Sweden, Barcelone, Institut de Sociolingüística Catalana, 1999, 
[http://www.uoc.es/euromosaic/web/fines/an/i1/i1.html]

EUROMOSAÏC. Le finnois (de Tornedalen) en Suède, Barcelone, Institut de Sociolingüística Catalana, 1999, 
[http://www.uoc.es/euromosaic/web/fines/fr/i2/i2.html]

EUROMOSAÏC. Le sami en Suède, Barcelone, Institut de Sociolingüística Catalana, 1999, 
[http://www.uoc.es/euromosaic/web/document/sami/fr/i2/i2.html]

LECLERC, Jacques. Les droits linguistiques dans 129 États du monde, tome I: «Description schématique par pays», Montréal, rapport déposé à l’Office de la langue française, 1992, 392 p.

LECLERC, Jacques. Les droits linguistiques dans 129 États du monde, tome II: «Description thématique», Montréal, rapport déposé à l’Office de la langue française, 1992, 402 p.

OLOFSSON, Johan. Linguistic minorities in Sweden, sans lieu, 1998, http://www.lysator.liu.se/(print)/nordic/scn/Jfaq.htl

SUTTON, Geoffrey. «Cultural and Socio-economic Factors in the Formation of Foreign Language Education Policy in Sweden – with a Comparison with the Finnish Case» dans Language Problemes and Language Planning, New York, vol 3, 1979, p. 9-24.

 
   
 
L'Europe

Accueil: aménagement linguistique dans le monde