République populaire de Chine
2. Données démolinguistiques

La Chine demeure le pays le plus peuplé au monde, avec 1,3 milliard d'habitants. La densité moyenne du pays atteint 133 habitants au km², mais c'est une mesure qui masque de très fortes disparités régionales. En effet, la répartition de la population montre une forte opposition entre la Chine de l’Ouest, où la densité moyenne n’excède pas 10 habitants au kilomètre carré (p. ex.: Tibet avec 1,8 hab./km²) et la Chine de l'Est, très densément peuplée, avec plus de 360 habitants au kilomètre carré (p. ex., près de 2200 hab./km² à Shanghai).

Remarque:

Toutes les données chiffrées contenues dans cette page sont tirées d'une source chinoise (la China Statistical Information Network, en chinois et en anglais) et d'une source suisse (la SinOptic, Services et études du monde chinois, en français). 

Ainsi, 43 % des Chinois vivent sur 18 % de la superficie totale du pays. Il s’agit des régions côtières orientales où se concentrent les richesses, les grandes villes et les grandes plaines agricoles: Hebei avec Pékin et Tianjin; Fujian; Guangdong; Hainan; Heilongjiang; Jiangsu avec Shanghai; Jilin; Shandong; Zhejiang; Liaoning avec Shenyang. Environ 44 % de la population occupent les provinces du centre de la Chine (Anhui, Guizhou, Hubei, Henan, Hunan, Jiangxi, Shaanxi, Shanxi, Sichuan), ce qui représente 20,6 % du territoire. Enfin, 13 % seulement de la population réside en Chine occidentale et près des frontières mongoles (Gansu, Guangxi, Mongolie intérieure, Ningxia, Qinghai, Tibet, Xinjiang, Yunnan) qui couvrent 61,4 % du pays.

Soulignons aussi que la Chine est, depuis très longtemps, un pays d’émigration. On estime à 50 millions le nombre de Chinois, appelés «Huaqiao», ayant émigré à l’étranger dont 2,5 millions en Amérique du Nord, 600 000 en Europe et 160 000 en Océanie. L’essentiel de cette émigration concerne en fait l’Asie, et principalement Taiwan (21 millions), l’Indonésie (6,15 millions), la Thaïlande (4,8 millions), la Malaisie (4,1 millions), Singapour (1,85 million), et, jusqu’à un passé très récent, Hong-Kong (5,7 millions) et Macao (0,47 million), ces derniers territoires étant maintenant rétrocédés à la Chine.

Rappelons que la Chine est non seulement le troisième plus grand pays du monde, mais c'est aussi le plus populeux (1,3 milliard d'habitants). Pour la plupart des Occidentaux, tous les citoyens de la Chine, de quelque ethnie qu'ils soient, sont des «Chinois». On compte pourtant dans ce pays quelque 200 langues, 24 ethnies chinoises et 55 minorités non chinoises. Rappelons que, selon la Constitution (1982), la Chine est une «République socialiste unitaire et multinationale». Les minorités non chinoises représentent une population équivalant, par exemple, à près de deux fois et demie celle du Canada et habitent des régions qui forment ensemble un territoire aussi vaste que l'Europe de l'Ouest. En raison de son territoire immense et de sa population multilingue, la République populaire de Chine a traditionnellement pratiqué une politique linguistique énergique de sinisation pour favoriser l'unité nationale. Cependant, depuis le début des années quatre-vingt, les minorités nationales ont vu leurs droits considérablement élargis.

On trouvera la liste complète des ethnies reconnues officiellement par les autorités chinoises en cliquant ICI, s.v.p.

1 Les Han, l'ethnie dominante

Ceux que l'on nomme les Han  — la dynastie des Han régna de -206 jusqu'à +220, comptant 28 empereurs — constituent l’immense majorité de la population (92 %), les 8 % restants (selon le recensement de 2000) regroupent quelque 55 minorités ethnolinguistiques. Le mot Han est le terme officiellement utilisé en Chine pour désigner «les populations ethniquement chinoises». Les Han se caractérisent surtout par une culture et une civilisation commune, principalement agricole, et moins par des traits physiques communs. La majorité des Han vivent dans les bassins des cours moyens et inférieurs des fleuves Huanghe (fleuve Jaune), Changjiang (fleuve Yangtze) et Zhujiang (fleuve Perle), et dans la plaine du Song-Liao du Nord-Est (Mandchourie). Comme on le constate sur la carte des peuples de la Chine, les Han sont concentrés surtout à partir du centre du pays, puis vers le nord-est et le sud-est. Ces régions couvrent 40 % de la superficie totale de la Chine et elles correspondent au territoire de la Chine historique; il y a eu par la suite des migrations vers le sud, c'est-à-dire vers la vallée du Yang Tsé et ensuite vers l'extrême sud, puis vers l'ouest et le nord. Récemment, un certain nombre de Han se sont implantés plus massivement dans les provinces périphériques, dans le cadre de la colonisation des «zones pionnières»; il s’agissait, pour la plupart, de migrations forcées.

Les Han constituent aujourd’hui la majorité de la population dans 20 provinces  chinoises sur 22, à l’exception du Ouïgour (Xinjiang) et du Tibet. Dans la région autonome de la Mongolie intérieure par exemple, ils représentent 84,5 % de la population. En 1949, les Han représentaient à peine 5,5 % de la population du Ouïgour (Xinjiang). Aujourd’hui, ils en constituent plus de 40 %. La politique de «colonisation» pratiquée depuis des décennies par la Chine au moyen de transferts massifs de populations chinoises au Tibet a largement contribué à ce que les Tibétains soient aujourd’hui minorisés dans leur propre patrie: six millions de Tibétains contre sept millions de Chinois dans le Grand Tibet (ou Tibet historique), pas seulement la région autonome d'aujourd'hui où ils sont encore largement majoritaires. Pour les dirigeants chinois, il s'agit, selon le vocabulaire consacré, d'«ajouter du sable», autrement dit d'«épaissir le ciment», une façon subtile de parler de minorisation ou de sinisation, dont l'objectif final est d'assimiler ces minorités.

Cela étant dit, on distingue deux catégories de Han: les Han parlant le chinois officiel (putonghua) et les Han parlant d'autres langues chinoises que le putonghua.

1) La première catégorie de Han, qui représente environ 67 % des Chinois, parle le chinois mandarin ou putonghua comme langue maternelle. La langue chinoise est appelée zhongwén ou 中文 , et elle est également dénommée Hànyŭ ou 汉语, c'est-à-dire la «langue des Han» ou le «parler han».

2) La seconde catégorie de Chinois han est concentrée dans le Sud-Est. Elle compte 380 millions (27 %) de locuteurs parlant l'une des 24 langues chinoises autres que le mandarin (ou putonghua): wu, cantonais (ou yu), min, xiang, hakka, gan, etc. Ces langues chinoises, qu'on s'obstine souvent à appeler «dialectes», sont des langues au même titre que le mandarin ou chinois officiel. Certaines de celles-ci sont parlées par des dizaines de millions de locuteurs: wu (77,1 millions), cantonais (52 millions), jinyu (45 millions), hakka (36 millions), gan (20,5 millions), etc.

Qu'ils parlent le mandarin ou l'une des autres langues chinoises, les locuteurs de ces langues sont considérés comme des sinophones. Ce sont, dans les deux cas, des Han. Il est à noter que, d'une langue chinoise à l'autre, la compréhension est la plupart du temps difficile, voire impossible, les différences étant aussi grandes, par exemple, qu'entre le français et l'espagnol ou le portugais. On peut consulter la carte des langues chinoises en cliquant ICI, s.v.p. Les Chinois han désignent comme des «minorités nationales» les peuples considérés non sinophones, c'est-à-dire les non-Han.

2 Les minorités nationales (non han)

Les minorités nationales (shaoshu minzu) sont en principe des non-sinophones (les non-Han), mais il existe néanmoins deux groupes sinophones: les Hui et les Jing. Ces minorités regroupent au moins 80 millions de personnes (8,4 % de la population) et parlent quelque 55 langues différentes pour près de 200 ethnies.

En dépit de leur faible poids démographique, de leur diversité ethnique et de leur dispersion territoriale, les minorités nationales revêtent une importance géopolitique certaine, car elles occupent plus de 60 % du territoire alors que certaines aires d’habitat constituent des zones particulièrement sensibles au point de vue géopolitique. Il existe au-delà de 80 millions de représentants des minorités vivant dans les régions autonomes de la Chine, formant 78 % du total (incluant les provinces) de la population minoritaire dont le nombre s'élève à quelque 106 millions d'individus. 

Cependant, il faut bien comprendre que le nombre des membres d'une ethnie ne correspond pas nécessairement à celui des locuteurs d'une langue. Par exemple, si 90 % des 16 millions de Zhuang parlent le zhuang, à peine 60 locuteurs (sur une population de 10,6 millions) peuvent encore s'exprimer en mandchou. Les Hui présentent aussi un cas extrême d'assimilation (sinisation). Tous les Hui parlent aujourd'hui le chinois et on ignore même quelle langue ils parlaient auparavant; pratiquement tous les Mandchous ont perdu leur langue, à l'exception d'une soixantaine de locuteurs et les Xibe du Xinjiang, qui parlent une langue très proche.  On trouvera la liste complète des minorités nationales en cliquant ICI, s.v.p.

2.1 Les minorités numériquement importantes

Les minorités les plus importantes au point de vue du nombre de leurs membres comptent plus d'un million de personnes et constituent quelque 90 % de la population totale englobant toutes les minorités de la Chine. Ce sont les 18 groupes suivants: les Zhuang, les Hui, les Mandchous, les Ouïghours, les Miao, les Yi, les Tujia, les Mongols, les Tibétains, les Bouyei, les Dong, les Yao, les Coréens, les Bai (ou Minjia), les Hani, les Kazakhs, les Li et les Dai (voir la carte). Parmi ces groupes, neuf d'entre eux comptent au moins cinq millions de membres: les Zhuang, les Hui, les Mandchous, les Ouïghours, les Miao, les Yi, les Tujia, les Mongols et les Tibétains.

2.2 Les minorités numériquement moins importantes

Les 15 minorités dont le nombre se situe entre 100 000 et moins d'un million de membres représentent 7,5 % des minorités nationales: les She, les Lisu, les Gelao, les Lahu, les Dongxiang, les Wa, les Sui, les Naxi, les Qiang, les Tu, les Kirghiz, les Daur, les Jingpo, les Mulam et les Xibe (voir la carte). 

À ce nombre s'ajoutent 14 nationalités dont la population est supérieure à 10 000, mais inférieure à 100 000, c'est-à-dire 1,1 % de la population totale des minorités nationales: les Salar, les Blang, les Maonan, les Tadjiks, les Pumi, les Achang, les Nu, les Évenki, les Jing, les Jino, les De'ang, les Ouzbeks, les Russes, les Yougour et les Bonan.

Enfin, il existe huit nationalités dont la population est inférieure à 10 000 personnes (soit 0,05 % des populations minoritaires): les Monba, les Oroqen (ou Oroqin, Orochen ou Orochon), les Drung, les Tatars, les Hezhe, les Gaoshan et les Lhoba.

Certaines minorités n'existent quasiment plus que sur papier, ce qui permet à leurs membres de conserver quelques privilèges comme celui d'avoir plus d'un enfant par famille. Évidemment, les Han voient d'un mauvais œil ce privilège inacceptable. Il n'en demeure pas moins que, de façon générale, les ethnies ou les nationalités ne pèsent pas lourd avec leurs 106 millions (en 2000) de réprésentants, face au milliard de Han. Dans ce pays, il n'y a pas beaucoup de place pour ceux qui refusent de se mouler dans le conformisme chinois: c'est l'assimilation ou la sinisation tant linguistique que culturelle des uns (Miao, Zhuang, etc.) et la colonisation massive des autres (Mongols, Tibétains, Mandchous, etc.). Pourtant, réunies, les nationalités forment un ensemble supérieur à la population de la France ainsi que des francophones du Canada, de la Belgique et de la Suisse.  

L’ensemble des langues parlées en Chine couvre les familles linguistiques suivantes: 

famille sino-tibétaine chinois, yi, tujia, tibétain, bai, hani, lisu, lahu, naxi, qiang, jingpo, maonan, pumi, achang, nu, jing. jino, monba, drung, lhoba;
famille altaïque mandchou, ouïgour, mongol, kazakh, tu , kirghiz, daur, xibe, salar, évenki, ouzbek, yougour, bonan, oroqen, tatar et herzhe;
famille thaï-kadai zhuang, bouyei, dong, li, dai, gelao et sui;
famille hmong-mien miao, yao et she;
famille austro-asiatique va (ou wa), blang et de'ang,
famille indo-européenne tadjik et russe;
famille coréenne coréen
famille austronésienne diverses langues formosanes

2.3 Les régions minoritaires

Bien que présentes un peu partout dans le pays, les minorités se localisent principalement dans les régions périphériques frontalières du Nord-Est, du Nord, du Nord-Ouest, de l’Ouest, ainsi que dans les provinces du Sud. En soi, le nombre relativement faible des minorités (8,4 % en 2006) ne constituerait pas un problème en Chine si ce n'était le fait que les Han (tant ceux du Nord que ceux du Sud), malgré leur forte majorité de 92 %, n'occupent que 40 % du territoire chinois, alors que les minorités non sinophones en occupent 60 %.

De plus, ces minorités habitent des territoires riches en ressources naturelles et elles sont localisées près des frontières considérées comme stratégiques par Pékin pour une question de sécurité nationale. De plus, ces minorités ont des liens ethniques avec des peuples frères de l'autre côté des frontières. Toutes les nationalités turques (Ouïgours, Kazakhs, Tatars, Kirghiz, Ouzbeks, etc.) occupent des frontières communes avec les nations turques de l'ex-URSS, de l'Afghanistan et du Pakistan; les Tibétains de Chine partagent également une frontière avec les Tibétains de l'Inde; les Miao, les Li et les Zhuang entretiennent des liens avec leurs semblables au Laos et au Vietnam; il en est de même pour les Mongols de Chine relativement à leurs frères en Mongolie et en Russie; les Coréens, eux aussi, partagent une frontière avec les Coréens de la Corée du Nord. Le moins que l'on puisse dire, c'est que les minorités non sinophones rendent les frontières chinoises poreuses et peu sûres.

3 Les langues chinoises

L'Académie des sciences sociales de Chine (ASSC) a dénombré 129  langues parlées en Chine (dans Langues de Chine: .On dénombre environ 200 langues en Chine. De ce nombre, 24 sont des langues chinoises appartenant à la famille sino-tibétaine. Les langues chinoises modernes (c'est-à-dire postérieures au XIe siècle de notre ère) sont toutes issus du chinois archaïque qui possède une longue histoire de plus de trois mille ans. Le chinois archaïque était déjà monosyllabique, mais subissait cependant des flexions grammaticales. L'étape suivante, qui a fait l'objet d'analyses approfondies, fut celle du chinois moyen ou chinois ancien (jusqu'au XIe siècle de notre ère). À cette époque, le système phonologique remarquablement riche du chinois archaïque avait déjà évolué vers la simplification extrême connue dans les langues chinoises modernes.

On distingue deux types de langues chinoises: les dialectes mandarins et les langues chinoises proprement dites.

3.1 Les dialectes mandarins

On dénombre en principe trois grandes variétés dialectales du mandarin: le mandarin du Nord, le mandarin de l'Est et le mandarin du Sud-Ouest (voir la carte). Cependant, il est possible de préciser encore davantage la répartition des dialectes mandarins:

- Mandarin du Nord: (1) dialecte de Pékin, (5) dialecte lanyin;
- Mandarin de l'Est: (2) dialecte du Nord-Est, (6) dialecte jiaoliao, (3) dialecte jilu, (4) dialecte zhongyuan
- Mandarin du Sud-Ouest: (8) mandarin du Sud-Ouest, (7) dialecte jianghuai.

Le chinois mandarin, appelé officiellement putonghua, est parlé par au moins 867 millions de locuteurs dans la majorité des provinces du pays, notamment dans tout le Centre, ainsi que le Nord-Est: Qinghai, Ningxia, Gansu, Shaanxi, Sichuan, Yunnan, Guizhou, Hubei, Shanxi, Henan, Anhui, Shandong, Tianjin, Pékin, Liaoning, Jilin, etc.

3.2 Le chinois officiel (普通話; pǔtōnghuà en pinyin)

Le chinois officiel, rappelons-le, est appelé putonghua (普通話 ou pǔtōnghuà en pinyin) en République populaire de Chine. C'est une langue très normalisée, et basée sur la variante locale du parler de Pékin. Plusieurs termes sont utilisés pour désigner le chinois officiel: hanyu (han-yu) («langue des Han»), zhongwen («écriture de l'Empire du milieu»), putonghua («langue commune» et à Taiwan guoyu («langue nationale»). Le mot mandarin correspond à la langue utilisée par les fonctionnaires lettrés qui subissaient les examens de recrutement dans cette langue; sous l'ère Yongzheng des Qing (1723-1735), l'empereur exigeait que les fonctionnaires parlent le mandarin («langue des fonctionnaires»), l'expression n'étant plus beaucoup en usage en Chine. Maintenant, le terme officiel est putonghua, conformément à ce qui est inscrit dans la Loi sur la langue et l’écriture communes nationales de 2001.

Toutes les langues chinoises possèdent des caractéristiques communes: elles sont monosyllabiques (chaque mot ne comportant qu'une seule syllabe), ignorent pratiquement la flexion (préfixes et suffixes) et demeurent tonales (ce sont des langues «à tons). Le système de tons demeure l'une des difficultés majeures pour un Occidental, la seconde étant évidemment l'écriture.

- Le syllabisme

On dit le chinois est une langue monosyllabique. C'est quelque peu inexact si l'on veut dire par là que tous les mots chinois n'ont qu'une syllabe. Par contre, il est vrai que chacune des syllabes possède un sens. Les mots les plus usuels (être, grand, homme, etc.) ont généralement une seule syllabe et sont représentés par un seul caractère, mais ces mots, très fréquents, ne représentent guère que 10 % de la totalité des mots chinois. Les textes de style classique, extrêmement concis, ne comprennent, pour leur part, que des mots monosyllabiques, dont chacun est transcrit par un seul caractère; c'est par référence à ce style «noble» que les Occidentaux ont déclaré «monosyllabique» la langue chinoise. 

Quant au chinois moderne, écrit ou parlé par des gens cultivés, il comporte pour l'essentiel des mots dissyllabiques qui s'écrivent à l'aide de deux caractères, dont chacun peut avoir un sens isolé. Par exemple, «généreux» se dit [dàfāng] (dissyllabiques); il s'écrit avec les caractères [dà] («grand») et [fāng], qui peuvent avoir un sens pris isolément, mais qui le perdent quand ils sont ainsi associés. Par ailleurs, il existe un certain nombre de mots, d'origine étrangère, polysyllabiques.

Dans tous les cas, nous pouvons affirmer que l'unité phonique minimum naturelle en chinois est la syllabe (et non pas le phonème, comme dans les langues indo-européennes). Une syllabe comporte elle-même deux constituants pertinents: des phonèmes, d'une part, un ton, d'autre part.

- Les tons

Les langues dites tonales utilisent les différences de hauteur musicale de façon pertinente au plan lexical, c'est-à-dire qu'elles peuvent distinguer deux mots constitués de deux séquences de phonèmes identiques, mais prononcés à une hauteur différente. Ces différences de hauteur peuvent être statiques (tons haut, moyen et bas) ou dynamiques (tons montant et descendant). Si le putonghua compte quatre tons, le cantonais, par exemple, en utilise sept (peut-être neuf?).

Le chinois est une langue à ton : chaque syllabe est accentuée. Ainsi, en chinois la syllabe [ma] peut avoir le sens de «maman», de «cheval», de «chanvre», d'«insulter» ou être une particule de syntaxe suivant son intonation. Si l'on observe la tableau ci-dessous, on constatera que le chinois standard compte quatre tons, un cinquième étant «neutre».

   
mā: «maman» má: «chanvre» mǎ: «cheval» mà: «injurier» ma: «est-ce que?»

Ainsi, le mot MA peut être prononcé avec quatre (cinq) variables tonales différentes:

1) Ton élevé et égal (trait horizontal): []: signifiant «maman»;
2) Ton montant (trait montant ou accent aigu): [
]:  signifiant «chanvre»;
3) Ton descendant puis montant (trait en v): [
]: signifiant «cheval»;
4)
Ton descendant (trait descendant ou accent grave): [
]: signifiant «injurier»;
5) Ton léger (neutre, sans marque): [
ma]: relatif à l'interrogation.

Ces tons sont phonologiquement pertinents, car ils modifient le sens du mot MA, selon qu'il sont prononcés [mā] («maman»), [má] («chanvre»), [mǎ] («cheval»), [mà] («injurier») ou [ma] («est-ce que?»).

Du côté du phonétisme, les voyelles chinois, au nombre de sept, peuvent être simples (a, e, i, o, ou, ü, er) ou complexes (diphtongues: ia, ie, ou, etc., et triphtongues: iao, uai, etc.). On compte huit voyelles phonétiques de base: [i], [y] (comme le u français), [e] (comme beurre), [a] (comme patte), [α] (comme pâte), [u] (comme ou), [o] et [er]. la voyelle /u/ se prononce [ou], sauf devant et après [n], et après [k], [j] et [j] où elle se prononce comme le [u] français.

Les consonnes initiales sont au nombre de 21: trois bilabiales ([p], [ph], [m], une labiodentale ([f]), trois dentales ([ts], [tsh], [s]), trois alvéolaires ([t[, [th], [l], [n]), quatre alvéopalatales ([ž], [žh], [ch] et [je] comme le je français), trois palatales ([tj] comme jack, [tjh], [x] comme le ich allemand) et trois vélaires ([k], [kh], [h]). Mais comme rien n'est simple, il semble préférable de présenter le tableau suivant (utilisant l'alphabet pinyin):

 
a
o
e
-i
er
ai
ei
ao
ou
an
en
ang
eng
ong
 
a o e   er ai ei ao ou an en ang eng  
b
ba bo       bai bei bao  

ban

ben

bang

beng

 
p
pa po       pai pei pao pou

pan

pen

pang

peng

 
m
ma mo me     mai mei mao mou

man

men

mang

meng

 
f
fa fo         fei   fou

fan

fen

fang

feng

 
d
da   de     dai dei dao dou

dan

den

dang

deng

dong
t
ta   te     tai   tao tou

tan

  tang

teng

tong
n
na   ne     nai nei nao nou

nan

nen

nang

neng

nong
l
la   le     lai lei lao lou

lan

  lang

leng

long
z
za   ze zi   zai zei zao zou

zan

zen

zang

zeng

zong
c
ca   ce ci   cai   cao cou

can

cen

cang

--

3.3 L'écriture chinoise

Il existe différents systèmes de transcription pour les langues chinoises. On connaît le fameux système idéographique chinois, qui fait le malheur des Occidentaux. Quand on Occidental dit «que c'est du chinois», c'est qu'il n'y a rien à comprendre; on parle aussi de chinoiseries, c'est-à-dire de «complication inutile et extravagante». Voilà pour l'exotisme!

Parallèlement à ce système, mentionnons l'alphabet pinyin (alphabet latin) utilisé en République populaire de Chine, l'alphabet bopomofo, non latinisé, employé à Taiwan, l'alphabet penkyamp inspirée du pinyin mais adapté au cantonais, le système latinisé dit de Wade-Giles (pour le mandarin); ce dernier s'est développé d'après un système créé par Thomas Wade au milieu du XIXe siècle, et modifié par Herbert Giles dans son dictionnaire chinois-anglais de 1912; il a été le principal système de transcription dans le monde anglophone pendant la majorité du XXe siècle. L'alphabet Wade-Giles utilise des traits d'unions pour séparer toutes les syllabes (par exemple, Hsi-an (西安) et Hsi-fan (稀飯), alors que le pinyin ne sépare que les syllabes ambiguës, avec une apostrophe (par exemple, Xi'an, mais Xifan).

Traditionnel - Simplifié Pinyin Signification Remarques

Hanyu
(Hànyŭ)
__________________
Zhongwen
(Zhōngwén)
__________________
Putonghua
(Pŭtōnghuà)
__________________
Guoyu
(Gúoyŭ)


«langue des Han»
_______________

«écriture de l'Empire
du milieu»
_______________

«langue commune»
_______________

«langue nationale»

terme générique
___________________

généralement utilisé pour désigner la langue écrite
____________________

terme pour désigner le chinois officiel
_____________________

terme taiwanais pour désigner le chinois mandarin

- Les caractères chinois

La langue chinoise écrite avec des idéogrammes est d'un type très ancien; depuis la disparition des hiéroglyphes égyptiens, seules les langues chinoises possède un tel système idéographique. Ce système attribue un symbole ou un caractère distinctif unique pour chaque mot de vocabulaire. Comme les mots sont nombreux, les idéogrammes le sont aussi. La connaissance de 2000 ou 3000 caractères est nécessaire pour lire les journaux, et un dictionnaire peut comprendre plus de 40 000 caractères, qui peuvent être classés en fonction de leur forme ou du son du mot qu'ils représentent. Généralement, on doit en connaître un millier vers l'âge de dix ans, 3000 à la fin des études secondaires, environ 6000 pour un niveau d'instruction supérieur. En principe, il n'y a pas de limites au nombre d'idéogrammes. Dans certains dictionnaires scientifiques, on peut compter jusqu'à 80 000 idéogrammes. Cette complexité a rendu nécessaire plusieurs réformes au cours des années (ou des siècles). La réforme de 1977 a permis de simplifier le système au point que, avec environ 2240 caractères, il est possible de satisfaire aux besoins de l'usage courant.

Comme d'autres écritures anciennes, le chinois écrit provient d'une symbolisation picturale. Il n'a évolué vers une représentation mot à mot de la langue que lorsque ses utilisateurs comprirent que certains termes trop abstraits pouvaient être indiqués par leur son, plutôt que par leur sens. Toutefois, à l'inverse des autres systèmes d'écriture, qui ont tous évolué vers une représentation alphabétique des mots — c'est-à-dire essentiellement phonétique —, le chinois fonctionne encore autant de manière pictographique que phonétique. En outre, la représentation des sons n'a pas suivi l'évolution de la langue parlée, et reflète toujours la prononciation d'il y a 3000 ans.

Le système repose sur quelques centaines de pictogrammes désignant des notions simples comme homme, cheval ou hache, à partir desquels se sont développés des pictogrammes complexes. Par exemple, le caractère prononcé nian, représentant un homme portant du grain, signifie «moisson» et par extension «année».

On trouve également en chinois des pictogrammes à valeur phonétique, c'est-à-dire l'emprunt du pictogramme d'un mot concret pour indiquer un mot abstrait ayant une prononciation identique ou très proche. Le principe sous-jacent est celui du rébus. Par exemple, le pictogramme de «pelle à poussière» (qui se prononce [ji]) sert également à écrire les mots grammaticaux ce et son ou sa ([qi] ou [ji]). Au cours de la période Zhou (XIe-IIIe siècles avant notre ère), ce type d'utilisation des caractères se répandit largement. Si, à l'époque, les scribes s'étaient entendus pour admettre que le pictogramme «pelle à poussière» représenterait toute syllabe prononcée [ji], ils auraient découvert le principe du syllabaire phonétique, précurseur de l'alphabet. Cependant, en raison du grand nombre d'homonymes en chinois, les scribes préférèrent conserver le système pictographique. Peu à peu, les scribes n'utilisèrent plus le pictogramme de pelle à poussière que pour signifier «son» ou «sa» et, dans les rares occasions où ils voulaient effectivement parler d'une pelle à poussière, ils prirent l'habitude de «désambiguïser» le caractère en y adjoignant le pictogramme de «bambou», bois dans lequel étaient fabriquées les pelles à poussière. Ce «procédé de désambiguïsation» se généralisa, si bien que l'on peut adjoindre tout pictogramme, en tant que représentation d'un son, à n'importe quel autre pictogramme pour en indiquer le sens, formant ainsi un composé phonétique. Par exemple, l'idéogramme de «pelle à poussière», accompagné de «terre» au lieu de «bambou», signifie donc [ji], mot homonyme dont le sens est «base, fondation».

Aujourd'hui, on emploie toujours des idéogrammes à valeur purement idéographique (simples ou composés) pour désigner certains mots parmi les plus courants : par exemple, «maison», «mère», «enfant», «riz» ou «feu». Cela dit, quelque 95 % des mots d'un dictionnaire s'écrivent à l'aide d'idéogrammes composés à valeur phonétique.

Pour exprimer les concepts modernes, la langue chinoise invente généralement des équivalents à partir de son propre fonds de monosyllabes (ainsi, «chimie» devient en chinois «étude des transformations»), ou bien elle reproduit ces termes par leur transcription phonétique.

L'utilisation des caractères chinois pour la terminologie scientifique peut présenter certains inconvénients, notamment par la difficulté d'avoir des formes phonétiques et graphiques conciliables avec le vocabulaire scientifique international. Entre les différentes langues indo-européennes, une simple translittération permet de s'approprier la terminologie scientifique et technique (gréco-latine), puisque les lettres sont soit identiques soit au moins équivalentes. Un tel procédé procédé est totalement inapplicable dans le cas du chinois.

Cette langue n'utilisant pas une écriture alphabétique et phonétique compatible avec ce qui existe ailleurs dans le monde, il est impossible de procéder à des translittérations de ce genre. Bien qu'il soit possible de créer des mots sur une base phonétique, le procédé n'est toutefois guère populaire. Ce phénomène s'explique par le fait que l'écriture chinoise étant idéophonographique, les utilisateurs sont habitués à certaines particularités comme de pouvoir, à la seule vue d'un caractère, en deviner le sens ou encore de comprendre d'emblée la signification de certains termes. L'utilisation des traductions phonétiques est d'ailleurs facilement une source d'erreurs et, de plus, elle biaise la lecture idéographique. C'est pourquoi tout travail d'uniformisation de la terminologie scientifique et technique en Chine doit plutôt s'inscrire dans cette culture idéographique profondément ancrée, qu'il convient probablement de continuer à développer, tout en respectant les concepts et les contenus scientifiques.

- L'alphabet pinyin

En 1951, le gouvernement chinois a introduit un alphabet appelé pinyin. Le président Mao Tsé-toung (1893-1976) avait entrepris cette gigantesque réforme linguistique dans le but de faciliter l'alphabétisation des masses, de favoriser l'apprentissage du chinois chez les jeunes enfants, de créer des langues écrites pour les minorités et de permettre l'informatisation des banques de données. La politique officielle du gouvernement chinois est de poursuivre la romanisation de l'écriture (l'alphabet pinyin étant calqué pour l'essentiel sur l'alphabet latin) et d'orienter les langues chinoises (et non chinoises) existantes vers l'alphabet pinyin. L'alphabet dit Hanyu Pinyin comporte 30 formes qui permettent de représenter 26 lettres de l alphabet latin. On peut cliquer ICI pour pour avoir une idée des consonnes cet alphabet qui a pour titre officiel: Système d'alphabet phonétique chinois.

Le 11 février 1958, la 5e session plénière de l'Assemblée nationale de la République populaire de Chine de la première législature adoptait le Projet de transcription phonétique de la langue chinoise (le pinyin). Par cette loi, l'Assemblée rendait officiel l'alphabet phonétique chinois basé sur l'alphabet latin élaboré par le Comité de réforme de la langue chinoise. Il devenait ainsi possible d'utiliser une norme chinoise pour écrire phonétiquement les caractères chinois de la langue commune, le putonghua ou «langue des Han». Cet alphabet fut par la suite reconnu en 1982 comme norme d'épellation de la langue chinoise par l'Organisme international de normalisation (OIN).

L'alphabet phonétique pinyin se révèle être un outil indispensable pour les étrangers qui désirent apprendre le chinois. Il est d'abord utilisé par les enfants des écoles primaires de Chine pour apprendre le caractères chinois. Il se retrouve maintenant dans la plupart des éditions des dictionnaires chinois, principalement ceux destinés aux étrangers.  Il est également de plus en plus utilisé comme base dans des applications diverses: le braille chinois, le télégraphe, le sémaphore marin, la signalisation routière et les méthodes de saisie informatique. 

Dans les faits, les Chinois continuent d'ignorer largement cette écriture alphabétique (pinyin) qui est enseignée à l'école primaire, puis oubliée dès le secondaire où elle ne sert à peu près plus. En somme, seule l'écriture en caractères (idéographique) continue d'être systématiquement utilisée en Chine, d'une part, parce que les Chinois y sont demeurés très attachés, d'autre part, parce qu'elle favorise l'unité nationale. En effet, grâce à ce système, tous les Han peuvent lire, par exemple, le même journal, chacun dans sa langue. La généralisation du pinyin mettrait fin à cette possibilité.

Pour illustrer ce fait, il suffit de comparer avec des chiffres arabes. Par exemple, le nombre 25 s'écrit vingt-cinq en français, mais twenty-five en anglais, veinticinco en espagnol, femogtyve en danois, fünfundzwanzig en allemand, dvadeset pet en croate, pump ar hugain en gallois, dua puluh lima en malais, etc. Chaque locuteur prononce le nombre 25 dans sa langue, car les chiffres sont des idéogrammes, non des alphabets.

3.4 Les autres langues chinoises

On remarquera que toutes les langues chinoises — ce ne sont pas toutes des «dialectes» — autres que le mandarin (ou putonghua) sont parlées dans le sud-est de la Chine. Ces langues chinoises ne sont pas mutuellement intelligibles. Par exemple, les différences qui opposent le mandarin, le wu, le gan, le xiang, etc., sont similaires à celles qui distinguent les langues romanes (français, espagnol, portugais, italien, catalan, etc.) les unes des autres. Il faut préciser également que chacune des grandes langues chinoises est fragmentée en plusieurs variétés dialectales. Le mandarin lui-même se subdivise en huabei guanhua, xibei guanhua, xinan guanhua, jinghuai guanhua (jiangxia guanhua, bas-yangze); le wu connaît les variétés comme le taihu, le jinhua (kinhwa), le taizhou, l'oujiang, le wuzhou, le chuqu, le xuanzhou. Outre le mandarin (putonghua), les plus importantes langues chinoises, c'est-à-dire celles qui comptent plus de 10 millions de locuteurs, sont les suivantes:

Langue Pourcentage Locuteurs (2003) Localisation Dialectes
Mandarin (putonghua)

68 %

867,2 millions

Centre et Nord-Est

huabei guanhua, xibei guanhua, xinan guanhua, jinghuai guanhua (jiangxia guanhua, bas-yangze mandarin)
Wu 6,1 % 87,1 millions

Anhui, Jiangsu, Zhejiang

taihu, jinhua (kinhwa), taizhou, oujiang, wuzhou, chuqu, xuanzhou
Cantonais (yu) 4,1 % 66 millions

Guangdong

yuehai (guangfu, hong-kongais, cantonais, shatou, shiqi, wancheng), siyi (seiyap, taishan, toisan, hoisan, schleiyip), gaolei (gaoyang), qinlian, guinan
Huizhou 3,9 % 50 millions

Ouïgour, Gansu, Qinghai et Ningxia

jixi, xiuyi, qide, yanzhou, jingzhan

Jin (jinyu) 3,5 % 45 millions Shanxi ----
Xiang 2,8 % 36 millions Hunan ---
Min nan 2,0 % 25,7 millions

Fujian, Hainan, Taiwan

xiamen, leizhou (lei hua, li hua), chao-shan, hainan (hainanese, qiongwen hua, wenchang), longdu, zhenan min
Hakka (kejia) 2,0 % 30 millions

Guangdong, Fujian, Jiangxi, Guangxi, Hunan, Sichuan

yue-tai (meixian, raoping, taiwan kejia), yuezhong, huizhou, yuebei, tingzhou (min-ke), ning-long (longnan), yugui, tonggu
Gan 1,6 % 21 millions Jiayu, Chongyang, Anhui, Hunan, Fujian chang-jing, yi-liu, ji-cha, fu-guang, ying-yi
Min bei 0,8 % 10,3 millions Fujian

---

 

Parmi les langues chinoises autres que le mandarin, six langues apparaissent comme majeures: le wu (env. 87 millions de locuteurs), le min (env. 68 millions), le cantonais ou yu (env. 66 millions), le xiang (env. 36 millions), le hakka (env. 30 millions) et le gan (env. 21 millions). Voir la carte linguistique

Le wu  est parlé dans les provinces du Jiangsu et du Zhejiang, ce qui inclut le dialecte de Shangai. Parlé par quelque 68 millions de locuteurs, le min est en usage dans la province du Fujian et à Taiwan; très diversifié, le min est fragmenté en diverses variétés (min nan, min dong, min bei. min zhong, puxian, qiong wen et shao jiang). Le cantonais (ou yu) est parlé par environ 66 millions de locuteurs dans la province du Guangdong, dans la Région autonome du Guangxi, ainsi qu'à Hong-Kong et à Macao. Le hakka (env. 30 millions) est utilisé dans les provinces du Guangdong, du Fujian, du Jiangxi et dans la Région autonome du Guangxi. Le xiang (env. 36 millions de locuteurs) est utilisé dans la province du Hunan, alors que le gan (env. 21 millions de locuteurs) est employé dans la province du Juangxi.

Il existe aussi d'autres langues chinoises dont la classification a fait l'objet de controverses. Ainsi, le hui, parlé dans la province du Anhui, est classé comme appartenant au gan. Le jin (ou jinju) est considéré comme une variante du mandarin; il est parlé par 45 millions de locuteurs dans les provinces du Shanxi, du Shaanxi et du Henan, ainsi qu'en Mongolie intérieure. Le huizhou, pour sa part, est considéré également comme une autre variante du mandarin; il est parlé par 50 millions de locuteurs musulmans — les Hui — dans la Région autonome de Ouïgour, ainsi que dans les provinces du Gansu, du Qinghai et la Région autonome du Ningxia. Classé généralement avec le cantonais, mentionnons le pinghua parlé par quelque 200 000 locuteurs dans certaines régions du Guangxi. On peut relever aussi certaines variétés plus ou moins classées telles que le danzhouhua parlé dans la région de Danzhou et dans l'île de Hainan par environ 400 000 locuteurs; le shaozhou tuhua utilisé dans certains comtés des provinces du Guangdong, du Hunan et du Guangxi; le xianghua en usage dans l'ouest de la province du Hunan.

Enfin, on peut rappeler la langue doungane parlé par environ 100 000 locuteurs dans le Kirghizistan et apparenté aux dialectes mandrins du Nord-Est, mais parce que le doungane est écrit en alphabet cyrillique il n'est pas considéré par plusieurs comme une langue chinoise. Historiquement, les Dounganes proviennent des descendants des musulmans hui, lesquels écrivaient leur langue avec ce qui pourrait être un alphabet arabe; mais celui-ci fut proscrit par les autorités soviétiques à la fin des années vingt, pour passer à l'alphabet latin avant de devoir utiliser l'alphabet cyrillique dans les années quarante.

De façon quotidienne, les langues chinoises autres que le putonghua (mandarin) demeurent les langues de la vie courante. En général, le fait de parler le putonghua constitue un effort pour une grande partie de la population chinoise. Même la variété du pékinois, base du putonghua, est une langue riche en expressions argotiques et à l'accent prononcé. Ainsi, la plupart des Chinois parlent, en plus de leur langue maternelle, voire leur dialecte local, la langue standard que les Occidentaux appellent le mandarin, mais que les Chinois appellent le putonghua («langue commune»). Néanmoins, dans de grandes régions de la Chine, beaucoup de gens ignorent la langue officielle. Toutes les langues chinoises utilisent la même forme écrite commune, les idéogrammes chinois n'indiquant pas la prononciation des mots qu'ils transcrivent. Autrement dit, les Hans ne se comprennent pas s'ils parlent leur langue locale, mais ils communiquent aisément lorsqu'ils écrivent ou lisent les idéogrammes.

4 Les langues des minorités nationales

Il existe quelque 55 minorités ethniques non chinoises, mais les langues sont beaucoup plus nombreuses: au moins 150. Comme plusieurs de ces langues sont fragmentées en différentes variétés dialectales, le nombre des parlers non chinois doit dépasser le nombre de 300 ou 400. Précisons aussi que plusieurs de ces minorités non chinoises sont réunies en groupes compacts dans des régions périphériques du pays ou des districts ethniques, ce qui leur permet de conserver généralement leurs langues locales. L'une des caractéristiques de la distribution de ces populations vient du fait qu'une bonne partie vit dans les campagnes et que seulement une petite fraction relative de cette population habite les milieux urbains; il en résulte que la plupart des langues maternelles sont utilisées dans les campagnes et quelques-unes seulement, comme le tatar et l'ouzbek, par les autochtones qui vivent éparpillés dans les villes et villages.

La conjoncture des langues des minorités nationales en Chine permet de constater que la répartition des langues est fondamentalement liée à celle des nationalités. Si l'on constate que plusieurs nationalités n'utilisent qu'une seule langue, d'autres en utilisent plusieurs. Cette situation s'explique par le fait des migrations des peuples à travers l'histoire, du développement continu des sociétés et des contacts de plus en plus nombreux des différentes nationalités entre elles. C'est ce qui a amené certaines nationalités à utiliser, au cours des temps, des langues d'autres groupes et certaines autres à abandonner, en partie ou presque entièrement, leur langue maternelle pour adopter la langue d'autres nationalités.

4.1 Les familles linguistiques

Les langues de la Chine des minorités appartiennent à huit familles linguistiques. La parenté des langues peut s'établir de la façon qui suit:

(1) La famille sino-tibétaine, comptant environ 40 langues, qui peuvent se subdiviser en quatre groupes:

i) le groupe chinois: chinois (mandarin ou putonghua), wu, min ou minnan, hakka, cantonais, xiang, gan, wu, etc.

ii) le groupe tibéto-birman:

- le sous-groupe tibétain: tibétain, aka, buyi, gyarong, cona monba, canglo monba, benghi-bogar lhoba, yidu lhoba, darang deng, geman deng, naxi, lisu, lahu, bai, jino, nusu, anong, rouruo, jingpo, zaiwa, derung et pumi.
- le sous-groupe birman:
kachin (ou jingpo), karène, chin, achang, naga, yi, hani, jino, etc.
- le sous-groupe qianguique:
rgyalrong, qiang du Nord, qiang du Sud, ergong, zhaba, guiqiong, muya, ersu (ou tosu), queyu (ou choyo), namuyi, shixing, pumi.
- un isolat
linguistique: tujia

● On compte environ 12 411 000 locuteurs utilisant les langues du groupe tibéto-birman;

Toutes ces langues sont généralement parlées dans les provinces du Yunnan, du Guizhoun et du Guangxi.

(2) La famille altaïque comprend 19 langues qui se subdivisent en trois groupes:

i) le groupe turcique: ouïgour, kazakh, kirghiz, ouzbek, tatar, salar, yugur oriental et touva.
● On compte 7 067 000 locuteurs pour les langues de ce groupe;

ii) le groupe mongol: mongol, daur, monguor, dongxiang, bao'an et yugur occidental.
● On dénombre quelque 3 172 000 locuteurs pour les langues de ce groupe;

iii) le groupe mandchou-toungouze: mandchou, xibe, hezhen, oroqen et évenki.

● On compte quelque 47 000 locuteurs pour les langues de ce groupe. La plupart de ces langues sont concentrées dans les régions autonomes de Mongolie et du Xinjiang, ainsi que dans les provinces du Gansu et du Qinghai.

(3) La famille austro-asiatique comprend quatre langues appartenant au même groupe:

i) le groupe mon-khmer: va, de'ang, blang et kemu.

● On dénombre quelque 349 000 locuteurs pour les langues de ce groupe. Toutes les ethnies de la famille austro-asiatique habitent la province du Yunnan

(4) La famille thaï-kadai compte une cinquantaine de langues:

i) le groupe hlai: li, jiamao;

ii) le groupe kadai: jierong, buyang, cun ;

iii) le groupe kam-thaï: zhuang du Sud, zhuang du Nord, lingao, e, bouyei, lü, tai nüa, tai hongjin, tai ya, ai-cham, cao miao, dong du Nord, dong du Sud, mak, maonan, mulam, sui, ten, lakkia.

On dénombre plus de 20 millions de locuteurs de ces langues, pratiquement toutes parlées dans la province du Yunnan.

(5) La famille hmong-mien compte 32 langues:

i)  le groupe hmong: baheng, bunao, jiongnai, wunai, younuo, daw, njua, huishui, mashan, chonganjiang, dian, guiyang, mashan, giandong de l'Est, giandong du Nord, giandong du Sud, xiangxi de l'Est, xiangxi de l'Ouest.

ii) le groupe mien: biao-jiao mien, biao mien, Iu mien, kim mun, ba pai

iii) le groupe ho-nte: she

On dénombre environ sept millions de locuteurs de ces langues, pratiquement toutes parlées dans la province du Yunnan.

(6) La famille austronésienne compte 14 langues appartenant au même groupe:

i) le groupe indonésien comprenant les langues: atayal, amis, paiwan, bunun, rukai, puyuma, tsou, sedeq, saisiat, saaroa, kanakanavu, thao, yami et huihui.

● On compte quelque 275 000 locuteurs pour les langues de ce groupe.

(7) La famille coréenne

Le coréen appartient à la famille coréenne qui compte environ 1,9 million de locuteurs en Chine. Les Coréens sont concentrés dans la province du Jilin, près de la frontière coréenne.

(8) La famille indo-européenne compte deux langues, à laquelle appartiennent les deux groupes suivants:

i) le groupe indo-iranien: tadjik avec ses 23 000 locuteurs;
ii) le groupe slave: russe avec ses 3000 locuteurs;

● Les Tadjiks habitent à l’ouest de la Région autonome ouïgoure du Xinjiang, alors que les Russes sont concentrés dans la province du Heilongjiang, à la frontière russe.

4.2 Les langues numériquement les plus importantes

De façon plus ou moins arbitraire, considérons que les langues minoritaires numériquement importantes comptent plus de 100 000 locuteurs. Dix langues sont parlées par au moins un million de locuteurs (toutes variétés dialectales confondues): le zhuang, l'ouïgour, le yi, le mongol, le tibétain, le buyi, le coréen, le dong, le bai et le kazakh. Au total, 37 langues sont parlées par au moins 100 000 locuteurs, dont plusieurs langues sino-tibétaines, thaï-kadai et hmong-mien. Le tableau ci-dessous illustre la situation de ces langues:

Rang Langue Locuteurs Famille/groupe
1 zhuang 14 millions thaï-kadai
2 ouïgour 7,2 millions altaïque (turcique)
3 yi 6 millions tibéto-birman
4 mongol 3,3 millions altaïque (mongol)
5 tibétain
(dialectes confondus)
3,3 millions tibéto-birman
6 buyi (bouyei) 2,0 millions thaï-kadai
7 coréen 1,9 million coréenne
8 dong 1,4 million thaï-kadai
9 bai 1,2 million tibéto-birman
10 kazakh 1,1 million altaïque (turcique)
11 yao (yiu mien) 884 000 hmong-mien
12 hmong 710 000 hmong-mien
13 li (hlai) 667 000 thaï-kadai
14 lingao 600 000 thaï-kadai
15 atuentse 590 000 tibéto-birman
16 lisu 580 000 tibéto-birman
17 hani 500 000 tibéto-birman
18 kirghiz 443 20 altaïque (turcique)
19 lahu 411 400 tibéto-birman
20 naxi 308 800 tibéto-birman
21 waxianghua 300 000 isolat
22 bunu 287 200 hmong-mien
23 va (wa) 280 000 austro-asiatique (mon-kher)
24 dongxiang 250 000 altaïque (mongol)
25 250 000 thaï-kadai
26 thaï nüa 250 000 thaï-kadai
27 sui 200 000 thaï-kadai
28 kim mun 200 000 hmong-mien
29 parauk 180 000 austro-asiatique (mon-kher)
30 tu 152 000 altaïque (mongol)
31 jyarong 151 200 tibéto-birman
32 thaï hongjin 150 000 thaï-kadai
33 kalmik-oirat 139 000 altaïque (mongol)
34 akha 130 000 tibéto-birman
35 kado 100 000 tibéto-birman
36 honi 100 000 tibéto-birman
37 biyo 100 000 tibéto-birman

De façon générale, le nombre des locuteurs d'une langue est moindre que celui des membres de l'ethnie concernée. On trouvera la liste complète des minorités nationales en cliquant ICI, s.v.p.

4.3 Les langues et les nationalités

Parmi les nombreuses langues minoritaires de Chine, la plupart portent le même nom que celui de leur nationalité. Il s'agit du  zhuang, du buyei, du dai, du dong, du shui, du mulam, du maonan, du li, du gelao, du miao, du she, du tibétain, du yi, du hani, du naxi, du lisu, du lahu, du bai, du jino, du derung, du achang, du jingpo, du qiang, du pumi, tujia, de l'ouïgour, du kazakh, du kirghiz, de l'ouzbek, du tatar, du salar mongol, du daur, du monguor, du dongxiang, du bao'an, du xibe, du mandchou, du hezhen, de l'oroqen, de l'évenki, du va (ou wa), du blang, du de'ang, du tadjik, du russe, du coréen et du gin.

D'autres langues ont des appellations différentes de celle de la nationalité de leurs locuteurs. Par exemple, plus de 90 000 Tibétains utilisent le gyarong comme langue maternelle, les Monba parlent deux langues, le cona monba et le canglo monba. Les Lhoba s'expriment en bengni-bogar et en yidu ihoba; la branche zaiwa des Jingpo parle le zaiwa, les Nu parlent le nusu, l'anong et le rouruo; les Yao emploient le mian, le bunu et le lakkia, tandis que des Ouïgours ont recours au yugur oriental et au yugur occidental. On compte 2000 Mongols parlant le touva et approximativement 4000 Hui s'exprimant en huihui et en cinq variétés dialectales (jixi-shexian, xiuning-yixian, qimen-dexing, yanzhou et jingde-zhanda).

Fait inusité, on a même repéré 13 langues parlées par les Gaoshan qui, par le fait même, n'ont pas de langue nationale propre: l'atayal, l'amis, le paiwan, le bunun, le rukai, le tsou, le puyuma, le sedeq, le saisiat, le saaroa, le kanakanavu, le thao et le yami. Quelque 1600 Kemu parlent le kemi et quelque 1000 Deng utilisent les langues darang deng et geman deng.

4.4 Les régions autonomes

Rappelons que la Chine compte cinq régions autonomes «égales en statut à la province»: la Mongolie intérieure, le Guangxi, le Tibet, le Ningxia, le Xinjiang ou Ouïgour. En principe, le statut de région autonome s'applique aux provinces comptant historiquement d'importantes minorités nationales à population compacte, telles que les Hui (Ningxia), les Mongols (Mongolie intérieure), les Zhuang (Guangxi), les Tibétains (Tibet) et les Ouïgours (Ouïgour ou Xinjian). Le tableau ci-dessous donne un portrait sommaire de la situation:

Région autonome Dénomination chinoise Capitale Population (2003) Langue ethnique principale Superficie
Guangxi Guangxi Zhuang Nanning 46,6 millions zhuang    220 400 km2
Mongolie intérieure Obor Mongol Hohhot  23,9 millions mongol 1 177 500 km2
Ningxia Ningxia Hui Yinchuan    5,8 millions chinois mandarin     66 400 km2
Tibet Xizang Lhasa    2,7 millions tibétain 1 221 600 km2
Ouïgour Xinjiang Ürümqi  19,9 millions ouïgour / kazakh 1 646 800 km2

Cela étant dit, il faut comprendre que le statut de «région autonome» en Chine ne confère pas de pouvoirs particuliers aux minorités nationales. Il s'agit d'une autonomie factice confinée dans les faits à une simple gestion administrative assurée en général par des Chinois ou des autochtones sans réel pouvoir. Par exemple, l'autonomie régionale chinoise n'a rien de comparable avec celle dont bénéficient les régions ou communautés autonomes en Espagne ou en Italie, ou encore le Québec au sein du Canada. La Chine n'est pas une fédération, mais un «État multinational unifié». L'administration régionale ou provinciale n'a pas de réels pouvoirs et toute politique linguistique doit être conforme à l'idéologie chinoise et approuvée par Pékin. Les seuls pouvoirs sont assurés par le gouvernement central et, localement , par le Parti communiste chinois et l'Armée populaire de libération.

Location of Guangxi province

La Région autonome de Ningxia (5,8 millions), abritant les Hui, est de langue chinoise. Tous les Hui, y compris ceux qui habitent dans dans la Région autonome de Ouïgour, ainsi que dans les provinces de Gansu et Qinghai, parlent le chinois mandarin appelé le huizhou, considéré comme une variante du chinois standard. Les Hui constituent 33,9 % de la population du Ningxia, les Han formant 66 %, alors que les autres groupes ethniques réunis  — une vingtaine  — n'atteignent que 0,51 du total. Les Hui sont les descendant de marchands arabes et perses, mais au cours des siècles, en raison des mariages mixtes avec les Han, ils ont perdu l'usage de leur langue ancestrale. On ignore quelle langue ils parlaient avant leur assimilation linguistique.

Location of Guangxi province

La Mongolie intérieure (par opposition à la Mongolie «extérieure»: la république de Mongolie au nord) est la patrie des Mongols, mais la région autonome (23,9 millions) ne compte que 10 % de Mongols, les autres ethnies étant composés de Han, de Hui, de Mandchous, de Daur, d'Évenki, d'Orogen, de Coréens, de Zhuang, de Tibétains, de Tu, etc. Beaucoup de Mongols vivent dans les provinces ou régions de Liaoning, Jilin, Heilongjiang, Xinjiang, Qinghai, Gansu, Ningxia, Hebei, Henan, Sichuan, Yunnan et Pékin. C'est pourquoi le chinois mandarin est d'usage courant dans les villes de la Mongolie intérieure, tant de la part des sinophones que de la part des Mongols et autres non-sinophones.

Location of Guangxi province

Dans la Région autonome du Guangxi (46,6 millions), située au sud de la Chine, on compte quelque 48 groupes ethniques, dont des Han, des Zhuang, des Yao, des Miao, des Dong, des Mulao, des Maonan, des Hui, des Jing, des Yi, des Shui, des Gelo, etc. Les Hans sont les plus nombreux, car ils forment 62 % de la population du Guangxi. Or, le Guangxi est la patrie historique des Zhuang, mais ils ne comptent aujourd'hui que pour 36 % de la population. On constate que le chinois mandarin est couramment utilisé dans les villes de moyenne et de grande importance, tandis que le bilinguisme zhuang-chinois se pratique dans les petites villes. D'autres Zhuang habitent les provinces de Guizhou, de Hunan et de Guangdong. En plus du chinois mandarin et du zhuang, les habitants de cette région autonome parlent le cantonais, le xiang, le hakka, le miao, le yao, le thaï du Nord, etc.
Location of Guangxi province Dans la Région autonome du Ouïgour ou Xinjiang (19,9 millions), les Ouïgours ne sont plus majoritaires: ils représentent 47 % de la population, alors que les Han forment maintenant 39 %, résultat de la colonisation du territoire par Pékin. Il reste 14 % pour l'ensemble des  Kazakh (5 %), Hui, Kirghiz, Mongols, Tatars, Daurs, Xibe, Russes, Tadjiks et Ouzbeks. Non seulement le bilinguisme chinois-ouïgour est étendue dans la plupart des villes (surtout dans la capitale, Ürümqi), mais également un multilinguisme courant où s'enchevêtrent les principales langues en usage: le chinois, l'ouïgour, le kazakh, le kirghiz et le xibe. Malgré son statut particulier de région autonome, l'Ouïgour ne dispose d'aucune autonomie politique. Les Ouïgours se distinguent beaucoup des Han du fait qu'ils parlent une langue turque et pratiquent l'islam. Les Ouïgours ne reconnaissent pas l'autorité de Pékin et aspirent à l'autonomie de leur territoire sous le nom de Turkestan oriental.
Location of Guangxi province

La situation est un peu différente au Tibet, car la tentative de minorisation chinoise n'a pas réussi, les Han n'aimant pas vivre à 4000 mètres d'altitude dans cette région himalayenne. En 2004, la région autonome comptait qu'une population de 2,7 millions d'habitants, dont 92,8 % étaient des Tibétains, 4 % des Han, tandis que d'autres ethnies représentaient 1 % (les Menba, les Luoba, les Hui, les Deng et les Xiarba). Le Tibet est la région de Chine où la concentration de Tibétains est la plus forte: ils représentent 45 % de la population tibétaine de tout le pays.

Les Tibétains parlent trois dialectes : le tibétain d’Amdo au nord-est, le tibétain de Kham au sud-est et le tibétain de Lhassa (ou d'U-Tsang) au sud du Tibet. C'est le dialecte de Lhassa qui sert de langue véhiculaire entre les locuteurs des différentes formes de tibétain.

Rappelons que le Tibet a été envahi (ou libéré?) en 1950 par l'armée chinoise et annexé unilatéralement, le 23 mai 1951, par la République populaire de Chine, qui imposa sous la contrainte à la délégation tibétaine un Accord en 17 points, lequel entérinait l’annexion du Tibet. Les Tibétains revendiquent encore leur indépendance, pendant que l'armée chinoise maintient une présence massive et permanente de quelque 300 000 à 600 000 soldats.

4.4 Les transferts linguistiques

Si la plupart des minorités ont su conserver leur langue maternelle, d'autres nationalités l'ont perdue et ont adopté le chinois des Han. C'est le phénomène de l'assimilation linguistique. Par exemple, les Hui ont, depuis leurs origines, utilisé le chinois, tandis que d'autres, ayant eu des contacts prolongés avec les sinophones et ayant même partagé leur vie, sont devenus progressivement bilingues, pour abandonner ensuite leur propre langue et adopter le chinois ou même la langue d'une autre nationalité non chinoise.

Ainsi, plus de 99 % des Mandchous et des She ont adopté le chinois, ce qui fait que cette langue est devenue la véhicule normal des nationalités hui, mandchoues et she. Il semble que plus de 18 millions de membres appartenant à des minorités nationales parlent le chinois (putonghua).  On sait que 90 % des Mandchous, des She et des Tujia ont adopté le chinois; plus de 50 % des Gelao, des Hezhen et des Xibe ont fait de même. C'est également le cas, entre 10 % et 45 % d'entre eux, des Oroqen, des Qiang, des Bao'an, des Gin, des Monguor, des Ouïgours, des Dong, des Miao, des Mongols, des Achang, des Évenki, des Dongxiang, des Maonan et des Pumi. Par ailleurs, 22 nationalités comptent des locuteurs qui ont, dans une proportion inférieure à 10 %, opté pour un changement de langue vers le chinois: les Li, les Salar, les Daur, les Buyei, les Bai, les Blang, les Yi, les Nu, les Shui, les Va, les Dai, les De'ang, les Naxi, les Lahu, les Zhuang, les Yao, les Tibétains, les Kirghiz, les Lisu, les Coréens, les Hani et les Ouïgour. Enfin, on estime à quelque 900 000 le nombre d'individus appartenant à des minorités pouvant parler la langue d'une autre minorité. Évidemment, ce phénomène de transfert linguistique est largement répandu dans le pays et est appelé à augmenter considérablement dans l'avenir, essentiellement au profit du chinois standard.

D'autres cas de transferts linguistiques concernent des Han eux-mêmes. Par exemple, dans le nord de la province de Hainan, on trouve quelque 500 000 Han locuteurs du lingao, alors que sur la côte ouest de cette même province, on relève 60 000 Han locuteurs du cun. La province du Guangdong compte 100 000 locuteurs du biao.  De plus, dans la province du Guangxi, quelque 500 Han sont des locuteurs du lai et, dans la province du Yunnan, plusieurs centaines parlent le pubiao. Or, rappelons-le, ces 660 000 individus sont des Han.

4.5 Les écritures des minorités nationales

La République populaire de Chine entend favoriser la création d'une langue écrite chez toutes les minorités qui n'en possèdent pas et qui en ont besoin. Lors du Symposium de Beijing de décembre 1955 portant sur les langues parlées et écrites des minorités, il a été décidé de fournir une aide aux membres des minorités qui auraient besoin d'un système d'écriture pour leur langue. Avant 1949, seulement 19 minorités nationales bénéficiaient de leur propre écriture.

Puis des systèmes d'écriture ont ainsi été élaborés pour le zhuang (1955), le xishuangbanna dai et le dehong dai (1955), le buyei, le yi, le lisu, le xiangxi miao, le qiandong miao et le chuanqiandian miao (1955), le diandongbei miao (1956), le hani, le va, le naxi, le dong, le zaiwa (1957), le monguor (1979), etc. Dans l'ensemble, 14 systèmes d'écriture basés sur l'alphabet latin ont pris naissance au profit de douze minorités, et cinq systèmes d'écriture ont été développés pour quatre minorités. Aujourd'hui, il existe probablement plus d'une trentaine d'écritures propres aux nationalités, dont le mongol, le tibétain, l'ouïgour, le kazakh, le coréen, le kirghiz, le xibe, le russe, le dai, le yi, le jingpo, le lahu, le lisu, le miao, le zhuang, le buyi, le dong, le wa, le naxi, le hani et le li. Les autres ethnies doivent recourir à l'écriture des Han. 

Les systèmes d'écriture de Chine peuvent se diviser en différents types, selon leur forme et leur origine:

1) L'écriture syllabique: le yi traditionnel, le yi sichuannais standard;

2) L'alphabet latin:

i) basé sur l'ancien alphabet indien: tibétain, xishuangbanna dai, dehong dai, jinping dai et daibeng dai;
ii) basé sur l'alphabet ouïgour: mongol et xibe;
iii) basé sur l'alphabet arabe: ouïgour, kazakh et kirghiz;
iv) basé sur l'alphabet latin standard: zhuang, buyei, dong, diandongbei miao, xiangxi miao, qiandong miao, chuanqiandian miao, lisu, naxi, lahu, jingpo, zaiwa, hani, va et monguor;
v) basé sur l'alphabet original des langues telles que le coréen et le diandongbei miao.

En règle générale, c'est l'alphabet latin — à l'aide du pinyin — qui doit être la base de la création de l'écriture des langues minoritaires. Lorsqu'on se sert des lettres du système phonétique nouvellement conçu pour développer l'écriture d'une langue déjà existante, on doit aussi recourir à l'alphabet latin. Les sons qui, dans les langues minoritaires sont identiques ou similaires aux sons chinois (han), doivent, autant que possible, être exprimés en lettres appartenant à l'alphabet phonétique chinois. Le putonghua (mandarin) est néanmoins enseigné dans les écoles, généralement comme deuxième langue, et sa connaissance est exigée dans toute la Chine.

Les langues minoritaires écrites sont utilisées uniquement par des populations nombreuses, ce qui exclut les petites minorités. Celles qui comptent un nombre important de locuteurs (p. ex., plus de 100 000) sont utilisées dans l'administration provinciale ou au sein du gouvernement central dans les régions où sont concentrées certaines minorités. Les écritures qui réunissent un nombre plus restreint de locuteurs sont le plus souvent employées dans les préfectures et les cantons autonomes. Les alphabets tibétain, mongol, kazakh, coréen et zhuang sont les plus courants; ils sont même utilisés à l'échelle nationale, car il existe des bureaux de traduction et de publication au gouvernement central pour le traitement de ces langues.

5 Les religions

Lors de l'instauration du Parti communiste en 1949, tous les lieux de culte furent fermés. Jusqu'en 1966, l'État chinois se prêta à détruire les monastères (environ 3500!) et à arrêter les religieux, la religion étant considérée comme un pouvoir concurrent de l'État. Lors de la période de la Révolution culturelle (1966-1976), l'État combattit à outrance les religions et les superstitions: les moines bouddhistes furent «rééduqués par le travail» dans les champs, les religieuses, violées. Il fallut attendre la nouvelle Constitution de 1982 et son article 88 pour que la liberté de culte soit garantie. Néanmoins, le Parti communiste continue de préconiser l'athéisme, les religions pour lui n'étant qu'un «produit de l'oppression naturelle et sociale». Les Chinois peuvent pratiquer les religions de leur choix à la condition qu'ils se «déclarent» à l'État.

C’est aujourd’hui le bouddhisme, introduit au Ier siècle, qui exerce la plus forte influence en Chine. Le bouddhisme dit Hinayana (ou «Petit Véhicule») est pratiqué par certaines minorités (Dai, Bulang, De’ang, etc.).  Le bouddhisme lamaïque (Tibétains, Mongols, Luoba, Menba, Tu, Yugur) est pratiqué dans de nombreux monastères. Apparu en Chine au VIIe siècle, l’islam est pratiqué ouvertement par dix minorités nationales (Hui, Ouïgours, Kazakhs, Kirghiz, Tatars, Ouzbeks, Tadjiks, Dongxiangs, Salars, Bao’ans) et compte une trentaine de millions d’adeptes.  Quant au catholicisme, il ne rassemble que quatre millions de pratiquants, notamment dans le Sud, parmi lesquels de nombreux Miao, des Yao et des Yi. Le protestantisme concerne également trois millions de Chinois. Ces deux religions, moins influentes que le bouddhisme et l’islam, ont été surtout propagées dans les grandes villes (Shanghai, Pékin, etc.).

On estime que la Chine compte 150 millions de bouddhistes, 30 millions de taoïstes et 35 millions de musulmans (158 millions, selon les religieux). Cela dit, le bouddhisme tibétain est encore qualifié de «secte» par les organismes officiels chinois. Les catholiques connaissent également des difficultés: ils ne possèdent pas encore d’église propre et ne se reconnaissent vraisemblablement pas dans celle qu’a imposée le Parti communiste, l’Association catholique patriotique chinoise. Quant aux musulmans du Ouïgour, ils demeurent hostiles au maintien colonial de leur situation et cherchent leur identité dans l'islam; en 1950, seulement 5 % de Chinois vivaient dans le Xinjiang musulman, mais en 2003 cette proportion était montée à 50 %.

 

Dernière mise à jour: 07 nov. 2016
  Chine  
(1) Situation géopolitique

(2) Données démolinguistiques


(3)
Histoire de la Chine et ses incidences linguistiques
 

(4) La politique linguistique à l'égard du chinois officiel

 
(5) La politique linguistique à l'égard des minorités nationales (6) Bibliographie

Loi sur l'autonomie des régions ethniques (1984)


Loi sur la langue et l’écriture communes nationales
(2001)
 

L'Asie
Accueil: aménagement linguistique dans le monde